Revue de Presse du 5 juin 2019

Soudan : le bilan de la répression sanglante de la contestation s’alourdit
Soixante personnes ont été tuées depuis lundi, date de la dispersion sur ordre du Conseil militaire du sit-in devant le QG de l’armée à Khartoum. Le bilan de la répression s’est de nouveau alourdi. Au moins soixante personnes ont été tuées depuis la dispersion du rassemblement emblématique de milliers de manifestants, qui réclamaient depuis des semaines le transfert du pouvoir aux civils. Le comité des médecins soudanais accuse les « milices du conseil (militaire) (…) d’être responsables de ce massacre ». La contestation juge ainsi que les Forces de soutien rapide (RSF) sont les principaux auteurs de la dispersion par la force du sit-in devant le QG de l’armée lundi. Des images amateurs filmées durant la dispersion montrent des manifestants, essentiellement des jeunes, courant pour fuir les balles tirées de loin. Dans leur course, certains transportent péniblement des blessés. Jeune Afrique

L’Etat islamique affirme participer à l’insurrection au Mozambique
Le groupe de l’Etat islamique (EI) a affirmé pour la première fois être impliqué dans des combats récents avec l’armée mozambicaine dans le nord du pays, en proie à une insurrection islamiste depuis fin 2017, selon le SITE Intelligence Group spécialisé dans la surveillance des sites internet islamistes. « Les soldats du Califat ont pu repousser une attaque de l’armée mozambicaine des croisés dans le village de Metubi », dans le nord du Mozambique lundi, a affirmé l’EI dans un communiqué traduit par SITE mardi soir. « Ils les ont affrontés avec une variété d’armes, tuant et blessant un certain nombre d’entre eux (….). Les moujahidines ont saisi des armes, des munitions et des roquettes comme butin », a-t-il ajouté. TV5

Au Sénégal, le frère du président accusé de corruption par la BBC
Une enquête de la BBC secoue le Sénégal. Elle avance qu’Aliou Sall, frère du chef d’État sénégalais, a bénéficié de pots-de-vin dans le cadre de l’attribution de champs pétroliers et gaziers. L’accusé dément et va porter plainte contre le média anglais. L’affaire fait la une des journaux sénégalais, dont celle du Quotidien. “Selon la cellule d’investigation de la BBC, Africa Eye, explique le journal, Aliou Sall a facilité l’octroi de contrats de concessions gazière et pétrolière à la société Petro-Tim.” Le frère cadet du président Macky Sall est notamment soupçonné d’avoir bénéficié, via sa firme Agritrans, d’un versement de 250 000 dollars (225 000 euros), normalement destinés au paiement de taxes à l’État du Sénégal par la société mère de Petro-Tim, Timis Corporation.  Courrier International

Égypte : huit policiers tués dans une attaque dans le Nord-Sinaï
Huit membres des forces de police égyptiennes ont été tués mercredi dans l’attaque d’un checkpoint dans le Nord-Sinaï, où sévit une branche locale du groupe État islamique (EI), a annoncé le ministère de l’Intérieur dans un communiqué. « Des éléments terroristes ont ciblé un barrage de sécurité à l’ouest d’al-Arich », chef-lieu du Nord-Sinaï, et « la fusillade a fait cinq morts parmi les terroristes et huit martyrs parmi les forces de police », selon ce communiqué publié mercredi 5 juin. Un premier bilan avait fait état d’au moins quatre morts. L’attaque a eu lieu au début de la fête musulmane de l’Aïd el-Fitr, marquant la fin du mois de jeûne du ramadan. Elle n’a pas été revendiquée dans l’immédiat.  Jeune Afrique

Tchad : le président Déby menace de rétablir la cour martiale
Le président tchadien Idriss Déby Itno a menacé mardi de rétablir la cour martiale, supprimée en 1993 au Tchad, alors que l’est du pays fait face à un grave conflit intercommunautaire entre éleveurs et agriculteurs. Au moins trente et une personnes sont mortes mi-mai dans l’est du Tchad, au cours de trois affrontements distincts qui ont opposé agriculteurs autochtones ouaddaïens et éleveurs membres de tribus arabes. “Nous devons impérativement mettre un terme à cette cruauté inhumaine”, a réagi M. Deby Itno lors d’un discours à N’Djamena. Le chef d’Etat a indiqué que “toutes les options” étaient envisagées jusqu’à “l’instauration de la Cour martiale”.  Africa News

