Revue de Presse du 30 mars 2020

Somalie: mort d’un gouverneur local dans un attentat
Le groupe terroriste islamiste al shebab a revendiqué l’attentat du dimanche par un kamikaze. Le gouverneur somalien du Nugaal, Abdisalan Hassan, grièvement blessé dans cet attentat, est décédé quelques heures après, selon des sources hospitalières. Deux autres personnes ont été également grièvement blessées. L’attentat du kamikaze, qui s’est fait exploser à coté de la voiture du gouverneur, s’est déroulé à Garowe, région semi-autonome du Puntland, au nord de la Somalie. Sahel-Intelligence

Burkina : trois gendarmes tués par l’explosion d’un engin artisanal dans le Nord-Ouest
Trois gendarmes burkinabè ont été tués dimanche dans une attaque à l’explosif à Gomboro, localité située dans la région de la boucle du Mouhoun (nord-ouest du Burkina Faso), a-t-on appris de sources sécuritaires. “Une patrouille de gendarmerie a été la cible d’une attaque à l’engin explosif ce dimanche matin sur l’axe Gomboro-Garkéré”, a indiqué à l’AFP une source sécuritaire. “Le bilan (de l’attaque) est de trois éléments tués et trois autres blessés qui ont été évacués pour une prise en charge”, a ajouté cette source, précisant qu’une opération de ratissage était en cours dans la zone. … Les attaques avec des engins improvisés se sont multipliées depuis 2018 au Burkina, coûtant la vie à près de 150 personnes, selon un décompte de l’AFP. Ces attaques sont souvent couplées à des embuscades. AFP

Violence au Burkina : plus aucun médecin dans le nord
Au Burkina Faso, 20 000 personnes ont été déplacées par les violences djihadistes dans le nord du pays. L’insécurité dans la région a contraint les centres de santé à fermer et les médecins ont quitté les localités. Conséquence, beaucoup de ces déplacés ont un besoin crucial de soins médicaux, en particulier des patients comme Salimata qui a perdu un œil lorsqu’une balle de l’armée destinée aux djihadistes l’a accidentellement touchée au visage. Mais elle s’estime chanceuse parce qu’elle aurait pu mourir si les travailleurs de santé de Médecins Sans Frontières ne l’avaient pas transportée d’urgence à l’hôpital avec l’une des seules ambulances disponibles dans la région. VOA

Guinée : l’opposition rejette les résultats du double scrutin
L’opposition guinéenne a rejeté samedi la victoire massive du “oui” au référendum constitutionnel du 22 mars, permettant au président Apha Condé de briguer sa propre succession à l’expiration de son mandat actuel. Elle réclame une enquête sous l‘égide des Nations unies sur les violences meurtrières post-référendum. Selon les résultats de la commission électorale, le “oui” l’a emporté à plus de 90 %, pour un taux de participation estimé à 61 %. “Nous ne reconnaîtrons pas toute institution issue de cette mascarade et nous n’allons pas non plus reconnaître cette nouvelle Constitution de monsieur Alpha Condé. Nous restons et nous demeurons derrière la constitution de mai 2010 qui fixe le nombre de mandats à deux et qui donne également le droit au peuple de Guinée de résister à l’oppression”, a déclaré Ibrahim Diallo, un des responsables du Front national pour la Défense de la Constitution (FNDC). La nouvelle constitution limiterait à deux le nombre de mandats présidentiels, mais en porterait la durée à six ans. La proposition de modification de la constitution a été très controversée dans l’Etat d’Afrique de l’Ouest, provoquant des manifestations de masse au cours desquelles 32 personnes ont été tuées, selon un bilan. AfricaNews

Mali: Législatives sur fond de crise sanitaire et sécuritaire
C’est dans un contexte sécuritaire et sanitaire particulièrement préoccupant que les Maliens ont été appelés le 29 mars dernier aux urnes, pour élire les 147 députés de leur Assemblée nationale, pour un mandat de 5 ans. Comme on a pu le constater dans plusieurs circonscriptions électorales, beaucoup d’inscrits sur les listes de votants ont manifestement préféré glandouiller à la maison ou dans des grins de thé, plutôt que de prendre le risque inconsidéré de se faire canarder par des terroristes foncièrement hostiles au scrutin, ou de contracter le Covid-19 en côtoyant de potentiels porteurs du virus à l’extérieur ou dans les bureaux de vote. Le Pays

