Revue de Presse du 8 juillet 2019

Soudan: le Conseil militaire s’engage à « appliquer » l’accord de transition
Le Conseil militaire au pouvoir au Soudan s’est engagé samedi à « appliquer » et « préserver » un accord conclu avec la contestation, qui définit les grandes lignes de la future phase de transition et qui a poussé les manifestants à annuler une campagne de désobéissance civile. Mettant fin à leur bras de fer, les généraux et les chefs de la contestation ont accepté vendredi une présidence alternée à la tête d’un « Conseil souverain », la future instance censée diriger une transition d’environ trois ans. L’initiative, parrainée par les médiateurs de l’Ethiopie et de l’Union africaine, est synonyme de détente, après plusieurs mois de tensions ayant suivi la destitution par l’armée du président Omar el-Béchir en avril. « Le Conseil militaire s’engage et promet de préserver ce sur quoi nous nous sommes mis d’accord, et veiller à son application », a indiqué dans une allocution télévisée le chef du Conseil militaire de transition, Abdel Fattah al-Burhane. AFP

Algérie : le « Forum du dialogue national » travaille sur une sortie de crise
Alors que le mouvement de contestation est dans son 5e mois, personnalités politiques de l’opposition et organisations de la société civile réfléchissent aux élections à venir. … Dans les immenses locaux de l’école d’hôtellerie de Ain Benian, en périphérie ouest d’Alger, ce samedi 6 juillet, se tient le « Forum national du dialogue ». « L’objectif c’est d’arriver à un consensus entre les différentes initiatives politiques. Nous voulons mettre en place une plateforme de sortie de crise qui sera utilisée pour le dialogue avec les autorités », explique le député. Une plateforme « ouverte à tous », sauf à ceux qui ont « soutenu le 5e mandat » de l’ancien président Abdelaziz Bouteflika ou qui ont participé à ses gouvernements. « C’est une base pour un dialogue global, qui doit aboutir à la mise en place de garanties d’un scrutin transparent, régulier et crédible », a pour sa part expliqué Abdelaziz Rahabi, ancien ambassadeur et ancien ministre de la communication, qui coordonne la rencontre. Le Monde

L’ONU appelle à un cessez-le-feu en Libye, après un millier de morts en trois mois
L’ONU a appelé vendredi à un cessez-le-feu urgent en Libye où près de 1 000 personnes, dont des dizaines de migrants, ont été tuées en trois mois de combats entre camps rivaux près de Tripoli. Le Conseil de sécurité de l’ONU a condamné vendredi 5 juillet le raid aérien qui a fait une cinquantaine de morts au début de la semaine dans un centre libyen de détention pour migrants, près de la capitale Tripoli, et a réclamé l’instauration d’un cessez-le-feu. « Les membres du Conseil de sécurité soulignent la nécessité pour toutes les parties de procéder d’urgence à une désescalade et de s’engager dans un cessez-le-feu », affirme un communiqué du Conseil de sécurité négocié mercredi, au lendemain du massacre. France24

Libye: le pape appelle à des « corridors humanitaires » pour secourir des migrants
Le pape François, réagissant dimanche au récent bombardement meurtrier en Libye d’un centre de détention de migrants, a appelé à l’organisation de « corridors humanitaires » pour venir en aide aux migrants « les plus nécessiteux ». « La communauté internationale ne peut tolérer des faits aussi graves », a assuré le pape après la traditionnelle prière de l’Angelus sur la place Saint-Pierre. « Je souhaite que soient organisés de manière étendue et concertée les corridors humanitaires pour les migrants les plus dans le besoin », a-t-il ajouté. Le souverain pontife argentin, qui a fait de la défense des migrants l’un des axes majeurs de son pontificat, a aussi appelé les fidèles à « prier pour les pauvres personnes sans défense tuées ou blessées mardi dans l’attaque aérienne qui a touché un centre de détention de migrants en Libye ». AFP

