Revue de Presse du 10 décembre 2018

RD Congo : Joseph Kabila n’exclut pas de se représenter en 2023
Le président sortant de RD Congo Joseph Kabila, qui doit quitter le pouvoir après l’élection présidentielle du 23 décembre, affirme ne rien exclure quant à son avenir politique, dans un entretien donné à l’agence Reuters. Joseph Kabila ne renonce pas tout à fait à la politique. Bien qu’il ne soit pas candidat à sa propre succession le 23 décembre prochain, le président de la République démocratique du Congo (RD Congo) entend continuer à exister dans le paysage politique congolais. Ainsi, il n’exclut pas d’être de nouveau candidat à la magistrature suprême dans cinq ans. « Pourquoi ne pas attendre 2023 […] pour envisager les choses ? », s’est-t-il interrogé à l’occasion d’une interview accordée à l’agence depuis le palais présidentiel de Kinshasa. « Dans la vie comme en politique, je n’exclus rien ».  France 24

RDC : l’UE prolonge ses sanctions contre des membres du pouvoir dont Ramazani Shadary
Les sanctions contre de hautes personnalités de RDC, dont le candidat du pouvoir à la présidentielle du 23 décembre restent en vigueur jusqu’au 12 décembre 2019. Ce, malgré les pressions de Kinshasa et le plaidoyer de l’Union africaine. C’est ce qu’on appelle « mauvaise nouvelle ». Et la mauvaise nouvelle de ce lundi 10 décembre a pour destinataire le régime de Joseph Kabila. Selon la Radio télévision belge francophone (RTBF), le Conseil des affaires étrangères de l’Union européenne a prolongé ce lundi les sanctions prises en 2016 et 2017 à l’encontre de hautes personnalités de RDC. Une prolongation qui s‘étend au 12 décembre 2019. Africa News

Elections en RDC: à J-14, premières tensions avant les crises redoutées
Des meetings, des affiches, des promesses: en apparence, la campagne se déroule presque normalement dans l’immense République démocratique du Congo à deux semaines d’élections inédites et deux fois reportées. Mais les ferments n’ont pas disparu et les premières tensions ont affleuré ce week-end. Des violences ont fait huit blessés graves à Kindu, un fief du pouvoir dans le nord-est, d’après une ONG pro-droits de l’homme. En raison de ces violences, le candidat d’opposition Martin Fayulu affirme avoir dû renoncer à se rendre à Kindu pour y faire campagne. Au Kasaï, six partisans du candidat de la majorité Emmanuel Ramazani Shadary affirment avoir été blessés dans des affrontements avec le parti historique d’opposition UDPS. TV5

Des violences font 15 morts au Mali
Au moins 15 civils ont été tués cette semaine dans des violences entre ethnies rivales, dans le centre du Mali. Les victimes, membre de la communauté peule du Mali, ont péri dans une série d’attaques menées dans leur village par des hommes armés appartenant à un autre groupe ethnique. La dernière des attaques a eu lieu mercredi, selon le gouverneur de Mopti, Sidi Alassane Touré. Les éleveurs peuls sont souvent pris pour cible par des milices ethniques qui les accusent de soutenir les djihadistes. BBC

Des officiels soudanais tués dans le crash d’un hélicoptère
Un hélicoptère s’est écrasé dans l’est du Soudan, tuant un gouverneur et au moins quatre autres responsables. L’appareil a explosé dans les flammes après avoir percuté une tour de communication alors qu’il tentait d’atterrir dans le lointain Etat d’Al-Qadarif, ont déclaré des témoins cités par l’agence de presse AFP. Aucune raison officielle n’a encore été donnée concernant l’accident. Un certain nombre de personnes ont été conduites à l’hôpital pour y être soignées, ont rapporté les médias d’Etat sans donner plus de détails. Parmi les morts, se trouvent la gouverneure d’Al-Qadarif, Mirghani Saleh, son chef de cabinet, le chef de la police locale et le ministre de l’Agriculture, ont ajouté les reportages. BBC

Une loi sur la protection des déplacés au Niger
Au Niger, le gouvernement a adopté jeudi la première loi sur la protection et l’assistance aux personnes fuyant la violence, les inondations et la sécheresse. Selon les autorités de Niamey plusieurs milliers de personnes sont concernées par cette loi. La loi sur la protection des personnes vulnérables a été annoncée jeudi par le gouvernement et les Nations unies. Elle a été approuvée à l’unanimité par l’Assemblée nationale et est fondée sur la Convention de Kampala, de 2009 qui établit des principes directeurs pour la protection des personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays (PDI). Elle autorisera également la création d’un fonds national pour aider les personnes déplacées à l’intérieur du pays et promet d’alourdir les peines pour les agressions dont elles sont victimes.  BBC

Algérie: béatification à Oran de 19 religieux, dont les 7 moines de Tibéhirine
La ville d’Oran, en Algérie, a accueilli une première dans un pays musulman ce samedi 8 décembre, dans la chapelle Notre-Dame de Santa-Cruz, dans la grande ville de l’ouest du pays: une cérémonie de béatification de dix-neuf religieux catholiques s’est ouverte à la mi-journée. Ces religieux ont tous été assassinés dans les années 1990, durant la «décennie noire algérienne». Parmi eux, figurent les sept moines du monastère de Tibéhirine ainsi que Mgr Pierre Claverie, évêque d’Oran. Que « Mgr Pierre Claverie […] et ses 18 compagnons, fidèles messagers de l’Evangile, humbles artisans de paix […] soient dès maintenant appelés bienheureux », a déclaré le cardinal Angelo Becciu, envoyé spécial du Pape, en donnant lecture du décret de béatification en latin. RFI

