Revue de Presse du 1er décembre 2016

Jour de présidentielle en Gambie
Jour d’élection présidentielle en Gambie ce 1er décembre : trois candidats s’affrontent dans les urnes, deux sortent du lot : Yahya Jammeh, au pouvoir depuis 22 ans, l’homme fort de Banjul qui contrôle tout l’appareil d’état brigue un 5e mandat. Face à lui, Adama Barrow, choisi par l’ensemble de partis d’opposition. Un candidat qui n’a pas eu peur de critiquer le président sortant. Présentation de ce scrutin à un tour. Tout oppose Yahya Jammeh et Adama Barrow mais ces deux candidats ont un point commun : ils sont certains de l’emporter. Le président l’a dit : « Je ne m’imagine pas perdre ». Adama Barrow estime qu’il a de très très bonnes chances de l’emporter. RFI

La Gambie bloque les communications internationales
Les autorités gambiennes ont bloqué Internet et les appels téléphoniques vers l’étranger, à l’heure où la population est appelée aux urnes dans le pays. Le correspondant de la BBC à Banjul, Umaru Fofana, a indiqué que les manifestations post-électorales sont également interdites. Selon lui, il s’agit des élections les plus tumultueuses depuis l’arrivée au pouvoir du président Yahya Jammeh en 1994. Le principal opposant, est Adama Barrow, un agent immobilier, qui a le soutien de la plupart des partis d’opposition. Le président Jammeh nie les allégations selon lesquelles l’opposition aurait été harcelée. BBC

Gambie : jamais sans Jammeh
Comme tous les cinq ans, Yahya Jammeh fera mine de se soumettre au verdict des urnes, le 1er décembre. Un vrai-faux suspense qui ne trompe personne, ni à Banjul ni ailleurs, et au terme duquel le chef de l’État, au pouvoir depuis 1994, devrait être reconduit à la tête du pays. Il est apparu face à la foule dans son traditionnel boubou blanc immaculé, entouré de ses sbires et de sa cour. Dans chaque main, un coran et un chapelet, attributs indispensables à son personnage de président un brin mégalo de la désormais officielle République islamique de Gambie. Ce 16 novembre, Yahya Jammeh lançait sa campagne pour sa réélection à Essau, au nord-est de Banjul. La cinquième depuis son coup d’État contre Dawda Jawara, en 1994, qui lui permettra de rempiler pour un nouveau mandat de cinq ans, après déjà plus de deux décennies passées au pouvoir. Jeune Afrique

Affaire Nyamitwe : le Rwanda répond aux accusations du Burundi
Les autorités burundaises ont vite désigné le Rwanda comme auteur de la tentative d’assassinat de Willy Nyamitwe, conseiller chargé de la communication à la présidence. Des accusations que Kigali balaient d’un revers de main. « Willy Nyamitwe n’est pas un danger pour le Rwanda ! », a d’abord affirmé le lieutenant-colonel rwandais René Ngendahimana dans le journal Igihe, mercredi 30 novembre, réagissant aux accusations de Bujumbura incriminant Kigali dans la tentative d’assassinat du conseiller à la communication du président Pierre Nkurunziza, le 28 novembre, dans laquelle un des gardes du corps de celui-ci a trouvé la mort. Jeune Afrique

Sommet de la CEEAC à Libreville
Un sommet des chefs d’Etat de la Communauté économique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC) s’ouvre ce matin dans la capitale gabonaise. D’importantes décisions sont attendues. La situation en Centrafrique et les attaques de Boko Haram au Tchad et au Cameroun, des pays membres de la CEEAC, seront examinées durant ce sommet. Selon Alain-Claude Bilie Bi Nzé, le ministre gabonais de la Communication et porte-parole du gouvernement, le sommet de Libreville sera consacré à la paix et à la sécurité. L’opposition gabonaise souhaite que les travaux du sommet se penchent également sur la crise postélectorale au Gabon. BBC

