Revue de Presse du 12 janvier 2018

Le Mali va lancer une « vaste opération » anti-jihadiste dans le centre
Le gouvernement malien va lancer « une vaste opération » de sécurisation dans le centre du pays, dont une partie est sous le contrôle de groupes armés jihadistes, ont indiqué jeudi à l’AFP des sources officielles. « Nous ne voulons pas donner trop de détails, ni la date du début des opérations, mais c’est effectivement une vaste opération anti-terroriste au centre du Mali, pour assurer la sécurité des biens et des personnes, également pour combattre les jihadistes », a déclaré un responsable du ministère malien de la Défense ayant requis l’anonymat. Plus d’un millier de militaires seront à terme déployés dans le centre, selon une partie du plan de sécurisation que l’AFP a pu consulter. TV5

RDC: la Cenco appelle à «barrer la route» à ceux qui veulent confisquer le pouvoir
C’est un appel sans équivoque en RDC où les évêques demandent aux Congolais de « barrer la route » à ceux qui voudraient confisquer le pouvoir. Une déclaration forte ténue lors d’une conférence de presse à Kinshasa. Il faut dire que depuis la répression de la marche catholique du 31 décembre, le ton monte au sein de l’épiscopat. RFI

Une dizaine de personnes enlevées à Beni en RDC
Une dizaine de personnes dont un journaliste congolais ont été enlevées jeudi par de présumés rebelles ougandais musulmans dans une région troublée de l’est de la République démocratique du Congo, ont déclaré des responsables locaux. « Une dizaine de personnes ont été emportées par les présumés ADF à l’entrée de la ville hier (jeudi) vers 18h30 » à Beni, a déclaré à l’AFP Gilbert Kambale, président de la société civile locale. VOA

La Belgique prive la RDC d’aide financière
La nouvelle a été annoncée mercredi lors d’une audience à huis clos de membres du parlement belge avec les ministres des Affaires étrangères et de la Coopération, Didier Reynders et Alexander De Croo. Les parlementaires et les deux ministres ont annoncé la fin d’une série d’interventions au titre de la coopération, dont devrait bénéficier la République démocratique du Congo. La RDC sera privée de 25 millions d’euros, selon les autorités belges. Bruxelles promet par ailleurs de renforcer sa solidarité envers la population congolaise en allouant des financements à des actions d’aide humanitaire, jusqu’à la tenue des élections présidentielle et législatives crédibles en décembre 2018, selon les deux ministres. BBC

Côte d’Ivoire : Jean Noel Abehi condamné à 10 ans de prison 
Le verdict est tombé jeudi. L’ex commandant de l’unité des blindés du plus grand camp de gendarmerie du pays a écopé de 10 ans d’emprisonnement. Dans ce procès pour complot contre l’autorité de l’Etat, trois de ses co-accusés ont été condamnés à la même peine. Ils sont accusés d’avoir voulu renverser le pouvoir en tentant d’attaquer le plus grand camp de gendarmerie du pays le 23 décembre 2012. Huit autres civils et militaires ont été acquittés. BBC

Pus de 15.000 réfugiés camerounais au Nigeria
Les personnes déplacées fuient les tensions dans les régions anglophones du Cameroun situées à la frontière avec le Nigeria, qui sont le théâtre de violences attribuées à un mouvement séparatiste. Des réfugiés fuyant le Cameroun arrivent chaque jour dans des bourgades situées non loin de la frontière avec le Nigeria. Selon un porte-parole des Nations unies, ces vagues de réfugiés sont constituées essentiellement de femmes et d’enfants. Le HCR, l’agence des Nations unies pour les réfugiés, et le gouvernement nigérian essaient de trouver un site d’accueil. BBC

Tunisie: 778 arrestations depuis le déclenchement des troubles
Près de 780 personnes ont été arrêtées en Tunisie depuis le déclenchement lundi des troubles sociaux alimentés par des mesures d’austérité, a précisé vendredi le porte-parole du ministère de l’Intérieur Khlifa Chibani sur la radio privée Mosaïque FM. Le mouvement « Fech Nestannew » (« Qu’est-ce qu’on attend »), qui a lancé en début d’année la contestation contre la hausse des prix, a appelé de son côté à une nouvelle mobilisation vendredi. Selon M. Chibani, aucun acte de violence, de vol ou de pillage n’a été enregistré dans la soirée de jeudi dans le pays. Il a affirmé que les heurts entre jeunes et policiers avaient été « limités » et « sans gravité ». Il a pourtant ajouté que 151 personnes impliquées dans des actes de violence ont été arrêtées jeudi, portant le total des arrestations à 778 depuis lundi. Slate

