Revue de Presse du 13 juin 2017

Égypte : la liste des sites internet bloqués par les autorités s’allonge
Depuis fin mai, l’Égypte a bloqué une soixantaine de sites Internet, ont indiqué lundi des défenseurs des droits de l’Homme et des professionnels de la presse. Parmi les nouveaux sites concernés figurent Al-Badil et Al-Bedaya, connu lui aussi pour ses positions critiques vis-à-vis du gouvernement. Le rédacteur en chef d’Al-Bedaya, Khaled Elbalshy, a indiqué à l’AFP avoir présenté une plainte au syndicat des journalistes afin de déterminer les raisons du blocage, précisant qu’on ignorait quelle entité étatique avait pris cette initiative. Khaled Elbalshy a toutefois indiqué que ces mesures « coïncidaient avec le débat au Parlement concernant l’accord controversé des îlots de Tiran et de Sanafir » dans la mer Rouge que le gouvernement souhaite rétrocéder à l’Arabie saoudite, malgré une forte contestation au sein de l’opinion publique. Jeune Afrique

Quand l’Arabie saoudite somme l’Afrique de lâcher le Qatar
La violente crise diplomatique survenue le lundi 5 juin entre l’Arabie saoudite et le Qatar – ce dernier étant accusé de soutenir le terrorisme – a des répercussions jusqu’en Afrique. De fait, Riyad se démène pour obtenir le soutien du plus grand nombre d’Etats africains, sommés de prendre position. Six pays du continent (Niger, Mauritanie, Sénégal, Tchad, Egypte et les Comores) ont déjà fait le choix de rappeler leur ambassadeur en poste à Doha. De son côté, Djibouti a préféré réduire le personnel de son ambassade pour ne pas insulter l’avenir, le Qatar faisant office de médiateur sur le différend frontalier qui oppose le pays à l’Erythrée. Le Monde

Le Maroc va envoyer de l’aide alimentaire au Qatar
Le ministère marocain des Affaires Etrangères a annoncé que le Maroc va envoyer des avions chargés de produits alimentaires au Qatar. « Ce geste de solidarité et d’entraide entre peuples islamiques n’a pas de lien avec les aspects politiques de la crise diplomatique actuelle dans le Golfe », indique le ministère dans un communiqué. Lundi, le Maroc, qui entretient traditionnellement des liens étroits avec les pays arabes du Golfe, avait proposé ses bons offices pour résoudre la crise. Rabat explique que sa position sur la crise « repose sur les relations de fraternité sincère » entre le souverain et les dirigeants du Conseil de coopération du Golfe (CCG), de même que sur ses « relations de partenariat stratégique exceptionnel » avec ces pays. BBC

Les réseaux sociaux, caisse de résonance de la colère dans le rif marocain
Au Maroc, les réseaux sociaux se font l’écho, à leur manière, des événements qui secouent le nord-est du pays. À al-Hoceïma et dans les villes alentours, la colère gronde. Al Hirak, le mouvement de protestation pacifique réclamant des mesures sociales et des infrastructures connaît depuis plusieurs jours une vague d’arrestations. Après 7 mois de mouvement pacifique, des échauffourées ont éclaté, et les relations avec les forces de l’ordre se sont tendues depuis 15 jours et l’arrestation du leader de leur mouvement, Nasser Zefzafi. RFI

Pour son premier déplacement au Maghreb, Macron choisit le Maroc
Contrairement à ses prédécesseurs, ce n’est pas en Algérie que le nouveau président français effectuera son premier déplacement au Maghreb, mais au Maroc. Il s’était déjà rendu en Tunisie et en Algérie lors de sa campagne. La fin d’une tradition ? Alors que Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande avaient tous choisi l’Algérie pour leur premier déplacement au Maghreb, Emmanuel Macron se rendra, lui, au Maroc mercredi 14 et jeudi 15 juin. France 24

Libye: la libération de Saïf al-Islam montre la complexité de la situation à Zintan
En Libye, rien ne filtre encore sur la destination de Saïf al-Islam Kadhafi après son départ ce vendredi de Zintan où il était détenu en 2011, puis mis en liberté conditionnelle depuis juillet 2016 sans pouvoir quitter cette ville montagneuse au nord-ouest de la Libye. Sa libération, par la brigade Abou Baqr al-Sadiq remet en lumière la relation existante entre le maréchal Khalifa Haftar, l’homme fort de l’Est libyen, et plusieurs brigades de Zintan qui déclarent leur appartenance à la direction générale de l’Armée nationale libyenne (ANL). RFI

