Revue de Presse du 12 avril 2018

L’Algérie en deuil après la mort de 257 personnes dans le crash d’un avion militaire
L’Algérie a connu mercredi matin une « tragédie » nationale suite au décès de 257 personnes survenu à l’issue du crash d’un avion militaire quelques minutes après son décollage de l’aéroport militaire de Boufarik, à 30 km au sud-ouest d’Alger. La majorité des victimes étaient des soldats et des membres de leurs familles, selon le ministère de la Défense. Pour connaitre les causes ayant provoqué cette catastrophe aérienne, une enquête a été ouverte. Ce drame a suscité l’émoi de la population et des autorités algériennes. Un deuil national de trois jours a d’ailleurs été décrété par le président Abdelaziz Bouteflika. « A la suite du crash d’un Iliouchine (avion de transport des troupes) des forces aériennes aujourd’hui à Boufarik faisant 257 victimes, le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a décrété un deuil national de 3 jours à compter de ce jour », précise la présidence de la République dans un communiqué. Xinhua

Centrafrique : au moins 19 morts lors d’un affrontement dans le quartier musulman de Bangui
Des affrontements entre des milices du quartier musulman PK5 à Bangui et une patrouille composée de Casques bleus et de soldats centrafricains ont fait au moins 19 morts et une centaine de blessés mercredi. Des « bandits ont pris la population en otage » dans le quartier musulman du PK5 à Bangui, a déclaré mercredi 11 avril le président centrafricain Faustin-Archange Touadéra, à la sortie d’une réunion avec des représentants de l’ONU et de l’Union africaine, selon une vidéo diffusée par l’ONU. Mardi, des affrontements entre une patrouille composée de Casques bleus et de soldats centrafricains, et des milices du quartier du PK5, ont fait au moins 19 morts, dont un Casque bleu, et une centaine de blessés. Jeune Afrique

Flintlock 2018 se tient au Niger
L’exercice militaire initié par l’armée américaine est en cours du 09 au 20 avril. Les manœuvres concernent 1 500 militaires venus d’une vingtaine de pays africains et occidentaux. L’ambassade américaine au Niger explique dans un communiqué que l’exercice Flintlock 2018 a pour objectif de renforcer les capacités des pays de la région sahélienne à lutter contre les organisations extrémistes violentes. Selon le commandant des opérations spéciales de l’armée américaine pour l’Afrique, la nouveauté dans les exercices de simulation cette année, c’est qu’ils ont été orientés sur les menaces réelles. BBC

Un humanitaire allemand enlevé au Niger
Un travailleur humanitaire allemand a été enlevé dans l’ouest du Niger, près de la frontière avec le Mali. Des responsables indiquent que l’homme et ses collègues voyageaient mercredi quand des hommes armés à bord de motos les ont arrêtés et ont brulé leur véhicule. L’enlèvement n’a pas encore été revendiqué et les ravisseurs n’ont pas encore fait de demande de rançons. Il n’a pas été précisé si les collègues de l’allemand ont aussi été enlevés. BBC

Génocide rwandais: Macron appelé à reconnaître le rôle de la France
En France, des associations et des ressortissants rwandais demandent au président Emmanuel Macron de reconnaître la responsabilité de l’état dans le drame qui a frappé les Tutsis. Le Rwanda a commémoré le 7 avril dernier, l’anniversaire du génocide contre les Tutsis en 1994. Pendant 100 jours, plus de 800 000 personnes furent massacrées. Depuis 1994, le gouvernement rwandais accuse la France de complicité de génocide pour avoir soutenu celui de son prédécesseur Juvenal Habyarimana. Le rôle de la France durant le génocide rwandais reste encore aujourd’hui un sujet sensible. BBC

