Revue de presse du 4 novembre 2022

Burkina Faso: le Front patriotique s’inquiète des menaces qui pèsent sur la transition
Au Burkina Faso, le Front patriotique s’inquiète des menaces qui pèsent sur la transition en cours. Ce regroupement d’une trentaine de partis politiques et d’organisations de la société civile dénonce la mise à l’écart des hommes politiques dans la gestion du pays et le flou qui entoure les membres du Mouvement patriotique pour la restauration et la sauvegarde, l’organe politique de la junte au pouvoir. … selon Guy Yogo, secrétaire général du Front patriotique : « Il apparaît important que l’ensemble de ses membres soient connus de façon légale et que l’ancrage institutionnel du MPSR soit précisé à partir du moment que dans la chartre, il est dit que le président du MPSR est le président de la transition. La menace qui pèse consiste à construire dans les consciences populaires qu’avoir une connexion politique pour militer dans un parti politique vous écarte des conduites de la transition actuelle. » Pour le Front patriotique, il ne suffit pas de donner des armes aux populations dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, mais il faut élaborer une vraie politique de défense populaire. RFI

Mali : l’une des principales chaînes d’information suspendue
Ce jeudi 3 novembre, la Haute autorité de la communication malienne (HAC) a suspendu pour une durée de deux mois l’une des principales chaînes d’information du pays après des propos critiques contre la junte au pouvoir tenus par l’un de ses journalistes vedettes. … « L’intolérance prend de l’ampleur dans notre pays. La liberté d’expression est en danger, la démocratie avec. Nous sommes dans la dictature de la pensée unique », avait notamment déclaré Mohamed Attaher Halidou dans son éditorial qui suivait le retour triomphal du Premier ministre, Abdoulaye Maïga, de New York, où il avait prononcé un discours incendiaire contre la France et certains de ses voisins lors de l’Assemblée générale de l’ONU. … La mise en demeure de la chaîne avait provoqué de nombreuses réactions d’indignation parmi les journalistes maliens, s’inquiétant des dérives en matière de liberté de la presse et d’expression. Jeune Afrique

Satisfaction prudente en Éthiopie après l’accord de paix au Tigré
La communauté internationale a salué avec prudence jeudi l’accord signé la veille entre le gouvernement fédéral éthiopien et les autorités rebelles du Tigré pour mettre fin à la guerre très meurtrière qui ravage le Nord de l’Ethiopie. L’accord a été conclu moins de 48 heures avant le triste deuxième anniversaire du déclenchement du conflit, après neuf jours de discussions sous l’égide de l’Union africaine à Pretoria. Le texte n’a pas été rendu public mais les deux parties ont indiqué dans une déclaration commune s’être notamment engagées à cesser immédiatement les hostilités, au désarmement des forces rebelles, à permettre la reprise de l’acheminement de l’aide humanitaire vers le Tigré et le rétablissement des services de base (électricité, télécommunications, banques…) dont la région est privée depuis plus d’un an. AFP

RDC: Tshisekedi appelle les jeunes à former des «groupes de vigilance»
En pleine crise avec le M23 et le Rwanda, le président congolais a constaté dans une adresse à la Nation l’échec de la voie diplomatique et a affirmé que son pays était en guerre. Il a dénoncé « les velléités expansionnistes » du pouvoir rwandais et a appelé les jeunes Congolais à se constituer en « groupes de vigilance ». … Une formule sur laquelle est revenu au micro de RFI le ministre de la Communication et des médias, Patrick Muyaya, précisant qu’il ne s’agit pas de la constitution des groupes d’autodéfense. « Être vigilant, c’est être en mesure de dénoncer. On ne va pas résoudre un problème en créant d’autres. Il ne s’agit nullement de justice populaire ou de groupe d’autodéfense », a-t-il martelé, ajoutant que Félix Tshisekedi a fait la part de choses en précisant que les jeunes qui veulent se faire enrôler dans l’armée sont les bienvenus, qui plus est en cette période. Même explication donnée dans l’entourage du président: « C’est un appel citoyen pour éviter l’infiltration parmi les civils ». « C’est une invitation à l’amélioration des rapports entre les services de sécurité et la population pour éviter toute surprise désagréable », a dit un de ses conseillers qui donne l’exemple des messages que distillent les autorités pendant les périodes d’attentat terroriste. RFI

