Revue de Presse du 13 décembre 2017

Liberia : la commission électorale fixe au 26 décembre le second tour de la présidentielle
La commission électorale du Liberia a fixé au 26 décembre le second tour de l’élection présidentielle, initialement prévu le 7 novembre, entre l’ex-footballeur George Weah et le vice-président sortant Joseph Boakai. Les Libériens connaissent désormais la date du second tour de l’élection présidentielle : le président de la commission électorale a annoncé mardi 12 décembre qu’il aura lieu le 26 décembre. France 24

Nkurunzinza propose de gouverner jusqu’en 2034
Le président burundais Pierre Nkurunziza a lancé la campagne de référendum afin de prolonger son pouvoir jusqu’en 2034. La réforme vise à adopter un projet de constitution qui lui permettrait de briguer deux autres mandats de sept ans à compter de 2020. Il a déclaré mardi devant des partisans à Bugendana, dans le centre du pays, que ceux qui s’opposaient à son offre « par la parole ou par l’action » franchiraient « la ligne rouge ». La campagne intervient après le lancement par le gouvernement d’une campagne de financement pour les élections de 2020. BBC

Les enjeux de la réunion du G5 Sahel à La Celle Saint-Cloud, près de Paris
Les cinq chefs d’Etat du Sahel ont rendez-vous près de Paris, à La Celle Saint-Cloud, ce mercredi 13 décembre. A l’invitation d’Emmanuel Macron, les présidents du Mali, de Mauritanie, du Burkina Faso du Tchad et du Niger se retrouveront autour de la chancelière allemande Angela Merkel, du président de la Commission de l’Union africaine et de nombreux partenaires. Une vingtaine de délégations seront présentes, avec un objectif : renforcer la mobilisation internationale au profit de la force conjointe antijihadiste. RFI

G5 Sahel : une réunion pour mieux mobiliser autour de la force conjointe anti-djihadiste
La rencontre de ce mercredi à La Celle-Saint-Cloud vise à faire le point près de six mois après la décision de créer la force G5 Sahel, sous l’impulsion du président français, par cinq pays de la région parmi les plus pauvres au monde, à savoir le Mali, le Niger, le Burkina Faso, la Mauritanie et le Tchad. Elle va rassembler une vingtaine de délégations : les cinq pays concernés, les organisations et pays impliqués opérationnellement, comme l’ONU, l’Union africaine (UA), l’Union européenne (UE) ou la France, et les pays donateurs du G5 Sahel, dont les États-Unis et l’Arabie saoudite. Le Point

Contre-terrorisme : les forces spéciales françaises dans l’immensité sahélienne
Depuis quatre ans, les forces spéciales françaises sont chargées de traquer les jihadistes dans le Sahel, dans le cadre de l’opération Sabre. France 24 a pu exceptionnellement les rencontrer pendant leur entraînement. Reportage exclusif. Depuis plus de quatre ans, l’opération Sabre est menée par les forces spéciales françaises avec la plus grande discrétion dans le Sahel. Les envoyés spéciaux de France 24, Armelle Charrier et Karim Hakiki ont pu exceptionnellement les rencontrer quelques jours pendant leur entraînement. France 24

Rwanda : le rôle français dans le génocide en question 
Le cabinet d’avocats américain Cunningham Levy Muse a publié mercredi 13 décembre un rapport « sur le rôle des responsables français dans le génocide contre les Tutsis ». Le rapport de 52 pages du cabinet Muse, engagé par le gouvernement rwandais pour enquêter sur le rôle de la France dans le génocide, a conclu que de hauts responsables français « connaissaient et soutenaient le gouvernement du président Habyarimana et les génocidaires ». « Sur la seule base des documents publics, on peut dire que de hauts responsables français étaient conscients et ont appuyé, dans leurs buts et dans leurs actes, à la fois le gouvernement Habyarimana et les génocidaires », ont écrit les avocats dans leurs conclusions. BBC

