Revue de Presse du 30 septembre 2021

La restauration des terres dégradées en Afrique progresse lentement et nécessite des efforts accrus (FAO)
Le tout premier bilan de la restauration des forêts et des paysages d’Afrique, présenté mercredi à l’occasion de la Semaine africaine du climat, montre qu’il reste beaucoup à faire pour exploiter pleinement l’énorme opportunité qu’a le continent de remettre les terres en état de production durable, de protéger la biodiversité ainsi que les moyens d’existence des populations, dans le cadre de la lutte contre le changement climatique. Jusqu’à 65% des terres productives sont dégradées, tandis que la désertification touche 45% des terres en Afrique. Si la tendance générale est à la baisse, la perte nette de forêts continue d’augmenter en Afrique, avec quatre millions d’hectares de forêts qui disparaissent chaque année. Les zones arides d’Afrique sont très vulnérables au changement climatique et leur restauration est une priorité pour l’adaptation et la mise en place de systèmes alimentaires résilients et durables.L’Examen de l’État de la restauration des forêts et des paysages en Afrique 2021 est une analyse conjointe réalisée par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et l’Agence de développement de l’Union africaine-NEPAD et présente les succès obtenus jusqu’à présent ainsi que les difficultés et les opportunités qui subsistent à travers le continent pour restaurer les terres dégradées à cause de la conversion et le défrichement des forêts, la surexploitation des ressources naturelles, l’urbanisation, la sécheresse et d’autres facteurs. ONU Info

Guinée: le chef de la junte prête serment vendredi comme chef de l’Etat
Le chef de la junte au pouvoir en Guinée, le colonel Mamady Doumbouya, prêtera serment comme président de transition vendredi, a annoncé un communiqué lu mercredi soir à la télévision nationale. Mamady Doumbouya, commandant des forces spéciales qui ont renversé le président Alpha Condé le 5 septembre, sera investi lors d’une cérémonie prévue à 12 heures (locales et GMT) au palais Mohammed-V à Conakry. Il prendra formellement ses fonctions pour une durée indéterminée avant un retour des civils à la tête de ce pays troublé d’Afrique de l’Ouest, pauvre malgré ses importantes ressources minières et hydrologiques. Le colonel et le comité militaire institué après le putsch pour diriger le pays ont affirmé leur volonté d’organiser des élections libres et démocratiques à l’issue d’une transition dont ils n’ont pas précisé la durée, malgré les pressions de la Communauté des Etats ouest-africains (Cédéao). Celle-ci, inquiète de l’instabilité dans la région et d’un effet de contagion après deux coups d’Etat en un an au Mali, a réclamé la tenue d’élections présidentielle et législatives dans les six mois et a infligé des sanctions individuelles aux membres de la junte. AFP

Mali: la coalition «pour une transition réussie» vent debout contre les propositions du Premier ministre
Mercredi 29 septembre, le « Cadre d’échange de partis et de regroupements de partis politiques pour une transition réussie au Mali » a tenu une conférence de presse à Bamako. Vent debout, ce regroupement composé de plusieurs dizaines de partis et d’associations politiques maliens dont les plus importants du pays demande le maintien de la date des élections à fin février 2022 comme prévu. Ils rejettent également le principe d’organisation des Assises nationales annoncées par le Premier ministre, avant de saluer l’effort de la communauté internationale aux côtés du Mali dans la lutte contre le terrorisme. RFI

RDC : augmentation de 50 % des violations des droits humains en août, selon l’ONU
Les Nations unies ont enregistré en août une augmentation de 50 % par rapport à juillet des violations des droits de l’homme dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), imputables aux groupes rebelles mais aussi à l’armée, ont-elles indiqué mercredi 29 septembre à Kinshasa. Le Bureau conjoint des Nations unies aux droits de l’homme (BCNUDH) a documenté au mois d’août dans le pays 739 « violations et atteintes » – contre 492 le mois précédent – ayant causé la mort d’au moins 293 civils, dont 63 femmes et 24 enfants, selon un document présenté lors d’un point de presse de la Mission des Nations unies en RDC (Monusco). Presque la totalité des violations (quelque 94 %) ont été relevées dans les régions affectées par les conflits armés, en particulier l’Ituri et le Nord-Kivu, les deux provinces placées depuis début mai sous état de siège, mesure exceptionnelle censée mettre fin aux exactions des groupes armés actifs depuis plus de vingt-cinq ans. … Selon le directeur du BCNUDH, « une nouvelle tendance » est constatée chez les ADF, « qui se coalisent avec des communautés contre les autres », jouant des antagonismes historiques entre les différents groupes communautaires de la région. Par ailleurs, lorsque des opérations militaires sont lancées contre eux, « ils se dispersent » par petits groupes, ce qui étend leur zone d’activité. « La menace est très complexe », a-t-il souligné. Le Monde avec AFP