Libye: incertitude sur le sort du maréchal Khalifa Haftar
Beaucoup de questions et beaucoup de rumeurs circulent sur le sort du maréchal Khalifa Haftar, l’homme fort de l’est de la Libye. Il est actuellement hospitalisé à Paris, a confirmé son entourage, qui précise que son état de santé est stable. Il aurait été transporté dans un hôpital en Jordanie dimanche, puis son état aurait imposé son transfert à Paris. Une source bien informée a affirmé à RFI que le maréchal Haftar est à Paris dans un hôpital militaire. Cette source affirme également qu’il est dans un état de santé stable. Ces informations ont été par la suite confirmées par son entourage. RFI

Kenya: les réfugiés somaliens du camp de Dadaab victimes de la menace shebab
Créé dans les années 90, le camp de Dadaab, dans le nord du Kenya, à moins de 100 kilomètres de la frontière somalienne, est resté longtemps le plus camp de réfugiés du monde. Aujourd’hui, près de 226 000 Somaliens y vivent encore. La sécurité dans la région est très volatile, car les terroristes somaliens constituent une menace constante, même pour les réfugiés. Slate

Ethiopie: le nouveau Premier ministre réclame la patience du peuple oromo
Tout un symbole. C’est depuis Ambo (ouest), un des foyers des manifestations anti-gouvernementales ayant mené à la chute de son prédécesseur, que le nouveau Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed a demandé mercredi au peuple de lui laisser le temps de mettre en place les réformes promises. Investi le 2 avril, M. Abiy est le premier Premier ministre de l’Éthiopie contemporaine issu de l’ethnie oromo, la plus importante du pays. Or, c’est en région oromo (ouest et sud), dans laquelle est située la ville d’Ambo, que les manifestations anti-gouvernementales avaient débuté fin 2015, avant de s’étendre à d’autres zones, dont la région amhara (nord). Slate

Idriss Déby “monarchise” le Tchad
En poste depuis 1990, le président tchadien instaure une nouvelle IVe République pour renforcer ses pouvoirs. Alors que les alliés occidentaux de Déby, dont la France, ferment les yeux, la presse ouest-africaine dénonce le risque d’“un pouvoir à vie”, rapporte RFI dans sa “Revue de presse Afrique”.  “Rideau sur le troisième acte du scénario sur les réformes institutionnelles au Tchad ! s’exclame L’Observateur Paalga. Après le forum conclusif sur la réforme des institutions tenu fin mars et boycotté par l’opposition et une bonne partie des organisations de la société civile, le Conseil des ministres a adopté, [mardi 10 avril], le projet de la IVe République”. Courrier International

Deuil national en Algérie après le crash d’un avion qui a fait 257 morts
Le crash de l’avion militaire, mercredi matin après son décollage de la base militaire de Boufarik, près de Blida, a fait 257 morts. C’est la pire catastrophe aérienne qui a touché le pays, et la 4e la plus meurtrière au monde. Le président algérien Abdelaziz Bouteflika a décrété un deuil national de trois jours à compter de mercredi. C’est la pire catastrophe aérienne survenue en Algérie. Un avion militaire de type Iliouchine 76 s’est écrasé mercredi matin, à 7h50 (6h50 GMT), peu après son décollage dans le périmètre de la base aérienne de Boufarik (Blida), en Algérie. Les médias algériens faisaient état d’une centaine de personnes – des militaires – à bord. Mais un premier bilan officiel, à 11h20 (GMT), fait désormais état de 257 morts, les 10 membres de l’équipage et les passagers, « dont la plupart sont des personnels de l’Armée nationale populaire ainsi que des membres de leurs familles », selon le ministère algérien de la Défense, cité par l’AFP. Jeune Afrique

