Revue de Presse du 1er mars 2018

Mali: quatre casques bleus tués par une mine dans la région de Mopti
Quatre casques bleus des Nations unies ont été tués et quatre autres grièvement blessés dans l’explosion d’une mine au passage de leur véhicule, dans le centre du Mali, ce 28 février. Ce nouveau drame porte à huit le nombre de casques bleus tués depuis le début de l’année. Comme ce 27 février pour l’armée malienne, un engin explosif non-identifié a provoqué le drame. L’explosion a eu lieu vers 14h alors que le blindé de la Mission de l’Onu au Mali (Minusma) circulait entre les localités de Boni et de Douentza dans la région de Mopti, dans le centre du pays. A bord d’un véhicule blindé, quatre casques bleus ont été tués sur le coup. Il s’agit encore d’un bilan provisoire car quatre autres soldats, grièvement blessés, ont été évacués à l’hôpital de la Minusma à Bamako, la capitale. RFI

Mali: six soldats et un garde forestier tués, l’armée accusée d’avoir tué sept civils
Six militaires et un garde-forestier sont morts mardi dans deux attaques attribuées à des jihadistes dans le centre du Mali, où l’armée est accusée par des familles d’avoir tué sept civils après leur arrestation le 21 février. Un véhicule des forces armées a « sauté (mardi) sur un engin explosif improvisé à environ 7 km à l’est de Dioura », dans la zone de Ségou (centre). Le bilan est de 6 morts », dont un lieutenant, a indiqué mercredi l’armée malienne sur son site d’information. Par ailleurs, dans la nuit de mardi à mercredi, un « terroriste a tué à Douentza (centre) un agent des eaux et forêts avec une arme » à feu, a par ailleurs affirmé à l’AFP une source militaire. Le terme « terroriste » désigne un présumé jihadiste dans le langage des autorités au Mali. TV5

Centrafrique: six travailleurs de l’éducation tués dans le nord-ouest du pays
En Centrafrique, une nouvelle attaque endeuille le milieu humanitaire. Six travailleurs centrafricains dans le domaine de l’éducation, deux femmes et quatre hommes, dont un employé de l’Unicef, ont été tués le 25 février par balles par des assaillants non-identifiés dans le nord-ouest du pays, non loin de la frontière avec le Tchad. Pour la première fois, l’organisme onusien est victime d’une attaque en Centrafrique. L’attaque a eu lieu en plein jour le 25 février dernier. Un responsable éducation de l’Unicef, deux fonctionnaires du ministère de l’Education et trois membres de Bangui sans frontières, une ONG partenaire de l’Unicef, étaient en route vers Markounda dans le nord-ouest du pays pour assurer une formation de maîtres parents lorsqu’ils ont été assassinés. RFI

La France dément toute exportation d’armes vers la RDC depuis novembre 2016
Six travailleurs humanitaires, dont un du Fonds des nations unies pour l’enfance (Unicef), ont été tués dimanche dans le nord-ouest de la Centrafrique, selon un communiqué publié mercredi par la mission de l’ONU en Centrafrique, la Minusca. « La Minusca condamne le meurtre d’un personnel de l’Unicef et de cinq autres travailleurs humanitaires près de Markounda, nord-ouest de la RCA, et présente ses condoléances aux familles et collègues des victimes », indique la mission de l’ONU dans un communiqué sur Twitter concernant cette attaque survenue dimanche, selon l’Unicef. Il n’était pas possible mercredi soir d’indiquer de source indépendante l’identité des agresseurs. Africa News

Afrique du Sud: les terres bientôt redistribuées aux Noirs
Le Parlement sud-africain a adopté mardi un texte présenté par le parti d’extrême gauche des Combattants de la liberté économique (Economic Freedom Fighters, EFF), qui prévoit des expropriations foncières sans verser d’indemnités aux propriétaires, un sujet très sensible qui agite la vie politique du pays. Plus de deux décennies après la fin de l’apartheid, le parti au pouvoir, le Congrès national africain (ANC), entend s’attaquer aux disparités raciales dans la propriété foncière en Afrique du Sud. Selon une étude récente menée par le gouvernement, les Sud-Africains noirs représentent 79% de la population, mais ils ne possèdent directement que 1,2% des terres rurales du pays. BBC

Guinée équatoriale : le principal parti d’opposition dissous
En Guinée équatoriale, Citoyens pour l’Innovation, le principal parti d’opposition a été dissous. Selon Anatalio Nzang, le procureur général adjoint, qui s’exprimait à la télévision nationale équatoguinéenne, le parti C.I. est accusé d’atteinte à la sécurité de l’Etat. Et selon la loi relative au partis politiques en Guinée équatoriale, tout parti qui commet ce délit est automatiquement dissous”. Les faits se seraient produits à Aconibe dans le sud-est du pays lors de la campagne des élections législatives de novembre dernier. Des échauffourées avaient eu lieu entre les partisans de Citoyens pour l’innovation et des policiers. Le parti botte en touche. Africa News

Liste noire de Washington: cinq groupes affiliés à l’EI agissent en Afrique
Les Etats-Unis ont publié une nouvelle liste noire de groupes terroristes. L’objectif pour le département d’Etat américain est de lutter contre le financement de ces organisations. Sur cette nouvelle liste, sept groupes jihadistes sont affiliés à l’organisation Etat islamique, dont cinq se trouvent sur le continent africain. Parmi les groupes désignés par le département d’Etat américain comme affiliés à l’organisation Etat islamique en Afrique, on retrouve Jund al-Khilafa, en Tunisie. Apparu début 2014, ce groupe a prêté allégeance à l’EI en décembre de la même année. RFI

