Revue de Presse du 28 avril 2020

RDC: 43 morts enregistrés en 4 jours dans deux provinces troublées de l’est
Le bilan des combats meurtriers depuis vendredi dans les conflits armés permanents dans deux provinces instables de l’est de la République démocratique du Congo est de 43 morts, a appris l’AFP lundi de sources administratives et militaire. Vendredi, « les assaillants munis d’armes blanches et à feu ont tué 21 personnes, tous des civils » dans le territoire de Mahagi, a déclaré à l’AFP Gilbert Tsale, administrateur assistant de cette entité de la province de l’Ituri (nord-est). Dans le territoire voisin de Djugu, des combats opposent depuis dimanche les troupes régulières aux milices à Lisey, a affirmé à l’AFP le lieutenant Jules Ngongo, porte-parole de l’armée en Ituri. Dans ces affrontements, « deux militaires ont succombé, les assaillants ont tué deux civils dans leur fuite. L’armée a définitivement neutralisé 12 assaillants », a-t-il détaillé. AFP

Tchad : un soldat tchadien exécuté par des jihadistes
La branche ouest-africaine du groupe jihadiste Etat islamique (EI), issue d’une scission de Boko Haram, a exécuté un soldat tchadien, capturé récemment dans une embuscade. L’agence Amaq, organe de propagande de l’Etat islamique (EI), auquel le groupe Etat islamique en Afrique de l’Ouest (ISWAP) a fait allégeance, a mis dimanche en ligne une vidéo dans laquelle un militaire tchadien est exécuté par une arme à feu. Dans la vidéo, l’ISWAP affirme que la victime avait été capturée le 18 avril dans une embuscade à Litri, sur le lac Tchad, une attaque ayant tué deux soldats selon N’Djamena. Sahel-Intelligence

L’Afrique sous la menace d’une violente crise économique
Elle était en quelque sorte le symbole des ambitions économiques du continent, le héraut de « l’esprit nouveau africain », comme le clame sa devise. Ethiopian Airlines, la première compagnie aérienne d’Afrique, détenue à 100 % par l’Etat, lutte aujourd’hui pour sa survie. La pandémie provoquée par le nouveau coronavirus cloue ses avions sur le tarmac de l’aéroport d’Addis-Abeba, que cette entreprise publique avait pourtant transformé en quelques années en principale plate-forme aérienne du continent vers l’Europe et le Moyen-Orient. Elle prévoyait de l’agrandir encore en y investissant 5 milliards de dollars (4,6 milliards d’euros). Depuis l’explosion de cette crise mondiale, son activité a chuté de 85 %. Son président-directeur général (PDG), Tewolde Gebremariam, exprimait récemment son désarroi : « Je n’aurais jamais pensé que ça se répandrait comme ça, à cette vitesse, et avec une telle ampleur. Ça va juste trop vite, ça coûte trop cher, et c’est au-delà de tout ce qu’on pouvait imaginer. » A la différence d’autres compagnies africaines, Ethiopian n’a pas mis la clé sous la porte, mais elle mettra des années à se relever. Le Monde

Coronavirus en Libye : les autorités ont violé leurs obligations en termes d’immigration, selon l’Onu
L’Onu, « inquiète », estime que la Libye a refoulé près de 1500 migrants et réfugiés depuis début janvier, en violation de ses obligations internationales. Les Nations se sont aussi dites mardi, à Genève, préoccupées par la situation de milliers de personnes dans des centres de détention. Le Haut-Commissariat aux droits de l’homme (HCDH) a récemment publié des directives, dans le cadre de la pandémie, qui insistaient sur l’interdiction du refoulement et des expulsions collectives. Les près de 1500 migrants et réfugiés refoulés ont été acheminés vers au moins quatre pays, a précisé à la presse un porte-parole du HCDH. Il explique qu’il n’a pas été clarifié qui est migrant ou demandeur d’asile. L’Onu redoute davantage de refoulements à l’avenir. RTBF

Libye: le GNA dénonce un énième « coup d’Etat » de Haftar
Le Gouvernement d’union nationale (GNA) basé à Tripoli a dénoncé mardi un énième « coup d’Etat » de son rival, homme fort de l’est libyen, le maréchal Khalifa Haftar qui a assuré la veille avoir obtenu le « mandat du peuple » pour gouverner le pays. Dans un bref discours lundi soir, le maréchal Haftar a annoncé que le commandement général de son « armée » auto-proclamée a « accepté la volonté du peuple et son mandat », sans préciser auprès de quelle institution il avait reçu ledit « mandat du peuple ». Il n’a pas indiqué non plus les implications politiques de ce « mandat », notamment le rôle qu’y joueraient le Parlement dans l’est du pays et le gouvernement parallèle nommé par cette assemblée élue en 2014. AFP

