Revue de Presse du 28 mai 2019

Présidentielle au Malawi : victoire du sortant Peter Mutharika (officiel)
Le président sortant du Malawi Peter Mutharika a été réélu pour un nouveau mandat de cinq ans avec 38,57 % des voix, devant le chef de l’opposition, Lazarus Chakwera (35,41 %), a annoncé lundi soir la Commission électorale (MEC). Le scrutin présidentiel se déroule en un seul tour au Malawi, la majorité relative suffit donc pour l’emporter. Ces résultats officiels ont été proclamés peu de temps après une décision de la Haute Cour de la capitale Lilongwe, qui avait imposé samedi la suspension de leur publication en raison d’accusations de fraude émanant de l’opposition.  Africa News

Malawi: Peter Mutharika, le président anti-corruption pris la main dans le sac
Peter Mutharika, reconduit de justesse lundi à la tête du Malawi à l’âge de 78 ans, s’était présenté comme un rempart à la corruption à son arrivée au pouvoir en 2014, mais son premier mandat a été terni par des scandales. M. Mutharika s’est retrouvé impliqué dans une affaire de pots-de-vin, soupçonné d’avoir reçu plus de 200.000 dollars d’un homme d’affaires qui avait décroché un contrat de plusieurs millions de dollars auprès de la police. Le Parti démocratique progressiste (DPP, au pouvoir) affirme que l’argent a depuis été remboursé, mais n’a pas avancé de preuve. En campagne électorale cette année, Peter Mutharika a balayé toutes les objections. « L’opposition n’a aucune raison de me critiquer. Pas une seule », a-t-il assuré. TV5

Soudan: grève générale pour faire pression sur les militaires au pouvoir
Le Soudan s’apprête à observer mardi une grève générale à l’appel de la contestation pour accroître la pression sur l’armée, qui refuse de transférer le pouvoir aux civils, plus de six semaines après avoir écarté Omar el-Béchir sous la pression de la rue. Des employés de l’aéroport de Khartoum, de la Banque centrale, de la compagnie nationale d’électricité, ou encore des fonctionnaires du parquet général, ont annoncé leur participation à cet arrêt de travail de 48 heures prévu mardi et mercredi. « Nous sommes là pour dire qu’un gouvernement civil est l’unique solution pour répondre aux revendications du peuple soudanais », a expliqué à l’AFP Hazar Moustafa. VOA

Le rebelle Yasir Arman revient au Soudan malgré une condamnation à mort
Yasir Arman avait été condamné pour son implication dans un soulèvement dans l’état du Nil bleu en 2011. Il avait rejoint le groupe rebelle du SPLM dans le sud du Soudan dans les années 1980, pour combattre le gouvernement de Khartoum. Après la scission du pays et la création du Soudan du Sud en 2011, il a formé le groupe rebelle du SPLM-N, qui a continué à affronter les troupes du président Omar al-Bashir. Yasir Arman n’aurait pas été inquiété par les nouvelles autorités à son arrivée dimanche. Depuis l’éviction du pouvoir de Omar el Bachir, les discussions se poursuivent entre le conseil militaire de transition et le mouvement de protestation pour l’instauration d’un exécutif civil. BBC

Huit militaires condamnés pour trahison en Gambie
Sept militaires ont écopé de neuf ans de prison et un autre a été condamné à trois ans pour trahison et mutinerie. Sur les douze militaires qui ont comparu devant la cour martiale, quatre ont été acquittés. Les peines mettent fin à une procédure enclenchée depuis 2017, lorsque douze soldats ont été arrêtés et inculpés pour leur participation présumée à un complot visant renverser le gouvernement du président Adama Barrow. Selon le président de la Cour martiale, le colonel Salifu Bojang, les accusés se sont réunis pour planifier une mutinerie visant à arrêter le chef d’état-major de l’armée gambienne, ainsi que les membres du gouvernement. BBC

Quatre morts dans l’attaque d’une église au Burkina Faso
Les fidèles catholiques ont été tués et deux autres blessés dans l’attaque menée dimanche à Toulfé, un village situé dans le nord du Burkina Faso, a déclaré à BBC Afrique le ministre burkinabè de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, Siméon Sawadogo. Les assaillants, au nombre de huit, ont ouvert le feu sur des fidèles lors de la célébration de la messe. « Lorsque les assaillants sont arrivés, ils ont commencé par sortir les fidèles de l’église. Ils ont ensuite ouvert le feu », a dit un habitant de Toulfé, joint par téléphone par notre correspondant à Ouagadougou. « Tout le monde a peur », ajoute ce villageois, s’exprimant sous couvert de l’anonymat. BBC

Algérie : « Il est peu probable que la présidentielle se tienne dans les délais fixés »
L’incertitude reste totale concernant la présidentielle algérienne du 4 juillet, alors que seules deux personnalités inconnues du grand public ont déposé leurs dossiers de candidature. Décryptage avec Camille Sari, économiste et président de l’Institut euro-maghrébin d’études et de prospectives. De plus en plus de doutes sont exprimés en Algérie concernant l’élection présidentielle du 4 juillet, censée élire le successeur d’Abdelaziz Bouteflika, alors que seules deux personnalités connues du grand public, Abdelhakim Hamadi et Hamid Touahri, ont déposé leur candidature dans les délais légaux. Le Conseil constitutionnel a désormais dix jours pour étudier les deux dossiers de candidature et dire s’ils répondent aux critères exigés, notamment de nationalité, de résidence, mais aussi de parrainages (600 élus ou 60 000 électeurs, dans plus de la moitié des régions du pays). France 24

