Revue de Presse du 31 décembre 2020

Covid-19 en Afrique : l’OMS préconise une surveillance accrue avec l’apparition de nouvelles variantes du virus
Le Bureau régional de l’OMS pour l’Afrique préconise également l’analyse génomique par le biais du réseau africain de laboratoires de séquençage du génome. L’objectif est de détecter toute nouvelle mutation et renforcer ainsi les efforts pour enrayer la pandémie. « L’émergence de nouvelles variantes du nouveau coronavirus est courante », a déclaré Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique. « Toutefois, celles qui présentent une vitesse de transmission plus élevée ou une pathogénicité potentiellement accrue sont très préoccupantes », a-t-elle ajouté. L’Afrique du Sud a récemment détecté une nouvelle variante du SRAS-CoV-2, qui semble se transmettre plus facilement. Elle pourrait probablement expliquer la hausse continue des infections dans le pays. Des analyses complémentaires sont en cours pour déterminer toute l’importance épidémiologique de cette mutation. ONU Info

Pr Tulien de Oliveira: « Si le virus continue à circuler librement, le risque qu’il s’adapte mieux augmente »
« Si nous permettons au virus de continuer à circuler librement, nous lui donnons une grande marge de manœuvre pour mieux s’adapter à la transmission chez l’homme », déclare Tulio de Oliveira, le Brésilien à l’origine de la découverte d’une nouvelle mutation « plus transmissible » du coronavirus qui suscite des inquiétudes dans le monde entier. Oliveira est directeur du laboratoire Krisp de la Nelson Mandela School of Medicine de l’université du KwaZulu-Natal à Durban, en Afrique du Sud, où il vit depuis 1997. Il a dirigé l’équipe qui a découvert une nouvelle variante du coronavirus dans le pays et a partagé les données avec l’Organisation mondiale de la santé (OMS), ce qui a permis au Royaume-Uni de découvrir sa propre variante. Selon M. Oliveira, les deux variantes sont plus transmissibles que l’original, mais jusqu’à présent, on ne sait pas si elles sont plus mortelles. BBC

L’Algérie va acquérir le vaccin russe Spoutnik V
L’Algérie, le plus grand pays du Maghreb, dont la campagne de vaccination contre le Covid-19 est censée débuter en janvier, va acquérir un premier lot du vaccin russe Spoutnik V, a annoncé, mercredi soir 30 décembre, le porte-parole du gouvernement. Vieille alliée de la Russie, l’Algérie a débloqué un budget de 1,5 milliard de dinars (9,2 millions d’euros) pour l’acquisition de 500 000 doses de vaccin, avait auparavant annoncé le directeur général du budget au ministère des finances, Abdelaziz Fayed, sur la chaîne télévisée privée arabophone Echorouk. M. Fayed a précisé que le budget pour l’acquisition du vaccin pourrait atteindre 20 milliards de dinars (122 millions d’euros), sans fournir davantage de détails. Les dates de livraison du premier lot et du début de vaccination n’ont pas été communiquées. Le Monde avec AFP

La Guinée commence la vaccination de sa population avec le Spoutnik V
La Guinée a entamé mercredi 30 décembre la vaccination de sa population contre le nouveau coronavirus, à titre expérimental, à l’aide du vaccin russe Spoutnik V. Pour cela, Conakry a demandé à Moscou de lui livrer deux millions de dose. Mais elle va vacciner dans un premier temps un petit nombre de volontaires d’un certain âge. C’est le ministre de la Défense, Dr Mohamed Diané, scientifique de formation, qui a été l’un des tous premiers à prendre le vaccin Spoutnik V mis au point par le Centre national russe d’épidémiologie et de microbiologie Gamaleïa. RFI

