Revue de presse du 10 février 2016

Attentat-suicide au Cameroun
Les kamikazes, deux filles qui, auraient également trouvé la mort. Selon une source sécuritaire citée par l’Agence France-Presse, l’attentat s’est déroulé lors d’une veillée funèbre. Elle a ajouté que tout s’est passé au moment où les villageois étaient rassemblés sur un lieu de deuil, lorsque les deux kamikazes se sont infiltrées comme si elles faisaient partie de la famille. L’attentat qui a également fait plusieurs blessés est attribué à la secte islamiste Boko Haram. Nguetchewe est proche de la frontière avec le Nigeria où un prêtre français, le père Georges Vandenbeusch, avait été enlevé en novembre 2013. BBC

Risque de jonction EI-Boko Haram
Les Nations Unies ont déclaré que le groupe État islamique (EI) est en pleine expansion sur le territoire qu’il contrôle en Libye. L’envoyé spécial de l’ONU, Martin Kobler, a déclaré à la BBC que les djihadistes pourraient aller plus loin à l’intérieur de l’Afrique, en établissant des liens avec le groupe islamiste Boko Haram au Niger, au Tchad et au Nigeria. M. Kobler, a indiqué l’EI avait profité du vide politique que traverse le pays. Il a appelé les parties au conflit à mettre en place un gouvernement d’union nationale le plutôt possible. Le chef des opérations spéciales de l’armée américaine en Afrique a relevé qu’il y a une plus grande coopération dans la région entre les groupes djihadistes. BBC

Nigeria : le « recruteur » de l’EI arrêté
La DSS indique dans un communiqué que le « recruteur de l’EI », Abdussalam Enesi Yunusa, a été avait été arrêté le 17 janvier et détenu depuis à Kano, une ville commerciale dans le nord du Nigeria. Il s’agit du nommé Abdussalam Enesi Yunusa. Sa nationalité n’a pas toutefois pas été dévoilée. Selon le texte, Yunusa est un « recruteur de l’Etat Islamique en Irak et en Syrie » et il s’apprêtait à partir en Libye pour y rejoindre « un camps d’entraînement terroriste de l’EI ».  BBC

Le Soudan change son chef des armées sur fond de combats au Darfour
Le président soudanais Omar el-Béchir a remplacé jeudi le chef d’état-major de l’armée alors que d’intenses combats opposent les militaires à des rebelles dans la région de Jebel Marra au Darfour (ouest), a annoncé le ministre de la Défense. Selon un décret présidentiel, le général Emadeddine Adawi remplacera le général Moustafa Obeid Salim, qui était chef d’état-major des armées depuis 2013. Moustafa Obeid Salim avait été impliqué à ce titre dans la conception d’opérations contre les rebelles au Soudan mais aussi dans la participation des forces soudanaises dans la guerre au Yémen. Il aurait dû en théorie terminer son mandat en 2017. La présidence n’a donné aucune raison officielle à son remplacement. Slate

Mauritanie: grève de la faim de détenus islamistes
En Mauritanie, 27 islamistes emprisonnés à Nouakchott sont en grève de la faim depuis quatre semaines. Ils se disent victime d’une « punition collective » après l’évasion du jihadiste Saleck Ould Cheikh. Condamné à mort, le détenu s’était évadé le 31 décembre avant d’être arrêté en Guinée le 19 janvier. Dans un communiqué publié lundi, les 27 prisonniers expliquent n’avoir rien à voir avec cette fuite et refusent d’être tenus pour responsables, dénonçant le durcissement des conditions carcérales. Du côté du pouvoir, le ministre mauritanien de la Justice dément toute punition collective.  RFI

