Revue de Presse du 10 janvier 2018

Mort du khalife général des mourides au Sénégal
Cheikh Sidi Moctar Mbacké, le khalife général des mourides, la plus importante communauté religieuse du Sénégal, est mort. Les fidèles convergent déjà en masse vers Touba, ville sainte de la confrérie située à plus de 200km de Dakar. VOA

Une centaine de migrants disparus en Méditerranée
Entre 90 et 100 migrants sont portés disparus en Méditerranée après le naufrage de leur embarcation de fortune au large de la Libye, a indiqué mardi 9 janvier soir la marine libyenne, se basant sur le récit de survivants. L’embarcation, un canot pneumatique, transportait plus d’une centaine de personnes, mais seules 17 d’entre elles, dont des femmes, ont pu être secourues, a déclaré le général Ayoub Kacem, porte-parole de la marine. Les survivants sont restés plusieurs heures accrochés à des bouts du canot jusqu’à l’arrivée des secours. Le naufrage a eu lieu au large de la ville d’al-Khoms, à une centaine de kilomètres à l’est de la capitale libyenne, a précisé M. Kacem. Le Monde

Offensive régionale contre Boko Haram dans le nord-est du Nigeria
Les militaires nigérians et des soldats de pays voisins ont lancé une grande offensive contre les deux factions du groupe islamiste Boko Haram et leurs dirigeants dans leurs bastions du nord-est du Nigeria, a annoncé mardi l’armée nigériane. Des soldats du Cameroun, du Tchad, du Niger et du Nigeria, alliés dans le cadre d’une force régionale formée en 2015 pour lutter contre Boko Haram, visent les chefs jihadistes Abubakar Shekau, dans la forêt de Sambisa, et Mamman Nur, dans la région du lac Tchad, deux zones de l’Etat du Borno où le groupe est actif. Selon l’armée nigériane, quatre soldats ainsi que des dizaines de combattants islamistes ont été tués au cours des derniers jours tandis que des centaines d’autres insurgés ont été forcés de se rendre. Slate

12 morts dans des affrontements au Nigéria
Au moins 12 personnes ont trouvé la mort au cours du weekend lors d’affrontements entre éleveurs et cultivateurs dans le centre du Nigeria, a-t-on annoncé lundi de source proches des communautés et de la police. La violence entre les agriculteurs bachama et les éleveurs ont eu lieu dans le district de Lau dans l’Etat de Taraba vendredi et samedi. 12 personnes ont été tuées par des hommes armés qui ont attaqué des villages des Peuls vendredi. Une attaque de représailles a eu lieu le lendemain. Il y a eu 4 morts chez les Peuls et 8 dans le village des Bachama. BBC

RCA : 30.000 nouveaux réfugiés, selon MSF
Des civils qui tentaient de fuir vers la ville de Paoua (nord-est) ont déclaré avoir vu des hommes armés se déplaçant à dos de cheval et tirant sur tout ce qui bouge, affirme MSF. L’organisation humanitaire fait état de « villages brûlés, d’exactions et d’attaques indiscriminées contre quiconque se trouvant dans le secteur », où « la situation reste excessivement volatile ». Elle affirme avoir suspendu les activités dans sept de ses centres de santé situés dans la région. BBC

RDC: des agents de l’Etat et de la police visés par des plaintes pour «torture»
Des agents de l’Etat et de la police sont visés par des plaintes pour « torture », « séquestration » ou encore « crime contre l’humanité » dans plusieurs villes de RDC. Quatre plaintes ont été déposées au total depuis vendredi dernier à Beni dans le Nord-Kivu, Bukavu dans le Sud-Kivu et Kananga dans le Kasaï-Central. Ces plaintes émanent de mouvements citoyens ou de représentants de la société civile et de l’opposition qui estiment que leurs droits fondamentaux de citoyen ont été bafoués lors de la répression des récentes manifestations, et ont décidé de faire appel à la justice. RFI

Côte d’Ivoire: à Bouaké, les dangereuses querelles interarmées
Des tirs nourris ont été entendus à nouveau ce mardi soir à Bouaké l’une des principales villes de Côte d’Ivoire. Selon certains témoignages, ces tirs – en l’air pour l’essentiel – avaient déjà commencé dans le milieu de la journée et se sont intensifiés vers 18h30. C’est un contentieux entre militaires et forces de l’ordre CCDO qui aurait dégénéré. On a peut-être bien frôlé la catastrophe hier soir à Bouaké, alors que depuis quatre jours la tension ne cesse de monter entre militaires des différents corps d’armées de la ville et les membres du Centre de coordination des décisions opérationnelles (CCDO). RFI

Sassou reçoit l’épiscopat catholique de la RDC pour tenter d’éviter « le pire »
Une délégation de l’épiscopat du Congo-Kinshasa a été reçue par le président du Congo-Brazzaville Denis Sassou Nguesso par souci d’éviter « le pire » après des violences à Kinshasa qui ont tendu les relations entre les catholiques et le pouvoir. Les évêques ont traversé les deux à trois kilomètres du fleuve Congo qui séparent Kinshasa et Brazzaville pour « rencontrer le président Denis Sassou Nguesso », « chargé du suivi du mécanisme paix et sécurité en République démocratique du Congo et dans la région des Grands Lacs », a déclaré à la presse leur porte-parole, l’abbé Donatien Nsholé. VOA