Le fils cadet de Kadhafi, Seif Al-Islam, de retour sur la scène politique ?
Bénéficiant d’une loi d’amnistie promulguée par le Parlement établi dans l’est du pays, le fils du dictateur déchu Muammar Kadhafi a été libéré dans la soirée du 10 juin. Arrêté en 2011, Seif Al-Islam était détenu à Zintan, dans l’ouest du pays. “Seif Al-Islam est-il le sauveur de la Libye ?” demande en une le site Libya Observer. “Certains Libyens ont été choqués, d’autres sont ravis alors que tous ceux qui se sont révoltés en février 2011 contre la dictature des Kadhafi se sentent dans une impasse, essayant de comprendre la portée de la libération de Seif Al-Islam Kadhafi et de sa sortie de la ville de Zintan. Une nouvelle qui s’est rapidement répandue dans les médias.” Courrier International

Le «roi du kidnapping» arrêté au Nigeria
Le Nigeria se passionne pour l’arrestation spectaculaire de celui que l’on appelle «le roi du kidnapping». Chukwudi Onuamadike, alias Evans, dort depuis quelques jours en prison. Evans est devenu multimillionnaire grâce aux cumuls de nombreuses rançons d’enlèvements. Des rapts qu’il a commandités et menés en personne. Evans était à la tête d’une vraie entreprise criminelle. Il opérait aux quatre coins du Nigeria. Et c’est avec du soulagement que les Nigérians s’envoient sur les réseaux sociaux les images et le récit de son arrestation. RFI

Les jeunes filles « courent » vers les trafiquants pour rejoindre l’Europe
A Benin City, la capitale nigériane de départ de l’immigration clandestine, on ne prononce jamais le mot « prostitution ». Dans le langage courant, les jeunes filles qui partent vers l’Italie ou la France ne vont pas faire le trottoir. Elles partent « se débrouiller ». Le Nigeria, géant de plus de 190 millions d’habitants, détient le triste record du nombre de migrants africains arrivés par bateau sur les côtes italiennes. En 2016, ils étaient 37.500, selon l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM). L’immense majorité d’entre eux étaient originaires de Benin City (Etat d’Edo, dans le sud du pays). L’OIM note une explosion des chiffres concernant le trafic de femmes (433 nigérianes sont arrivées en 2013, près de 5.000 en 2014, derniers chiffres disponibles), et remarque une « augmentation importante du nombre de mineures, facilement manipulables ». VOA

Le Tchad est le pays au monde le plus menacé par le changement climatique
Dans une récente étude portant sur la vulnérabilité climatique de 186 pays, c’est le Tchad qui a été classé comme le plus en danger. La combinaison entre une grande pauvreté, des conflits récurrents et le risque de sécheresse et d’inondation place ce pays d’Afrique centrale tout en bas de la liste, juste derrière le Bangladesh et bien loin de la Norvège, pays considéré comme le moins vulnérable au réchauffement. Comment expliquer ce résultat? Il faut tout d’abord rappeler que le Tchad est l’un des pays les plus pauvres au monde. Près de 87 % de ses habitants sont classés comme pauvres au regard de l’Index multidimensionnel de la pauvreté qui évalue les situations en fonction de critères d’éducation, de santé et de conditions de vie. Ce qui place le pays en 4e position mondiale; même chose pour la proportion des «sans ressources», le degré le plus extrême de pauvreté, qui s’élève à 63 %. Slate

RDC: désordres calculés ou perte de tout contrôle ?
Dimanche matin, 930 détenus sur les 966 qu’abritait la prison de Beni, au Nord-Kivu, se sont évadés lors d’une attaque du bâtiment; l’opération aurait fait une dizaine de morts. C’était la quatrième évasion de masse en moins d’un mois. Le 17 mai au soir, une attaque de la prison de Makala, à Kinshasa, avait permis à plus de 4 000 détenus de s’évader, dont le chef d’une secte politico-mystique, Ne Mwanda Nsemi – toujours en fuite aujourd’hui. Moins de 48 h plus tard, 68 des 74 prisonniers de Kasangulu, au Kongo-central (ex-Bas-Congo) prenaient à leur tour la poudre d’escampette. Et à l’aube de ce 10 juin, une dizaine de détenus avaient été libérés par la force au parquet de Matete (Kinshasa). La Libre