Tchad: Idriss Deby candidat pour un 5e mandat
Le chef de l’Etat tchadien, Idriss Deby Itno, au pouvoir depuis 25 ans, se présentera pour un cinquième mandat à la présidentielle du 10 avril dont le résultat s’annonce sans surprise, après avoir été choisi aujourd’hui comme candidat par le Mouvement patriotique du Salut (MPS, au pouvoir). Arrivé au pouvoir par un coup d’Etat en 1990 en renversant Hissène Habré, Idriss Deby a déjà été élu président de la République à quatre reprises, chaque fois à une écrasante majorité. « Vous me faites l’immense honneur de me renouveler votre confiance en m’investissant de nouveau comme votre candidat au scrutin présidentiel de 2016 », a déclaré le président Deby devant les militants du MPS. Chef de guerre autant que chef politique, il dirige son pays d’une main de fer et laisse peu de marge de manoeuvre à ses opposants, ce qui devrait lui assurer d’être réélu. Deux candidats de l’opposition, Kassire Coumakoye et Malloum Yobode, se sont cependant déjà déclarés pour la prochaine présidentielle.  Le Figaro

Le Premier ministre français au Mali et au Burkina Faso du 18 au 20 février
Dans le contexte de ces récents attentats, le Premier ministre « viendra témoigner du soutien de la France au Burkina Faso et au Mali et de sa reconnaissance à tous ceux (…) qui ont participé à la gestion de la crise et s’investissent au quotidien pour porter assistance aux gouvernements et peuples de la région », selon son cabinet. Le Premier ministre français rencontrera notamment à Bamako le président Ibrahim Boubacar Keïta. Il se rendra également auprès des troupes françaises de l’opération Barkhane engagée contre les groupes armés islamistes dans le Sahel, ainsi que des militaires de la mission de formation de l’Union européenne au Mali et le représentant des Nations Unies auprès de la Minusma, la force onusienne venue renforcer l’armée malienne. VOA

Burkina : quel patron pour le renseignement ?
À la toute fin de la transition, le président Michel Kafando avait créé par décret une Agence nationale de renseignement (ANR). Or cet organe censé coordonner les services de renseignement n’est toujours pas opérationnel. Une situation à laquelle le président Roch Marc Christian Kaboré compte remédier rapidement, alors que son pays a été frappé le 15 janvier par le pire attentat de son histoire (30 morts). Première étape : la nomination d’un patron. Des tractations sont en cours avec les quelques officiers supérieurs susceptibles d’occuper ce poste stratégique. Ancien ministre de l’Administration territoriale et de la Sécurité, et intime de Yacouba Isaac Zida, le colonel Auguste Denise Barry s’est notamment positionné pour occuper ce poste. Jeune Afrique

Scandale Nkandla: le revirement inattendu de Jacob Zuma
En Afrique du Sud, c’est l’incrédulité après la volte-face du président Jacob Zuma. Mardi, ses avocats ont concédé devant la justice qu’il y avait eu erreur d’interprétation de la loi et que le chef de l’Etat avait eu tort de ne pas rembourser une partie de l’argent public dépensé pour sa résidence privée. L’opposition a saisi la Cour constitutionnelle, qui a commencé à examiner l’affaire. Il s’agit d’un spectaculaire retournement de situation dans un scandale qui empoisonne le mandat du président depuis des années. RFI

Centrafrique : le chef de la LRA arrêté est Okot Odek, un des principaux commandants
Un des chefs de l’Armée de résistance du seigneur (LRA) capturé lundi en Centrafrique est Okot Odek, un des principaux commandants de la sanguinaire rébellion ougandaise, a indiqué à l’AFP mercredi une source au sein de la gendarmerie centrafricaine. « Nous détenons une liste des chefs de la LRA recherchés et jugés dangereux, qui nous permet d’appuyer la traque menée par les forces ougandaises et américaines. Et celui qui vient d’être arrêté et remis aux forces américaines est le commandant Okot Odek », a déclaré cette source de la gendarmerie d’Obo, ville de l’extrême-est de la Centrafrique où sont basés militaires ougandais et américains traquant la LRA. Une faction de l’ex rébellion de la Séléka, le Front populaire pour la renaissance de Centrafrique (FPRC), avait annoncé lundi à l’AFP avoir capturé le weekend dernier et remis aux forces américaines un chef de la LRA, présenté sous le nom de guerre de « commandant Sam ».  VOA