Ethiopie: jour d’élections dans trois régions, après plusieurs reports
Les élections législatives dans trois régions d’Ethiopie se déroulent jeudi après plusieurs reports, dernière étape du scrutin avant que le Premier ministre Abiy Ahmed forme un nouveau gouvernement la semaine prochaine. Plus de sept millions d’électeurs doivent voter dans 47 circonscriptions parlementaires fédérales situées dans les régions de Somali, de Harari, et dans la région des Nations, Nationalités et Peuples du Sud (SNNP). Les bureaux de vote étaient ouverts dans ces trois régions jeudi matin, a déclaré à l’AFP Solyana Shimeles, porte-parole de la commission électorale nationale. Le Parti de la Prospérité du Premier ministre est néanmoins d’ores et déjà assuré d’une majorité au parlement, après avoir remporté 410 des 436 sièges en jeu dans les circonscriptions où le vote s’est déroulé le 21 juin. Les résultats du vote jeudi, qui ne devraient pas peser sur l’équilibre des pouvoirs au parlement, ne sont pas attendus avant le 10 octobre au plus tôt. Lors du scrutin jeudi, les électeurs pourront par ailleurs voter pour 108 sièges de conseils régionaux. Et dans le sud-ouest de l’Ethiopie, près de 900.000 électeurs sont appelés à se prononcer par referendum sur la création d’une onzième région. Belga

Centre du Nigeria: 13 morts dans l’attaque d’un village
Treize personnes ont été tuées par des hommes armés qui ont attaqué mardi soir un village situé dans le Centre du Nigeria, ont indiqué jeudi à l’AFP les autorités locales. Le Nord-Ouest et le Centre du Nigeria sont depuis plusieurs années le théâtre de violences perpétrées par des groupes armés, appelés localement « bandits », qui attaquent les villages, volent du bétail, pillent et kidnappent contre le versement de rançons. Cette année, ces gangs ont pris pour cible des écoles et des universités, enlevant plus de 1.400 élèves, selon l’Unicef. « Mardi soir, des bandits, venus de Kaduna ou d’autres Etats voisins, ont encerclé le village de Kachiwe dans le district de Munya et lancé une attaque », a affirmé le responsable de l’information de l’Etat du Niger, Muhammad Idris. Cet Etat, qui porte le même nom que le pays sahélien, est situé dans le Centre du Nigeria. AFP

Centrafrique: pas d’accord sur la participation des groupes armés au dialogue républicain
Hier mercredi se sont achevés à Rome deux jours d’intenses discussions entre les représentants des partis politiques, de la société civile et des confessions religieuses centrafricaines organisées par la communauté Sant’Egidio. Les débats ont porté sur l’organisation du dialogue républicain promis par le président Faustin Archange Touadera et actuellement en cours de préparation et surtout sur l’épineuse question de la participation ou non des groupes armés. Sur ce sujet, les positions semblent irréconciliables. Il y eut d’intenses débats, des échanges houleux – jusqu’à tard le soir-, quelques passes d’armes et finalement pas d’engagement signé mais une simple déclaration endossée par la communauté Sant’Egidio au nom des participants. Une déclaration en faveur d’un dialogue « inclusif » et « sans ingérence ». RFI

Ouganda : l’opposition boycotte les séances parlementaires
Les députés ougandais de l’opposition ont annoncé mercredi boycotter les sessions parlementaires jusqu’à la libération de deux de leurs collègues, arrêtés début septembre en lien avec une vague de meurtres à la machette commis par des gangs criminels. La police ougandaise accuse les députés Muhammad Ssegirinya et Allan Ssewanyana d’avoir orchestré cette vague de meurtres, au cours de laquelle, en deux mois, 39 personnes, principalement des villageois âgés, ont été assassinés chez elles, de nuit, dans la région de Masaka, à une centaine de km au sud-ouest de Kampala. Les deux députés ont été inculpés de meurtre, terrorisme, soutien et aide au terrorisme et tentative de meurtre. Leur avocat dénonce « une persécution politique ». Tous deux appartiennent à la Plateforme d’Unité nationale (NUP), parti d’opposition du très populaire chanteur et député Bobi Wine, principal adversaire du président Yoweri Museveni, lors de la présidentielle de janvier qui a vu la réélection du chef de l’Etat, au pouvoir depuis 1986, pour un 6e mandat. AfricaNews avec AFP

