Revue de Presse du 1er septembre 2017

Kenya : la Cour suprême invalide l’élection présidentielle et exige un nouveau scrutin
La Cour suprême du Kenya a annoncé vendredi qu’elle invalidait la victoire du président sortant Uhuru Kenyatta, lors du scrutin du 8 août. Une nouvelle élection présidentielle devra se tenir d’ici à soixante jours. La Cour suprême du Kenya, saisie par l’opposition, a ordonné vendredi 1er septembre la tenue d’une nouvelle élection présidentielle, déclarant « invalide » le résultat du scrutin du 8 août, à l’issue duquel le président sortant Uhuru Kenyatta a été proclamé vainqueur. La plus haute instance judiciaire du pays invoque des irrégularités relevées dans les opérations de vote. Une nouvelle élection présidentielle doit être organisée dans les soixante jours. France 24

Burundi: mise en place d’une commission d’enquête
Le parlement burundais vient de mettre sur pied une commission spéciale composée de 12 députés. Elle sera chargée d’enquêter sur des informations contenues dans un rapport d’experts indépendants des Nations Unies. Le rapport établit la persistance de crimes commis par les services de sécurité et les  »imbonerakure » c’est-à-dire la jeunesse du parti au pouvoir. Le rapport des Nations Unies, évoque des exécutions extrajudiciaires, des disparitions forcées, des tortures et des violences sexuelles dans le pays. BBC

Rwanda : les raisons qui ont poussé Paul Kagame à choisir un technicien comme Premier ministre
Le président rwandais Paul Kagame, récemment élu pour un troisième mandat de sept ans, a nommé mercredi au poste de Premier ministre l’économiste Édouard Ngirente. Un choix plus technique que politique, selon plusieurs observateurs. Cette nomination a entraîné un remaniement imperceptible, l’équipe gouvernementale ayant été reconduite dans sa quasi intégralité. À 44 ans, le nouveau Premier ministre rwandais, Édouard Ngirente, succède à un homme politique confirmé de 65 ans, Anastase Murekezi, l’un des leaders du Parti social-démocrate (PSD). Selon Albert Rudatsimburwa, patron de médias et analyste politique de la région des Grands-Lacs, sa nomination par le président Kagame, purement technique, « vise notamment à trouver des solutions dans le domaine de l’emploi » face au nombre important de jeunes en mal d’insertion sur le marché de travail. Jeune Afrique

Rwanda: une opposante arrêtée par la police, selon sa famille
La Rwandaise Diane Rwigara, qui avait en vain tenté de se présenter à l’élection présidentielle du 4 août remportée par le sortant Paul Kagame, a été arrêtée avec plusieurs membres de sa famille par des membres de forces de sécurité, a affirmé jeudi l’un des ses frères, une accusation démentie par la police. Aristide Rwigara, qui vit aux États-Unis, a expliqué à l’AFP que sa sœur et quatre autres membres de la famille avaient été emmenés mardi vers une destination inconnue par des policiers qui venaient de mener une perquisition dans sa maison de Kigali. « Je sais pour sûr qu’ils ont été emmenés vers un endroit inconnu. Je ne sais pas comment ils vont. On a fouillé la maison, ainsi que leurs téléphones et ordinateurs portables, pendant qu’ils étaient menottés », a-t-il déclaré au téléphone. TV5

Congo-Brazzaville: le Sénat renouvelé, les citoyens s’interrogent sur son rôle
Au Congo-Brazzaville, les conseillers municipaux et départementaux étaient appelés aux urnes jeudi 31 août pour renouveler le Sénat, qui compte 72 élus. Le vote a concerné onze des douze départements du pays, le Pool étant exclu du scrutin en raison de l’insécurité. Le Sénat, la chambre haute du Parlement congolais, est connu des citoyens, certes, mais ils s’interrogent souvent sur son vrai rôle. Sans surprise, avec ses alliés, le Parti congolais du travail au pouvoir, déjà vainqueur des dernières élections locales et municipales, devrait conserver la mainmise sur le Sénat, dont tous les sièges ont été remis en jeu conformément à la Constitution en vigueur depuis 2015. Selon la Loi fondamentale de 2002, le Sénat était renouvelé de moitié tous les trois ans. RFI