Afrique du Sud: Zuma nomme enfin une commission d’enquête sur la corruption
Le président sud-africain Jacob Zuma a annoncé mardi soir la mise en place d’une commission judiciaire d’enquête sur les accusations de corruption à la tête de l’Etat dans lesquelles il est régulièrement cité, une décision qui pourrait précipiter la fin de son mandat. « J’ai décidé de nommer une commission d’enquête », a fait savoir M. Zuma dans un communiqué. Réclamée à cor et à cri par ses adversaires depuis des mois, cette décision intervient un an après la publication d’un rapport officiel très compromettant pour le chef de l’Etat, au pouvoir depuis 2009. Publié fin 2016, ce document a mis en lumière l’implication d’une puissante famille d’hommes d’affaires, les Gupta, dans la gestion des affaires de l’Etat sud-africain, de la nomination de ministres aux pressions pour obtenir des contrats publics. Slate

Rwanda: l’ONU dénonce la détention arbitraire de trois officiers
Au Rwanda, le groupe de travail de l’ONU sur la détention arbitraire condamne l’arrestation, il y a plus de trois ans, de trois ressortissants rwandais, dont l’ancien chef de la garde présidentielle de Paul Kagame. Frank Kanyambo Rusagara, Tom Byabagamba et François Kabayiza sont détenus arbitrairement estiment les Nations unies dans un avis adopté en décembre dernier qui demandent aussi leur libération immédiate. RFI

La volonté de rupture du président angolais
En Angola, la dynamique de rupture se poursuit. João Lourenço, élu président de l’Angola en août, continue de saper l’héritage de son omnipotent prédécesseur José Eduardo dos Santos, resté trente-huit ans au pouvoir. Issu des rangs du même parti, le Mouvement populaire de libération de l’Angola (MPLA), le nouveau chef d’État s’attaque désormais au dossier des travaux publics. Le Jornal de Angola titre en une ce mardi 9 janvier que “l’exécutif va redéfinir les contrats”, car ils sont jugés “nuisibles” au pays. Le quotidien retranscrit le long et inédit entretien accordé la veille par Lourenço à des dizaines de journalistes internationaux, à l’occasion de ses cent jours à la présidence. Courrier International

Soudan : conforté à l’étranger, Omar el-Béchir serre la vis à l’intérieur
Alors qu’il s’emploie à plaire aux grandes puissances, le président soudanais se montre ferme sur le plan domestique. Conforté à l’international, Omar el-Béchir ne semble pas près à l’écoute et au compromis, alors que des manifestations ont éclaté après l’augmentation du prix du pain. Dans le même discours, prononcé le 1er janvier pour célébrer l’indépendance du Soudan, le président Omar el-Béchir a annoncé l’extension de l’état d’urgence à deux régions pourtant en paix – le Kassala et le Nord-Kordofan – et remercié ses alliés du Golfe persique, en premier lieu l’Arabie saoudite. S’i;l peut sembler anecdotique, le fait n’en est pas moins parlant. Quelques jours plus tard, en effet, le 7 janvier, le pouvoir de Khartoum a été confronté à des manifestations qui, sans être massives, n’en fédèrent pas moins. Les conservateurs du parti national Umma comme les communistes ont ainsi appelé à défiler contre le régime suite à la hausse des prix du pain. Jeune Afrique

« Coup d’Etat » en Guinée équatoriale: l’ONU apporte son soutien au pouvoir
Les Nations unies appuieront la Guinée équatoriale dans ses « efforts de stabilisation », a assuré François Lounceny Fall, envoyé spécial de l’ONU en Guinée équatoriale après le « coup d’Etat » que Malabo a affirmé avoir déjoué fin décembre. Le diplomate guinéen a souligné avoir reçu des « assurances » du président équato-guinéen, sans préciser la nature de ces « assurances », à l’issue d’une brève visite en Guinée équatoriales. « Nous repartons d’ici réconfortés par les assurances que nous avons reçues du président de la République, et je peux dire que les Nations unies continueront à appuyer la Guinée équatoriale dans ses efforts de stabilisation », a déclaré lundi soir M. Lounceny Fall en clôture de sa visite dans le pays, dans une allocution retransmise à la télévision d’Etat. TV5

En Tunisie, un mort lors d’un rassemblement contre la hausse des prix
Des affrontements ont éclaté, lundi 8 janvier, dans plusieurs villes de Tunisie, entre la police et des manifestants dénonçant le chômage, l’inflation et la création de nouvelles taxes, faisant un mort, selon des habitants et des médias nationaux. Une dizaine de villes ont été gagnées par ce mouvement de contestation sociale provoquée par l’entrée en vigueur, le 1er janvier, d’une série de hausses des prix frappant notamment le gasoil, les voitures ou encore les services de téléphonie et d’accès à internet, dans le cadre de la loi de finances pour 2018. Confronté à la baisse de la fréquentation touristique et des investissements étrangers, le gouvernement tunisien dit n’avoir d’autres solutions pour tenter d’équilibrer les finances publiques. Le Monde

 



Photo: Adam Jones