Au Burundi, la campagne électorale prépare l’arrivée du dauphin de Pierre Nkurunziza
La campagne électorale démarre, alors que de premiers cas de Covid-19 ont été détectés au Burundi. Pour la première fois depuis 2005, le président Pierre Nkurunziza ne sera pas candidat, mais son poulain fait figure d’archi-favori. … Pour la première fois depuis 2005, le président sortant Pierre Nkurunziza ne fait pas partie des concurrents pour le scrutin du 20 mai. Lui qui, en 2015, avait brigué un troisième mandat au prix d’une sanglante répression et d’une mise sous coupe réglée du pays, s’est choisi un dauphin. Évariste Ndayishimiye, général et homme clé du parti au pouvoir, le CNDD-FDD, doit prendre sa suite. Les deux hommes sont tellement proches que certains prédisent un scénario à la Poutine-Medvedev où Ndayishimiye ne serait que le visage d’un régime toujours contrôlé par Nkurunziza. “C’est mon maître à penser, je vais l’imiter”, disait le premier du second, lors de sa désignation en janvier dernier. Courrier International

La coalition «L’Appel du Soudan» se réunit pour la première fois à Khartoum
La coalition de partis politiques et de mouvements armés baptisée « L’Appel du Soudan », fondée en exil sous l’ancien régime d’Omar el-Béchir, s’est réunie pour la première fois dans la capitale soudanaise dimanche, isolant davantage la coalition civile partageant le pouvoir avec les militaires pendant la période de transition. « L’Appel du Soudan » avait été fondé en Ethiopie en 2014 comme une alternative au régime d’Omar el-Béchir. Des partis politiques de tous bords, des mouvements rebelles importants juraient d’organiser sa chute et d’être prêts à gouverner à sa place. RFI

Algérie: report au 1er juin d’un procès visant Karim Tabbou, figure du Hirak
Karim Tabbou, figure emblématique du mouvement de contestation en Algérie, se retrouvera devant la justice le 1er juin, après le report de son procès prévu lundi, a indiqué à l’AFP un de ses avocats, Me Mustapha Bouchachi. M. Tabbou, 46 ans, emprisonné pour « atteinte à l’intégrité du territoire national », devait être jugé lundi par le tribunal de Kolea (ouest d’Alger), pour « atteinte au moral de l’armée ». Mais le procès a été reporté automatiquement puisqu’il n’est pas sous le coup d’un mandat de dépôt dans le cadre de cette deuxième affaire. En raison de la pandémie de Covid-19, la justice algérienne se limite à ne traiter que des cas de prisonniers en détention. AFP

Bénin: ouverture du procès en appel du journaliste Ignace Soussou
Reporter sans frontières, et plusieurs organisations de la société civile appellent à la libération immédiate du journaliste béninois Ignace Soussou. Son procès en appel doit s’ouvrir ce mardi 28 avril 2020. Détenu depuis quatre mois, ce journaliste d’investigation, collaborateur entre autres du site Benin web Tv, a été condamné, en décembre dernier, à 18 mois de prison pour cyber harcèlement. Mais pour RSF, « il n’aurait jamais du se retrouver en prison ». Non seulement, car « il n’a rien fait » estime l’ONG, si ce n’est « relayer sur les réseaux sociaux les propos d’un procureur tenus au cours d’un atelier » en sa qualité de journaliste, mais aussi, car il aurait dû être jugé en vertu du Code de la presse qui ne prévoit pas de peine de prison, et non pas selon le Code du numérique, moins protecteur. RFI

RCA – François Bozizé : « On veut me neutraliser au moins politiquement »
L’ancien président centrafricain François Bozizé en interview. Il dénonce les projets de réforme de la constitution et des tentatives d’atteinte à sa personne. Quatre mois après son retour au pays depuis sa chute en 2013, l’ancien Président centrafricain François Bozizé rompt le silence et se prononce sur la vie politique de son pays. Il met en garde le régime de son ancien Premier Ministre, Faustin Archange Touadera, contre un projet de modification de la Constitution en cours et, dénonce des tentatives d’enlèvement ou encore d’assassinat visant sa personne. Le retour au pays de François Bozizé en décembre 2019 s’est déroulé dans des circonstances non élucidées à ce jour, et n’a cessé depuis de faire l’objet des spéculations de la part du régime de Bangui. DW