Bientôt un calendrier électoral « réaliste » en RDC promettent les autorités
La Commission électorale nationale indépendante (Céni) dispose des éléments susceptibles de lui permettre de procéder à l’élaboration d’un calendrier électoral, indique un communiqué publié à l’issue des travaux d’évaluation de la transition par le gouvernement, le centre électorale et le Conseil national de suivi de l’accord (CNSA). Les autorités de la République démocratique du Congo ont promis jeudi de publier « incessamment » un calendrier électoral « réaliste » après avoir recensé plus de 40 millions d’électeurs soit 98,9% du corps électoral. « La Céni (Commission électorale nationale indépendante) dispose des éléments susceptibles de lui permettre de procéder à l’élaboration d’un calendrier électoral. Sur cette base, elle s’engage à publier incessamment un calendrier réaliste », indiquent les trois autorités signataires d’un communiqué. VOA

Inondations au Nigeria: plus de 100.000 personnes déplacées
Plus de 100.000 personnes ont dû fuir leur foyer à cause des fortes pluies et des inondations qui en ont suivi dans le sud-est du Nigeria, a annoncé jeudi soir le président nigérian Muhammadu Buhari. « C’est avec une grande inquiétude que j’ai appris les inondations dans l’Etat de Benue, qui ont déplacé, selon les premières estimations, plus de 100.000 personnes », a écrit le président nigérian sur son compte Twitter. « Durant les deux dernières semaines, il a beaucoup beaucoup plu », raconte Helen Teghtegh, directrice de l’ONG locale Community Links and Human Empowerment Initiative, qui a lancé un appel aux dons pour les sinistrés. « Le niveau de la rivière Benue a beaucoup augmenté et depuis mercredi, beaucoup d’habitants de Makurdi (la capitale) ont commencé à quitter leur domicile », poursuit-elle. VOA

Élections en Angola : « Pas une fraude électorale, mais plutôt un vol »
Dans l’état-major du Mouvement populaire pour la libération de l’Angola (MPLA), l’heure est aux préparatifs en vue des célébrations de la victoire électorale du parti. L’annonce officielle des résultats définitifs est prévue le 6 septembre. Sauf spectaculaire coup de théâtre, ils devraient correspondre aux chiffres provisoires disponibles jusqu’ici. Les protestations des deux principaux partis d’opposition, l’Union nationale pour l’indépendance totale de l’Angola (UNITA) et la Large convergence pour le salut de l’Angola – Coalition électorale (CASA-CE), n’ont pas suffi : la Commission électorale a confirmé le succès du MPLA, une semaine après le déroulement des opérations de vote, le 23 août. D’après les données provisoires affinées, réactualisées et publiées par cette Commission, le parti au pouvoir depuis l’indépendance du pays en 1975 est crédité de 61 %. L’UNITA arrive deuxième, loin derrière, avec plus de 26 % et la CASA-CE, qui se classe troisième, a réalisé un score de 9,49 %. Les trois autres formations politiques qui ont pris part à ces scrutins sont reléguées dans les tréfonds de ce classement. Le Point

Côte d’Ivoire : Alassane Ouattara à l’Élysée, deuxième épisode
Pour la deuxième fois en moins de trois mois, le président français, Emmanuel Macron, a reçu son homologue ivoirien à Paris, ce jeudi. Au menu des discussions : Franc CFA, migrations, sécurité. Le 12 juin dernier, il était le premier chef d’État africain reçu par Emmanuel Macron après son élection à la présidence française. Moins de trois mois plus tard, Alassane Ouattara est de retour à l’Élysée. Ce jeudi 31 août, pendant plus d’une heure et demi, les deux hommes se sont entretenus en tête-à-tête puis ont partagé un déjeuner de travail, en compagnie notamment d’Amadou Gon Coulibaly, le Premier ministre ivoirien, de Marcel Amon Tanoh, ministre des Affaires étrangères et des ministres français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian et de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire. Jeune Afrique

Au Cameroun, Paul Biya emprisonne et libère à sa guise les contestataires anglophones
Un soulagement teinté de colère règne, jeudi 31 août, au sein de la famille de Paul Ayah Abine. La libération de cet ancien avocat général près de la Cour suprême du Cameroun et candidat à la présidentielle de 2011 est intervenue de manière presque aussi inattendue que son arrestation. « C’est une immense satisfaction que ce calvaire ait pris fin. Pendant plus de sept mois, mon père n’a jamais été présenté à un juge. Il était un otage dans les locaux du SED [le secrétariat d’Etat à la défense] où il est subitement devenu cardiaque et quasiment aveugle de l’œil gauche », raconte son fils Ayah Ayah Abine. Le Monde

