Revue de Presse du 11 septembre 2017

Somalie : l’organisation al-Chabab prend le contrôle d’une ville aux frontières avec le Kenya
Le porte-parole de l’organisation terroriste al-Chabab a annoncé avoir pris le contrôle d’une ville proche des frontières avec le Kenya et cela après avoir mené une attaque à la voiture piégée. L’agence Reuters rapporte que l’organisation affiliée à Al Qaida a tué 24 soldats somaliens lors d’une attaque menée contre une base militaire tôt dans la matinée du lundi 11 septembre 2017. Les combats sont toujours en cours. Shems TV

Somalie : 4 morts et 13 blessés dans un attentat
Au moins quatre personnes ont été tuées et 13 autres blessées dans une explosion dimanche à Beledweyne dans le centre de la Somalie. L’attentat-suicide a été revendiqué par les insurgés islamistes shebab. Ils ont affirmé dans un communiqué posté sur le site internet de leur station Radio Andalus avoir fait six victimes, toutes des militaires. « Six soldats dont trois de Djibouti ont été tués dans l’explosion au quartier général des apostats à Beledweyne », selon le communiqué. BBC

Nigeria : nouvel affrontement entre les partisans du Biafra et l’armée régulière 
le mouvement séparatiste pour les Peuples indigènes du Biafra (IPOB) assure avoir été attaqué en premier par l’armée. Dans un communiqué, ils décrivent ,que l’armée et la police avaient ouvert le feu lors d’une opération destinée à tuer le leader du mouvement, Nnamdi Kanu, à son domicile à Umuahia, faisant cinq morts dans ses rangs. Le porte-parole de l’IPOB, Emma Powerful a affirmé que 30 personnes avaient aussi été blessées. Une affirmation rapidement démentie par l’armée. Le porte-parole de l’armée, le major Oyegoke Gbadamosi a qualifié de “fiction” les affirmations de l’IPOB, ajoutant qu’elles étaient “loin de la vérité”. Selon lui, des militants de l’IPOB ont bloqué un convoi militaire vers 06H00 (17H00 GMT) avant de jeter des pierres et des bouteilles cassées sur les soldats blessant l’un d’entre eux et un passant. “Les troupes ont procédé à des tirs de sommation en l’air et les voyous se sont dispersés. Personne n’a été tué”, a-t-il déclaré dans un communiqué. Africa News

Gabon : levée de l’interdiction de sortie du territoire de leaders de l’opposition
Le principal opposant gabonais Jean Ping et plusieurs leaders de l’opposition, interdits le 3 septembre de sortie du territoire, ont de nouveau le droit de voyager, a annoncé le ministère gabonais de l’Intérieur. La mesure a été levée vendredi soir car “l’ordre public et la sécurité intérieure (ne sont) plus menacés”, selon un communiqué du ministère publié sur les réseaux sociaux vendredi en fin de soirée. Cette interdiction, qui touchait Jean Ping et “des responsables des partis politiques et associations appartenant à la Coalition pour la Nouvelle République (CNR)”, avait été prise après les propos de Jean Ping, le 18 août, qui avait “appelé ses partisans à l’insurrection et à la rébellion”, selon le texte. Africa News

Mali: le poste de commandement du G5 Sahel inauguré
Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a inauguré samedi à Sévaré dans le centre du pays le Poste de commandement de la force anti djihadiste du G5 Sahel, a révélé l’AFP. « Le président Keïta est arrivé samedi à Sévaré où il a inauguré le Poste de commandement de la Force G5, pour la lutte contre le terrorisme dans le Sahel », a déclaré Oumar Kanté, un responsable administratif régional. Le commandant de la force du G5, le général malien Didier Dakoua, et d’autres responsables militaires de cette unité, étaient également présents à cette cérémonie, selon la même source. BBC