Première visite officielle de Mnangagwa en RDC
Le nouveau président zimbabwéen, Emmerson Mnangagwa, a effectué sa première visite officielle mercredi à Kinshasa où il a discuté de la coopération avec son homologue congolais, Joseph Kabila. Selon le communiqué publié à l’issue de la rencontre, M. Mnangagwa a encouragé M. Kabila dans la collaboration de la RDC avec la SADC (Communauté économique et de développement de l’Afrique australe) s’agissant du suivi du processus électoral congolais qui se veut « irréversible ». VOA

RDC: la Monusco sans nouvelle d’un Casque bleu tanzanien depuis décembre  
La Mission des Nations unies au Congo a déclaré mercredi rechercher un Casque bleu tanzanien disparu depuis plus de deux mois après l’attaque meurtrière de sa base de Semuliki, dans l’est de la République démocratique du Congo. La Force de la Monusco « continue ses efforts visant à rechercher les traces d’un Casque bleu tanzanien, porté disparu lors de l’attaque de la base onusienne de Semuliki le 7 décembre 2017 », a déclaré le commandant Adil Esserhir, un porte-parole militaire de la Monusco lors d’une conférence de presse. La Monusco a lancé un appel à témoins pour toute information menant au retour du soldat disparu ou « à une preuve de vie », a expliqué l’officier. TV5

Présidentielle au Sénégal : le ministre de l’Intérieur déclenche la polémique
L’opposition sénégalaise réclame la démission du ministre de l’Intérieur Aly Ngouille Ndiaye, qui a déclaré sur une chaîne de télévision avoir « le souhait que le président Macky Sall gagne au premier tour » en 2019. Aly Ngouille Ndiaye est-il en mission pour faire réélire Macky Sall en 2019 ? Invité le week-end dernier dans l’émission « Cartes sur table » de la chaîne 2STV, le ministre de l’Intérieur a déclenché une vive polémique au Sénégal en déclarant avoir « le souhait que le président Macky Sall gagne au premier tour ». « Je vais tout faire pour que ceux qui ne sont pas encore inscrits puissent l’être afin de soutenir le président Macky Sall. Ceux qui sont déjà inscrits, je vais tout faire pour qu’ils récupèrent leur carte. Ceux qui veulent voter, je vais les aider à aller voter », a-t-il poursuivi. Jeune Afrique

Après l’affaire Oxfam, pourquoi les scandales sexuels de l’ONU passent-ils presque inaperçus ?
Que faire face à la récurrence des affaires d’exploitation et d’abus sexuels sur des populations civiles africaines par des employés de l’ONU – qui ne sont pas seulement des Casques bleus ? Sharanya Kanikkannan, conseillère juridique et politique de l’ONG Aids-Free World, nous explique les enjeux de son combat contre l’impunité. Cela sonne comme une insupportable rengaine. Quarante-six Casques bleus, de nationalité ghanéenne, ont été accusés d’abus sexuels sur des femmes au Soudan du Sud où ils étaient basés, a annoncé l’ONU, lundi 26 février. Selon une enquête préliminaire, ces soldats de la paix « étaient engagés dans des activités sexuelles avec des femmes » vivant sur des sites de protection de civils gérés par l’ONU et certains policiers du contingent sont accusés « d’avoir monnayé des rapports sexuels ». Des accusations qui sont les dernières en date d’une longue liste ayant éclaboussé plusieurs opérations onusiennes de maintien de la paix, dont la Monusco en République démocratique du Congo, la Minusma au Mali et la Minusca en Centrafrique. Jeune Afrique

Algérie, Mauritanie, Sénégal, Mali : les enjeux de la tournée africaine du Turc Recep Tayyip Erdogan
Après Alger et Nouakchott, le président turc Recep Tayyip Erdogan devrait arriver ce mercredi soir à Dakar, dans le cadre de sa tournée africaine, prévue du 26 février au 2 mars. Fermeture des écoles Gülen, diplomatie économique… Focus sur les enjeux de cette tournée africaine. Il s’est rendu dans plus de 30 pays d’Afrique, d’abord en tant que Premier ministre (2005-2014), puis en tant que président de la République. Cette fois, Recep Tayyip Erdogan a choisi quatre pays du continent – l’Algérie, le Sénégal, la Mauritanie et le Mali – pour sa première grande tournée diplomatique de l’année 2018. Jeune Afrique

Le Rwanda ferme plus de 700 églises
Les autorités rwandaises ont ordonné la fermeture plus de 700 églises situées à Kigali en raison du non-respect des normes de sécurité et d’hygiène de ces lieux de culte. Selon le journal privé rwandais « The New Times », cette décision a été prise à la suite d’une opération de sécurisation des édifices religieux de la capitale du Rwanda. Il affirme que 714 églises et une mosquée ont été visées par cette opération. De nombreux lieux de culte ont été construits au Rwanda en violation des normes de sécurité, a dit au journal « The New Times » un fonctionnaire rwandais, Justus Kangwagye. BBC



Photo: Adam Jones