Un fort taux d’abstention lors des législatives au Mali
La campagne s’est déroulée dans un contexte délétère avec l’apparition du coronavirus et les violences djihadistes et intercommunautaires persistantes. Beaucoup d’électeurs se sont méfiés, en particulier du coronavirus qui a contaminé une vingtaine de personnes et fait samedi (28.03.20) sa première victime dans le pays. A ceci s’ajoute l’enlèvement du chef de file de l’opposition, Soumaïla Cissé, à quelques jours de l’élection alors qu’il faisait campagne dans son fief électoral de Niafounké, près de Tombouctou (nord). Selon un élu et une source sécuritaire, Soumaïla Cissé serait aux mains de djihadistes se revendiquant d’Amadou Koufa, chef de l’une des branches de la principale alliance djihadiste du Sahel, affiliée à Al-Qaïda, Le président Ibrahim Boubacar Keïta a promis de « ne ménager aucun effort pour obtenir sa libération ». Le scrutin n’a pas pu se tenir dans les parties du territoire en proie à des violences quasi quotidiennes, qui ont débordé ces dernières années sur le Niger et le Burkina Faso voisins. Sur 12.500 bureaux, 274 sont restés fermés, selon le ministère de la Sécurité. DW

Mali : « Plusieurs indices laissent croire que Soumaïla Cissé a été enlevé par la katiba du Macina », pour Tiébilé Dramé, ministre malien des Affaires Étrangères
À la veille du premier tour des élections législatives au Mali, Tiébilé Dramé, le ministre malien des Affaires Étrangères et de la coopération internationale, réaffirme la détermination du gouvernement à retrouver le chef de file de l’opposition Soumaïla Cissé et ses compagnons, enlevés mercredi 25 mars dans la région de Tombouctou. Entretien avec Tiébilé Dramé. TV5Monde

Les shebabs annoncent avoir organisé un forum sur «le Jihad en Afrique de l’Est»
Les shebabs ont depuis des années mis en place une propagande bien rodée. Mais le groupe terroriste somalien vient d’utiliser un nouvel outil. Les islamistes ont diffusé image et communiqué officiel de ce qu’il présente comme un grand forum. La conférence aurait duré 5 jours et rassemblé une centaine de participants. Les photos montrent des dizaines d’hommes, le visage parfois flouté, présentés comme des intellectuels, des chefs tribaux ou encore des savants. Ils sont assis dans un hall décoré, discutant ou écoutant des discours à la tribune de cette conférence baptisée « Forum consultatif concernant le Jihad en Afrique de l’Est ». RFI

Djibouti: le président Ismaël Omar Guelleh va-t-il se lancer dans un 5e mandat?
Grâce à une modification constitutionnelle en 2010, le chef de l’Etat a le droit de se présenter au scrutin prévu l’an prochain. Le président, âgé de 72 ans et à la tête du pays depuis 1999, le fera-t-il ? La question agite la société djiboutienne d’autant plus qu’Ismaël Omar Guelleh vient de terminer un mois de déplacements dans les 5 régions du pays, entre Dikhil et Arta, en passant par Ali Sabieh ou Obock. La tournée du président Guelleh fait beaucoup parler. Pour Daoud Houmed, porte-parole de la majorité, il s’agit « d’une tradition républicaine permettant de recevoir les doléances ». Mais d’autres y voient un signe. L’opposant Mohamed Daoud Chehem rappelle qu’Ismaël Omar Guelleh avait fait la même chose un an avant l’élection de 2016. Le chef du PDD refuse d’ailleurs le maintien « d’un régime répressif qui pratique une gestion familiale ». RFI