L’adversaire du président Condé dit être empêché de quitter la Guinée
Le principal adversaire du président Alpha Condé, Cellou Dalein Diallo, a été empêché de quitter la Guinée pour le Mali où il comptait participer aux obsèques d’un ami et éminente personnalité politique, a-t-il indiqué jeudi. M. Diallo, challenger malheureux du président Condé à la présidentielle du 18 octobre, entendait s’envoler mercredi soir pour Bamako via le Sénégal afin de prendre part à l’inhumation, prévue vendredi, de l’opposant malien Soumaïla Cissé, décédé du Covid-19, a-t-il rapporté dans un message relayé par ses collaborateurs. Les employés au comptoir d’Air Sénégal ont signifié à l’un de ses collaborateurs, puis à M. Diallo lui-même que, « sur instruction du commissaire de l’aéroport, la compagnie n’était pas autorisée à faire les formalités », a-t-il affirmé. Les efforts de M. Diallo pour voir le responsable de la police avant la fermeture de l’enregistrement sont restés vains, a-t-il ajouté. AFP

Côte d’Ivoire : attaque meurtrière contre des militaires près de la frontière avec le Burkina
Un soldat ivoirien a été tué dans une attaque menée par un groupe armé non identifié à Koguienou, dans le nord-ouest du pays. Deux éléments isolés des Forces de défense et de sécurité ivoiriennes (FDS), qui étaient en patrouille à moto, ont été la cible d’une attaque, dans la nuit du mercredi 30 au jeudi 31 décembre. Les militaires ont essuyé des tirs alors qu’ils se trouvaient à 4 kilomètres du poste frontière de Koguienou, dans le département de Doropo, dans le nord du pays. L’attaque s’est produite dans une zone agricole. Les soldats patrouillaient dans un champ d’ancarde sur les pistes habituellement empruntées par les trafiquants qui font de la contrebande entre la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso. Jeune Afrique

Côte d’Ivoire: Pascal Affi Nguessan libéré, un geste d’apaisement avant les législatives
Pascal Affi Nguessan, un des principaux responsables de l’opposition en Côte d’Ivoire, a été libéré sous contrôle judiciaire mercredi, après presque deux mois de détention préventive, un geste d’apaisement politique en vue des élections législatives de mars. « Ma libération vient à la suite des discussions dans le cadre du dialogue » mené entre l’opposition et le pouvoir pour « décrisper » le climat politique, très tendu depuis l’élection présidentielle du 31 octobre qui a conduit à la réélection pour un troisième mandat controversé du président Alassane Ouattara, a déclaré M. Affi Nguessan à l’AFP après avoir été libéré. Le pouvoir, l’opposition et la société civile ont achevé mardi un premier cycle de pourparlers d’une semaine, à l’issue duquel la date des élections législatives a été fixée au 6 mars 2021, selon le gouvernementi. Même si aucun accord n’a été formellement signé, des progrès ont été enregistrés de l’avis de toutes les parties. AFP

RDC : 4 enfants tués dans l’explosion d’une grenade et 4 morts dans une attaque des ADF
Quatre enfants ont été tués dans l’explosion d’une grenade en Ituri et quatre autres personnes ont été tuées dans une attaque du groupe ADF dans l’est de la République démocratique du Congo, a-t-on appris mercredi de responsables locaux. « Quatre enfants sont morts dans l’explosion d’une grenade mardi, alors qu’ils jouaient. L’un a ramassé cet engin, un autre l’a jeté en l’air et en tombant, la grenade a explosé » et tous sont morts sur-le-champ, a déclaré à l’AFP Adel Alingi, administrateur du territoire de Djugu dans la province de l’Ituri (nord-est). L’incident a eu lieu dans le village de Tsoro dans le territoire de Djugu, épicentre des violences dans un conflit qui a fait plus de 1000 morts depuis fin décembre 2017. Une grande partie de ces violences sont attribuées aux miliciens de la Coopérative pour le développement du Congo (Codeco), un groupe mystico-militaire qui prétend défendre les Lendu, une communauté locale de l’Ituri. Belga