Guinée : la junte ordonne des poursuites contre l’ex-président Condé et d’anciens hauts dirigeants
La junte au pouvoir en Guinée a ordonné jeudi 3 novembre d’engager des poursuites judiciaires contre l’ex-président Alpha Condé, qu’elle a renversé par un coup d’État en 2021, et plus de 180 hauts cadres ou ex-ministres. Les militaires qui ont pris le pouvoir par la force il y a plus d’un an ont fait de la lutte contre la corruption, réputée endémique en Guinée, un de leurs grands combats proclamés. De nombreux anciens responsables sont déjà détenus dans ce cadre. … Ce n’est pas la première fois que des poursuites sont engagées contre Alpha Condé. L’ancien président a été mis en cause en mai pour des faits présumés d’assassinats, actes de torture, enlèvements et viols, dans ce pays où la répression des manifestations politiques est souvent brutale. La justice guinéenne avait agi à la suite de l’action engagée en janvier 2022 par le Front national de défense de la Constitution (FNDC), un collectif qui a mené pendant des mois à partir d’octobre 2019 la contestation contre un troisième mandat d’Alpha Condé. Le collectif a depuis été dissous par la junte car ses membres dénonçaient la gestion « unilatérale » de la période dite de transition, la confiscation du pouvoir, et avaient appelé à des manifestations, interdites par les autorités. Plusieurs de leurs cadres se trouvent depuis derrière les barreaux. France24 avec AFP

Le respect des droits humains offre le meilleur outil de prévention des conflits – Guterres
Devant le Conseil de sécurité, jeudi, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a proposé une stratégie des opérations de paix de l’ONU fondée sur la résilience et une meilleure prise en compte des multiples facteurs des conflits, autant que sur l’inclusion et la gouvernance des pays. Dans un monde qui se transforme à une vitesse vertigineuse, le chef de l’ONU a déploré que « les progrès réalisés en matière de consolidation de la paix sur le continent africain et ailleurs soient en train de s’effacer ». « Nos opérations de paix offrent un espace pour des solutions politiques », a déclaré le chef de l’ONU. « Elles aident à protéger les civils et à prévenir la violence. Elles permettent le travail des acteurs de la consolidation de la paix, du développement, de l’aide humanitaire et des droits de l’homme ». Mais les contextes locaux et mondiaux dans lesquels elles opèrent deviennent chaque jour plus difficiles, a ajouté António Guterres, citant l’augmentation des tensions politiques, l’insécurité grandissante et la multitude des facteurs d’instabilité, tels l’escalade des catastrophes climatiques, l’aggravation de la faim et de la pauvreté, la perte de confiance dans les institutions, les conflits entre Etats et les changements anticonstitutionnels de gouvernements qui prolifèrent. ONU Info

Cameroun: 40 ans de Biya au pouvoir et une succession taboue 
… « la question essentielle n’est pas de savoir si le Cameroun va bien, ou pourrait aller mieux, mais plutôt de savoir comment va le président », observe avec dépit Stéphane Akoa, chercheur en sciences politiques. … Parmi les candidats putatifs à la succession, Franck Biya, le fils du président, ou Louis-Paul Motazé, le ministre des Finances, sont régulièrement cités. … Cette prétendue « guerre des clans » fait son lit dans la « précarité des mécanismes de dévolution du pouvoir en cas d’alternance », estime Aimée Raoul Sumo Tayo, chercheur en défense et sécurité. En cas d’empêchement du président, c’est le président du Sénat, Marcel Niat Njifenji, 88 ans, dont l’état de santé préoccupe au moins autant que celui de Paul Biya, qui assurerait l’intérim. Dans ce contexte, « la probabilité d’une intervention de certaines franges de l’armée est plus que probable », assure M. Sumo Tayo, soulignant qu’un départ de Paul Biya « pourrait remettre en cause les positions de rentes que certains militaires occupent aujourd’hui ». Dans les rangs d’une opposition sévèrement réprimée ces dernières années, cet anniversaire est l’occasion de dresser un sombre bilan. « Nous sommes entrés sous Biya dans un cycle de régression et de corruption », a déclaré à l’AFP le député du Social démocratie Front (SDF), Jean Michel Nintcheu. L’opposant veut faire du 6 novembre un « jour de deuil » et a invité les Camerounais à se vêtir de noir pour l’occasion. AFP

Le négociant Glencore condamné à Londres pour des faits de corruption en Afrique
Le géant suisse du négoce de matières premières, Glencore, a été condamné jeudi par la justice britannique pour des faits de corruption en Afrique. La firme a été condamné à 320 millions d’euros d’amende. La décision a été rendue par la Southwark Crown Court de Londres à la suite d’une enquête des autorités britanniques. Lancée en 2019, cette enquête a révélé que Glencore a versé, par l’intermédiaire d’employés et d’agents, des pots-de-vin à hauteur de plus de 28 millions de dollars. L’objectif était d’obtenir un accès préférentiel au pétrole du Nigeria, du Cameroun, de Côte d’Ivoire, de Guinée équatoriale et du Soudan du Sud. RFI