Mozambique: Sept morts dans une attaque revendiquée par l’ EI dans le nord
Le groupe Etat islamique Search Etat islamique (EI) a revendiqué une attaque contre un village qui a fait sept morts dans le nord du Mozambique, apprend-on samedi de sources locales. Mercredi, des islamistes ont attaqué le village de Lidjungo, dans le district de Nangade,la province de Cabo Delgado, riche en gaz. Bilan, sept personnes, dont un policier, ont été tuées, a confirmé un responsable local sans donner plus de détails. D’après le SITE Intelligence, qui surveille les activités jihadistes, le groupe État islamique a affirmé vendredi soir avoir participé à l’attaque du mercredi. « Les soldats du califat ont attaqué les casernes de l’armée mozambicaine, dans la région de Nangade, dans le nord du Mozambique, il y a deux jours », selon une traduction du SITE. C’est la deuxième fois qu’il revendique une attaque dans le nord du Mozambique mais les autorités locales restent sceptiques sur la présence réelle de l’EI. Koaci

Les gendarmes autorisés à tirer à vue en Guinée
Une loi vient d’être adoptée en ce sens par les parlementaires guinéens. En Guinée, les gendarmes peuvent désormais tirer à vue sur tout obstacle et toute menace imminente. C’est la quintessence d’une loi adoptée par l’Assemblée nationale. La commission défense et sécurité de l’Assemblée nationale, dans l’exposé des motifs en plénière, a déclaré que cette loi vise à protéger les Guinéens contre le terrorisme, les prises d’otages et tous les cas dans lesquels un d’entre eux se retrouve face à un danger. Dans ces cas de figure, la loi autorise les gendarmes guinéens à tirer à vue. aucune poursuite judiciaire ne leur sera opposée. Les juristes ont appelé les autorités guinéennes à privilégier la promotion des questions des droits humains et des conventions internationales relatives aux droits de l’homme auxquelles la Guinée a souscrit. BBC

Malawi: 70 manifestants hostiles au Président appréhendés par la police
Près de 70 manifestants hostiles à la réélection du Président Peter Mutharika ont été appréhendés par les forces de sécurité à Lilongwe, la capitale, a t-on appris. Depuis vendredi, des milliers de malawites ont investi les rues de Lilongwe pour contester la victoire du Président Peter Mutharika au scrutin du 21 Mai, selon eux entaché de fraudes et d’irrégularités. Lors d’une déclaration, le chef de l’ Etat a lui même accusé ce week end les manifestants de comploter contre son gouvernement. De son côté, la police a annoncé l’arrestation de près de 70 personnes . Des manifestants se seraient livrés à des « actes criminels » notamment des pillages et des jets de pierres sur des voitures et des immeubles. Toutefois l’opposition compte bien poursuivre les manifestations jusqu’ à obtenir la démission de Jane Ansah, la présidente de la commission électorale. Koaci

Mali: Boubou Cissé annonce des mesures sécuritaires dans le Centre
Le Premier ministre malien Boubou Cissé a achevé dimanche 7 juillet une visite de cinq jours dans la région de Mopti. Il est allé à la rencontre des populations, les écouter. Mais il n’est pas arrivé les mains vides. Il a encouragé des discussions intercommunautaires et annoncé des mesures pour renforcer la sécurité. Sept localités du Centre visitées en 5 jours, le Premier ministre malien Boubou Cissé a fait du terrain. Il a souligné le lien entre les violences sur le terrain et l’insécurité alimentaire. C’est pourquoi il a d’abord présidé au lancement d’une campagne de distribution de 8 000 tonnes de céréales. C’est bientôt la période de soudure, et de nombreux greniers sont vides. RFI

Accord de paix en Centrafrique: 167 combattants désarment dans l’ouest
Plus de 160 combattants d’un groupe armé signataire de l’accord de paix en Centrafrique ont déposé leurs armes dans le village de Beloko, situé dans l’ouest du pays, non loin de la frontière avec le Cameroun, a annoncé vendredi le ministre délégué au Désarmement, Noël Bienvenu Selesson. Cette opération de désarmement, qui a eu lieu mardi et mercredi, est la deuxième menée depuis le lancement du projet Désarmement, démobilisation et réintégration (DDR), en décembre 2018. « Le gouvernement lance un appel aux autres groupes armés qui hésitent à leur emboîter le pas », a déclaré M. Selesson. « D’ici décembre, nous pourrions déclarer la fin du désarmement, à condition que les groupes armés jouent le jeu ». VOA/AFP