RSF exige la « libération » du journaliste congolais Pius Romain Rolland Ngoie
L’organisation Reporters sans frontières a exigé mercredi la libération d’un journaliste poursuivi pour diffamation et détenu depuis une semaine en République démocratique du Congo, où « le nombre des exactions perpétrées à l’encontre des journalistes et des médias reste élevé », selon un communiqué. RSF « dénonce la poursuite en diffamation » du journaliste Pius Romain Rolland Ngoie « et sa détention après une émission politique dans laquelle il fait état d’un chantage financier présumé » de la part du député Fabrice Puela, a écrit cette organisation de défense de la presse. « RSF demande la libération immédiate de ce journaliste (…) indépendant, régulièrement invité dans des émissions de débats politiques ». M. Ngoie a été interpellé le 22 décembre puis arrêté et transféré deux jours plus tard à Makala, la grande prison de Kinshasa. AFP

Soudan: le départ de la force Minuad du Darfour suscite l’inquiétude
Ce 31 décembre au Soudan marque la fin officielle de la Mission conjointe de maintien de la paix de l’ONU et de l’Union africaine au Darfour (Minuad). L’évacuation de l’ensemble du personnel et du matériel commencera le 1er janvier et devrait se terminer le 30 juin. Un changement appréhendé par les populations et des observateurs sur place. La Minuad a été déployée en 2007, après la guerre au Darfour qui a éclaté en 2003 entre les forces progouvernementales et insurgés issus de minorités faisant près de 300 000 morts et plus de 2,5 millions de déplacés. L’ONU restera au Soudan via une Mission intégrée des Nations unies pour l’assistance à la transition au Soudan (Minuats), en cours de création à Khartoum. Une mission politique censée accompagner la transition au Soudan, sans fournir une présence physique de casques bleus sur le terrain. RFI

L’Ethiopie et le Soudan à couteaux tirés pour le contrôle d’une zone frontalière
C’est un bras de fer qui menace de dégénérer, dans le sillage du conflit en cours dans la province éthiopienne du Tigré. En jeu : le triangle d’Al-Fashaga, soit 250 km2 de terres fertiles coincées entre les rivières Setit et Atbara, au cœur d’une dispute historique entre le Soudan et l’Ethiopie. Lundi 28 décembre, l’état-major soudanais a affirmé avoir repris le contrôle sur la quasi-totalité de cette zone face à des miliciens affiliés aux forces fédérales éthiopiennes. De l’autre côté de cette frontière poreuse, constituée de milliers d’hectares de champs de sésame et de sorgho, l’Ethiopie montre les dents. … Le triangle d’Al-Fashaga représente un enjeu économique et alimentaire crucial pour les populations locales. En l’absence de marquage clair, la zone a longtemps été le théâtre de trafics, de contrebande mais aussi d’affrontements. Pour le Soudan, Al-Fashaga fait partie intégrante de son territoire selon la démarcation établie sous la colonisation britannique au début du siècle dernier. Le Monde

En Centrafrique, la coalition de l’opposition demande l’annulation des élections
La coalition de l’opposition a demandé l’annulation des élections présidentielle et législatives du 27 décembre en Centrafrique, perturbées par des groupes rebelles. Le scrutin est pourtant salué comme « crédible » et « légitime » par le gouvernement et la communauté internationale. La Coalition de l’opposition démocratique (COD-2020) regroupe les plus importants partis et mouvements de l’opposition et avait déjà exigé le 19 décembre le report des élections, pendant que des groupes rebelles menaient une offensive contre le président sortant Faustin Archange Touadéra et promettaient de « marcher sur Bangui ». Cette coalition était présidée jusqu’à il y a peu par l’ancien président François Bozizé, dont la candidature avait été invalidée, et qui a officiellement apporté, dimanche, son soutien aux rebelles. Pour la COD-2020, les élections de dimanche n’ont pas été « justes et inclusives et ne sont nullement l’expression de la volonté du peuple centrafricain ». … Lors d’une conférence de presse, mardi, des observateurs d’organisations africaines, l’Union africaine et la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC) notamment, s’étaient aussi félicités de la tenue du scrutin. France24 avec AFP

