Revue de Presse du 1er août 2018

Questions / réponses : La Somalie planifie la transition de la sécurité
Le conseiller à la sécurité nationale de la Somalie s’exprime sur la volonté politique, sur les réformes de sécurité au sein du Plan de transition de la Somalie, ainsi que sur la détermination de construire une coalition domestique et internationale destinée à soutenir les progrès du pays. Centre d’études stratégiques de l’Afrique

Zimbabwe: la Zanu-PF assurée d’obtenir la majorité absolue à l’Assemblée
Au Zimbabwe, les premiers résultats des élections législatives de lundi commencent à arriver. Et c’est le parti au pouvoir, la Zanu-PF qui l’emporte largement au premier tour. En revanche, il faut encore patienter pour les chiffres de la présidentielle et des conseillers municipaux. Selon les derniers résultats partiels, publiés dans la nuit par la Commission électorale zimbabwéenne, la Zanu-PF garde le contrôle du Parlement. Elle obtient 109 sièges sur 210 contre 41 pour alliance de l’opposition. Il reste encore 58 circonscriptions dont les résultats n’ont pas été proclamés, mais même avec ces circonscriptions manquantes, le parti a déjà la majorité absolue. RFI

Mali: un convoi de l’armée attaqué dans la région de Ségou
Une mission de sécurisation des opérations électorales maliennes est tombée, hier mardi 31 juillet, dans une embuscade dans la région de Ségou. Au moins quatre militaires maliens ont été tués. C’est une première depuis l’élection présidentielle de dimanche. Les militaires maliens sécurisaient un convoi notamment composé de matériels et documents électoraux. Sur l’axe Nampala- Dogofri dans la région de Ségou, situé au nord de Bamako, ils sont d’abord tombés dans une embuscade tendue par de présumés jihadistes. Ensuite, dans la confusion des coups de feux ont été tirés. « Dans le jargon, on parle d’attaque complexe », explique un spécialiste. RFI

L’UE insiste sur la transparence du scrutin au Mali
Les Maliens sont suspendus aux résultats officiels du premier tour de la présidentielle de dimanche. La centralisation des résultats se poursuit toujours au ministère de l’administration territoriale. Pendant ce temps, la mission d’observation de l’Union européenne a livré mardi ses premières conclusions. Elle demande la publication de la liste de bureaux où il n’y pas eu de vote à cause d’incidents. BBC

Mali: les hélicoptères canadiens entament leur mission avec l’ONU
L’armée canadienne a officiellement lancé mardi sa mission de maintien de la paix dans le nord du Mali au cours d’une cérémonie à Gao marquant le « retour » d’Ottawa au sein des Casques bleus, ont constaté des journalistes de l’AFP. Le contingent canadien de 250 soldats et de six hélicoptères doit mener les évacuations médicales de la Mission de l’ONU au Mali (Minusma) dans le nord du pays à partir de mercredi, en remplacement de l’armée allemande. « Cela fait plusieurs années que le Canada n’a pas eu de contribution importante au sein (des forces) de l’ONU et nous sommes fiers de voir flotter le drapeau des Nations unies aux côtés de celui » du Canada, a déclaré le colonel Chris McKenna, commandant du contingent canadien, lors d’une cérémonie sur la base de l’ONU à Gao. TV5

Congo : Ntumi désormais libre
La justice congolaise a levé le mandat d’arrêt contre l’ex-chef rebelle Frédéric Bintsamou, alias Pasteur Ntumi, à la tête de la rébellion dans la région du Pool au sud de Brazzaville. Une mesure qui pourrait compléter l’accord de paix conclu le 23 décembre avec l’opposant. Une conférence de presse pour confirmer ce qui était jusqu’ici officieux. Frédéric Bintsamou, alias Pasteur Ntumi n’est plus ce « terroriste » qui mettait en péril la paix chèrement acquise. La justice congolaise vient d’abandonner toutes les charges contre l’ancien chef rebelle. « Je viens de retrouver ma liberté de mouvement dans mes actions, mes entreprises privées et tous mes droits à travers l’arrêt rendu le 27 juillet par la cour d’appel de Brazzaville », a déclaré le pasteur Ntumi dans un message lu devant les journalistes par Philippe Ané Bibi, son représentant. Africa News

