Revue de Presse du 11 avril 2018

Algérie : plusieurs dizaines de morts dans le crash d’un avion militaire près d’Alger
Un avion de l’armée de l’air algérienne s’est écrasé ce mercredi matin peu après le décollage près de la base aérienne de Boufarik, à près de 35 km au sud d’Alger rapportent les médias algériens. L’accident aurait fait de nombreuses victimes selon ces sources mais aucun bilan officiel n’a encore été donné. Le journal Liberté Algérie évoque un bilan de plus de 100 morts et des dizaines de blessés. Pour d’autres médias, qui citent un premier bilan provisoire de la protection civile, au moins 105 personnes ont péri dans la catastrophe. Les télévisions algériennes diffusent des images de l’appareil en flammes. Le Parisien

Washington lève l’interdiction de visas pour les ressortissants du Tchad
Plusieurs mois après avoir placé le Tchad sur leur liste noire, interdisant l’entrée sur leur territoire à tout ressortissant tchadien, les Etats-Unis ont levé la mesure. Washington assure que N’Djamena répond désormais au minimum standard de sécurité et d’échange d’informations. Selon le communiqué de la Maison Blanche, « le président Donald J. Trump a annoncé la levée des restrictions de voyage imposées aux ressortissants tchadiens après une période d’examen au cours de laquelle le gouvernement du Tchad a amélioré ses pratiques de gestion de l’identité et de partage de l’information ». VOA

RDC: la commission électorale coréenne désavoue les « machines à voter »
La commission électorale coréenne a annoncé mardi qu’elle n’apportait ni « soutien officiel » ni aucune « garantie » à son homologue congolaise qui veut utiliser des « machines à voter » de fabrication coréenne pour les élections cruciales du 23 décembre en République démocratique du Congo. « La commission électorale de la République de Corée du sud (NEC) a notifié à la Commission électorale nationale indépendante (Céni) de la République démocratique du Congo (…) qu’elle n’a apporté ni n’apportera aucun soutien officiel ni aucune garantie au projet d’introduire un système de vote par écran tactile (TVS) pour l’élection présidentielle en RDC prévue en décembre 2018 », a écrit la NEC dans un communiqué. TV5

Soudan : le président Béchir ordonne la libération de « tous les détenus politiques »
Le président soudanais Omar el-Béchir a ordonné la libération de tous les prisonniers politiques, a rapporté mardi un média d’État. Des centaines de dirigeants de l’opposition et de militants des droits de l’Homme avaient été arrêtés en janvier. Le président soudanais Omar el-Béchir a ordonné mardi 10 avril la libération de « tous les détenus politiques » emprisonnés dans son pays, pour la plupart arrêtés après des manifestations contre la hausse des prix, a rapporté l’agence de presse officielle Suna. France 24

L’ancien Premier ministre Moussa Mara candidat à la présidentielle au Mali
L’ancien Premier ministre malien Moussa Mara est candidat à l’élection présidentielle prévue le 29 juillet prochain. Il dit vouloir « mieux gérer le Mali », dans une déclaration à la presse. « Je remets en cause la gestion de mon pays des cinquante dernières années. Je suis candidat pour mieux gérer le Mali « . Mali : Dioncounda Traoré se positionne pour la présidentielle Moussa Mara promet de reconstruire l’unité du Mali. BBC

Nigeria: la candidature de Buhari à sa succession ne fait pas l’unanimité
L’annonce de la candidature de Muhammadu Buhari pour un second mandat à la tête de l’Etat suscite des réactions variées. Le président a officiellement annoncé ce lundi son intention d’obtenir l’investiture de son parti, le All Progressive Congress ou APC, pour l’élection présidentielle prévue en février 2019. Ces trois derniers mois, la candidature de l’ancien général de 75 ans était devenue un secret de polichinelle. Depuis ce lundi, partisans et critiques se déchainent. RFI