RDC: 1 policier et 7 miliciens tués après des « incursions » à Lubumbashi (police)
Un policier et sept miliciens ont été tués samedi dans la région de Lubumbashi, la deuxième ville de la République démocratique du Congo (RDC), où les forces de sécurité ont repoussé des « incursions » d’assaillants d’un ex-chef de guerre, a indiqué un porte-parole de la police. Des miliciens de l’ex-seigneur de guerre Gédéon Mutanga Kyungu « ont fait des incursions » à Lubumbashi et Likasi dans la région minière du Katanga, première réserve mondiale de cobalt, a indiqué la police nationale congolaise (PNC). A Lubumbashi, des assaillants sont entrés dans la résidence de l’ex-chef de guerre Gédéon qui s’est « volatilisé dans la nature », selon le compte-rendu, qui ne précise pas s’il était en résidence surveillée ou non. Gédéon Kyungu Mutanga était à la tête d’un groupe de miliciens pendant la deuxième guerre du Congo (1998-2003). Sahel-Intelligence

Kinshasa : les autorités ont créé des conditions de propagation à grande échalle du coronavirus (Noël Tshiani)
Les autorités provinciales de Kinshasa ont créé des conditions de propagation à grande échelle du coronavirus, a estimé samedi 28 mars, l’ancien candidat à la présidentielle, Noël Tshiani. Il réagissait à la décision du report du confinement total de la capitale congolaise, 24 heures avant son application. Noël Tshiani, président du regroupement politique Forces du changement ajoute que ces autorités ont aussi perdu toute crédibilité vis-à-vis de la population. Le gouvernement provincial a reporté, vendredi 27 mars pour une date ultérieure, le confinement total de la capitale, annoncé la veille par le gouverneur Gentiny Ngobila. Les raisons évoquées par le gouvernement provincial sont notamment la hausse exagérée et injustifiée des prix sur le marché et le risque et les menace d’ordre sécuritaire, avait indiqué le ministre provincial près le gouverneur et porte-parole du gouvernement, Charles Mbutamuntu Lwanga. Radio Okapi

En Égypte, il est impossible d’informer sur le coronavirus
Il ne fait pas bon être journaliste dans l’Égypte du maréchal Al-Sissi. Le pays est l’un des derniers au monde en matière de liberté de la presse, selon Reporters sans frontières qui l’a classé l’an dernier au 163e rang mondial. Le coronavirus est une occasion supplémentaire de durcir la censure. Ainsi, quiconque diffuse de « fausses informations » sur la pandémie est passible de sanctions, y compris d’emprisonnement. Ruth Michaelson, la correspondante du quotidien britannique The Guardian, en a fait les frais. Elle a été forcée de quitter le pays a signalé jeudi 26 mars le quotidien. Ruth Michaelson, qui était en poste au Caire depuis 2014, est montée d’urgence dans l’un des derniers avions le 20 mars dernier. Cinq jours auparavant, elle avait publié un article sur une étude scientifique canadienne estimant que le nombre de cas de coronavirus en Égypte était très probablement fortement sous-estimé. Le lendemain de la publication, le service d’information de l’État lui reprochait de diffuser une étude non fiable et de semer la panique. La Croix

Lutte contre le Covid 19, MSF s’inquiète de la pénurie de chloroquine en Afrique
Des pays européens ont débuté des essais cliniques pour tester des traitements contre le coronavirus, dont la chloroquine. MSF redoute qu’elle ne soit utilisée avant tout par les pays riches, au détriment de l’Afrique. Discovery : c’est le nom donné à l’essai clinique européen qui a débuté le lundi 23 mars dernier pour tester plusieurs traitements contre le Covid-19. Quatre traitements et cinq molécules au total seront testés, dont la chloroquine, produit jusque-là utilisé en Afrique pour soigner le paludisme. Une conséquence de cette nouvelle publicité sur ce médicament est que les stocks de chloroquine commencent à diminuer. Or, l’organisation Médecins Sans Frontières (MSF) redoute qu’ils ne soient utilisés avant tout par les pays riches, au détriment de l’Afrique. En début de semaine, la France a autorisé des essais cliniques utilisant la chloroquine. Quelques jours auparavant, la Chine et d’autres pays africains, dont le Sénégal, en avaient fait de même.

