Revue de Presse du 11 février 2019

Les activités stratégiques croissantes de la Chine en Afrique reposent sur le hard power chinois
Le débat sur les relations Chine-Afrique est axé principalement sur les vastes projets d’infrastructure de Pékin à travers le continent. Bien qu’elles soient moins visibles, ses activités en matière de sécurité n’en sont pas moins importantes et leur envergure et leur portée se sont étendues en même temps que l’initiative « La Ceinture et la Route » (BRI), le programme phare du président Xi Jinping qui vise à renforcer les infrastructures, le commerce et les relations d’investissement en Afrique, en Asie du Sud et en Europe. Centre d’études stratégiques de l’Afrique

L’Égypte prend la présidence de l’Union africaine, l’Afrique du Sud lui succédera
Le Rwandais Paul Kagame a cédé son siège de président en exercice de l’Union africaine (UA) à son homologue égyptien Abdel Fattah al-Sissi, lors de la session d’ouverture du 32e sommet à Addis-Abeba. L’Afrique du Sud a été désignée pour lui succéder en 2020. Lors de son premier discours, l’Égyptien a dévoilé les trois « piliers » de sa présidence : le développement des infrastructures, l’accélération de l’entrée en vigueur de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC) et la création d’emplois pour la jeunesse du continent. Il a aussi insisté sur la lutte contre le terrorisme et la reconstruction des sociétés post-conflit. Jeune Afrique

32e sommet de l’UA: enjeux et interrogations d’un sommet de transition
Plusieurs sujets d’actualité africaine majeure sont au menu du sommet des chefs d’Etat de l’Union africaine qui se tient actuellement dans la capitale éthiopienne. La rencontre s’est ouverte avec le passage de relais entre le Rwandais Paul Kagame et son homologue égyptien Abdel Fattah al-Sissi qui a pris officiellement la présidence tournante de l’UA pour un an. Beaucoup de délégués africains se demandent si le nouveau président en exercice de l’UA va poursuivre les réformes engagées par son prédécesseur. RFI

Algérie : Abdelaziz Bouteflika candidat à un 5e mandat consécutif
Abdelaziz Bouteflika sera bien candidat aux prochaines élections présidentielles en Algérie. Le président algérien, âgé de 81 ans, tentera de briguer un cinquième mandat consécutif le 18 avril prochain, a annoncé dimanche l’agence de presse officielle APS. Il sera le candidat du Front de libération nationale (FLN), son parti. Pressé par son camp depuis six mois de briguer un 5e mandat, le chef de l’État est diminué par les séquelles d’un accident vasculaire cérébral (AVC) dont il a été victime en 2013. Le Point

L’Éthiopie réintègre 1 700 anciens rebelles de l’ONLF
L’Éthiopie a formellement réintégré quelque 1 700 anciens rebelles du Front de libération nationale de l’Ogaden (ONLF), qui avaient lancé une insurrection pendant trois décennies dans l’État régional éthiopien Somali, ont rapporté des médias locaux samedi. Les anciens combattants, qui ont le choix de soit retourner à la vie civile soit de rejoindre les forces de sécurité régionales ou fédérales, ont été réintégrés pendant une cérémonie dans la ville de Jijiga (est), selon l’agence étatique Ethiopia News Agency. Les rebelles, qui étaient basés en Érythrée, sont revenus en Éthiopie en novembre 2018, peu après la signature d’un accord de paix entre l’ONLF et le gouvernement éthiopien.  Jeune Afrique

Mali: démonstration de force des religieux contre la « dépravation des moeurs » et la malgouvernance
Devant une foule de 60.000 personnes, des dirigeants religieux maliens ont réclamé dimanche à Bamako la fin de la malgouvernance et de la « dépravation des moeurs », appelant au départ du Premier ministre auquel ils reprochent notamment une approche laxiste de l’homosexualité, question taboue dans ce pays très majoritairement musulman. A l’appel de l’influent président du Haut conseil islamique du Mali (HCIM), l’imam Mahmoud Dicko, et du chérif de Nioro, Boyé Haïdara, un dirigeant religieux musulman très respecté, les travées du stade du 26-mars, le plus grand de la capitale, se sont remplies dès le début de la matinée. Séparées des hommes, de nombreuses femmes voilées étaient assises dans les tribunes. TV5