Ouganda : un candidat à la présidentielle promet un musée Amin Dada
Un des principaux candidats à l’élection présidentielle du 18 février en Ouganda promet en cas de victoire de rapatrier la dépouille d’Idi Amin Dada et de construire un musée dédié à l’ancien dictateur, a annoncé sa porte-parole mercredi. L’ex-Premier ministre et ancien cacique du pouvoir Amama Mbabazi, qui se présente contre le président Yoweri Museveni, a fait cette promesse lors d’un déplacement électoral dans la région d’origine d’Idi Amin Dada (nord-ouest), où il a été accueilli par l’oncle de l’ex-tyran. « L’un des piliers » de notre formation est la « réconciliation », aider « le processus de pardon pour toutes les injustices du passé, réelles ou perçues », a expliqué à l’AFP la porte-parole du candidat Mbabazi, Josephine Mayanja-Nkangi: « La question Idi Amin est l’une d’entre elles ». Un autre candidat à la présidentielle, Abed Bwanika, qui avait peiné à recueillir 1% des voix lors des deux précédents scrutins, a également défendu cette idée pendant la campagne. VOA

La justice du Burkina ne subit « aucune pression » pour lever le mandat d’arrêt contre Soro (justice militaire)
Les juges qui instruisent le dossier du putsch manqué de septembre au Burkina Faso n’ont subi « aucune pression » en vue de lever le mandat d’arrêt international lancé début janvier contre le président de l’Assemblée nationale ivoirienne Guillaume Soro, a assuré lundi le procureur militaire burkinabè. « Personne n’a demandé à un juge d’instruction de lever un mandat d’arrêt. Il n’y a eu aucune pression pour lever le mandat d’arrêt » contre Guillaume Soro, a martelé lors d’une conférence de presse le commissaire du gouvernement (procureur), le lieutenant-colonel Norbert Koudougou. « Le juge d’instruction travaille en toute indépendance, a-t-il rappelé. Le succès de l’instruction c’est le succès de toute la procédure et le juge d’instruction qui a posé un acte ne peut lui-même l’annuler ou le retirer du dossier ».  VOA

Le régime égyptien compare les accusations de l’Occident à «la propagande de Goebbels»
On ne sait pas qui a tué l’étudiant italien Giulio Regeni au Caire le 25 janvier. Plusieurs médias et activistes accusent la police égyptienne du meurtre de ce thésard qui avait écrit quelques jours avant sa mort un article sur le site italien Nena News, «consacré à l’agitation sociale de plus en plus préoccupante en Egypte» explique l’historien français Jean-Pierre Filiu sur son blog. Mais il n’y a pour le moment pas de preuve formelle d’une éventuelle implication des services sécuritaires égyptiens dans cette affaire qui a ému l’Italie, mais aussi l’Egypte. Les autorités égyptiennes, mais aussi la presse locale, elles, évoquent un «complot» contre l’Egypte, comme le rapporte sur Twitter un journaliste français installé au Caire. Slate

Egypte: les touristes ont déserté les pyramides
Vendeur à la sauvette au pied des pyramides de Guizeh, Saïd Ramadan ne cesse d’emprunter de l’argent pour joindre les deux bouts depuis qu’une vague d’attentats jihadistes a chassé les touristes d’Egypte. « Je ne gagne quasiment plus rien depuis qu’il n’y a plus de touristes. Je n’ai donc pas d’argent pour acheter des vêtements à mes enfants », se désole M. Ramadan, 42 ans, dans sa maison de brique, près du site archéologique, dans l’ouest du Caire. Il n’est pas le seul à se lamenter car tous les sites touristiques égyptiens sont boudés, même les stations balnéaires de la mer Rouge qui continuaient jusqu’à ces derniers mois d’attirer des visiteurs. Le coup de grâce a été le crash, le 31 octobre, d’un avion charter russe dans la péninsule du Sinaï qui a coûté la vie aux 224 passagers et a été revendiqué par la branche égyptienne de l’organisation Etat islamique (EI). TV5