Cameroun : Les anciens chefs d’Etat et de gouvernement africains s’impliquent dans la résolution de la crise anglophone
Le Forum Africain en abrégé le « Forum » qui regroupe d’anciens chefs d’Etat, de gouvernement d’Afrique et d’autres personnalités de premier plan du continent, dont l’une des missions est de soutenir l’UA, va se pencher sur la situation du Cameroun. L’objectif de ce colloque sur le Cameroun est d’aider le pays à sortir de la crise anglophone qui le secoue depuis fin octobre 2016. Le colloque sur le Cameroun qui devrait se tenir à Addis-Abeba (Ethiopie) ou dans un autre Etat du continent non encore désigné se propose de contacter un large éventail des citoyens camerounais, qu’il invitera à participer à cette rencontre qui doit être le lieu d’un dialogue inclusif et ouvert. Le Forum qui est en contact avec les autorités camerounaises dit avoir transmis ses vues et suggestions au président Biya et entend poursuivre les échanges. Koaci

Au Soudan du Sud, l’espoir d’une paix durable
Après cinq années de guerre civile au Soudan du Sud durant lesquelles près de 4 millions de personnes ont fui les affrontements, l’accord de paix signé par le président Salva Kiir et son opposant Riek Machar redonne l’espoir d’une entente. Nos reporters se sont rendus à Bentiu, centre névralgique du conflit, où vivent 100 000 déplacés. Ils ont aussi assisté aux négociations entre les anciens ennemis, qui prient aujourd’hui côte à côte pour un avenir commun. Neuf mois après la ratification des accords de paix par le président Salva Kiir et le chef des rebelles du SPLM-IO, Riek Machar, les violences diminuent au Soudan du Sud. Des combats ont certes fait plusieurs morts depuis, mais en nombre très inférieur à ce qu’a connu le pays au cours de cinq années de guerre civile. France24

Somalie: les shebabs exécutent dans leurs rangs
En Somalie, les shebabs ont tué pas moins de dix personnes accusées d’espionnage cette semaine. Le groupe terroriste islamiste a fait abattre cinq hommes mercredi 3 juillet par un peloton d’exécution. Ils étaient soupçonnés d’espionner pour les renseignements somalien, kényan et américain. Jeudi, même chose pour cinq autres hommes. Les exécutions ont eu lieu dans le sud du pays, où le mouvement occupe de larges régions. Quatre personnes tuées en mars, cinq en octobre, deux en mai 2018, les exécutions d’espions présumés ne sont pas rares chez les shebabs. Ils sont souvent accusés d’avoir transmis des informations à l’armée somalienne ou à des puissances étrangères pour faciliter des opérations contre-terroristes. RFI

RD Congo : l’ancien chef de guerre Bosco Ntaganda reconnu coupable de crimes de guerre par la CPI
L’ancien chef de guerre congolais, Bosco Ntaganda, a été reconnu coupable par la CPI de crimes de guerre et crimes contre l’humanité pour des exactions commises en 2002 et 2003 en République démocratique du Congo. La Cour pénale internationale (CPI) a reconnu coupable, lundi 8 juillet, l’ancien chef de guerre congolais Bosco Ntaganda, de crimes de guerre et crimes contre l’humanité pour des exactions commises en 2002 et 2003 en Ituri, dans le nord-est de la RD Congo. « La chambre considère Bosco Ntaganda coupable de meurtres, d’avoir dirigé intentionnellement des attaques contre des civils, de viols, d’esclavage sexuel, de persécutions et de pillages en tant que crimes de guerre et crimes contre l’humanité », a déclaré lors d’une audience le juge Robert Fremr. France24