Report de la remise du rapport sur les crimes présumés de l’ex-président Jammeh
La cérémonie de remise au président gambien Adama Barrow du rapport de la Commission « Vérité, réconciliation et réparations » (TRRC) sur les crimes présumés de son prédécesseur Yahya Jammeh, prévue jeudi, a été reportée sine die, a-t-on appris auprès de TRRC. « Nous ne sommes pas encore prêts », a dit à l’AFP un membre de la Commission sous le couvert de l’anonymat. Cette commission, créée en 2017, a entendu de janvier 2019 à mai 2021 près de 400 témoins, victimes mais aussi d’anciens « Junglers » (« broussards »), les membres des escadrons de la mort du régime Jammeh, venus raconter au cours d’auditions publiques parfois bouleversantes les multiples atrocités commises pendant les 22 ans du pouvoir de Yahya Jammeh. M. Barrow a fait savoir de longue date qu’il attendrait les recommandations de la TRRC pour éventuellement réclamer des poursuites contre son prédécesseur. AFP

Au Malawi, 32 ans de prison pour possession et vente illicite de corne de rhinocéros
Un tribunal du Malawi a infligé une sentence de 32 ans de prison à un ressortissant chinois condamné pour trafic d’animaux sauvages. Lors de la lecture de la sentence mardi, la juge Violet Chipao a trouvé Lin Yunhua coupable de trois chefs d’inculpation portant chacun une peine de 14 ans. Les procureurs reprochaient à Lin Yunhua, qui entend faire appel, la possession et la vente illicite de cornes de rhinocéros et blanchiment d’argent. La juge a toutefois précisé que les peines ne sont pas cumulatives, ce qui signifie que le condamné passera en tout 14 ans derrière les barreaux. Il sera expulsé vers son pays d’origine après avoir purgé sa peine, a précisé la cour. Selon l’acte d’accusation M. Lin fait partie d’un syndicat de trafiquants d’espèces sauvages qui opère au Malawi depuis au moins dix ans. C’est en août 2019 qu’il est arrêté après une traque qui a duré trois mois. … « Mon message à ces syndicats est le suivant : attention, le Malawi n’est pas un terrain de jeu », a déclaré Brighton Kumchedwa, directeur du département des parcs nationaux et de la faune sauvage du Malawi. VOA

Afrique du Sud : rapport accablant sur la corruption au ministère de la santé
En Afrique du Sud, des enquêteurs demandent l’inculpation d’un ancien haut responsable et des sanctions contre l’ancien ministre de la santé Zweli Mkhize, dans un rapport accablant publié mercredi 29 septembre sur la corruption au ministère de la santé, avec l’argent destiné à lutter contre le Covid-19. L’Unité des enquêtes spéciales (SIU) affirme que l’ex-ministre de la santé, autrefois promis à un grand avenir national, avait connaissance de contrats irréguliers passés avec la société de communication Digital Vibes. Officiellement, ces contrats publics devaient financer des campagnes de sensibilisation pour lutter contre la pandémie de Covid-19. En réalité, l’argent a bénéficié à deux proches de M. Mkhize au ministère, à lui-même ainsi qu’à son fils. Ce dernier, Dedani Mkhize, a notamment acheté un luxueux 4×4 et retiré des « sommes considérables en liquide », soulignent les enquêteurs dans leur rapport. L’affaire dévoilée en mai dans les médias avait provoqué l’indignation. Zweli Mkhize, 65 ans, médecin de formation devenu le visage de la lutte contre la pandémie en Afrique du Sud, encensé pour son action en tant que ministre, avait été contraint à la démission en août. Le Monde avec AFP

Les Archives de l’Etat et l’Africa Museum proposent un nouveau guide pour se repérer dans 20 km d’archives sur la période coloniale belge
Il n’existait jusqu’ici aucun outil permettant d’identifier et de localiser toutes les sources disponibles relatives à la période coloniale belge. Les chercheurs et la société civile réclamaient une boussole pour faciliter l’accès aux archives. C’est désormais chose faite. Les Archives générales du royaume et l’Africa Museum ont publié un guide en deux volumes. Ce sont deux livres de plus de 1000 pages chacun, qui permettent comme un GPS de se repérer dans 20 kilomètres d’archives sur les colonies belges, dans plus de 80 institutions de conservation en Belgique. Deux ‘pavés’ qui ont pour titre : « Belgique, Congo, Rwanda, Burundi. Guide des sources de l’histoire de la colonisation ». Volume 1 et 2, édités chez Brepols. Ils sont vendus à 65 euros, à la boutique des Archives générales du Royaume. Mais surtout, on peut consulter le contenu de chaque volume sur les sites web des Archives de l’état www.arch.be et de l’éditeur www.brepolsonline.net. RTBF



Photo: Adam Jones