Revue de Presse du 13 août 2018

Présidentielle au Mali : un mort et une faible mobilisation pour le second tour
Les Maliens votent dimanche 12 août pour départager Ibrahim Boubacar Keïta et Soumaïla Cissé. Si l’affiche, identique à celle de 2013, passionne peu les électeurs, ce second tour est marqué par deux défis : la sécurité et la transparence. Alors que les bureaux de vote ferment, retour sur une journée marquée par des incidents et la défiance entre les acteurs politiques. L’affluence est faible dans les bureaux de vote de Bamako pour ce second tour de la présidentielle. Le taux de participation, habituellement bas au Mali, devrait l’être encore plus à l’issue de ce scrutin, malgré les nombreux appels à la mobilisation des deux candidats en lice. Dans les centres de vote couverts par le Pool d’observation citoyenne du Mali (Pocim), le taux de participation était de 8,11% aux alentours de 12 heures. Le taux maximum était de 14,42% à Tombouctou et le taux le plus bas a été enregistré à Bamako avec 4,80%.  Jeune Afrique

Le président-candidat dénonce des « mises en scène » de fraudes par l’opposition malienne
Le président du Mali, Ibrahim Boubacar Keïta, candidat à sa réélection dimanche, a mis en garde contre les « manoeuvres » et « mises en scène » de fraude électorale, quelques heures après que l’opposition eut dénoncé une vaste manipulation en cours. « Il est des manoeuvres dont nous savons qu’elles sont à l’oeuvre pour faire croire que nous serions dans une logique de fraude », a déclaré M. Keïta à la presse après avoir voté dans un quartier défavorisé de Bamako situé non loin de son domicile. « Comment frauder quand on a l’assurance de l’estime de son peuple? Pourquoi essayer de frauder? », a ajouté le président, surnommé « IBK », donné grand favori face à l’opposant Soumaïla Cissé. VOA

Soudan: Omar el-Béchir candidat à un troisième mandat en 2020
Au Soudan, le président Omar el-Béchir sera candidat à sa propre succession à la présidentielle de 2020. S’il est élu, cela représentera son 3e mandat à la tête de l’Etat soudanais, en contradiction avec les lois du pays. Les leaders du Parti du congrès national ont désigné Omar el-Béchir comme étant leur unique candidat à la présidentielle de 2020, après une nuit entière de délibérations, du 9 au 10 août, rapporte l’agence de presse officielle Suna. Devant ses partisans, le président, qui avait par le passé annoncé qu’il ne se représenterait pas pour un troisième mandat, a souligné qu’il était le seul capable, à ce jour, de redresser l’économie du pays, à travers des mesures « rapides et pratiques ». RFI

Côte d’Ivoire: recomposition du paysage politique à deux ans de la présidentielle
En Côte d’Ivoire, la libération de l’ex-première dame Simone Gbagbo et l’annonce par le PDCI de son refus de prendre part au projet présidentiel de parti unifié RHDP a rebattu les cartes du paysage politique ivoirien à deux ans de la présidentielle et à deux mois des élections municipales et régionales. Le paysage politique ivoirien actuel rappelle celui de 2010, lorsque le Rassemblement des Républicains (RDR), le Front populaire ivoirien (FPI) et le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) se faisaient face au premier tour de la présidentielle. L’explosion de la coalition au pouvoir a rebattu les cartes dans un pays où il est de coutume de dire qu’aucun parti ne peut remporter seul une élection. RFI

Côte d’Ivoire: un ex-chef rebelle revient à Bouaké comme préfet  
Un ex-chef rebelle ivoirien, qui avait pris le contrôle de Bouaké, la deuxième ville du pays, au temps de la crise des années 2000, Tuo Fozié, va y être réaffecté comme préfet, selon un communiqué gouvernemental. Ce décret, pris le 6 août par le conseil des ministres, a été publié par le quotidien gouvernemental Fraternité Matin dans son édition de samedi-dimanche. Tuo Fozié a été le premier visage connu de la rébellion ivoirienne, qui a pris le contrôle de la moitié nord de la Côte d’Ivoire après un coup d’Etat raté en 2002, et jusqu’en 2010. A l’époque adjudant dans l’armée régulière, les Forces armées nationales de Côte d’Ivoire (FANCI), « c’est lui qui avait signé le premier cessez-le-feu à Lomé (entre les protagonistes de la crise) sous l’égide de l’ex-président togolais, feu Gnassingbé Eyadema », a rappelé à l’AFP l’un de ses collaborateurs qui a requis l’anonymat. TV5

Egypte: douze suspects de terrorisme tués dans le Sinaï
Les forces de sécurité ont tué douze suspects de terrorisme dans un affrontement dans le nord de la péninsule égyptienne du Sinaï, où une vaste opération militaire cible le groupe Etat islamique (EI), a indiqué dimanche une source au ministère de l’Intérieur. Les échanges de tirs ont eu lieu dans la ville d’Al-Arich, après que les autorités ont reçu des informations sur la présence d' »éléments terroristes » cachés dans la région, selon la même source. Douze « terroristes » ont été tués, a-t-elle poursuivi sans faire état de victimes parmi les forces égyptiennes et sans préciser la date de l’affrontement. Des pistolets, des munitions et des engins explosifs ont été retrouvés sur les lieux. TV5