Côte d’Ivoire : Henriette Diabaté à la tête du RDR
Le congrès du RDR, parti au pouvoir, s’est terminé dimanche avec la nomination d’une femme à tête de la formation politique. Henriette Diabaté est choisie pour diriger le parti du président Alassane Ouattara. Le chef de l’Etat ivoirien n’a pas voulu cumuler ses fonctions de président de la République à celles de secrétaire général du parti qui l’a porté au pouvoir. BBC

Sénégal : Abdoulaye Wade démissionne de l’Assemblée nationale
Abdoulaye Wade ne sera pas présent à la cérémonie d’ouverture solennelle de la session parlementaire le 14 septembre prochain. L’ancien président sénégalais a démissionné dimanche de son poste de député comme il l’avait promis, une fois la victoire de sa coalition assurée au terme des législatives du 30 juillet dernier. Dans une lettre adressée au secrétaire général, l’ex-président a indiqué avoir pris part aux dernières législatives dans l’unique but de « soutenir son parti, le Parti Démocratique Sénégalais (PDS) et sa coalition, Wattù Senegaal, dont il était la tête de liste pendant les élections ». Estimant avoir accompli sa mission en permettant au PDS de disposer du premier groupe parlementaire d’opposition avec 20 députés, l’ex-chef d’Etat a demandé au secrétaire général de prendre en « compte sa démission et de porter à la connaissance des autres députés qu’il ne sera pas présent à la séance d’ouverture solennelle convoquée pour le jeudi 14 septembre 2017 ». BBC

Nigeria: un «plan sinistre» de Boko Haram déjoué
Au Nigeria, l’Agence nationale de renseignement a annoncé, samedi 9 septembre, avoir déjoué un « plan sinistre » de Boko Haram. Le groupe islamiste aurait prévu de mener une série d’attaques coordonnées, début septembre, durant la célébration de l’Aïd-el-Kébir, dans les Etats d’Abuja, Kan, Kaduna, Niger, Bauchi, Yobe et Borno. La menace de Boko Haram plane toujours au Nigeria. L’attaque, vendredi soir, du camp de déplacés de Ngala, dans l’Etat de Borno, est la dernière action en date. Ce camp, proche de la frontière avec le Cameroun, abrite près de 80 000 personnes. Des éléments de Boko Haram l’ont visé avec une grenade tirée au lance-roquette, tuant au moins sept personnes. Cette fois-ci, les attaques de Boko Haram devaient cibler sept Etats de la moitié nord du Nigeria. RFI

Tanzanie: le gouvernement «nationalise» des diamants
Le ministre des Finances tanzanien a affirmé dimanche 10 septembre à la télévision, la « nationalisation » de diamants d’une valeur estimée à 29,5 millions de dollars après avoir accusé la compagnie britannique qui exploite la mine d’en avoir sous-évalué la valeur. Williamson Diamonds est détenue 75% par la société Petra Diamonds et pour un quart par le gouvernement tanzanien. RFI

Togo. La rue mobilisée, le président fragilisé
L’opposition a réalisé une démonstration de force sans précédent à Lomé, les 6 et 7 septembre. Les manifestants réclament des réformes et le départ de Faure Gnassingbé. Maître dans l’art de gagner du temps, le chef d’État est dos au mur, juge ce quotidien de l’opposition. “La politique ne se fait pas dans la rue”, “Ce n’est pas la rue qui gouverne”, “Les marches ne changeront rien”… Les griots et profiteurs du pouvoir UNIR [parti présidentiel] ne manquent pas de mots pour dézinguer les manifestations de rues. Voilà autant de propos dont ils ont rebattu et continuent de rebattre les oreilles des Togolais. Courrier International

Robert Mugabe : « Je laisserai ou donnerai le pouvoir » à Grace Mugabe ou Emmerson Mnangagwa
Le président zimbabwéen Robert Mugabe a annoncé samedi qu’il pourrait révéler qui il aimerait voir lui succéder entre sa femme et son vice-président, opposés dans une virulente guerre de succession. Le plus vieux chef d’Etat en exercice de la planète, déjà investi candidat de la Zanu-PF, parti au pouvoir, pour l’élection présidentielle de 2018, a toutefois précisé qu’il reviendrait ensuite à son parti de prendre la décision finale. « Je peux avoir mon propre candidat mais cette personne devra se battre lors du congrès contre les autres », a déclaré M. Mugabe, 93 ans, devant des milliers de partisans lors d’un meeting de jeunes à Bindura, à 90 km au nord de la capitale Harare. « La constitution stipule que le leader est choisi lors du congrès », a-t-il précisé. Jeune Afrique

