Revue de Presse du 12 mars 2018

Elections générales en Sierra Leone: vers un second tour pour la présidentielle
Y aura-t-il un second tour en Sierra Leone ? La commission électorale vient de publier les tendances concernant les résultats de l’élection présidentielle et les deux partis traditionnels sont au coude à coude. Quatre jours après le scrutin, la moitié des votes au moins ont été compilés dans chacun des 16 districts du pays. Et les deux principaux partis sont dans un mouchoir de poche. Selon les derniers chiffres publiés par la Commission électorale, c’est le candidat de l’APC (All people’s Congress) – le parti au pouvoir – Samura Kamara qui arrive en tête de l’élection présidentielle avec 43,3% des suffrages. Il est talonné par Julius Maada BIo du SLPP (The Sierra Leone people’s party) – principal parti d’opposition – qui a gouverné le pays à la fin de la guerre civile. Mais seules 3 830 voix les séparent. RFI

RDC : « Ensemble », la nouvelle coalition chère à Moïse Katumbi
“Ensemble”, c’est la nouvelle arme de l’opposition pour faire tomber le régime de Joseph Kabila en République démocratique du Congo. Ce lundi, Moïse Katumbi, à l’origine de cette nouvelle coalition, a annoncé sa création effective sur son compte Twitter. “Aujourd’hui, nous créons notre mouvement électoral pour changer le Congo ! “Ensemble” est un mouvement ouvert à tous. “Ensemble” nous mettrons fin à la dictature et irons gagner les élections”, a-t-il écrit. Sous pression de l’opposition et de la Communauté internationale, les autorités congolaises ont programmé les prochaines élections à décembre 2018. Mais jusque-là, l’actuel président Joseph Kabila n’a pas officiellement annoncé qu’il ne sera pas candidat à un troisième mandat. Africa News

RDC: le clergé de Kananga alerte sur l’insécurité grandissante au Kasaï
En RDC, nouveau cri d’alarme du clergé catholique de Kananga. L’ensemble des prêtres dénoncent l’insécurité qui prend encore une fois de l’ampleur. Les signataires l’ont fait dans un mémorandum dont le destinataire n’est autre que le nouveau gouverneur de la province du Kasaï-Central, Denis Kambayi Cimbumbu. Pour les prêtres de Kananga, le forum pour la paix tenu au mois de septembre 2017 n’a rien apporté. Selon ces religieux, « l’espoir de voir la paix revenir enfin n’a duré que l’espace d’un matin ». Les prêtres recensent alors plusieurs meurtres, des cas d’extorsion et d’autres abus commis par des hommes en uniforme sur la population. « Enlèvements et arrestations arbitraires se poursuivent, de jour comme nuit », expliquent ensuite les signataires du mémorandum. RFI

Kabila inflexible face aux multinationales avec son nouveau code minier en RDC
Le président congolais Joseph Kabila a promulgué le nouveau code minier qui prévoit une forte hausse des taxes sur les « substances stratégiques », et demandé au gouvernement d’ouvrir des « concertations » pour tenir compte de l’inquiétude des entreprises étrangères, a-t-on appris dimanche auprès de la présidence. « Le code a été promulgué sous la même forme qu’il a été adopté par le Parlement », a indiqué à l’AFP un conseiller du président. Cette version prévoit un taux de redevance minière allant jusqu’à 10% pour les « substances stratégiques ». Les grandes entreprises minières installées en RDC (Glencore, China Molybdenum, CDM…) redoutent que cette taxe ne touche le cobalt. Il appartiendra au Premier ministre de dresser par décret la liste des métaux stratégiques. VOA

Répression en RDC : un rapport alourdit les chiffres officiels
La répression des marches de catholiques contre le président Joseph Kabila des 31 décembre et 21 janvier derniers en démocratique du Congo a fait 14 morts, selon une commission d’enquête mixte gouvernement/société civile qui contredit la version de l’exécutif parlant jusqu’à présent de deux morts. La répression des marches interdites par les autorités a fait sept morts le 31 décembre et sept autres le 21 janvier, selon ce rapport diffusé dimanche par la presse congolaise en ligne. Le rapport a été présenté samedi par la ministre des Droits humains, Marie-Ange Mushobekwa, et un rapporteur de la société civile. Jeune Afrique

Burundi: Nkurunziza élevé au rang de «guide suprême éternel» du parti au pouvoir
Le président burundais Pierre Nkurunziza a été élevé au rang de « guide suprême éternel » de son parti, le CNDD-FDD, par ses hauts dirigeants qui étaient réunis autour de lui dans sa province natale, Ngozi, dans le nord du Burundi, samedi 10 mars. Le parti au pouvoir promet d’expliquer la signification de cette distinction d’ici mardi. En attendant, cette décision a provoqué une grande polémique sur les réseaux sociaux. RFI

Egypte: 16 djihadistes tués
Seize djihadistes ont été tués à l’occasion d’une opération antiterroriste lancée dans le Sinaï contre la branche locale de l’Etat islamique. L’annonce a été faite dimanche par Tamer el-Refaï, le porte-parole de l’armée, à travers un communiqué publié sur les réseaux sociaux. Selon lui, quatre extrémistes réputés être « très dangereux » et douze autres de l’organisation djihadiste ont été « éliminés lors d’un échange de tirs ». BBC

