Revue de Presse du 24 novembre 2020

Le dirigeant du Tigré rejette l’ultimatum du gouvernement éthiopien
Le président du Tigré a rejeté, lundi 23 novembre, l’ultimatum lancé la veille par le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed aux dirigeants de cette région dissidente de l’Éthiopie qui leur donnait 72 heures pour se rendre. Près de trois semaines après le début d’une opération militaire visant à rétablir son autorité sur cette région du nord de l’Éthiopie, le pouvoir fédéral projette d' »encercler » prochainement Mekele, capitale du Tigré et siège du gouvernement local issu du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF), qu’il veut remplacer par des « autorités légitimes ». Il y a dix jours, Abiy Ahmed avait lancé un premier ultimatum aux combattants tigréens, les appelant à faire défection et à rejoindre l’armée fédérale. … Le Conseil de sécurité de l’ONU tiendra mardi sa première réunion sur la guerre au Tigré, à la demande de l’Afrique du Sud, du Niger, de la Tunisie et de Saint-Vincent-et-les-Grenadines, a-t-on appris lundi de sources diplomatiques. France24 avec AFP

Élections au Burkina Faso: la compilation, travail de longue haleine pour des équipes épuisées
Le Burkina Faso attend désormais les résultats des deux scrutins, législatif et présidentiel, qui se sont tenus dans le pays ce dimanche 22 novembre. Après le dépouillement, c’est désormais l’heure de la compilation. Un travail qui se fait dans 368 centre communaux que compte le pays. Reportage au centre communal de la mairie de Ouaga 1 au centre de la capitale. « On a presque terminé la présidentielle, on s’arrête et on reprend bientôt pour les législatives. » Seydou Ouédraogo, le coordonnateur du centre de compilation du 1er arrondissement de Ouagadougou annonce une pause bienvenue en ce début d’après-midi. Les équipes ont travaillé toute la nuit et elles sont épuisées. Par terre, Rolane s’est fait un petit lit avec un pagne histoire de grappiller quelques minutes de sommeil. Aïda, elle, n’a pas eu le courage de bouger, elle dort les bras croisés sur son clavier d’ordinateur. RFI

Le conflit au Sahara occidental préoccupe au plus haut point la Mauritanie
Le conflit au Sahara occidental préoccupe au plus haut point la Mauritanie. Et une rencontre importante, s’est tenue, lundi 23 novembre, à Nouakchott. Le chef de la diplomatie du mouvement indépendantiste du Front polisario était à Nouakchott, lundi 23 novembre. Il s’est entretenu avec le président mauritanien Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani. Et lui a remis un message de la part du président de la République sahraoui, Brahim Ghaly. Cette rencontre intervient seulement trois jours après un échange par téléphone entre le roi du Maroc et le président mauritanien. RFI

RDC: le chef de milice Sheka condamné à la perpétuité par une Cour militaire
Dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), Tabo Taberi alias Sheka, ancien chef de la milice Nduma Defence of Congo a été condamné, lundi 23 novembre, à perpétuité, pour de nombreux crimes commis au début de la décennie. Le milicien était jugé par la Cour militaire opérationnelle du Nord-Kivu, dans l’Est du pays, pour viol massif, esclavage sexuel, recrutements d’enfants, pillages, meurtres, assassinats et incendie dans plusieurs villages du territoire de Walikale entre 2010 et 2014. Avec lui, deux autres accusés ont été condamnés à de lourdes peines. Les 337 victimes identifiées et les preuves apportés ont convaincu les juges de la Cour militaire : le fondateur de Nduma Defense of Congo et son second, Séraphin Zitonda, connu comme un commandant au sein des FDLR, ont écopé d’une peine d’emprisonnement à vie. RFI

Condamné par la justice burundaise, Pierre Buyoya démissionne de son poste à l’Union africaine
Du côté de l’Union africaine (UA), « le statu quo était devenu intenable », explique une source à RFI. L’ancien président burundais a pris ses responsabilités et a présenté il y a une dizaine de jours sa démission de son poste de Haut représentant de l’UA au Mali et au Sahel. Officiellement, Pierre Buyoya démissionne pour pouvoir se consacrer totalement à sa défense, mais c’est en réalité une décision prise d’un commun accord avec la Commission de l’Union africaine, afin d’« éviter de mettre dans l’embarras » un organe « qui est avant tout au service des États membres », toujours selon notre source. Pierre Buyoya conteste sa condamnation et dénonce ce qu’il qualifie de « procès politique mené de manière scandaleuse en violation de toutes les règles de droits ». Il prévoit désormais de quitter très rapidement le Mali où il était en poste depuis huit ans, pour aller s’établir dans un autre pays du continent africain d’où il va se battre pour sa « réhabilitation ». RFI

Zimbabwe: deux séjours en prison, mais le reporter anticorruption n’est « pas brisé »
Le parti au pouvoir l’a déclaré ennemi de l’État. La détermination du journaliste Hopewell Chin’ono, sorti vendredi de prison, reste entière: il va continuer son travail. « Je ne vais pas arrêter de traquer la corruption » d’État, affirme le lanceur d’alerte de 49 ans, crâne rasé et barbichette, dans un entretien à l’AFP au lendemain de sa libération de la prison de haute sécurité de Chikurubi, dans la banlieue d’Harare, où il effectuait sa deuxième période de détention en moins de quatre mois. Il est resté 17 jours dans la section D, réservée aux condamnés à perpétuité ou à mort, une situation dénoncée par son avocate à chaque audience avant sa libération sous caution. AFP