Guinée: le ministre de la Justice Cheick Sako démissionne
En Guinée Conakry, le ministre d’État et ministre de la Justice Cheick Sako a démissionné. L’information a été révélée, ce lundi 27 mai, par l’hebdomadaire Jeune Afrique. Dans sa lettre adressée au chef de l’État, Maître Cheick Sako évoque son opposition « à toute modification ou changement de la Constitution ». Sa démission intervient après cinq ans et demi passés au sein de trois gouvernements successifs et alors que le débat autour de l’opportunité d’une nouvelle Constitution, dont le texte n’a pas été rendu public, agite le pays. RFI

Les combats s’approchent du centre Tripoli
De violents affrontements approchent lentement du centre de la capitale libyenne, Tripoli, alors que les forces fidèles au maréchal Khalifa Haftar tentent de s’emparer du pouvoir.  VOA

Un conflit intercommunautaire fait plus de 40 morts au Tchad
Le week-end dernier a été sanglant dans la province du Ouaddaï situé au centre du pays. Un conflit intercommunautaire a fait plus de 40 morts et des dégâts matériels importants. Sur le terrain, la tension reste encore vive. VOA

Madagascar: Législatives – Fort taux d’abstention
On s’achemine vers un très faible taux de participation que Madagascar n’a jamais connu. C’est le moins qu’on puisse dire du scrutin d’hier. Dans la Capitale, ce taux de participation varie entre 20% et 25%. Dans certains districts hors de la province d’Antananarivo, on a même enregistré 15% de taux de participation. Le désintéressement des électeurs est constaté. Des réactions n’ont pas tardés. Pour certains, le comportement des députés de la précédente législature a dégouté les citoyens. Pour d’autres, ce faible taux de participation trouve son origine dans la façon dont la CENI et la HCC ont géré la dernière élection présidentielle. Hier, le président national du TIM Marc Ravalomanana pressentait ce fort taux d’abstention lorsqu’il a effectué son devoir de citoyen à l’EPP à Faravohitra. « Les gens ne veulent plus voter car ils savent que leur choix n’a pas été toujours respecté. Les électeurs ne veulent plus qu’on détourne leur choix. Ils préfèrent ne pas faire des déplacements pour voter. », a-t-il expliqué. Midi Madagasikara

Au Kenya, la justice refuse de légaliser l’homosexualité 
Lors d’une décision très attendue, la Cour suprême kényane a rejeté la demande de décriminaliser l’homosexualité, vendredi 24 mai. Les contrevenants risquent toujours jusqu’à 14 ans de prison. Le président kényan Uhuru Kenyatta le répète depuis des années : “les droits des homosexuels ne sont pas un sujet au Kenya.” D’après le chef de l’État, il s’agit d’une question “de culture et non de droits”. La Cour suprême du pays vient de donner raison au dirigeant ce vendredi 24 mai, en refusant de décriminaliser l’homosexualité, rapporte le Daily Nation. Les trois juges de la plus haute juridiction du pays ont estimé que “les demandeurs n’ont pas réussi à prouver la discrimination et la violation des droits” des personnes homosexuelles, relate le journal de Nairobi. La Cour suprême se prononçait après avoir reçu une pétition demandant la fin de cette interdiction, qui entrerait en contradiction avec les droits fondamentaux reconnus par la Constitution de 2010.  Courrier International

Huile de palme au Cameroun : des ONG et des syndicats assignent le groupe Bolloré en justice
Dix ONG et syndicats ont annoncé, lundi, assigner en justice le groupe Bolloré afin qu’il applique les mesures promises en 2013 pour améliorer les conditions de vie et de travail dans les plantations d’huile de palme au Cameroun. Le groupe Bolloré est assigné en justice par dix ONG et syndicats pour obtenir l’application de mesures améliorant les conditions de vie des travailleurs et riverains d’une palmeraie destinée à la production d’huile de palme au Cameroun, gérées par une société dont il est actionnaire. Sherpa, ainsi que neuf autres associations et syndicats français, camerounais, belge et suisse, saisissent le tribunal de grande instance (TGI) de Nanterre pour demander la mise en œuvre d’un « plan d’action » conclu en 2013, selon un communiqué rendu public lundi 27 mai.  France 24

Coopération militaire : le retour en puissance de la Russie en Afrique
L’Afrique. Panthéon des guerres d’influence entre puissances mondiales. Dans cette lutte à l’influence, la Russie a choisi l’expertise sécuritaire, un secteur qui a lui a réussi durant les années de guerre froide sur le continent. En milieu de semaine dernière, le chef de l’Etat de la République du Congo, Denis Sassou N’Guesso, était accueilli en grande pompe en Russie où il menait une visite de haut niveau. Discours devant la Douma, le Parlement russe, et rencontre avec son homologue Vladimir Poutine, le président congolais est revenu dans son pays avec un accord militaire, point saillant de sa visite en Russie. Selon cet accord dont seuls quelques points liminaires ont été fournis, Moscou enverra des conseillers militaires à Brazzaville pour assurer des missions de formation et de maintenance. Un contrat de vente d’armes a également été évoqué.  Africa News

L’Afrique du Sud, plus gros pollueur du continent, instaure une taxe carbone
Le président Ramaphosa a promulgué lundi 27 mai la loi sur la taxe carbone. À compter du 1er juin, les entreprises polluantes d’Afrique du Sud devront payer pour leurs émissions de dioxyde de carbone. Une première sur le continent qui a pour but de lutter contre le changement climatique. L’idée d’instaurer une taxe carbone en Afrique du Sud n’est pas nouvelle, puisque cette loi avait été initiée en 2010. Mais elle a été longtemps repoussée, suite à la pression des entreprises minières et métallurgiques. La compagnie nationale d’électricité avait aussi brandi la menace d’une hausse des prix, alors que sa production repose essentiellement sur le charbon. RFI

 



Photo: Adam Jones