Mali: l’ex-général Moussa Sinko Coulibaly dévoile ses ambitions politiques
Après avoir adressé début décembre 2017 une lettre de démission à sa hiérarchie, le général Moussa Sinko Coulibaly fait la Une de tous les journaux au Mali et prend la parole. Il dévoile ses ambitions pour le pays. Désormais, c’est à visage découvert que celui qui fut ministre de l’Administration territoriale entre 2012 et 2013 évolue. Le général Moussa Sinko Coulibaly explique pourquoi il a démissionné de l’armée, condition sine qua non pour faire de la politique. Il propose « de mettre le Mali au cœur de nos préoccupations. Nous ne pensons pas qu’aujourd’hui ce soit la préoccupation première de l’équipe qui est en place ». L’ex-militaire appelle de ses vœux un « renouveau et une nouvelle gouvernance ici, au Mali ». RFI

Crise au Togo: rendez-vous raté pour la préparation au dialogue national
Le gouvernement togolais tente de rencontrer des partis politiques et quelques personnalités du pays depuis mardi 12 décembre. Personne ne connaît la date d’ouverture du dialogue; l’opposition ne veut aborder les sujets du dialogue qu’en présence de la médiation, alors que le pouvoir tente de le préparer avec ceux qui lui font confiance. La presse privée et la presse internationale n’ont pas eu accès à la cour de la Primature du Togo. Les journalistes ont aperçu les véhicules aux vitres teintées à partir des jardins environnants. RFI

Qui va succéder à Jacob Zuma à la tête de l’ANC ?
Le Congrès national africain (ANC) au pouvoir en Afrique du Sud élira le week-end prochain son nouveau président en remplacement de Jacob Zuma, l’actuel chef de l’Etat. Le vainqueur aura de bonnes chances de devenir dans deux ans le prochain président sud-africain. La lutte s’annonce très serrée entre le vice-président Cyril Ramaphosa, ancien dirigeant syndical et l’une des plus grandes fortunes du pays, et la candidate soutenue par Jacob Zuma, son ex-femme Nkosazana Dlamini-Zuma, ancienne ministre et ancienne présidente de la Commission de l’Union africaine. VOA

Des milliers de Nigérians rapatriés « vidés » de Libye
Lorsqu’il est descendu de l’avion le ramenant de Libye au Nigeria et qu’il a entendu dire que le gouvernement de l’Etat d’Edo, dont il est originaire, avait mis en place un programme de réhabilitation pour les « déportés », Bright a d’abord cru à une arnaque. « On s’est fait avoir tant de fois depuis des mois », raconte à l’AFP ce Nigérian d’une quarantaine d’années. Sur le tarmac de l’aéroport de Lagos, épuisés par des mois de peur, de tortures et de prières dans les centres de détention de Tripoli ou de Benghazi, près de 300 « rapatriés » nigérians ont enregistré leur nom, leur ancienne adresse et le numéro de téléphone d’un proche. Dix chiffres, appris par coeur, qu’ils portent comme seul bagage depuis le jour de leur départ. Slate

Gabon: Ali Bongo pourra-t-il redorer son blason?
Depuis sa réélection très contestée en août 2016, le président gabonais, Ali Bongo, n’a de cesse de faire le ménage dans son entourage. Sans doute, pour regagner le cœur de nombre de ses compatriotes, qui voient en sa gouvernance, la perpétuation d’une dynastie familiale. On a souvenance qu’il a succédé à son défunt père Omar Bongo à la tête du pays, comme dans une monarchie, sous le couvert d’une démocratie de façade. Après s’être séparé de certains de ses proches collaborateurs, dont l’omniprésent directeur de cabinet Maixent Accrombessi, au lendemain de son nouveau sacre, l’homme fort de Libreville a promené le balai au sein du Parti démocratique gabonais (PDG). Tenez, le 11e congrès du parti présidentiel, tenu du 8 au 10 décembre dernier, a donné lieu à une révolution interne, avec un renouvellement à 95% des membres du bureau exécutif. allAfrica

