Revue de Presse du 30 juillet 2020

Au Mali, triple échec pour le plan de sortie de crise
Le plan de sortie de crise au Mali a essuyé, mercredi 29 juillet, un triple revers : l’opposition a réclamé à nouveau le départ du président Ibrahim Boubacar Keïta (« IBK »), elle a rejeté la main tendue par le premier ministre et des députés ont refusé d’obtempérer à une demande de démission de la délégation des cinq présidents de la Communauté d’Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao). En outre, l’opposition va lancer dès le début du mois d’août une « deuxième phase de désobéissance civile », ont annoncé ses dirigeants lors d’une conférence de presse. … « Le seul mot d’ordre demeure la démission d' »IBK » et de son régime », a déclaré à la presse un des responsables de la coalition d’opposition du Mouvement du 5 juin-Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP), Choguel Maïga. … Le premier ministre, Boubou Cissé, avait affirmé mardi midi que l’opposition était « fortement désirée » au sein du gouvernement d’union nationale qu’il a été chargé de former. Le Monde avec AFP

Présidentielle en Côte d’Ivoire: Alassane Ouattara réserve sa réponse
Devant des dizaines de cadres et d’élus de son mouvement réunis au palais des congrès d’Abidjan pour lui demander d’accepter de briguer un troisième mandat, le président ivoirien Alassane Ouattara a annoncé qu’il prenait acte de leur demande, sans révéler sa décision. « Avec beaucoup d’attachement et d’affection à Amadou, à mon fils, je prends acte des résolutions du conseil politique et de votre demande, a déclaré le président Alassane Ouattara à l’issue de la réunion de son parti, le RHDP. Je vous demande de continuer à avoir une pensée pour Amadou Gon Coulibaly et de me laisser le temps du recueillement et de la récupération, avant de vous donner une réponse très prochainement. » Le président ivoirien a précisé qu’il s’adresserait bientôt à la nation, et a souligné sa volonté de voir le RHDP gagner l’élection. RFI

Bénin: l’opposition lance un nouveau parti, «Les Démocrates»
Le parti a déposé mercredi 29 juillet au ministère de l’Intérieur son dossier pour obtenir son récépissé, anciennement appelé « certificat de conformité » qui a éliminé tous les partis de l’opposition lors des législatives d’avril 2019. L’ancien président Boni Yayi est un des membres fondateurs. La création de ce nouveau parti lui permet de tourner la page Force cauris, FCBE et de rompre définitivement avec les dissidents qui lui en ont arraché le contrôle. Ses fidèles, des personnalités, et d’autres partis le suivent dans l’aventure. Et comme la Constitution lui interdit toute ambition présidentielle, pour avoir déjà effectué deux mandats, la direction du nouveau parti est confiée à Éric Houndété, porte-parole de la Résistance, le mouvement d’opposition créé au lendemain des législatives non inclusives. Eric Houndété explique que c’est parce que le pays a soif de démocratie, qu’ils ont créé « Les Démocrates ». RFI

Plus de 170 personnes enlevées dans le parc des Virunga au Congo
Les victimes, dont de nombreuses femmes, ont été battues, torturées, violées et assassinées, pour extorquer de l’argent à leurs familles, a déclaré Human Rights Watch (HRW) jeudi dans un communiqué. Selon HRW, les enlèvements ont eu lieu entre avril 2017 et mars 2020. L’organisation tient les bandes criminelles pour responsables de la violence. « Le gouvernement congolais devrait mettre fin au règne de terreur de ces gangs. » En outre, la mission de maintien de la paix des Nations Unies, basée à proximité des champs où la plupart des personnes ont été enlevées, devrait protéger les civils en patrouillant activement dans les zones à haut risque, a insisté HRW. Les victimes auraient été enlevées alors qu’elles travaillaient aux champs et emmenées au parc des Virunga. Elles y ont été torturées et violées, et souvent menacées de mort. Belga/DPA