Côte d’Ivoire: Bédié et Ouattara s’accordent pour la création du RHDP
Après plusieurs jours de rendez-vous manqués les deux principaux dirigeants de la majorité présidentielle, Alassane Ouattara et Henri Konan Bédié se sont retrouvés mardi 10 avril en fin de journée au palais présidentiel d’Abidjan pour une séance de travail, dans un contexte de tension entre les deux partis frères du RDR et du PDCI. Une séance de travail de presque deux heures, apparemment en tête-à-tête entre les deux présidents. Pour un bien maigre communiqué finalement distribué par le service presse de la présidence. Communiqué conjoint où l’on apprend que le principe de l’accord politique pour la création d’un parti unifié RHDP est adopté par les deux hommes. RFI

RCA: graves violences à Bangui en marge de la visite de Lacroix et Chergui
Bangui a connu une nouvelle journée de violences mardi 10 avril. Depuis dimanche, le PK5 est bouclé après l’opération de la Minusca visant à désarmer les groupes d’autodéfense qui y règnent. Plusieurs morts, dont un casque bleu, seraient à déplorer et des dizaines de blessés ont afflué dans les hôpitaux de la ville, alors que Jean-Pierre Lacroix, le patron des casques bleus, et Smaïl Chergui, le commissaire Paix et sécurité de l’Union africaine, venaient d’atterrir dans la capitale centrafricaine. RFI

Togo: l’avenir de Faure Gnassingbé cristallise le blocage des négociations
Les manifestations avaient été suspendues en raison de l’ouverture du dialogue avec le pouvoir, le 19 février, sous la facilitation du président ghanéen Nana Akufo-Addo. Or le dialogue est pour le moment dans l’impasse, l’opposition a donc décidé de reprendre le chemin de la rue pour trois jours de mobilisation, aujourd’hui, mercredi et samedi. Ces marches ont été interdites par les autorités. « Le gouvernement ne peut pas se rendre complice de la violation des recommandations du facilitateur en laissant les manifestations se faire », a écrit le ministre de l’Administration territoriale Payadowa Boukpessi. RFI

21 arrestations pour perturbation « à la sécurité » au Burundi
Vingt-et-une personnes, dont un officier de l’armée et deux officiers de police, ont été arrêtées lundi à Bujumbura, accusés de vouloir « perturber la sécurité » au Burundi, a appris mardi l’AFP auprès de la police et de témoins. Des proches de personnes arrêtées ont assuré à l’AFP qu’elles appartenaient à un « club de tennis de table » autorisé par la mairie de Bujumbura et qu’elles se retrouvaient plusieurs fois par semaine pour jouer. « 21 personnes dont un officier de l’armée, deux officiers de police, un retraité de l’armée et des civils, ont été appréhendées par la police hier (lundi) soir », a annoncé Pierre Nkurikiye, porte-parole de la police burundaise, sur la radio nationale. VOA

Sénégal : deux anciens détenus de Guantánamo renvoyés en Libye
Transférés au Sénégal en avril 2016, deux ex-détenus libyens de la prison américaine de Guantánamo ont été renvoyés lundi dans leur pays d’origine. L’avocat d’un des deux hommes assure que son client craint pour sa vie. « C’est confirmé, ils sont partis tous les deux hier », a déclaré à Jeune Afrique une source au ministère sénégalais de la Justice. Après avoir bénéficié de l’asile au Sénégal pendant près de deux ans, deux anciens détenus libyens de la prison américaine de Guantánamo ont été renvoyés lundi à Tripoli. Le doute aura duré près d’une semaine, après la disparition le 3 avril de l’un des deux hommes à son domicile dans la commune dakaroise de la Patte d’Oie. Quelques jours plus tôt, Omar Khalifa Mohammed Abu Bakr avait reçu la notification en arabe de son expulsion prochaine en Libye, rapporte le New York Times. Jeune Afrique