Muhammadu Buhari remplace Faure Gnassingbé à la tête de la CEDEAO
Le nouveau président en exercice de la CEDEAO est le Nigérian Muhammadu Buhari. Il a succédé hier soir au Togolais Faure Gnassingbé. Ce 53e sommet de la CEDEAO aura surtout été marqué par la question de la crise sociopolitique au Togo. A ce niveau, plusieurs annonces ont été faites comme la tenue des élections législatives le 20 décembre, la limitation du mandat présidentiel à 2, une élection présidentielle à 2 tours ou encore la révision intégrale du fichier électoral et la recomposition des membres de la Cour constitutionnelle. BBC

Accrochage entre l’armée algérienne et un groupe islamiste armé
Un violent accrochage entre un détachement de l’armée algérienne et un groupe d’islamistes armés a fait onze morts, mardi, dans la région de Skikda, dans l’Est algérien. Le premier bilan fait état de la mort de 7 militaires et 4 islamistes armés, et de plusieurs blessés dans les rangs de la patrouille de l’armée. Parmi les militaires blessés certains se trouvaient dans un état jugé sérieux. L’opération de ratissage se poursuit et l’armée a dépêché des renforts sur le lieu de l’accrochage situé à plus de 500 km à l’Est d’Alger. BBC

Crise au Togo: la Cédéao propose une feuille de route
Le sommet des chefs d’État et de gouvernement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest s’est achevé ce mardi à Lomé. Outre les nombreux dossiers à l’ordre du jour, la crise togolaise était au menu et la conférence a donné une feuille de route. La Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest recommande l’amélioration du cadre électoral pour permettre aux Togolais d’aller aux élections législatives, le 20 décembre prochain. La recomposition de la Cour constitutionnelle, la limitation à deux du mandat présidentiel, le mode de scrutin à deux tours pour l’élection du président de la République, la réalisation des réformes et le vote de la diaspora constituent les principales recommandations de cette feuille de route de la 53e session ordinaire de la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la Cédéao. RFI

Référendum aux Comores: l’opposition dénonce une «mascarade électorale»
Aux Comores, le «oui» est arrivé largement vainqueur à plus de 92% après le référendum constitutionnel du lundi 30 juillet. Une victoire du camp au pouvoir contestée par l’opposition qui dénonce une mascarade électorale. Les résultats définitifs du référendum aux Comores sont tombés. Le président de la Commission, Ahmed Mohamed Djaza, a tenu mardi une conférence de presse à Moroni. D’après lui, 92,74% des votants se sont prononcés en faveur de la réforme constitutionnelle, réforme qui renforce notamment les pouvoirs du président, en l’autorisant à briguer deux mandats successifs de cinq ans au lieu d’un seul. Ahmed Mohamed Djaza a précisé que le taux de participation au référendum s’élevait à 63,9%. Et ce, alors que l’opposition avait appelé au boycott du scrutin qu’elle jugeait illégal. RFI

Course à l’armement en Centrafrique, selon un rapport de l’ONU
La livraison d’armes russes à l’armée de la Centrafrique a déclenché une course à l’armement chez les rebelles, qui se tournent vers les trafiquants au Soudan pour s’approvisionner, selon un rapport d’experts des Nations unies publié mardi. Ce groupe d’experts relève que les livraisons d’armes à l’armée centrafricaine, approuvées en décembre par l’ONU, avaient entraîné « des vagues de réarmement » chez certaines factions de l’ancienne alliance pro-musulmane Séléka. Ces factions rebelles « pensent que le gouvernement prépare une guerre contre » elles, souligne ce rapport adressé au Conseil de sécurité la semaine dernière et qui porte sur la période janvier à juin. VOA