RDC: Quinze miliciens condamnés à 20 ans de prison en Ituri
Quinze miliciens ont été condamnés à 20 ans de prison pour leur « participation à un mouvement insurrectionnel » en 2019 en Ituri dans le nord-est de la République démocratique du Congo, a-t-on appris mercredi auprès de la justice militaire congolaise. Parmi eux, 13 sont des miliciens de la secte ethnico-mystique Coopérative pour le développement du Congo (Codeco) et deux des membres de Forces patriotiques intégrationnistes du Congo (FPIC). Un milicien a été acquitté faute de preuve, a indiqué à l’AFP le major Vicky Lopombo, procureur militaire. Actifs dans le territoire de Djugu, situé dans le nord de Bunia, capitale provinciale de l’Ituri, les membres du groupe Codeco prétendent défendre les membres de la communauté Lendu. VOA

RDC: Israël Kaseya, lanceur d’alerte ou escroc à Access Bank?
En République démocratique du Congo, une nouvelle affaire pourrait entacher la réputation du secteur bancaire. Un ancien employé d’Access Bank RDC, Israël Kaseya, est poursuivi pour faux et usage de faux et est soupçonné d’avoir détourné plusieurs centaines de milliers de dollars. Mais pour son avocat comme pour ses proches, il s’agit d’un harcèlement judiciaire contre un lanceur d’alerte puni pour avoir dénoncé l’existence au sein de cette banque de comptes liés à des sociétés sous sanctions américaines et autres pratiques illégales. RFI

Une famille massacrée lors d’une attaque dans le centre du Nigeria
Quatorze personnes ont été tuées et six autres gravement blessées dans une attaque par des hommes armés dans l’Etat de Kogi, dans le centre du Nigeria, a annoncé mercredi la police. Les hommes armés ont attaqué le village d’Agbubu et ont tué 13 membres d’une même famille, selon un communiqué des forces de l’ordre. « J’étais sur place et je faisais partie de ceux qui ont ramassé certains des corps », a affirmé le commissaire de police de l’Etat de Kogi, Ede Ayuba. … Une enquête a été ouverte, a déclaré M. Ayuba, ajoutant que l’attaque pouvait être liée à une dispute de longue date au sujet de droits fonciers. AFP/VOA

L’épidémie de Covid-19 au Nigeria, crise sanitaire à nombreuses inconnues
Cinq mois après l’apparition du premier cas de Covid-19 au Nigeria, tous les acteurs du monde de la santé sont épuisés et constatent que le virus se propage de manière très inquiétante dans ce pays de 200 millions d’habitants, bien que « le taux de létalité reste faible ». Le virus se propage « de manière exponentielle », a déclaré le ministre de la Santé, Osagie Ehanire, notamment dans les grandes mégalopoles de Lagos, Ibadan ou Abuja, toutes peuplées de plus de 10 millions d’habitants. Le pays comptait officiellement fin juillet quelque 41.000 cas, dont 860 morts, mais les chiffres ne sont pas représentatifs du niveau réel de contamination. « Pour chaque cas identifié, d’autres nous échappent », a reconnu Sani Aliyu, qui dirige la taskforce chargée de lutter contre le virus. AFP

L’ancien correspondant de France 24 et son collègue libérés
Les autorités algériennes ont libéré mercredi le journaliste Moncef Aït Kaci, ex-correspondant de France 24, et le caméraman Ramdane Rahmouni après un jour de détention. «Je suis libre», a lancé Moncef Aït Kaci sur Twitter. Les deux journalistes algériens avaient été arrêtés mardi puis placés en détention par le procureur d’un tribunal d’Alger. Les faits qui leur sont reprochés n’ont pas été officiellement précisés. Dans un tweet, l’ONG Reporters sans Frontières s’est dite «soulagée par la libération de @Moncefaitkaci et de Ramdane Rahmouni mais préoccupée par la répression implacable des autorités sur les journalistes indépendants». «Nous exhortons les autorités à mettre fin au harcèlement ciblé des médias indépendants en Algérie où la liberté de l’information se meurt», a-t-elle ajouté. AFP/NXP

Au Maroc, le journaliste Omar Radi placé en détention pour « viol » et « financements étrangers »
Le journaliste et militant des droits humains Omar Radi a été placé en détention, mercredi 29 juillet, pour « viol » et « réception de fonds étrangers dans le but de porter atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat », a annoncé la justice marocaine. Il a été transféré à la prison d’Oukacha à Casablanca (ouest) et son procès doit débuter le 22 septembre, a précisé le ministère public. … L’enquête pour réception de fonds étrangers avait été ouverte fin juin, au lendemain de la publication d’un rapport d’Amnesty International selon lequel le téléphone d’Omar Radi était espionné via un logiciel de piratage utilisé par les autorités marocaines. Rabat a toujours démenti. Le journaliste a, depuis, été entendu une dizaine de fois par la police judiciaire. Le Monde avec AFP