L’Union africaine dénonce la « cacophonie » des interventions extérieures en Libye
L’Union africaine et plusieurs dirigeants africains ont dénoncé, samedi, à Brazzaville, les « dissonances » des interventions extérieures dans les tentatives de règlement du conflit libyen, plus d’un mois après une initiative française sur ce dossier. Cacophonie, dissonance, manque de cohésion. Un mois après l’initiative du président français Emmanuel Macron sur la Libye, plusieurs hauts responsables africains ont dénoncé les « dysfonctionnements » consécutifs dans la médiation de la crise libyenne dus, selon eux, aux interventions de pays étrangers. France 24

Egypte: 10 islamistes présumés tués dans un raid policier
Dix militants islamistes présumés ont été tués dimanche lors d’un raid des forces de sécurité égyptiennes près du Caire, ont indiqué des sources de sécurité. Selon ces dernières, ces hommes appartiennent à Province du Sinaï, une organisation jihadiste qui a prêté allégeance au groupe Etat islamique (EI) en 2014. Cinq membres des forces de police ont été blessés dans le raid. Les échanges de tirs ont duré plusieurs heures à Ard El-Lewaa, un quartier populaire du gouvernorat de Giza, à l’ouest du Caire, a-t-on appris de mêmes sources. Les forces de sécurité y ont mené des raids dans deux appartements soupçonnés d’abriter une cellule préparant des armes à feu et des explosifs pour commettre des actes terroristes contre des institutions de l’Etat. TV5

En Mauritanie, les dernières convulsions d’un régime agonisant
En tant que responsable politique mauritanien, il est de mon devoir d’en appeler à la conscience de tous dans cette période particulièrement dangereuse que traverse mon pays. Avec son vaste territoire situé dans un Sahel aux prises avec des bandes terroristes, sa petite population et ses importantes ressources naturelles (fer, or, cuivre, poissons, gaz, etc.), la Mauritanie a tous les ingrédients pour se développer, pour se défendre et pour contribuer efficacement à l’effort international engagé pour stabiliser et sécuriser la sous-région. Pourtant, l’accaparement des ressources par le clan présidentiel et la dérive autoritaire entraînent le pays dans une crise endémique. Le Monde

Tchad : Idriss Déby touche les dividendes de son engagement contre le terrorisme
Le spectre d’un effondrement du Tchad a eu raison des réticences à venir une nouvelle fois en aide à un pays qui, jusqu’à présent, n’a jamais mis en œuvre les politiques promises et dont la mauvaise gouvernance comme la violation des droits humains sont notoires. En pleine crise migratoire, le président Idriss Déby Itno, dont l’armée se bat pour maintenir la paix au Sahel et repousser Boko Haram dans la région du lac Tchad, est devenu un allié incontournable. Il vient d’en être récompensé. Vendredi 8 septembre, les principaux bailleurs de fonds se sont engagés à financer le plan de développement quinquennal (2017-2021) qui promet de projeter le pays sur la route de « l’émergence ». Un objectif fixé pour 2030. Le Monde

Algérie: les autorités veulent faire tourner la planche à billets
Le président du Venezuela Nicolas Maduro est arrivé ce dimanche 10 septembre à Alger pour une visite officielle de deux jours. La question économique est au cœur de cette rencontre. Les deux pays souffrent de la chute des prix du baril de pétrole depuis 2014. Si Alger n’est pas encore dans la situation du Venezuela, les indicateurs économiques de la rentrée sont mauvais et les autorités ont décidé de produire plus de billets de banque. RFI

 



Photo: Adam Jones