« Il y a une montée en puissance de la force G5 Sahel »
L’invité de BBC Soir est le ministre nigérien de la défense. Kala Moutari fait le point sur la situation sécuritaire dans son pays, marqué par une récrudescence des attaques de Boko Haram dans la région de Diffa. Il évoque également les forces conjointe du G5 Sahel qui sont bel et bien operationels selon selon lui. Kala Moutari répond aux questions de Samba Dialimpa Badji  BBC

Meurtre des experts de l’ONU en RDC: des inculpations promises d’ici le 15 juin
Cela fait deux ans jour pour jour que le procès chargé de faire la lumière sur le meurtre d’experts de l’ONU au Kasaï, en mars 2017, est ouvert. Deux ans de procédure en pointillé qui continuent de susciter beaucoup de questions, notamment sur l’implication d’agents de l’État. RFI et des médias partenaires avaient régulièrement pointé du doigt ces deux dernières années le rôle joué par des agents des services de sécurité et des officiers de l’armée congolaise. Certains avaient été arrêtés, mais ils n’ont jamais été inculpés pour le meurtre de Michael Sharp et Zaida Catalan. L’auditeur général de l’armée, le général Tim Munkuntu, promet qu’ils seront formellement accusés et présentés devant la justice dans les tout prochains jours. RFI

Aux portes de Tripoli, une bataille « vitale » pour les camps rivaux
Après deux mois d’offensive sur la capitale, les troupes du maréchal Khalifa Haftar sont bloquées aux portes de Tripoli et les positions sont figées. Mais l’issue de cette bataille est « vitale » pour les camps rivaux, prévient l’experte de la Libye Claudia Gazzini. Le camp du maréchal Haftar comme celui du gouvernement d’union nationale (GNA) basé à Tripoli refusent de négocier un cessez-le-feu, parce qu’ils « considèrent tous deux cette guerre comme une lutte existentielle », dit cette analyste de l’International Crisis group (ICG), dans une interview à l’AFP à Tripoli. En deux mois, les combats ont fait plus de 600 morts et 3.200 blessés, selon un dernier bilan lundi de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). VOA

Manifestation d’opposants contre la fraude présumée à la présidentielle au Malawi
Environ 3.000 partisans de l’opposition ont manifesté mardi dans la capitale du Malawi, Lilongwe, contre la fraude qui a selon eux entaché l’élection présidentielle de mai dernier remportée de justesse par le président sortant Peter Mutharika. Le parti du Congrès du Malawi (MCP) estime que son candidat, Lazarus Chakwera, arrivé en deuxième position, s’est fait voler la victoire qui lui a échappé par 159.000 voix seulement, selon les chiffres officiels. Peter Mutharika, 78 ans, au pouvoir depuis 2014, a obtenu 38,57% des suffrages, devant M. Chakwera, son principal rival (35,41%), selon les résultats du scrutin du 21 mai rendus publics par commission électorale. AFP

Région du lac Tchad: Idriss Déby dénonce « de fortes complicités locales » avec Boko Haram
Le président tchadien Idriss Déby a dénoncé mardi « de fortes complicités locales » avec le groupe jihadiste nigérian Boko Haram dans la région du lac Tchad, appelant à dénoncer « tous ceux qui servent de relais aux terroristes ». « Si les terroristes peuvent pénétrer dans les lignes intérieures de nos forces de défense et poser des mines, c’est qu’ils bénéficient assurément de fortes complicités locales. C’est pourquoi j’en appelle à la prise de conscience patriotique des populations. Il faut dénoncer et dissuader, en toute responsabilité, tous ceux qui servent de relais aux terroristes », a déclaré le président tchadien devant des leaders religieux à la grande mosquée de N’Djamena. « La multiplication des attaques terroristes dans la région du Lac Tchad doit nous préoccuper à plus d’un titre car elle met en péril la quiétude et la sécurité, acquises au prix d’immenses sacrifices », a-t-il dit. Slate