Le roi du Maroc annonce un projet de généralisation de la couverture sociale pour 2021
Le roi du Maroc Mohammed VI a annoncé, mercredi soir 29 juillet, une généralisation de la couverture sociale « au profit de tous les Marocains » au cours des cinq prochaines années et la création d’un fonds de 11 milliards d’euros pour relancer l’économie après la pandémie. … Selon lui, la crise liée à la pandémie a « mis en évidence un certain nombre d’insuffisances », notamment « la faiblesse des réseaux de protection sociale » pour « les franges de la population en situation de grande précarité » dans ce pays de 35 millions d’habitants. Selon le haut-commissariat au plan (HCP), chargé des statistiques officielles, le revenu mensuel moyen a baissé de moitié pendant le confinement. Les plus touchés sont les plus pauvres et les travailleurs du secteur informel alors que seul le quart des personnes en âge de travailler ont pu bénéficier des aides publiques. Le Monde avec AFP

Crise en Libye: l’Arabie saoudite cherche à rapprocher les positions des pays voisins
D’Alger, à Tunis à Rabat, le discours du ministre des Affaires étrangères saoudien était le même : il souligne en cohérence avec ses homologues « le rôle central » des pays voisins de la Libye dans le « règlement pacifique du conflit » libyen, dans « la protection de ces pays contre le terrorisme » et pour lutter contre « les ingérences étrangères. » Selon plusieurs observateurs algériens, l’Arabie saoudite, qui réactive sa diplomatie étrangère après une période de long sommeil, « tente un rapprochement entre le Caire et Alger ». Les deux pays sont en froid en raison des divergences sur une sortie de la crise libyenne. Riyad cherche en effet à rapprocher les positions des pays voisins de la Libye. Cette tournée « de travail » est organisée pour « se concerter et échanger les points de vue sur les questions régionales et surtout sur la Libye ». Dans les différentes déclarations qui ont accompagné cette tournée saoudienne, Tunis, Alger, le Caire et Rabat ont affiché toutes « une convergence de points de vues » avec l’Arabie saoudite. RFI

Coronavirus : l’industrie du Hajj dans la tourmente au Sénégal
Le pèlerinage annuel à La Mecque, ville sainte et capitale de la province de la Mecque en Arabie saoudite, se tient fin juillet avec « un nombre très limité de fidèles ». Sur le site internet du ministère saoudien du Hajj, les services traditionnellement proposés sont d’ailleurs indisponibles. Le pèlerinage est organisé au Sénégal en partie par l’état via la Délégation générale au pèlerinage. Mais la majorité des pèlerins est acheminée par des voyagistes privés. Ceux-ci proposent des packages qui coûtent entre 3,2 et 3,5 millions FCFA et qui prennent en charge le billet d’avion, la restauration, l’hébergement, le transport, les vaccins, les assurances etc. Avec l’annulation du Hajj et la suspension en mars de l’Oumra (pèlerinage qui n’est pas une obligation comme le Hajj – un des 5 piliers de l’Islam), toute la chaine de valeur du pèlerinage est affectée. BBC

Au Sénégal, Balla Sidibé, chanteur et percussionniste du mythique Orchestra Baobab, s’est éteint
Le chanteur sénégalais Balla Sidibé, membre fondateur de la légendaire formation Orchestra Baobab qui a rayonné dans les années 1970, est décédé, mercredi 29 juillet, près de Dakar, a annoncé l’Association des métiers de la musique du Sénégal (AMS). Balla Sidibé, septuagénaire, « ne s’est pas réveillé ce mercredi matin après une journée de répétition bien remplie avec ses camarades musiciens », affirme l’AMS dans un communiqué, disant perdre « un papa, un sage et un ami ». Le décès est survenu à Thiaroye, dans la banlieue de Dakar, à la suite « d’une courte maladie » non précisée, selon la presse locale. Balla Sidibé était membre fondateur d’Orchestra Baobab dans les années 1970, à une époque où sont nés de grands ensembles musicaux en Afrique. Le Monde avec AFP



Photo: Adam Jones