RD Congo : le printemps de Félix Tshisekedi
Après avoir surmonté une série d’épreuves, l’opposant congolais a été élu à la tête de l’UDPS. Il est son candidat à la présidentielle… et se sent pousser des ailes ! Pour Félix Tshisekedi, 2017 fut une annus horribilis. D’abord, en février, il a perdu son père, Étienne, icône de l’opposition congolaise depuis près de quarante ans – dont le corps n’a toujours pas été rapatrié ni enterré dignement à Kinshasa. Puis cet homme sensible sous sa carrure impressionnante a vu certains de ses alliés se détourner de lui : Bruno Tshibala ou Tharcisse Loseke ont contesté sa légitimité et sont entrés dans le gouvernement de son principal adversaire, le président Joseph Kabila. Quant à ses tentatives pour mobiliser la rue, comme savait le faire jadis son père, elles se sont soldées par de semi-échecs. Jeune Afrique

Les opposants à la paix au Mali menacés de sanctions à l’ONU
L’ONU va entreprendre prochainement d’identifier les Maliens qui font obstruction à la paix dans leur pays en vue de leur imposer des sanctions, ont affirmé mercredi la France et les États-Unis, mais la Russie a mis en garde contre toute précipitation. « Les retards conséquents » dans l’application de l’accord de paix de 2015 « nous conduisent à devoir aller plus loin », a résumé l’ambassadeur français à l’ONU, François Delattre, lors d’une réunion du Conseil de sécurité sur le Mali. « Aucun progrès substantiel n’a été réalisé dans l’application de l’accord et nous souhaitons travailler avec nos partenaires pour identifier les responsables et prendre les mesures qui s’imposent », a abondé Amy Tachco, diplomate américaine. TV5

A Dakar, 29 djihadistes présumés et un projet de califat en procès
C’est une longue frise d’hommes en qamis, la barbe teinte au henné, qui s’étend sur toute la largeur de l’immense salle 4 du tribunal de grande instance hors classe de Dakar. Vingt-neuf accusés, poursuivis entre autres pour « terrorisme par menace ou complot », « association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste » ou « apologie et financement du terrorisme », faisaient face, lundi 9 avril, au juge Samba Kane et à ses assesseurs. Un procès tentaculaire comme le Sénégal n’en a jamais connu. Au milieu, l’imam Alioune Ndao les toise tous de sa carrure de boxeur, imperturbable. L’air de celui qui ne s’inquiète pas de l’issue du combat. Le tribunal, il connaît. La prison aussi. Il y a passé une année entre 2015 et 2016 pour des prêches radicaux tenus dans sa mosquée de Kaolack. Aujourd’hui, après trois renvois successifs de ce nouveau procès, il comparaît en observant le même rituel. Du box des accusés, il se tourne vers le public, lance un tonnant « Salam Aleikum » auquel la salle, pleine d’un millier de ses soutiens, répond d’une seule voix : « Aleikum Salam. » Le Monde

Le sinistre « club de foot » de Winnie Mandela, une tache sur son passé
« Winnie Mandela était là. Elle a commencé à nous battre, et les autres ont suivi, pendant une ou deux heures ». Trente ans après, Thabiso Mono est encore hanté par cette effroyable nuit de décembre 1988, qui entache la mémoire de la « Mère de la nation ». « Je n’en revenais pas. Je n’arrivais pas à comprendre ce qui se passait », raconte à l’AFP, d’une voix à peine audible, le militant anti-apartheid des années 80. « Lorsqu’on était près d’elle, on se croyait en sécurité ». Décédée le 2 avril à 81 ans, Winnie Mandela incarne pour la plupart des Sud-Africains la lutte courageuse et obstinée contre le régime raciste blanc, qui a mis derrière les barreaux celui qui était alors son époux Nelson Mandela pendant vingt-sept ans. TV5

Huit athlètes camerounais disparaissent en marge des Jeux du Commonwealth
Huit sportifs camerounais – six hommes et deux femmes – sont portés disparus en Australie. Ils sont boxeurs ou haltérophiles, partis à Gold Coast pour participer aux Jeux du Commonwealth. Ce mercredi 11 avril 2018, la délégation du Cameroun sur place a annoncé qu’ils étaient introuvables. Probablement des défections. Du déjà-vu à l’occasion de grands événements internationaux. RFI



Photo: Adam Jones