Revue de Presse du 10 mai 2019

Burkina Faso: libération des quatre otages dont deux Français enlevés au Bénin
L’homme d’affaires et beau fils de l’ancien président angolais José Eduardo dos Santos, Sindika Dokolo est rentré à Kinshasa mardi. Il affirme être rentré pour « accompagner le changement ». Une rencontre avec le nouveau président de la République « est prévue ce jeudi ou dans les prochains jours », affirment ses proches. « Finalement à Kinshasa, parmi les miens, mes compagnons de lutte, Congolais(es) Debout ! C’est une grande fierté d’appartenir à un groupe de compatriotes courageux, déterminés, engagés pour la cause nationale ». Sindika Dokolo, rentré à Kinshasa dans la nuit de mardi à mercredi, ne cachait pas sa joie, hier, sur les réseaux sociaux. Jeune Afrique

Victoire en vue pour l’ANC en Afrique du Sud, malgré un net recul
Le Congrès national africain (ANC) conserverait sa majorité absolue après les législatives de mercredi en Afrique du Sud, selon des résultats partiels publiés vendredi, qui montrent néanmoins un net recul du parti du président Cyril Ramaphosa. Une victoire sans panache pour le Congrès national africain (ANC). Selon des résultats partiels publiés vendredi 10 mai, le parti au pouvoir en Afrique du Sud conserverait sa majorité absolue au Parlement mais passerait sous la barre des 60 % pour la première fois depuis un quart de siècle. Au terme d’une deuxième longue nuit de dépouillement, l’ANC avait recueilli 57,1% des suffrages dans plus des trois-quarts (83%) des bureaux de vote déjà comptabilisés, en recul de cinq points par rapport à 2014. France 24

RDC: l’ex-chef des renseignements Kalev Mutond dénonce «les traîtres» à Kabila
En République démocratique du Congo (RDC), l’ex-chef de la très redoutée ANR, l’Agence nationale de renseignements, Kalev Mutond, est sorti de son habituel silence ce jeudi 9 mai. Dans un communiqué, il dénonce l’attitude de certains membres du « pré carré » de Joseph Kabila qui se comportent en « traîtres », selon lui, et exprime pour sa part « son indéfectible loyauté » vis-à-vis de l’ex-président. C’est un communiqué d’une page, qui sonne parfois comme une mise en garde. Kalev Mutond s’en prend à ceux qu’il appelle ses « anciens camarades » parmi les plus proches de Joseph Kabila, à qui il reproche « d’étaler sur la place publique », avec « arrogance et haine » leur traîtrise à l’endroit de l’ex-président. RFI

Libye: une quarantaine de sociétés européennes menacées de suspension
La Libye menace de suspendre les activités d’une quarantaine de sociétés européennes établies dans le pays. Un décret de 4 pages a filtré dans la presse ce jeudi 9 mai. Ces sociétés n’auraient pas procédé au renouvellement de leurs autorisations pour poursuivre leurs activités en Libye. Sur la liste figurent une majorité de compagnies françaises et allemandes. Total, la société pétrolière française, est en tête des sociétés suspendues. Parmi les autres figurent le groupe industriel allemand Siemens et l’entreprise de télécommunications Alcatel-Lucent, filiale du finlandais Nokia. RFI

Réunion vendredi du Conseil de sécurité de l’ONU sur la Libye
Le Conseil de sécurité des Nations unies discutera vendredi matin à huis clos de la situation humanitaire en Libye après plus d’un mois d’offensive militaire infructueuse des troupes du maréchal Khalifa Haftar pour s’emparer du contrôle de Tripoli. La réunion a été demandée par le Royaume-Uni, ont précisé jeudi des diplomates. Depuis le début de l’offensive le 4 avril, selon l’ONU, les affrontements et les bombardements ont fait au moins 432 morts et plus de 55.000 déplacés en Libye, pays riche en pétrole. Jeudi, le maréchal Haftar, lors de sa deuxième visite au Caire en moins d’un mois, a reçu le soutien du président égyptien Abdel Fattah al-Sissi à ses « efforts dans la lutte contre le terrorisme et les groupes et milices extrémistes afin de parvenir à la sécurité et la stabilité en Libye », selon la présidence égyptienne.

Le président égyptien al-Sissi réaffirme son soutien au maréchal Khalifa Haftar
Le maréchal Haftar a reçu le soutien du président égyptien Abdel Fattah al-Sissi jeudi 9 mai lors de sa deuxième visite au Caire en moins d’un mois. Son rival Fayez al-Sarraj était, lui, en tournée européenne.  VOA

Jean-Pierre Bemba réclame 68 millions d’euros de dédommagement à la CPI
Jean-Pierre Bemba réclame plus de 68 millions d’euros de dommages et intérêts à la Cour pénale internationale (CPI). Accusé de crimes contre l’humanité et crimes de guerre commis en Centrafrique en 2002 et 2003, il a finalement été acquitté en juin 2018, après avoir passé dix années en prison. Suite à son arrestation, la Cour avait fait saisir ses biens, notamment ceux au Portugal, en Belgique et en République démocratique du Congo. L’ancien vice-président congolais accuse aujourd’hui la Cour d’avoir laissé ses biens à l’abandon et réclame des compensations. La demande a été plaidée jeudi 9 mai lors d’une audience devant la CPI. RFI