Manifestations en Tunisie: qui est derrière la campagne «Fech Nestannew»?
En quelques jours, la campagne « Fech Nestannew » est parvenue à mobiliser dans toutes les régions du pays contre la hausse des prix et la nouvelle loi de Finances. Mais qui est à l’origine de cette campagne ? Et que veulent ses militants ? Si le mécontentement est bien réel, les manifestations de ces derniers jours en Tunisie ne sont pas pour autant spontanées. Elles sont le résultat d’une campagne lancée par des activistes jeunes mais expérimentés et proches du terrain : « Fech Nestannew ? » (« Qu’est-ce qu’on attend ? », en dialecte tunisien). Comprenez : qu’est-ce qu’on attend pour protester ? RFI

Mozambique: HRW dénonce des exactions impunies de l’armée et de l’ex-rébellion
L’armée du Mozambique et l’ancienne rébellion de la Renamo se sont rendues coupables, avant le cessez-le-feu qui a mis fin à leurs combats fin 2016, à de multiples exactions restées largement impunies, a dénoncé vendredi Human Rights Watch (HRW). Dans un document de 65 pages, l’ONG a établi une longue liste d’abus recensés dans le centre du pays entre 2015 et 2016, qu’elle attribue aux forces gouvernementales (disparitions, torture, détentions arbitraires) et aux rebelles (assassinats et pillages). « Plus d’un an après l’instauration d’un cessez-le-feu, le gouvernement mozambicain n’a interpellé aucun membre de ses forces ou de la rébellion pour ces crimes », a déploré un responsable de HRW, Iain Levine. Slate

Congo-B: un général de l’armée proche de Sassou-Nguesso interpellé par la police
Fidèle parmi les fidèles du régime de Brazzaville, le général Norbert Dabira a été interpellé mercredi 10 janvier par les services de police qui le maintiennent en garde à vue à la Direction générale de surveillance du territoire (DGST). Originaire de la même région que le président Denis Sassou-Nguesso, cet ancien inspecteur de l’armée serait soupçonné d’avoir voulu « fomenter » un coup d’Etat en 2017. RFI

Nigeria: hommage de masse pour 80 agriculteurs victimes d’affrontements communautaires
Des dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées jeudi à Makurdi, dans le centre du Nigeria, en hommage aux dizaines de victimes de récents affrontements entre cultivateurs et éleveurs, a rapporté un correspondant de l’AFP. Les affrontements dans le cadre des conflits agraires, exacerbés par des tensions religieuses et ethniques, ont fait des milliers de morts ces dernières décennies dans les Etats du centre du Nigeria et illustrant l’impuissance du gouvernement fédéral à juguler ces violences. Les participants, pour la plupart vêtus de noir, se sont réunis dans le square Ibrahim Babangida de Makurdi, la capitale de l’Etat de Benue, pour assister à une cérémonie avant l’enterrement collectif de cultivateurs. TV5

Ce que l’on sait du massacre en Casamance
Le massacre de 14 personnes le 6 janvier dans une forêt classée de Casamance a rompu l’accalmie régnant depuis plusieurs années dans cette région du sud du Sénégal, en proie à une rébellion armée depuis 1982. Près d’une semaine plus tard, de nombreuses interrogations subsistent sur les protagonistes, le mobile et les conséquences de cette tuerie, qui serait liée à l’exploitation illicite du bois, sur les négociations de paix en cours entre les rebelles et les autorités sénégalaises. VOA

Après la tuerie en Casamance, l’armée sénégalaise découvre une nouvelle victime
En Casamance, le bilan de la tuerie du 6 janvier dans la forêt de Boffa Bayotte est passé à 14 morts avec la découverte jeudi par l’armée du corps d’un homme qui était porté disparu. Toubacouta est calme, mais la population vit dans la psychose. Ce matin, les tirs d’artillerie de l’armée sénégalaise ont repris, mais il n’y a toujours aucune trace des agresseurs. RFI

Qui est Serigne Mountakha Bassirou, nouveau calife général des mourides du Sénégal ?
C’est une présence discrète mais toujours reconnaissable dans les grandes cérémonies de la confrérie soufie des mourides. Un collier de barbe blanche surmonté parfois de lunettes qui cachent deux épais sourcils d’un blanc éclatant eux aussi. Serigne Mountakha Bassirou Mbacké a été nommé officiellement, mercredi 10 janvier, huitième calife général des mourides, prenant la place de Serigne Sidy Mokhtar Mbacké, mort mardi dans la ville sainte de Touba, au Sénégal. Le Monde

 



Photo: Adam Jones