Un Nigérian président de l’Assemblée générale de l’ONU à partir de septembre
Tijjani Muhammad-Bande a été élu mardi 4 juin pour diriger l’institution onusienne. Un poste essentiellement symbolique et une nomination sans surprise puisqu’il était le seul candidat en lice pour l’Afrique, qui accède à cette présidence tournante tous les cinq ans. Avec notre correspondant à New York, Grégoire Pourtier Une douzaine de pays africains seulement ont présidé l’Assemblée générale de l’ONU, le premier ayant été le Ghana en 1964. Mais en septembre, le Nigeria accédera pour la deuxième fois à cette fonction, un honneur inédit sur le continent. Après Joseph Nanven Garba, qui avait dirigé la session de 1989-1990, c’est en effet Tijjani Muhammad-Bande qui a été élu mardi, par acclamation.  RFI

Un compte caché de Sani Abacha à Jersey saisi
Plus de 267 millions de dollars appartenant à l’ancien dictateur nigérian ont été saisis sur un compte bancaire à Jersey. Selon le Civil Asset Recovery Fund de Jersey, l’argent retrouvé sur ce compte bancaire est le fruit de la corruption organisée dans le pays sous la présidence de Sani Abacha dans les années 1990. Une société écran appelée Doraville détenait les fonds, qui ont été gelés en 2014. Après une bataille juridique de cinq ans, l’argent a maintenant été récupéré et sera partagé entre Jersey, les États-Unis et le Nigeria. Le procureur général de Jersey, Robert McRae QC, a déclaré que la saisie « a démontré l’engagement de Jersey à s’attaquer au crime financier international et au blanchiment d’argent ».  BBC

Ebola en RDC : la barre des 2 000 cas a été franchie
Plus de 2 000 personnes ont contracté le virus Ebola, et 1 346 sont mortes depuis la déclaration, il y a dix mois, de l’épidémie qui sévit dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), selon les derniers bulletins du ministère de la santé. « Depuis le début de l’épidémie, le cumul des cas est de 2 008, dont 1 914 confirmés et 94 probables. Au total, il y a eu 1 346 décès (1 252 confirmés et 94 probables) et 539 personnes guéries », selon le bulletin quotidien du ministère de la santé diffusé lundi soir 3 juin. « Malgré ce cap, les évolutions de ces dernières semaines sont positives bien que la vigilance reste de mise », relativisent les autorités sanitaires congolaises. Le Monde

Près de la moitié des décès d’enfants en Afrique due à la faim (rapport)
L’Afrique a beau enregistrer l’une des meilleures croissances économiques dans le monde, elle doit encore faire face à la faim qui décime les enfants. Selon un nouveau rapport, près de la moitié des décès d’enfants sur le continent sont dus à la faim. Un problème fondamentalement politique, alarment les chercheurs. Un enfant sur trois en Afrique souffre d’un retard de croissance et quelque 60 millions d’enfants sont privés de nourriture, c’est la sonnette d’alarme tirée par le Forum sur la politique de l’enfant africain, un groupe de réflexion basé à Addis-Abeba. Dans une étude rendue publique en début de semaine, les experts appellent à l’action face à une urgence qu’ils qualifient de « fondamentalement politique ». Africa News

RDC : l’enfer derrière les barreaux
Dans la prison de Mbanza-Ngungu en RD Congo, les conditions de détention sont très difficiles. Depuis le début de l’année, plusieurs dizaines de prisonniers sont morts de faim. Selon Victor Nzuzi, militant des droits de l’homme, il s’agit de la deuxième vague de morts de prisonniers en trois ans. Dans ce reportage d’Emery Makumeno et Poly Muzalia, suivez aussi le témoignage d’une ancienne prisonnière.  BBC



Photo: Adam Jones