France-Maroc : Mohammed VI chez Emmanuel Macron
Les deux chefs d’État ont multiplié les rencontres privées ces derniers mois, mais sans qu’aucune date ne soit encore fixée pour une visite officielle. Le roi du Maroc rencontre le président français Emmanuel Macron, ce mardi à 16h, indique un communiqué de l’Élysée. Depuis l’élection de Macron en mai 2017, les deux chefs d’État ont eu des entretiens privés à plusieurs reprises mais n’ont pas encore effectué de visite officielle. Le 8 novembre, ils se sont ainsi vus à Abou Dhabi à l’occasion de l’inauguration du musée du Louvre dans cette capitale et puis à Abidjan les 28 et 29 novembre pour le sommet Union africaine-Union Européenne. Deux semaines après, ils se sont revus à l’Élysée en marge du One planet Summit. Le roi du Maroc était alors accompagné de son fils Moulay El Hassan. Jeune Afrique

Messahel : « Alger n’a pas à s’impliquer dans les négociations Polisario – Maroc »
Dans un entretien accordé à France 24, le ministre algérien des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, revient sur le conflit du Sahara occidental et sur les accusations du Maroc à l’encontre d’Alger. Concernant le dossier des moines de Tibéhirine, il annonce que l’Algérie a donné au Vatican son accord pour la béatification à Oran des sept moines français, assassinés en 1996. France 24

Comores: deux ex-présidents au coeur d’un scandale de vente de passeports
Deux anciens présidents des Comores sont soupçonnés d’avoir détourné des millions de dollars dans le cadre d’un programme de vente de passeports destiné à financer le développement de cet archipel pauvre de l’océan Indien, a révélé une enquête officielle. Achevé en décembre dernier, ce rapport parlementaire, dont l’AFP a obtenu une copie, accuse Ahmed Abdallah Sambi et Ikililou Dhoinine d’avoir participé à une gigantesque fraude et préconise l’ouverture de poursuites judiciaires contre eux. « Les juridictions pénales (…) doivent être saisies des cas de détournement de deniers publics et de complicités imputables aux présidents et à leurs complices », écrivent ses auteurs. TV5

Zimbabwe: le Parlement veut interroger Mugabe sur les revenus des diamants
Le Parlement du Zimbawbe veut convoquer l’ancien président du pays, Robert Mugabe, pour lui demander des comptes sur l’utilisation des revenus tirés des mines de diamants du pays pendant son règne, a-t-on appris mardi auprès d’un député. « La commission a décidé de convoquer l’ancien président pour témoigner », a déclaré à l’AFP le député indépendant Temba Mliswa, qui préside la commission des mines et de l’énergie. Les députés veulent interroger l’ancien chef de l’Etat sur des propos tenus en 2016, dans lesquels il regrettait que son pays avait perdu 15 milliards de dollars de revenus diamantifères à cause de la corruption et de l’évasion des capitaux pratiquée par les compagnies minières étrangères. TV5

Total, le Congo, le FMI et le « fonds vautour » : l’histoire d’un montage offshore
Un Etat endetté cherchant des financements, une compagnie pétrolière cherchant à solder ses contentieux, un « fonds vautour » spécialisé dans le rachat de dettes cherchant à faire payer un pays, un Fonds monétaire international (FMI) dupé par ce dernier… C’est une histoire rocambolesque et un autre aspect de la finance offshore mondiale que dévoilent les dernières révélations du Monde issues des « Paradise Papers », mardi 10 avril. C’est une histoire découverte au détour de quelques centaines de pièces d’archive du cabinet d’avocats britannique Appleby, dont des millions de documents ont pu être consultés par les journalistes du Monde et les partenaires du Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ). En litige avec le Congo depuis son rachat d’Elf en 2000, le groupe français Total parvient à un accord avec Brazzaville en juillet 2003 : la compagnie pétrolière obtient l’effacement de divers contentieux avec l’Etat et, en échange, lui cède pour un franc symbolique ses parts dans une concession pétrolière maritime. Le Monde



Photo: Adam Jones