L’opposition togolaise rejette les résultats des élections municipales
Au Togo, la coalition de l’opposition, la C14, rejette les résultats provisoires des élections municipales du 30 juin dernier. Selon ces résultats, le parti au pouvoir, l’Union pour la République (Unir), remporte plus de 60% des sièges. Sur les 1 490 sièges pourvus, l’Unir en rafle 895. En deuxième position, l’Alliance nationale pour le changement en obtient 134 et la coalition de l’opposition 131. Mais pour Brigitte Adjamagbo Johnson, de la C14, il y a eu des fraudes qui ont joué sur les résultats : « Je voudrais d’abord faire observer que ça ne correspond pas du tout à la réalité, et que le régime encore une fois a usé de fraude, de bourrage d’urnes, d’achat de consciences. Il y a beaucoup d’endroits où il faut revoir les résultats. Quand dans un bureau de vote, déjà à l’ouverture, le délégué de la C14 arrive et voit que l’urne est pratiquement remplie à moitié, n’eût été la fermeté, la détermination de ce délégué, on n’aurait pas pu rétablir les choses. Vous verrez, il y aura plusieurs recours. Nous nous préparons à faire nos recours avec preuve valable. C’est grotesque ce qui s’est passé. » Le parti au pouvoir estime au contraire que le scrutin a été transparent. RFI

Sommet de l’Union africaine : à Niamey, le Nigeria et le Bénin intègrent la Zlec
Les deux pays ont signé ce dimanche à Niamey l’accord sur la Zone de libre-échange continentale (Zlec). C’est sous de vifs applaudissements que Muhammadu Buhari et Patrice Talon ont signé l’accord portant création d’une zone de libre-échange continentale. La cérémonie, très symbolique, a eu lieu dimanche 7 juillet lors de l’ouverture du sommet des Chefs d’État et de gouvernement de l’Union africaine (UA) à Niamey. Avec le Bénin et le Nigeria, l’accord a désormais été signé par 54 des 55 pays du continent. Ce dimanche, le Gabon et la Guinée équatoriale ont déposé leurs instruments de ratification portant à 27 le nombre de pays l’ayant ratifié. La première phase opérationnelle de la Zlec sera officiellement lancée ce dimanche, à l’issue du sommet auquel 31 chefs d’État participent. Jeune Afrique

Pourquoi l’Érythrée est le seul pays africain à rester en dehors de la Zlec
Seul pays africain à rester en dehors de la Zlec : l’Érythrée. Le pays ermite de la Corne de l’Afrique n’avait pas souhaité participer aux négociations sur la mise en place de la Zone de libre-échange continentale, pour cause d’état de guerre avec l’Éthiopie, disait-il. Maintenant que la paix a été signée, le commissaire africain chargé du Commerce et de l’Industrie, Albert Muchanga, assure que l’Érythrée devrait rejoindre à terme le processus d’intégration. Mais sa situation économique et politique laisse penser que ce ne sera pas une tâche facile. En Érythrée, tout passe par le bureau du président. Les fonctionnaires ayant quitté le pays le racontent volontiers, d’ailleurs. Les affaires de l’État sont du ressort exclusif d’Issayas Afewerki et du petit cercle qui l’entoure, notamment à la direction du parti-État, le FPDJ. RFI

Mandla Maseko, qui devait être le premier Noir africain à aller dans l’espace, se tue à moto
Un Sud-Africain qui aurait dû devenir le premier Noir africain dans l’espace est mort dans un accident de moto, a annoncé sa famille dimanche 7 juillet. Mandla Maseko, disc-jockey à temps partiel, est mort à l’âge de 30 ans samedi soir, selon une déclaration de la famille citée par plusieurs médias locaux. Surnommé « l’Afronaute », il avait gagné en 2013 le droit d’effectuer un vol de 103 kilomètres dans l’espace à bord d’un vaisseau spatial américain Lynx Mark. Il avait battu un million d’autres candidats venus de 75 pays. Il avait été sélectionné avec 22 autres personnes pour effectuer un voyage d’une heure. Le Monde



Photo: Adam Jones