« Les oppositions africaines sont minables »
Les oppositions africaines ont la particularité de posséder souvent les mêmes tares que les pouvoirs dont elles dénoncent les actions et auxquels elles veulent succéder. Les péripéties actuelles des opposants sénégalais au régime de Macky Sall prouvent leur incapacité à constituer une alternative pour une population qui pourtant est en droit d’attendre une offre de gouvernement crédible. La campagne actuelle pour les législatives du 30 juillet est un bon laboratoire de ce que nos oppositions peuvent sécréter de négatif dans leur volonté d’accéder au pouvoir sans autre projet que celui de vaincre le régime. Le Monde

Grève générale à Port-Gentil
Un vaste mouvement de grève a touché lundi Port-Gentil, capitale économique du Gabon, pays pétrolier frappé par de nombreux mouvements sociaux depuis la chute des prix du baril en 2014. Plusieurs milliers de syndicalistes, tous secteurs confondus, ont protesté contre « la vie chère et la perte de l’emploi », a déclaré à l’AFP François Mouckany Koumba, coordonnateur de l’Intersyndicale professionnelle de l’Oogoué maritime (province de Port-Gentil) à l’origine de cet appel à une grève « générale et illimitée ». Le mouvement a touché plusieurs entreprises, dont les pétroliers Addax et Perenco, selon les syndicalistes qui estiment que la mobilisation a été suivie par 65% de leurs adhérents. VOA

Soudan : 250 enfants morts de diarrhée
C’est le bilan fourni par le Bureau de l’ONU pour la coordination des affaires humanitaires (Ocha), qui craint des nouvelles contaminations avec l’arrivée prochaine de la saison des pluies dans le pays. Depuis dix mois, soit entre la mi-août 2016 et le 2 juin 2017, plus de 15.000 cas de diarrhées aiguës ont été enregistrés au Soudan, dont 279 mortels. Environ 87% des décès concernent des enfants de plus de cinq ans répartis dans onze régions du pays, dont la capitale Khartoum. Ocha précise que ces chiffres tiennent compte de ceux fournis par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et du ministère soudanais de la Santé. BBC

Des dizaines de langues locales sont en voie de disparition en Afrique
On découpe souvent l’Afrique en deux grands blocs: les régions francophones et celles anglophones. Mais, derrière les langues véhiculaires issues de l’époque coloniale, se cachent des centaines d’idiomes locaux. Une mosaïque aujourd’hui menacée par la mondialisation et la diffusion de langues transnationales comme le swahili, en plus du boom de l’enseignement en anglais. Selon le site d’information Quartz, de nombreuses langues locales sont ainsi en voie d’extinction. Le Soudan, pays immense et peuplée de très nombreuses ethnies, remporte la triste palme du classement du genre avec pas moins de 65 idiomes menacés. Dans le haut du tableau, on retrouve le Cameroun (36 langues menacées), le Nigeria (29), le Tchad (29) ou encore l’Ethiopie (28). Les données viennent de l’Unesco. L’agence des Nations unies recense en effet les langues en danger dans le monde. Slate

Le Pr Condé, les étudiants et les tablettes numériques
Un chef de l’Etat qui réprimande des étudiants chahuteurs et un dirigeant d’université foudroyé par une crise cardiaque… Le coup de sang du président Alpha Condé, dont les images ont été très largement visionnées, agite encore la Guinée. Tout commence en ce début de ramadan, dans l’enceinte surchauffée et pleine à craquer de la salle des fêtes du Palais du peuple, à Conakry, à l’ouverture du « Forum de l’étudiant guinéen » le 1er juin. Mobilisés sur les réseaux sociaux et par SMS, les étudiants sont venus en masse pour rappeler à M. Condé sa promesse de campagne en 2015, axée sur « les jeunes et les femmes »: « Un étudiant, une tablette ». VOA



Photo: Adam Jones