Colonne de rebelles au Tchad : 250 « terroristes » capturés, selon l’armée
L’armée tchadienne a annoncé samedi avoir capturé plus de 250 « terroristes », dont « quatre principaux chefs », parmi la colonne de rebelles entrée au Tchad depuis la Libye fin janvier. La « colonne de mercenaires » ayant pénétré au Tchad depuis la Libye fin janvier, est complètement neutralisée. Selon un communiqué de l’état-major, transmis samedi 9 février à l’AFP, l’armée tchadienne a capturé plus de 250 « terroristes, dont quatre principaux chefs », « Plus d’une quarantaine de véhicules » ont été détruits, « plusieurs centaines » d’armes saisies, a indiqué l’armée, soulignant que « le ratissage continue » dans la région de l’Ennedi, dans le nord-est tchadien frontalier de la Libye et du Soudan. France 24

Avenir de l’Afrique : un « vent d’espoir » avec des élections et des accords de paix (Guterres)
Une série d‘élections pacifiques et de trêves font souffler un “vent d’espoir” en Afrique, a déclaré le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres samedi à Addis Abeba, à la veille d’un sommet de l’Union africaine dans la capitale éthiopienne. “C’est un moment où un vent d’espoir souffle à travers l’Afrique. Nous avons vu une réconciliation entre l’Ethiopie et l’Erythrée, nous avons vu des accords de paix (…) au Soudan du Sud et en République centrafricaine”, a relevé M. Guterres. “Nous travaillons ensemble pour voir si nous pouvons aller dans la même direction en Libye”, a-t-il ajouté. Il y a eu “des élections à Madagascar, en RDC et au Mali dont on disait qu’elles allaient conduire à une tragédie et à des violences et qui, finalement, se sont déroulées dans un contexte pacifique”, a-t-il souligné. Africa News

Les combattants de Boko Haram ont-ils été neutralisés ?
Le groupe djihadiste Boko Haram est actif dans le nord-est du Nigeria depuis plus d’une décennie. Le président nigérian, Muhammadu Buhari, déclare que, grâce à son gouvernement, les djihadistes ne contrôlent plus des localités dans le pays. Mais ses adversaires politiques ne partagent pas son avis. Ils estiment que la situation sécuritaire s’est récemment détériorée à cause des attaques et des enlèvements commis par Boko Haram. A quelques jours des élections du 16 février au Nigeria, BBC Reality Check, le service de fact-checking de la BBC, a examiné les déclarations – celles du pouvoir et de l’opposition – concernant la situation sécuritaire du Nigeria. BBC

Tunisie: prison à vie pour sept accusés dans les procès du Bardo et de Sousse
En Tunisie, la justice a condamné, ce samedi 9 février, sept accusés à la prison à vie dans les procès des attentats de 2015 contre le musée du Bardo et un hôtel à Sousse. Soixante-et-une personnes ont été tuées. A l’issue néanmoins de ces deux procès, beaucoup de zones d’ombre perdurent. Il y avait des dizaines de personnes sur le banc des accusés mais beaucoup y étaient pour avoir été en contact avec des fugitifs. Les principaux responsables ont été tués ou sont donnés pour morts. L’étudiant qui avait ouvert le feu sur une plage et dans un hôtel, à Sousse, avait été abattu.  RFI