Museveni prie les réfugiés sud-soudanais de rentrer
Le président ougandais dit s’attendre au retour chez eux d’environ un million de réfugiés sud-soudanais vivant dans son pays. Yoweri Museveni espère que l’accord de partage du pouvoir signé début août par le gouvernement et la rébellion du Soudan du Sud mettra fin à la guerre civile et va favoriser le retour au bercail des réfugiés, avant l’an prochain. « Nous espérons qu’avec l’appui des Nations unies en ce qui concerne la nourriture et les denrées de base, les réfugiés pourraient rentrer chez eux d’ici janvier et profiter des pluies pour cultiver », a déclaré Yoweri Museveni dans un communiqué. BBC

Des soldats nigérians protestent contre leur déploiement
L’idée d’être déployés sur la ligne de front dans la lutte contre Boko Haram n’enchante pas des soldats de l’armée nigériane. Des soldats d’un détachement de l’armée nigériane a tiré en l’air dimanche – dans un aéroport de la ville de Maiduguri, dans le nord-est du pays. Ils protestaient contre leur redéploiement en première ligne dans la lutte contre les militants islamistes de Boko Haram. Les médias locaux ont indiqué que les soldats avaient refusé de monter dans l’avion qui devait les transférer de Maiduguri, la capitale de l’Etat de Borno, vers la localité de Marte, à la frontière avec le Niger. BBC

Vingt-cinq candidats pour la présidentielle en RDC
La commission électorale de la République démocratique du Congo a reçu 25 dossiers de candidature à l’élection présidentielle du 23 décembre prochain, dont celui du dauphin du président Joseph Kabila. Trois ténors de l’opposition, Félix Tshisekedi, Vital Kamerhe et Jean-Pierre Bemba, font partie des candidats ayant déposé leur dossier, selon l’Agence France-Presse. Antoine Gizenga, âgé de 92 ans, frère d’armes du héros national de l’indépendance, Patrice Lumumba, assassiné en 1961, a également déposé un dossier de candidature. Il a été vice-Premier ministre à l’époque de l’indépendance en 1960. M. Gizenga a été Premier ministre aussi de Joseph Kabila, après sa première élection en 2006. BBC

Cameroun: nouvelle vidéo d’exécution d’une dizaine de personnes à Achigachia
Une nouvelle vidéo montrant des hommes en armes et portant l’uniforme de l’armée camerounaise exécuter une dizaine de personnes désarmées et habillées en civils a fait son apparition sur les réseaux sociaux au Cameroun. Selon un communiqué d’Amnesty International publié ce 10 août, cette vidéo, tournée avant 2016, corrobore de précédents témoignages d’exécutions extra-judiciaires commises par les forces de l’ordre dans le village d’Achigachia dans la région de l’Extrême-Nord du pays. RFI

Cameroun anglophone: les raisons de la colère à Buea
Voici deux ans déjà que les populations des régions du sud-ouest et du nord-ouest du Cameroun mènent une fronde contre le pouvoir central de Yaoundé. L’origine remonte à une grève des syndicats d’enseignants et des avocats qui a progressivement dérivé en conflit armé entre divers groupes séparatistes et l’armée camerounaise. Malgré des appels pressants au dialogue, la crise a tendance à s’enliser. Reportage à Buea, capitale régionale du sud-ouest anglophone. RFI

Tunis: plusieurs milliers de manifestants contre des réformes sociétales
En Tunisie le rapport de la Commission pour les libertés individuelles et l’égalité (Colibe), commission présidentielle, continue de faire débat. Ce rapport de 232 pages recommande notamment l’abolition de la peine de mort, la dépénalisation de l’homosexualité ou encore l’égalité entre hommes et femmes dans l’héritage. Ces propositions heurtent certains Tunisiens, qui les jugent contraires à l’islam. Samedi 11 août, la Coordination nationale pour défendre le Coran et la Constitution a ainsi organisé une grande manifestation dans la capitale. Ce, deux jours avant le 13 août, « fête de la femme » en Tunisie et un discours du président de la République qui devrait proposer des projets de loi inspirés du rapport de la Colibe. RFI

Tunisie : un dilemme sans frontières pour Ennahdha
Ennahdha pâtit d’un contexte géopolitique défavorable. Le parti doit choisir entre lisser son image et flatter son électorat. L’événement aurait dû marquer le début d’un âge d’or : Ennahdha, premier parti représenté au Parlement, a largement remporté les municipales du 6 mai dernier. La formation évite pourtant de parader. Ayant perdu plus de la moitié de son électorat depuis 2011 – 1,2 million de voix aux législatives de 2012, contre 500 000 aux municipales, en 2018 –, elle sait devoir son succès, tout relatif, à une crise politique persistante. Un plus grand péril menace le parti de Rached Ghannouchi : la perte progressive de ses appuis internationaux. Jeune Afrique

Angola : sommet régional à Luanda le 14 août sur la RDC et le Soudan du Sud
Luanda va accueillir mardi 14 août un sommet régional consacré à la République démocratique du Congo et au Soudan du Sud notamment, a annoncé le ministre des Affaires étrangères angolais Manuel Agosto. Le sommet visera à « analyser l’évolution de la situation en RDC, les accords signés au Soudan du Sud pour la paix mais aussi (à) analyser la situation politico-sécuritaire sur le continent », a dit Manuel Agosto au cours d’un point de presse vendredi. Les présidents gabonais Ali Bongo, ougandais Yoweri Museveni, rwandais Paul Kagame, zambien Edgar Lungu et congolais Joseph Kabila (RDC) et Denis Sassou Ngesso (Congo Brazzaville) devraient être présents, selon le ministère des Affaires étrangères angolais. Jeune Afrique

 



Photo: Adam Jones