Le vice-président gabonais reconnaît qu’Ali Bongo a fait un AVC
Le vice-président du Gabon, Pierre Claver Maganga Moussavou, a reconnu que le président Ali Bongo Ondimba, malade et absent depuis le 24 octobre, avait fait un accident vasculaire cérébral (AVC), une première, aucune source officielle n’ayant jusqu’alors indiqué de quel mal il souffrait. « Personne ne peut se réjouir de la mort ou de la maladie de quelqu’un d’autre, celui qui n’a jamais connu un AVC, qu’il prie Dieu pour qu’il n’en connaisse jamais », a déclaré M. Moussavou dans un discours prononcé samedi à Franceville (sud-est) en reférence à l’état de santé du chef de l’Etat. « De toute façon, je ne le souhaite pas à qui que ce soit, pas même à mon pire ennemi », a-t-il ajouté devant plusieurs responsables la région du Haut-Ogooué, fief de la famille Bongo. VOA

Madagascar: débat télévisé musclé entre Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana
A Madagascar, un débat en forme de règlement de compte opposait les deux candidats à la présidentielle hier soir. Les deux anciens chefs d’Etat et principaux acteurs de la crise de 2009, Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, se sont livrés ce 10 décembre à un premier débat télévisé à moins de deux semaines du second tour de l’élection présidentielle. Les attaques personnelles se sont succédé lors de cette rencontre retransmise à la télévision et à la radio nationale. Lutte contre l’insécurité, la corruption ou encore développement économique : les deux finalistes de la présidentielle ont bien eu du mal à exposer leur programme sur les différents thèmes proposés par les journalistes. RFI

Togo : l’opposition dénonce la répression lors des nouvelles manifestations
Malgré l’interdiction de manifester décrétée par les autorités, l’opposition s’est rassemblée samedi pour réclamer le report des législatives du 20 décembre. Au moins deux personnes sont mortes, selon un bilan du gouvernement. « Folie meurtrière », « sauvagerie »… C’est ainsi que l’opposition togolaise a qualifié l’intervention des forces de l’ordre lors des manifestations organisées, samedi 8 décembre, contre les élections législatives du 20 décembre. Les forces de sécurité ont tiré des gaz lacrymogènes et affronté des manifestants qui s’étaient rassemblés dans la capitale, Lomé, et dans plusieurs autres villes du pays malgré une interdiction décrétée par les autorités. Dans un communiqué publié samedi soir, le gouvernement a fait état de deux morts, dont un par balle. Plus tôt dans la soirée, le ministre de la Sécurité avait indiqué qu’un enfant de 8 ans figurait parmi les victimes.  France 24

Sénégal : Karim Wade saisit la Cour de justice de la Cedeao pour pouvoir être candidat
Le candidat officiel du PDS à la présidentielle est dans l’attente d’une décision de la Cour de justice de la Cedeao qui pourrait intervenir dans les prochains jours. Il entend faire reconnaître son droit, contesté par le gouvernement sénégalais, de s’inscrire sur les listes électorales afin de se porter candidat. Pour Karim Wade, c’est la procédure de la dernière chance. Le 6 novembre, les avocats du candidat du Parti démocratique sénégalais (PDS, opposition) ont introduit une requête auprès de la Cour de justice de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao). Ils estiment en effet que le Sénégal n’a pas respecté ses engagements internationaux en l’empêchant de se porter candidat à la présidentielle du 24 février 2019. Jeune Afrique

Sénégal : Des caisses illégales dans les brigades
Le commandant de la gendarmerie territoriale sénégalaise a révélé, dans une note de service, l’existence dans certaines brigades de caisses illégales alimentées par le fruit de ce racket sur les routes. Le porte-parole de la gendarmerie sénégalaise a indiqué que des mesures seront bientôt prises pour y mettre un terme. La note de service date du 28 novembre, mais c’est seulement ce week-end qu’elle a fuité dans la presse. Dans le document, dont la BBC a obtenu copie, le commandant de la gendarmerie territoriale sénégalaise, le général de brigade Moussa Fall indique avoir constaté l’existence dans certaines brigades de caisses ouvertes sans aucun fondement légal. BBC

Les pirates somaliens, un danger toujours présent
Ce 8 décembre 2018, ça fait 10 ans que la mission militaire européenne Atalante est déployée au large de la Somalie pour combattre la piraterie. Le phénomène a fait la Une des journaux pendant plusieurs années. Des pirates prenaient d’assaut des navires marchands, des voiliers, voire parfois des superpétroliers. Ils enlevaient l’équipage et les échangeaient contre des rançons. Aujourd’hui, le nombre d’attaques a beaucoup baissé, mais les Européens déploient toujours deux navires au large de la Somalie. Sébastien Németh a pu passer plusieurs jours à bord du bateau espagnol Castilla.  RFI



Photo: Adam Jones