L’armée accusée d’avoir « abattu » des civils, le gouvernement nie
L’armée du Burkina Faso est accusée d’avoir tué, au milieu de la nuit du 3 au 4 février, 57 civils dans quatre villages du nord du pays, selon des témoignages. Les autorités du pays nient énergiquement ces accusations. « Dans la nuit du 3 au 4 février (…) l’armée régulière est arrivée autour de 23 heures et au même moment les téléphones ont été coupés », allègue Abdourahmane Barry, un habitant du village de Banh joint par VOA Afrique. Il a expliqué que c’est entre 2hr et 4hr du matin que des membres de l’armée régulière sont arrivés à Banh. Ils sont « passés de porte à porte et tous ceux qui étaient sortis étaient systématiquement abattus sans contrôle d’identité ni demande d’identification », a-t-il ajouté. Selon lui, la même opération a eu lieu dans plusieurs autres villages. VOA

Soudan du Sud: trois morts dans le crash d’un hélicoptère de l’ONU
Un hélicoptère militaire éthiopien s’est écrasé à l’intérieur d’un complexe des Nations unies dans la région d’Abiyé prise en étau entre le Soudan et le Soudan du Sud, tuant trois membres d’équipage et blessant 10 passagers, a annoncé dimanche l’ONU dans un communiqué. L’hélicoptère, selon le communiqué, transportait 23 passagers au moment du crash survenu samedi dans l’enceinte de la Force de sécurité intérimaire des Nations Unies pour Abiyé (FISNUA), « tuant trois des membres de son équipage ». « Dix passagers ont été blessés dont trois sont dans un état critique », a souligné la même source sans dévoiler la nationalité des victimes. L’hélicoptère, un MI-8, transportait des troupes éthiopiennes de Kadugli au Soudan vers Abiyé, une région riche en pétrole contestée depuis l’indépendance du Soudan du Sud en 2011.

Afrique francophone : « L’Allemagne profite des erreurs passées de la France sur le continent »
L’Allemagne continue sa percée en Afrique. Dans les pays francophones, elle jouit, selon une récente étude, de la meilleure image auprès des leaders d’opinion, au détriment de la France. Explications avec un spécialiste des problématiques africaines.  La France perd de son influence en Afrique francophone, tandis que l’Allemagne en gagne. Selon le nouveau baromètre du Conseil français des investisseurs en Afrique (Cian), publié le 7 février, le pays d’Angela Merkel bénéficie de la meilleure image auprès des leaders d’opinion d’Afrique francophone : sur 1 244 d’entre eux interrogés, 45 % ont cité l’Allemagne. La France ne vient qu’en 5e position, avec 21 % d’opinions favorables, et se classe derrière, dans l’ordre, la Chine, les États-Unis et le Japon. Edgard Kpatindé, spécialiste en intelligence économique et des échanges économiques en Afrique de l’Ouest et centrale, analyse pour France 24 le recul de l’ancienne puissance coloniale sur le continent. France 24

Emerson Mnangagwa : « Le Zimbabwe est soumis à des tentatives de changement de régime »
Dans une interview exclusive à France 24, le président du Zimbabwe Emerson Mnangawa livre son sentiment sur les manifestations qui agitent le pays. Il affirme également que la réintégration du Zimbabwe dans le Commonwealth ne serait pas ralentie. Pour Emerson Mnangagwa, président du Zimbabwe, le mouvement de protestation qui traverse actuellement son pays émane d’ONG et du principal parti d’opposition. Depuis Addis Abeba où a lieu le sommet de l’Union africaine, Il dénonce la main de l’étranger qui chercherait « un changement de régime ». Il se dit cependant ouvert à un dialogue avec Nelson Chamisa, le leader de l’opposition. Il réfute toutes violations des droits de l’homme par les forces de sécurité Zimbabwe tout en réaffirmant que « chaque personne arrêtée sera jugée selon la loi ». France 24

Iran: des relations encore timides avec l’Afrique
Quarante ans après la révolution iranienne, comment la relation de la République islamique avec l’Afrique a-t-elle évolué ? De programmes de coopération et d’appui technique dans l’agriculture, l’éducation et la médecine, Téhéran est passé à une diplomatie commerciale plus offensive ces dernières années. Ce qui n’empêche pas un trafic d’armes à destination de l’Afrique, en violation d’un embargo des Nations unies à l’encontre de l’Iran. RFI



Photo: Adam Jones