L’Erythrée s’en prend aux sanctions du Conseil de sécurité de l’ONU
Le gouvernement érythréen critique le Conseil de sécurité de l’ONU et les sanctions imposées au pays depuis 2009. Des sanctions « injustifiées qui nécessitent réparation », selon un communiqué publié lundi 30 juillet par le ministère de l’Information. Une déclaration qui intervient dans un calendrier particulier, à la fin de la visite d’Etat du président somalien à Asmara, et quelques semaines après celle du Premier ministre éthiopien, preuves du réchauffement entre l’Erythrée et ses voisins éthiopien et somalien après des années de tensions. RFI

Madrid cherche une réponse face au flux des migrants
Espagne Le pays est devenu la première porte d’entrée des migrants clandestins en Europe, devant l’Italie. Depuis que des sauveteurs l’ont recueilli sur un canot pneumatique en Méditerranée vendredi, Glenn Alban dort sur des cartons d’emballage dans le port d’Algésiras, dans le Sud de l’Espagne. Ce Camerounais de 18 ans dit recevoir deux repas par jour – du lait et des biscuits au petit-déjeuner, un sandwich et un jus de fruit pour dîner – en attendant que la police vérifie son identité et l’autorise à quitter le plus grand port d’Espagne « Comme vous voyez, c’est dur. Il fait si chaud ici », disait-il lundi en montrant son lit de cartons qu’il protège du soleil avec une couverture de la Croix-Rouge tendue entre une barrière et un mur de béton. « Je ne m’attendais pas à rester aussi longtemps comme ça. Je n’en reviens pas », dit Alban, qui a vécu deux ans au Maroc, avant de traverser le détroit de Gibraltar. La Libre

Maroc : un subtil Mohammed VI dans l’arène du Rif
Un discours sous forme de message. Dimanche soir, lors de sa traditionnelle allocution télévisée à l’occasion de la Fête du trône, Mohammed VI a bien choisi ses mots. Pas un n’a été consacré à la politique étrangère du royaume ou à ses aspirations africaines. « La question sociale », telle a été la thématique de ce discours prononcé pour marquer la 19e année de son intronisation. Ce thème ne doit rien au hasard lorsque l’on sait que l’allocution a été prononcée à Al Hoceïma, au cœur du Rif, épicentre du Hirak, mouvement de contestation qui a fortement secoué la région en 2016 et 2017 et qui continue à tenir en haleine, à sa façon, l’ensemble du pays. Et le contexte actuel est particulièrement compliqué tant la condamnation de plusieurs activistes du mouvement, en juin, à des peines allant jusqu’à vingt ans de prison a jeté la stupeur sur une partie de l’opinion marocaine et internationale, surprise par la sévérité des verdicts. De fait, alors que la parole du roi était attendue, la tonalité et le contenu du message prononcé à l’occasion du 19e anniversaire de son accession au trône méritent d’être scrutés tant la présence de la région du Rif y était sous-jacente. Le Point

Benin: Talon abandonne son projet de réforme constitutionnelle
Le président béninois Patrice Talon a décidé d’abandonner pour une durée indéterminée un projet de réforme constitutionnelle qui devait être soumis au vote populaire, arguant que l’organisation d’un référendum coûterait trop cher et n’était pas une priorité. « Un référendum coûte cher et nous sommes à quelques mois des élections législatives (…). Le coût de l’organisation d’un référendum mettrait à contribution la trésorerie de l’Etat pour un montant incompatible avec ma volonté de consacrer nos ressources actuelles aux besoins vitaux de la population », a expliqué le chef de l’Etat dans un discours télévisé mardi soir, à la veille de la 58e fête de l’Indépendance du Bénin. « La réforme initiée par l’assemblée nationale est importante certes, mais elle ne constitue pas, pour l’heure, un enjeu prioritaire », a-t-il indiqué dans le message. TV5



Photo: Adam Jones