« Idriss Déby aura-t-il l’audace de mettre fin à la prévarication qu’il a instaurée au Tchad ? »
M. Idriss Déby Itno, président de la République tchadienne, ne manque pas d’audace lorsqu’il vient déclarer devant les dirigeants européens réunis à l’Elysée : « La question des migrations ne peut être réglée que par le développement » (Le Monde du 30 août 2017). Il a raison, bien sûr, mais qu’a-t-il fait lui-même dans son pays sur lequel il règne depuis bientôt trois décennies ? Le bilan de vingt-sept ans de pouvoir sans partage est rude. Le taux d’analphabétisme de la population est de 75 %. Le taux de réussite au baccalauréat est de l’ordre de 10 %, étant précisé que le niveau du diplôme à peu de choses à voir avec ce qu’il est dans d’autres pays. A l’université, les étudiants affrontent ce qu’ils nomment avec amertume l’année élastique : les enseignants, s’estimant insuffisamment payés, délaissent leurs cours pour des établissements privés et il faut souvent deux à trois ans pour passer les examens d’une année de licence. L’espérance de vie dépasse péniblement 51 ans. L’indice de développement humain (IDH) place le Tchad en 186e position sur 189 pays. Le Monde

En Algérie, la souffrance et l’impuissance des familles de migrants kidnappés en Libye
Il est assis, seul dans la pièce, face à un mur bleu. Les coudes sur la table, téléphone dans une main, cigarette dans l’autre. Martin est camerounais. Il vit à Oran, en Algérie, depuis sept ans. Il a vu les migrants, comme lui, s’installer en Algérie, plus nombreux depuis 2011. Mais, depuis deux ans, il a aussi vu ceux qu’ils connaissaient partir vers la Libye pour rejoindre l’Europe par la mer. « Tous les jours des gens partent », précise-t-il. Un jour d’été, sa nièce, Solange, décide à son tour de prendre la route. Comme pour tous les autres avant elle, pour Solange, ce devait être « simple ». Le prix de la traversée avait baissé, des proches qui étaient partis l’année précédente, avec le même passeur, l’attendaient dans plusieurs pays d’Europe. Pourtant, Solange n’est pas arrivée. Le Monde

Maroc : dans le Rif, de nouvelles condamnations font craindre un enlisement de la crise à Al-Hoceïma
La crainte d’un enlisement de la situation à Al-Hoceïma, au cœur d’un mouvement de contestation dans le Rif, se fait sentir au Maroc, après des peines allant jusqu’à 20 ans de prison ferme prononcées contre des activistes. La tension reste vive. Au Maroc, le spectre d’un enlisement de la crise à Al-Hoceïma, épicentre d’un mouvement de contestation politique et social dans le Rif (nord), a ressurgi, jeudi 31 août, après la prononciation de peines allant jusqu’à 20 ans de prison ferme contre des activistes. France 24

Au poste-frontière de Ceuta, le calvaire des « femmes-mulets »
Elles avaient 34 et 45 ans. Elles résidaient à Castillejos (Fnideq en arabe), une ville marocaine proche de la frontière. Karima Rmili et Touria Bakkali sont mortes, lundi 28 août, après avoir été écrasées par la foule lors d’une bousculade au poste-frontière de Ceuta. Ce matin-là, comme tous les matins, des milliers de personnes s’y étaient massées côté marocain pour tenter de rentrer dans l’enclave espagnole, dès l’ouverture des barrières, à 6 heures. « Elles sont mortes pour quelques dizaines d’euros », se désole Rabiha, quelques heures après le drame, à quelques centaines de mètres de là, côté espagnol. Assise sur un carton, la mère de famille marocaine est en train de déballer des paires de chaussures bon marché. Autour d’elle bourdonne le polygone commercial de Ceuta (le « Poligono »). C’est là que les deux victimes voulaient venir : une vaste zone faite de hangars où tout se vend : vêtements, nourriture, produits d’entretien, boissons… Le Monde



Photo: Adam Jones