Plusieurs médias interdits de diffusion au Bénin: la polémique enfle
Au Bénin, depuis le début de la semaine, 6 chaînes de télévisions et une radio ont été fermées sur décision de la HAAC. La Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication a notamment dans son viseur deux médias qui appartiennent à l’homme d’affaires Sébastien Ajavon, arrivé 3ème à la présidentielle de mars dernier. Des scellés ont ainsi été posés devant la radio Soleil FM et la société Ideal production, qui fournit des éléments à la chaîne de télévision panafricaine Sikka TV. Cette dernière, dont le siège est à Paris, continue d’émettre mais ses programmes sont perturbés. A Cotonou, la polémique ne désenfle pas. RFI

Maroc: « Dlamini-Zuma poursuit son élan d’obstruction »
Le ministère marocain des Affaires étrangères accuse la présidente de la Commission de l’Union africaine (UA) de faire « obstruction » à son retour au sein de cette organisation. Dans un communiqué daté de mercredi, Rabat accuse la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma de « tenter par de nouvelles manœuvres de contrarier la décision du Maroc de regagner sa place naturelle et légitime au sein de sa famille institutionnelle panafricaine ». Le roi du Maroc Mohammed VI a entrepris depuis plusieurs mois une démarche visant à réintégrer son pays dans l’UA. Le Maroc a démissionné de l’organisation panafricaine depuis 1984 en guise de protestation contre l’admission de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), qu’il considère comme faisant partie de son territoire. BBC

Génocide rwandais: la France examine la demande de coopération judiciaire de Kigali
Paris accuse réception de la demande de coopération judiciaire que lui a adressé Kigali dans le cadre de l’enquête ouverte mardi au Rwanda sur le rôle d’une vingtaine de responsables français durant le génocide de 1994. Cela fait des années que le Rwanda accuse la France d’avoir participé aux massacres qui, à partir d’avril 1994, ont fait environ 800 000 morts, essentiellement parmi la minorité tutsie. Cette fois, le parquet demande à la France de lui permettre d’entendre les personnalités qu’elle soupçonne d’en être responsables, pour l’essentiel des hauts gradés de l’armée française qui a toujours nié une quelconque responsabilité. RFI

En Afrique, la pollution de l’air tue mais personne ne veut le voir
L’OMS a récemment lancé une campagne nommée BreatheLife. Son objectif était de faire prendre conscience aux populations que la pollution de l’air – désignée ici comme un «tueur invisible» – représentait un risque sanitaire et environnemental majeur. Cette «invisibilité» mettait l’accent sur le fait que cette pollution n’est pas toujours considérée comme un risque majeur. Car dans les faits, les niveaux de pollution de l’air qui dépassent les recommandations de l’OMS sont bien «visibles» et documentés, tout particulièrement dans les pays développés. Les personnes les plus exposées sont celles qui vivent à proximité des sources de pollution, comme celles qui utilisent des fours rudimentaires au charbon ou habitent dans des zones industrielles, par exemple. Slates

États-Unis. La guerre de l’ombre des Américains en Somalie
Depuis que le président Bill Clinton a engagé les troupes américaines, en 1992, dans le bourbier somalien, son pays n’en est plus jamais sorti. Forces spéciales et services secrets procèdent régulièrement à des actions dans ce petit pays ravagé par les guerres civiles. Le New York Times décortique comment les États-Unis ont même consolidé leur présence après l’attentat du Westgate, en 2013. La guerre clandestine que mènent les États-Unis contre les islamistes en Somalie connaît une intensification depuis un an. Les opérations associent forces spéciales, frappes aériennes, sociétés privées et alliés africains. Des centaines de soldats américains circulent entre des bases improvisées. Les États-Unis n’ont jamais eu une telle présence militaire dans le pays depuis qu’ils s’en sont retirés après la première bataille de Mogadiscio, en 1993. Courrier International