Rwanda: 16 personnes tuées par la foudre
Au moins 16 personnes sont décédées samedi dans une église des Adventistes frappée par la foudre. Habitegeko Francois, le maire du district de Nyaruguru, a affirmé que 14 personnes ont été tuées sur le coup et deux autres ont succombé plus tard à leurs blessures. Selon lui, 140 autres personnes ont été blessées et admises d’urgence dans les hôpitaux et les centres de soins. Certaines d’entre elles ont été libérées. Le maire a révélé qu’un élève avait été tué vendredi par la foudre qui s’était abattue sur un groupe de 18 écoliers. BBC

CPI: un Nigérian élu nouveau président
Le juge nigérian Chile Eboe-Osuji devient le nouveau président de la Cour pénale internationale (CPI), en remplacement de la juge argentine Silvia Fernández de Gurmendi. Son élection a eu lieu dimanche 11 mars 2018, avec « effet immédiat ». Chile Eboe-Osuji est élu pour un mandat de 3 ans, a indiqué une note transmise aux médias par le bureau de la CPI. Le juge tchèque Robert Fremr est élu premier vice-président et le juge français Marc Perrin de Brichambaut est le 2e vice-président. BBC

Guinée: semaine à risque sur fond de grève et de manifestations
Le président guinéen Alpha Condé, confronté depuis la mi-février à une série de manifestations de l’opposition et de grèves des enseignants qui paralysent le système éducatif, risque de vivre à nouveau une semaine à risque à partir de ce lundi. Cette semaine encore risque d’être très longue pour les autorités guinéennes confrontées depuis mi-février à toutes sortes de grèves et de mouvements de contestation et de revendications. Les enseignants qui ont décidé de poursuivre leur mouvement de grève malgré les promesses faites par le gouvernement et l’opposition qui annonce une série de manifestations toute la semaine, à commencer par une journée ville morte dès ce lundi à Conakry et dans les environs, ne sont pas de nature à ramener le calme et la sérénité dans le pays. RFI

Rex Tillerson au Tchad ce lundi
Dans le cadre de sa tournée en Afrique, le secrétaire d’Etat Américain Rex Tillerson arrive au Tchad. Le diplomate Américain sera reçu ce lundi par le président tchadien Idriss Déby Itno. Qu’attendent les Tchadiens de cette visite ? Cette première visite du chef de la diplomatie américaine au Tchad intervient au moment où les relations diplomatiques entre les deux états ne sont pas au beau fixe. Accusé de délivrer des passeports à des non-ressortissants du pays, le Tchad fait partie des sept pays dont les citoyens ne peuvent obtenir de visa pour entrer sur le territoire américain. VOA

La présidentielle au Mali entre doute et incertitudes
De nombreux Maliens trouvent que l’organisation de l’élection présidentielle n’est pas facile avec la situation sécuritaire. Le gouvernement a fixé la date du premier tour au 29 juillet prochain, alors qu’il reste beaucoup de choses a faire sur le plan de la préparation matérielle pour ce scrutin. Alors qu’une délégation parlementaire UE-ACP vient de séjourner a Bamako, elle tient au respect du délai constitutionnel. Un déplacement des autorités maliennes, au centre et nord du pays, nécessite une forte mobilisation de l’armée malienne et l’insécurité voir l’instabilité a gagné plusieurs localités. VOA

« Coup d’État » manqué en Guinée équatoriale : la justice désigne les exécutants
Un Français, un Tchadien et un Centrafricain ont été désignés par la justice de Guinée équatoriale comme étant les exécutants de la tentative de « coup d’Etat » que Malabo a affirmé avoir déjoué début janvier, a rapporté samedi la télévision d’Etat TVGE. Les commanditaires sont des « Équato-guinéens » qui « ont contacté et contracté à Paris un citoyen français, Dominique Calas, à qui ils ont donné une avance de 500 000 euros », a affirmé David Nguema Obiang, procureur général de Guinée équatoriale, lors d’une conférence de presse retransmise par la TVGE. Ce Français a ensuite fait appel à « un général tchadien, Mahammat Kodo Bani, chef de l’opération, et un militaire centrafricain, Ahmed Diallo », a ajouté le procureur. Jeune Afrique

Affaire Karim Wade : le rapport secret qui agite le Sénégal
C’est un dossier de la Banque mondiale resté secret durant cinq ans et qui suscite aujourd’hui bien des fantasmes dans le monde politico-judiciaire au Sénégal. Fin janvier, le journal Walf Quotidien a révélé l’existence d’un document confidentiel de 311 pages, dont Le Monde Afrique a pu obtenir copie intégrale, qui analyse sur une période de dix ans un pan des circuits financiers offshore d’un homme d’affaires sénégalais d’origine libanaise, Ibrahim Aboukhalil. Plus connu sous le pseudonyme de Bibo Bourgi, il est considéré comme le principal prête-nom et orchestrateur des financements occultes de Karim Wade. L’ancien ministre de son père, le président Abdoulaye Wade (2000-2012), a été condamné en 2015 à six ans de prison et plus de 210 millions d’euros d’amendes pour avoir notamment acquis illégalement 178 millions d’euros. La Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI) a ordonné la saisie de tous les biens de MM. Wade et Aboukhalil. Le chef de l’Etat, Macky Sall, leur a accordé une grâce présidentielle l’année suivante.  Le Monde



Photo: Adam Jones