Violences post-électorales – Côte d’Ivoire : ce que disent les chiffres sur les condamnés
Le procès est historique : un ancien chef d’État, Laurent Gbagbo, s’est présenté dans le box des accusés devant la Cour pénale internationale (CPI) le jeudi 28 janvier. Ses partisans parlent du « procès de la honte », évoquant la partialité de la justice. Un sillon sur lequel s’inscrit depuis le 4 août dernier l’organisation Human Rights Watch. Dans son rapport intitulé « Pour que la justice compte : enseignements tirés du travail de la CPI en Côte d’Ivoire », l’organisation américaine de défense des droits de l’homme critique le règlement de la crise postélectorale de 2010-2011 par la CPI. Le reproche a également déjà été maintes fois exprimé à l’encontre des autorités ivoiriennes accusées d’appliquer une justice des vainqueurs. Pour y voir plus clair, Le Point Afrique a comptabilisé le nombre de personnes officiellement inculpées, puis condamnées ou relaxées, et a passé au crible les peines prononcées. Au total, nous avons répertorié 150 personnalités qui ont eu maille à partir avec la justice. Nous nous sommes basés sur les verdicts prononcés par la justice ivoirienne, ainsi que sur les rapports d’Amnesty International et de Human Rights Watch. Le Point

Bilan : les top et les flops de Boni Yayi au Bénin
En dix ans, Boni Yayi a mis une bonne partie du pays en chantier. À l’heure du bilan, que lui laisse-t-il en matière d’infrastructures routières, énergétiques et économiques ? À son arrivée au pouvoir, en 2006, Boni Yayi avait donné le ton. « Mon ambition est de faire du Bénin un pays de services », avait-il assuré. Deux quinquennats plus tard, tout le monde reconnaît, y compris ses détracteurs, qu’il a été le chef de l’État le plus ambitieux que le Bénin ait connu en matière d’infra-structures. Reste que, pour beaucoup de Béninois, en voulant trop embrasser Boni Yayi a mal étreint. Jeune Afrique

Nouvelle Constitution en Algérie : entre « avancée démocratique » et « occasion ratée »
L’Algérie a adopté dimanche une nouvelle Constitution, la troisième sous l’ère Bouteflika. Si le pouvoir estime que le texte va accélérer la démocratisation du pays, l’opposition et la société civile restent circonspectes. Interview. Le Parlement algérien a adopté dimanche une réforme de la Constitution. Annoncé en 2011 au lendemain des révolutions arabes et présenté comme l’un des derniers chantiers du président Abdelaziz Bouteflika, le texte final de la nouvelle Constitution algérienne aura nécessité quatre ans de travail. France 24

Journaliste tué en Guinée: une « journée sans presse » en protestation
Aucun journal publié, silence ou musique seule à l’antenne, photo d’El Hadj Mohamed Diallo à l’écran et sur les pages d’accueil de sites d’information: mardi en Guinée, les médias ont respecté le mot d’ordre de « journée sans presse » en mémoire de ce journaliste tué dans des heurts politiques. Ce refus de publier et d’émettre observé par les organes publics et privés, sans précédent dans le pays, fait suite à un appel commun de cinq associations de la presse, qui ont demandé à « tous les médias guinéens d’observer une journée sans presse » mardi jusqu’à 22h00 pour le journaliste défunt. El Hadj Mohamed Diallo, collaborateur des médias privés Guinée7 et L’Indépendant, a été blessé par balle le 5 février dans des heurts entre partisans de responsables rivaux de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG, opposition). Il a succombé à ses blessures à l’hôpital.  TV5

La CPI : Cour pénale internationale (des Africains)
Le 28 janvier 2016 s’est ouvert à la Cour pénale internationale de La Haye aux Pays-Bas le procès de Laurent Gbagbo, ex-président ivoirien et de son ancien ministre de la jeunesse Charles Blé Goudé. Depuis le début de ses activités en 2002, la Cour a poursuivi une trentaine de personnes pour crimes contre l’humanité, crime de guerre ou encore génocide. Des enquêtes menées sur un seul continent, l’Afrique. Comment l’expliquer ? Pourquoi la CPI est-elle souvent accusée de néocolonialisme envers les Africains ? Explication en images. Le Monde



Photo: Adam Jones