Mali: devant la cour d’assises, le chef de l’ex-junte « a le moral »
Poursuivi pour « assassinat et complicité d’assassinat » de militaires, le chef de l’ex-junte malienne Amadou Sanogo, a déclaré « avoir le moral » à l’ouverture de son procès mercredi devant une cour d’assises de Sikasso, dans le sud du pays, a constaté un journaliste de l’AFP. « J’ai le moral. J’attendais ce jour », a brièvement déclaré à l’AFP M. Sanogo, vêtu d’un costume, l’air tantôt détendu, tantôt crispé. L’officier comparaît avec 16 co-prévenus pour « enlèvement et assassinat, complicité d’enlèvement et d’assassinat » de soldats dont les corps ont été retrouvés dans un charnier en 2013. Il encourt la peine de mort. TV5

Côte d’Ivoire: Simone Gbagbo absente à son procès
L’ex-première dame de Côte d’Ivoire, Simone Gbagbo, ne s’est pas présentée mercredi à son procès pour crimes contre l’humanité, au lendemain d’échanges houleux entre elle et le président du tribunal qui lui a adressé une sommation. « Nous commettons l’huissier de justice a l’effet de faire une sommation à Mme Simone Gbagbo à comparaître devant la Cour d’assises à l’audience de demain » jeudi, a déclaré le président de la cour, le juge Boiqui Kouadjo. « Le bâtonnier de l’ordre des avocats sera informé de la nouvelle situation » a poursuivi M. Boiqui. « Si les avocats de Mme Gbabo ne se présentent pas nous allons commettre des avocats d’office et poursuivre le procès sans elle » a expliqué de son coté, le procureur Aly Yéo. TV5

Burkina Faso: un plan de développement de 23,5 milliards d’euros
Le Burkina Faso, un des pays les moins développés de la planète, veut mener une « insurrection contre la pauvreté » grâce à un plan de développement de 23,5 milliards d’euros sur cinq ans, explique le Premier ministre de ce petit État sahélien. « Nous sommes à une période charnière de notre histoire. C’est un programme de vérité, de rupture », affirme dans un entretien à l’AFP Paul Kaba Thiéba à propos de ce « Plan national de développement économique et social » (PNDES). « Nous avons réussi l’insurrection populaire (qui a mis fin en 2014 à 27 ans de règne du président Blaise Compaoré). Nous avons résisté victorieusement à la tentative de coup d’État (menée par l’ex-garde prétorienne du président Compaoré en septembre 2015). Il reste une insurrection à gagner, c’est l’insurrection contre la pauvreté », poursuit-il. TV5

Madagascar sort petit à petit du purgatoire
Après le Sommet de la francophonie la semaine dernière, la conférence des donateurs qui se tient jeudi 1er et vendredi 2 décembre à Paris marque une nouvelle étape dans la réintégration de Madagascar sur la scène internationale. La délégation malgache conduite par le président Hery Rajaonarimampianina espère lever 3,3 milliards de dollars (3,1 milliards d’euros) pour financer les priorités son Plan de développement. La somme est conséquente pour ce pays mis au ban après le coup d’Etat de 2009 et dont la mauvaise gouvernance avait jusqu’à présent convaincu les bailleurs multilatéraux et bilatéraux de s’engager avec la plus grande prudence. Le Monde

Un vaccin expérimental contre le sida
Coup d’envoi, ce mercredi, en Afrique du Sud, d’un essai clinique du HVTN 702, un vaccin expérimental contre le sida. Selon la communauté scientifique, si son efficacité est confirmée, il pourrait permettre de faire reculer la maladie. Depuis l’identification du virus en 1983, les scientifiques pensent que le HVTN 702 conçu par les laboratoires pharmaceutiques GSK et Sanofi est un vaccin prometteur contre le virus du sida. Pendant quatre ans, plus de 5 400 volontaires, hommes et femmes sexuellement actifs âgés de 18 à 35 ans et n’étant pas infectés par le virus, recevront cinq injections du vaccin. Les résultats de l’essai sont attendus pour 2020. BBC



Photo: Adam Jones