Qui est derrière l’attaque contre une force de l’ONU dans l’est de la RDC ?
C’est la pire attaque contre des casques bleus dans le monde depuis 24 ans : quinze soldats tanzaniens de la Monusco ont été tués le 7 décembre, dans l’est de la République démocratique du Congo. L’assaut a été attribué par l’ONU à un groupe armé ougandais. Mais pour cet éditorialiste guinéen, la situation n’est pas si claire. Plusieurs forces ont intérêt à alimenter l’insécurité dans cette région. En matière de déchéance et de décrépitude, la République démocratique du Congo (RDC) de Joseph Kabila est en train de battre tous les records. En proie à une crise politique résultant du refus du chef de l’État de quitter le pouvoir [son mandat a expiré en décembre 2016, des élections sont prévues fin 2018], le pays s’enfonce par ailleurs inexorablement dans l’insécurité. Courrier International

Le Rwanda fait appel à un cabinet d’avocat américain pour enquêter sur le rôle de la France pendant le génocide
Le cabinet d’avocat américain Cunningham Levy Muse, engagé par le gouvernement rwandais, publie un rapport préliminaire sur le « rôle des officiels français dans le génocide contre les Tutsis ». Il recommande à l’Etat rwandais de poursuivre une « investigation complète » sur la « connaissance, la conduite et la complicité des responsables français ». C’est une nouvelle étape dans la longue controverse sur le rôle de la France au Rwanda entre 1990 et 1994. Le cabinet d’avocat américain Cunningham Levy Muse publie ce mercredi 13 décembre un rapport « sur le rôle des responsables français dans le génocide contre les Tutsis ». Il avait été commandé par le gouvernement rwandais dans le cadre de son enquête sur les responsabilités françaises dans le génocide commis au Rwanda d’avril à juillet 1994, qui a fait 800 000 morts selon l’ONU. Jeune Afrique

Au Soudan, le pari des journaux en ligne pour contourner la censure
Assis dans son bureau donnant sur le Nil bleu à Khartoum, le journaliste soudanais Adil al-Baz assure qu’il ne craint plus la censure des autorités depuis qu’il a lancé son journal en ligne. « Nous sommes libres de publier ce que nous voulons sur notre journal en ligne », confie cet ancien rédacteur en chef d’un journal papier, dans les locaux de son nouveau média, lancé cette année. Dans un pays où la censure n’a cessé de croître au fil des ans, lui et d’autres journalistes ont quitté « le papier » pour tenter l’aventure du « net » dans le but de continuer à faire du journalisme indépendant. TV5

La Russie souhaite livrer des armes aux forces centrafricaines
La Russie a demandé au Conseil de sécurité de l’ONU une exemption à l’embargo sur les armes imposé à la Centrafrique, afin d’équiper deux unités de l’armée de ce pays en cours de formation, a-t-on appris, mardi 12 décembre, de sources diplomatiques. Cette demande apparaît cohérente avec la volonté de l’ONU de voir se renforcer une armée encore faible, dépourvue de formation et d’équipements. Elle a toutefois suscité des inquiétudes de la France sur les conditions de stockage des armes et munitions fournies, selon l’une de ces sources. Le Monde

Automobile : plus d’un milliard d’euros d’investissements annoncés au Maroc
Mohammed VI a paraphé lundi 11 décembre 26 conventions de partenariats, notamment avec les groupes français Renault et PSA Peugeot Citroën, en vue de l’implantation d’autant d’usines de sous-traitants. Une cérémonie de signature a été organisée lundi 11 décembre au palais royal de Casablanca afin d’officialiser la série de conventions d’investissements entre le Maroc et des constructeurs automobiles, au premier rang desquels les français Renault et PSA Peugeot Citroën, et des équipementiers, pour l’implantation de 26 usines de sous-traitants automobiles, représentant 1,23 milliard d’euros d’investissements. Parmi ces accords, treize concernent PSA et six sont conclus avec Renault, dans le but de développer leur « écosystème » au sein du royaume. À noter, aussi, les deux conventions passées avec l’équipementier français Valeo, et les cinq investissements restant concernant le développement de « écosystème câblage et connectique ». Jeune Afrique



Photo: Adam Jones