RDC: où en est-on du désarmement du groupe armé FRPI deux mois après l’accord de paix?
Deux mois déjà depuis que la Force de résistance patriotique de l’Ituri (FRPI), un groupe armé opérant dans cette province de l’Est, a signé avec le gouvernement un accord de paix. Cependant, depuis sa signature, le processus de démobilisation des futurs ex-combattants n’a toujours pas débuté. Samedi dernier, alors qu’ils revenaient de Bunia vers Bahema-Boga, dans le territoire d’Irumu, deux civils tombent dans une embuscade. Ils sont tués sur le coup et leur moto est volée. L’incident provoque une vive tension dans la zone. Dans la foulée, des jeunes se révoltent et brûlent des pneus. RFI

Coronavirus : plus de 200 médecins cubains en Afrique du Sud
Plus de 200 médecins et soignants cubains sont arrivés lundi en Afrique du Sud pour participer à la lutte contre le coronavirus dans le pays le plus touché du continent, a annoncé la présidence sud-africaine. Selon le dernier bilan officiel, plus de 4.500 cas d’infection au Covid-19, dont 87 mortels, y ont été recensés. Dans la délégation cubaine figurent des épidémiologistes, des experts en santé publique, des médecins généralistes et des techniciens spécialisés dans le matériel médical qui “vont soutenir les efforts déjà déployés en Afrique du Sud contre la propagation du Covid-19”, a précisé la présidence. Africanews

Dr Amadou Sall : « L’Institut Pasteur de Dakar veut faciliter le dépistage du Covid-19 en Afrique »
Au Sénégal, l’Institut Pasteur de Dakar est en première ligne dans la lutte contre le Covid-19. Son Administrateur général, le Docteur Amadou Sall, revient sur la progression de la pandémie sur le continent, ainsi que sur les efforts de son Institut pour améliorer le dépistage de la maladie. Pour l’heure, les pays africains enregistrent au total 1425 décès provoqués par le coronavirus, tandis que 32 000 cas ont officiellement été détectés, des bilans bien moindres qu’en Europe, aux États-Unis ou encore en Asie. France24

Coronavirus: pourquoi les Etats africains ont des approches de confinement différentes?
Les pays africains comptent moins de cas de coronavirus que la plupart des pays du monde, mais la précarité des systèmes de santé met le continent en danger. Les mesures de confinement peuvent contribuer à empêcher la propagation du virus, mais les gouvernements ont adopté des approches très différentes pour imposer des restrictions à leurs populations. Certains pays lèvent-ils leurs restrictions ? Certains, comme le Ghana, assouplissent maintenant ces mesures, préoccupés par leur impact sur les populations les plus pauvres et parce qu’ils ont pris d’autres mesures contre le virus. BBC

La créativité pour lutter contre le Covid-19 en Afrique
De la fabrication de respirateurs artificiels au Togo aux masques pour le personnel soignant en RDC et des stations de lavage automatique des mains au Bénin, les initiatives pour freiner le Covid foisonnent en Afrique. En Afrique, la riposte contre le Covid-19 s’organise à mesure que la pandémie prend de l’ampleur sur le continent. Pour de nombreux étudiants africains des filières scientifiques, le coronavirus apparaît comme une opportunité de faire preuve de créativité et d’innovation. Au Bénin, par exemple, des jeunes ont mis au point un système de lavage des mains sans tourner le robinet. DW

Au Mali, une application pour surveiller le coronavirus
Pour informer de l’évolution de la pandémie, le gouvernement a développé un outil numérique qui permet aussi d’améliorer la prise en charge de nouveaux cas. Le téléphone vibre. « Alerte coronavirus », peut-on lire sur l’écran en lettres capitales. Dimanche 26 avril, la notification quotidienne de l’application malienne SOS Corona annonce que « 19 nouveaux cas de Covid-19 ont été détectés portant total de cas à 389 ». Plus tard, une autre alerte informera sur le nombre de patients guéris. Le Monde

Sénégal: journée de commémoration virtuelle de la loi sur la traite des Noirs et de l’esclavage
Cela fait dix ans que l’Assemblée nationale sénégalaise a déclaré la traite des Noirs et de l’esclavage crimes contre l’humanité. Le Sénégal a été le premier pays du continent à le faire et reste le seul, à ce jour. En raison de la pandémie de Covid-19, l’association Mémoires et Partages, basée à Bordeaux, en France, et à Dakar, a organisé ce lundi 27 avril une journée de commémoration virtuelle, sur Facebook, pour ne pas oublier cette page d’histoire, avec des interventions d’intellectuels, militants et artistes. Il s’agit d’un devoir de mémoire, qui fait écho au 27 avril 1848, date du décret de l’abolition de l’esclavage dans les colonies françaises à l’initiative de Victor Schoelcher. RFI



Photo: Adam Jones