Accord entre la Mauritanie et l’Espagne sur l’immigration clandestine
Nouakchott et Madrid ont conclu un accord sur la sécurité devant permettre à la Mauritanie de disposer de plus de moyens logistiques pour lutter contre l’immigration clandestine, rapporte jeudi l’Agence mauritanienne d’information (AMI, officielle). La Mauritanie est un pays de transit pour des candidats à l’immigration qui tentent de rejoindre l’Europe à travers l’Espagne. L’accord sur l’immigration clandestine a été signé mercredi entre le ministre mauritanien de l’Intérieur, Mohamed Ahmed Ould Mohamed, et son homologue espagnol, Fernando Grande-Marlaska, en visite depuis mercredi à Nouakchott, selon l’AMI. Il « permettra à la Mauritanie d’obtenir des moyens logistiques et techniques dans le domaine sécuritaire afin de l’aider à faire face aux phénomènes de la migration illégale », dit l’AMI sans plus de précision. L’accord inclut aussi la lutte contre « la contrebande et d’autres types de crime organisé ainsi que la formation et l’échange d’expériences dans le domaine de la sécurité ». AFP

L’arrivée d’un moustique résistant ébranle l’Afrique dans sa lutte contre le paludisme
Originaire d’Asie, “Anophèles stephensi” serait responsable de l’épidémie qui a touché l’Éthiopie en 2022. Les scientifiques craignent que cette espèce, capable de transmettre le parasite responsable du paludisme, ne se propage sur l’ensemble continent. “La flambée des cas de paludisme qui a frappé l’Éthiopie cette année est très probablement due à l’arrivée, en Afrique de l’Est, d’une espèce de moustiques résistante aux insecticides (Anopheles stephensi), à en croire les données très convaincantes rassemblées par un groupe de chercheurs”, rapporte Nature. Ces données ont été présentées le 1er novembre à la conférence annuelle de l’American Society of Tropical Medicine and Hygiene. L’arrivée de ce nuisible complique les efforts du continent africain pour se débarrasser de la maladie. Même si le paludisme sévit ailleurs, notamment en Asie, 95 % des cas sont recensés en Afrique, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Courrier International

Au Kenya, plus de 200 éléphants morts en 9 mois à cause de la sécheresse
Plus de 200 éléphants sont morts à cause de la sécheresse entre février et octobre au Kenya, pays d’Afrique de l’Est qui fait face à d’importants déficits de pluviométrie, a déclaré vendredi 4 novembre la ministre du tourisme. Le Kenya, moteur économique de l’Afrique de l’Est et une destination touristique majeure sur le continent, notamment grâce à sa faune, subit une sécheresse d’une intensité inédite depuis quarante ans et la faim y touche au moins 4 millions de personnes sur une population de plus de 50 millions d’habitants. Selon les autorités, la sécheresse touche 23 des 47 contés du pays. Quatre saisons des pluies insuffisantes de suite y ont créé les conditions les plus sèches observées depuis le début des années 1980. « La sécheresse a engendré une importante mortalité de la faune, principalement chez les espèces herbivores (…) en raison de l’épuisement des ressources alimentaires ainsi que des pénuries d’eau », a annoncé lors d’une conférence de presse à Nairobi Peninah Malonza, ministre du tourisme. Selon M. Malonza, quatorze espèces sont particulièrement touchées par la sécheresse. Entre février et octobre 2022, 205 éléphants sont morts à cause du manque d’eau à travers le pays, 512 gnous, 381 zèbres, 12 girafes et 51 buffles. Le Monde avec AFP

Comment le viol des femmes est utilisé pour détruire les communautés locales au Congo
Si le viol de guerre des filles et femmes du Sud-Kivu est un crime médiatisé, on évoque plus rarement l’émasculation identitaire qui en découle pour les chefs de famille et qui constitue une arme puissante de destruction de l’intérieur des communautés locales. Dans de nombreux cas, le viol est commis à domicile sous les yeux du conjoint et il est accompagné du pillage des biens, de coups et blessures parfois mortelles des personnes présentes. Dans d’autres cas, les attaques s’effectuent dans un rayon plus ou moins large autour du village alors que les femmes vaquent à leurs activités traditionnelles. RTBF



Photo: Adam Jones