Afrique du Sud : la police tire des balles en caoutchouc pour faire respecter le confinement
La police sud-africaine a tiré samedi des balles en caoutchouc pour disperser des centaines de personnes qui se pressaient devant un commerce de Johannesburg, en violation du confinement imposé pour cause d’épidémie de coronavirus. Les clients – 200 à 300 y compris des femmes et des enfants – faisaient la queue depuis le matin devant un supermarché d’alimentation du quartier déshérité de Yeoville, en plein centre de la plus grande ville du pays, sans respecter les consignes de distance, a constaté un photographe de l’AFP. Arrivés à bord de plusieurs véhicules, des policiers sont intervenus en ouvrant le feu avec des balles en caoutchouc pour disperser la foule, avant de reformer la file en faisant respecter les distances à coups de fouet. Le président sud-africain Cyril Ramaphosa a ordonné le confinement total de son pays pour une période de trois semaines, dans l’espoir de ralentir la progression inquiétante du Covid-19. Depuis vendredi, la population n’est autorisée à quitter son domicile que pour acheter de la nourriture. RTBF

Nigeria : face au coronavirus, Lagos et Abuja en confinement
Le président du Nigeria, Muhammadu Buhari, a décrété dimanche le confinement total des populations de la capitale Abuja et de la mégalopole de Lagos pour enrayer la propagation du coronavirus. Une centaine de cas de Covid-19 sont recensés dans le pays. Le président nigérian, Muhammadu Buhari, a ordonné dimanche soir un confinement total des populations d’Abuja, la capitale fédérale, et Lagos, mégalopole tentaculaire de 20 millions d’habitants, alors que les cas officiels d’infection au Covid-19 frôlent la centaine. « J’ordonne la cessation de tout mouvements à Lagos et Abuja pour une période initiale de 14 jours, qui prendra effet lundi 30 mars à partir de 23 h », a déclaré le chef d’État dans une allocution télévisée. « Tous les habitants de ces États doivent rester à la maison. Les voyages dans d’autres États doivent être annulés. Tous les magasins dans ces deux villes doivent être fermés », a déclaré Muhammadu Buhari. France24

Le président de la Commission de l’Union africaine en quarantaine
Le président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, est actuellement « en quarantaine » après que l’un des membres de son équipe a été testé positif au nouveau coronavirus, a-t-on appris vendredi d’une source interne à l’UA. Le membre de la Commission touché est un Mauricien de 72 ans qui est rentré à Addis Abeba, siège de l’organisation continentale, en provenance de la République démocratique du Congo (RDC) le 14 mars, a par ailleurs indiqué la ministre éthiopienne de la Santé, Lia Tadesse, dans un communiqué. Le communiqué, qui ne mentionne pas le lien entre le patient mauricien et l’UA, précise que six personnes ayant été en contact avec le septuagénaire sont « sous surveillance ». VOA

Coronavirus : ce que nous ne savons toujours pas sur le Covid-19
On a l’impression que cela fait une éternité que le monde lutte contre le Covid-19, mais ce n’est qu’en décembre que la planète a pris conscience de l’existence de cette souche de coronavirus. Malgré les efforts incroyables des scientifiques du monde entier, il y a encore beaucoup de choses que nous ne comprenons pas. Tous les habitants des différents pays du monde semblent faire partie d’une expérience planétaire où scientifiques et autres chercheurs tentent de trouver des réponses. Voici quelques-unes des grandes questions qui sont encore sans réponses. BBC

En Côte d’Ivoire, des rois et des traditions comme « remparts » contre le coronavirus
Bonjour, ce message concerne le coronavirus. C’est une maladie très dangereuse… »: la mise en garde à la population est diffusée via une quinzaine de hauts-parleurs éparpillés dans le village d’Azaguie-Ahoua, à 50 km au nord d’Abidjan, sur ordre…. de son roi. « Cela remplace les crieurs dans la rue », explique le griot Gustave Aguie Ahouasso, qui officie derrière le microphone. Ces baffles installées de manière permanente ne sont pas destinées à diffuser des émissions radio ou des publicités mais sont le moyen de communication choisi par le roi et chef du village d’Azaguie, Nanan Ako Ako Omer, pour faire passer des messages aux habitants. Ainsi, le roi fait diffuser toute information qu’il juge importante aux 10.000 âmes de son village via des hauts-parleurs, utilisant un procédé mis en place dans de nombreuses autres communes ivoiriennes. Slate



Photo: Adam Jones