MSF déplore le décès de l’un de ses membres en Centrafrique
L’incident remonte au 28 décembre dernier, plusieurs passagers du car avaient été tués sur le coup et d’autres blessés. L’humanitaire de MSF est mort après l’attaque d’un camion de transport public à Grimari, près de Bambari, la quatrième ville du pays située à quelque 380km au nord-est de Bangui. La ville avait été prise temporairement la semaine dernière par des rebelles lors d’une offensive visant à perturber le processus électoral. La mission de MSF en Centrafrique s’alarme de la violence armée dans le pays qui empêche les humanitaires de porter assistance aux personnes vulnérables. Emmanuel Lampaert, chef de mission MSF dans le pays, appelle donc les parties en conflit au respect du droit humanitaire international et des symboles humanitaires. DW

Le président tunisien Kaïs Saïed se prononce en faveur d’un dialogue national
C’est ce que lui avait proposé début décembre le principal syndicat de Tunisie afin de trouver des solutions à la situation économique et sociale difficile. Objectif : réunir tous les partis politiques et la société civile. Depuis le début du mois de décembre, l’Union général tunisienne du travail (UGTT) maintenait la pression sur le gouvernement et réclamait la tenue de ce dialogue national afin de trouver une issue aux crises politiques économiques et sociales qui secouent le pays. Le président Tunisien s’est donc finalement entretenu hier avec le secrétaire général de l’UGTT, Noureddine Taboubi, entrevue durant laquelle il a approuvé l’organisation de ce dialogue « pour corriger le processus de la révolution qui a été dévié », précise la présidence dans un communiqué. Toujours selon la présidence, Kaïs Saïed a exigé la participation « des représentants de jeunes de toutes les régions de la République » dans ce dialogue. RFI

Mali : Ras Bath placé en détention provisoire pour « atteinte à la sûreté de l’État »
Interpellées il y a une semaine, plusieurs personnalités poursuivies pour « atteinte à la sûreté de l’État », dont l’activiste Ras Bath, ont été présentées devant un juge qui a décidé de les placer sous mandat de dépôt. Au terme d’une audience qui s’est tenue ce jeudi au tribunal de Bamako, le juge chargé du dossier a décidé de placer en détention préventive Mohamed Youssouf Bathily – dit Ras Bath – , ainsi que cinq de ses coprévenus. Les cinq hommes sont poursuivis dans le cadre d’une instruction judiciaire ouverte pour « atteinte à la sûreté de l’État ». … C’est un dossier qui défraie la chronique à Bamako depuis que plusieurs personnalités ont été interpellées dans des circonstances troubles, dès lundi 21 décembre. Il avait fallu attendre le dimanche 27 septembre pour que le procureur de la République, Mamadou Kassogué, ne livre enfin les raisons qui avaient conduit à ces arrestations. Jeune Afrique

Kingui Social, le réseau social entièrement pensé au Mali
Derrière son bureau, Amadou Diawara pianote sur son ordinateur. La crise économique liée au Covid-19 a ralenti son activité d’ingénierie informatique. Aujourd’hui, il tente de rebondir en se diversifiant. « On n’avait pas grand-chose à faire. Donc on s’est dit : “Ben, tiens, on va se mettre tous à développer.” C’est pourquoi avec mon équipe, on s’est mis à développer des modules à ne pas en finir. On le faisait déjà pour nos clients, mais puisqu’il n’y avait pas de clients, il fallait qu’on travaille avec notre communauté sur ce qu’on peut donner aujourd’hui qui va aider la société », explique-t-il. En quelques mois, l’idée d’un réseau social dont les Maliens sont friands se précise. Au rez-de-chaussée de l’entreprise, les développeurs planchent sur des lignes de codes. C’est là ou Kingui Social a pris forme. RFI



Photo: Adam Jones