Le Soudan du Sud embarrassé par son contrat de lobbying avec Gainful Solutions
Le Soudan du Sud recule à propos d’un contrat de lobbying qui avait fait scandale. Juba avait signé un accord avec Gainful Solutions, une société basée en Californie, dirigée notamment par d’anciens ambassadeurs américains. Pour 3,7 millions de dollars, l’entreprise devait notamment faire pression pour que la Cour de justice destinée à juger les crimes de la guerre civile ne voie jamais le jour. Gainful Solutions devait aussi pousser pour que les sanctions internationales soient levées. Un nouveau contrat a été signé, mais la polémique demeure. RFI

Cameroun : boycott de l’opposition et lockdown des sécessionnistes s’invitent à la fête nationale
Les deux principales formations politiques de l’opposition et les chefs traditionnels de la région du Sud-Ouest ont annoncé qu’ils ne participeront pas au traditionnel défilé du 20 mai, jour de fête nationale. Les milices sécessionnistes ont également décrété un lockdown durant cette période. La scène politique camerounaise demeure tendue à quelques jours des célébrations de la fête nationale du pays, prévue le 20 mai. Après le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) de Maurice Kamto, le Social Democratic Front (SDF) de l’opposant historique John Fru Ndi vient d’annoncer qu’il ne prendra pas part aux différentes cérémonies organisées à l’occasion de la fête nationale du pays. Jeune Afrique

Sierra Leone : premier remaniement ministériel après l’élection de mars 2018
Le chef de l’Etat de la Sierra Leone, Julius Maada Bio a procédé dans la soirée du jeudi 9 mai à un réaménagement de son gouvernement. Entre limogeages et réaffectations, ce remaniement est le premier depuis l’accession au pouvoir de l’ancien militaire. Trois ministres démis de leurs maroquins. Le Docteur Alie Kabbah qui occupait jusque-là le porte-feuille des Affaires étrangères est désormais le représentant permanent de la Sierra Leone auprès des Nations unies, a annoncé un communiqué de la présidence daté de jeudi. Le Docteur Kabbah qui se trouve actuellement aux Etats-Unis pour une mission officielle sera remplacé par Mme Nabeela Tunis, jusqu’alors ministre du Développement et de la Planification économique.  Africa News

Des biens de Robert Mugabe aux enchères
L’ex président du Zimbabwe Robert Mugabe vend des biens aux enchères pour éponger des dettes. « Sur instruction de notre client, nous allons vendre samedi lors d’une vente aux enchères des véhicules et de l’équipement agricole à la laiterie Gushungo « . L’annonce a été faite jeudi par un représentant de la maison de vente aux enchères Ruby Auctions. Parmi les biens figurent notamment quatre gros pick-up, une berline de marque Mercedes, des moissonneuses batteuses, dix tracteurs et un bulldozer. BBC

Algérie-France : quand le discours complotiste refait surface
Alors que le chef d’état-major Ahmed Gaïd Salah dénonce depuis plusieurs semaines des « tentatives de déstabilisation étrangères », le gouvernement français reste discret au sujet de la transition algérienne. Mais l’idée d’une ingérence de la part de l’ancienne puissance coloniale revient régulièrement dans le débat. « La face barbare de la France coloniale », « les Français vont contrôler les champs de pétrole algérien », « la responsabilité historique hante l’État français ». À la une des journaux algériens, jeudi 9 mai, la France. Depuis plusieurs semaines, le rôle joué par l’ancienne puissance coloniale dans la période post-Bouteflika s’invite régulièrement dans le débat. Jeune Afrique

« Malgré ses efforts en Afrique, le Qatar ne semble pas payé de retour »
L’émir du Qatar, Cheikh Tamim Ben Hamad Al Thani, a effectué fin avril une nouvelle tournée africaine au Rwanda et au Nigeria. La dernière visite du souverain sur le continent datait de décembre 2017 et avait privilégié l’Afrique de l’Ouest. Pourtant, malgré cet activisme, Doha semble perdre du terrain en Afrique face à ses deux voisins, l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis, qui exercent sur lui un embargo terrestre et aérien depuis juin 2017. Pour cette zone comme pour bien d’autres, l’Afrique est devenue le terrain privilégié d’un jeu géopolitique. Et le Qatar n’y est pas en très bonne position. D’abord, le pays pourrait voir s’éloigner un des rares Etats avec lesquels il avait réussi à conserver des liens forts dans la Corne de l’Afrique : le Soudan. Depuis 2017, Omar Al-Bachir avait en effet une relation privilégiée avec l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis, tout en entretenant de bons rapports avec le Qatar, où il se rendait régulièrement – sa dernière visite remontait à janvier.  Le Monde



Photo: Adam Jones