Bénin: société civile et opposants saisissent la Cour constitutionnelle contre les parrainages
Depuis la modification de la loi électorale en novembre 2019, les partis politiques doivent recueillir 16 parrainages afin de pouvoir présenter un candidat à l’élection présidentielle du Bénin. Une mesure qui a mis vent debout la société civile et plusieurs opposants, car si la règle est maintenue, seul le président Patrice Talon est en mesure aujourd’hui de remplir cette obligation.Cinq recours ont donc été formulés à la Cour constitutionnelle pour qu’elle déclare inapplicable la disposition et le principe du parrainage pour la candidature à l’élection présidentielle. En effet, étant donné que les 83 députés et plus de 90% des élus locaux sont du camp de Patrice Talon, le président risque d’être le seul candidat au scrutin. RFI

Un navire turc en route vers la Libye inspecté par des soldats allemands
La Turquie s’est opposée à l’inspection d’un cargo de marchandises en direction de la Libye, dimanche, dans le cadre d’une mission européenne pour faire respecter l’embargo de l’ONU sur la livraison d’armes. Le navire a été arraisonné par des militaires allemands. Ankara dénonce une intervention « illégale » et « inacceptable ». Sur les images diffusées par les médias turcs, des militaires allemands armés arrivent à bord du navire de marchandises turc, descendant en rappel depuis un hélicoptère, avant de prendre le contrôle de la salle des commandes. La Turquie a dénoncé, lundi 23 novembre, l’arraisonnement, selon elle non autorisé, de ce cargo en mer Méditerranée par un bâtiment militaire allemand chargé de contrôler un embargo sur les armes contre la Libye. France24

Crise du Tigré en Éthiopie: Debretsion Gebremichael, l’homme au cœur du conflit
Debretsion Gebremichael, l’ancien combattant et ancien ministre qui avait l’habitude de brouiller le réseau de communication des troupes éthiopiennes, mène désormais la lutte contre le gouvernement du Premier ministre Abiy Ahmed pour le contrôle de la région que certains qualifient de « ventre de la nation », le nord du Tigré. M. Debretsion dirige le Front populaire de Libération du Tigré (Tigray People’s Liberation Front, TPLF), le parti qui a rompu de façon si drastique avec le Premier ministre Abiy Ahmed. Aujourd’hui marié et père d’un jeune enfant, M. Debretsion a interrompu ses études à l’Université d’Addis-Abeba dans les années 1970 pour rejoindre le TPLF dans sa guerre de 17 ans contre le régime de Derg du dirigeant marxiste Mengistu Haile Mariam. BBC

Fuyant la guerre, des Ethiopiens accueillis dans des maisons soudanaises
En fuyant la guerre dans la région dissidente du Tigré en Ethiopie, Sejamara et son mari ignoraient ce qu’ils allaient trouver au Soudan, mais quel soulagement d’être finalement accueillis par de généreux habitants de l’autre côté de la frontière. Affamés, assoiffés et fatigués, ils sont arrivés dans la pauvre ville soudanaise de Hamdayit, après avoir marché plusieurs heures et traversé la rivière Sietet. Tout ce que ce couple désirait, c’était un endroit pour dormir, loin des abris de fortune bondés du centre de transit de Hamdayit. « Nous pensions louer un logement, mais les gens nous ont hébergés gratuitement », raconte Sejamara, dans un modeste abri en paille doté d’un lit. AFP

Libéria : le HCR envoie du matériel de secours par avion-cargo pour venir en aide aux réfugiés ivoiriens
L’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a acheminé, hier lundi, par avion-cargo une cargaison de près de 100 tonnes de matériel de secours, alors que près de 15.000 Ivoiriens ont déjà rejoint le Libéria en quête de sécurité. Cet avion-cargo affrété par le Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR) a atterri dans la matinée du lundi à Monrovia, la capitale du Libéria. La cargaison comprend des couvertures, des jerrycans, des kits d’ustensiles de cuisine, des bâches en plastique et des lampes à énergie solaire pour les réfugiés qui ont fui les violences en Côte d’Ivoire. ONU Info

Au Mali, la FAO aide les ménages vulnérables touchés par la Covid-19 dans les régions de Tombouctou et de Gao
L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et la Belgique joignent leurs efforts à ceux du gouvernement du Mali pour répondre aux besoins croissants des communautés vulnérables touchées par les effets de la pandémie de Covid-19. Le projet intitulé « Restauration des moyens d’existence des ménages vulnérables touchés par la Covid-19 dans les régions de Tombouctou et Gao », financé par la Belgique pour un montant de 467.136 dollars, permettra d’assister 1.100 ménages (6.600 personnes) dans les régions de Tombouctou et de Gao. Depuis mars 2020, la pandémie de Covid-19 a touché le Mali dans un contexte déjà marqué par l’aggravation de la crise sécuritaire et alors que le gouvernement venait de décréter l’état d’urgence alimentaire et nutritionnel dans le pays. ONU Info

Mourir de faim dans le sud de Madagascar
Dans ce pays parmi les plus pauvres du monde, 1,5 million de personnes ont besoin d’assistance. Les restrictions liées au Covid-19 ont aggravé les conséquences de la sécheresse. … Le général Elak Olivier Andriakaja, directeur du Bureau national de gestion des risques et des catastrophes (BNGRC), est arrivé à Ampanihy, jeudi 19 novembre, à la tête d’un convoi de quatre camions remplis de vivres pour procéder à de nouvelles distributions d’urgence. Il y a un mois, la mort de six enfants dans un village situé non loin de ce chef-lieu de district de la région d’Atsimo-Andrefana avait choqué le pays, faisant brutalement remonter à la surface le spectre familier de la famine qu’ici on appelle « kéré ». « On fait le maximum mais la crise est généralisée, constate le militaire chargé de coordonner les opérations d’urgence. Des centres de réhabilitation nutritionnelle sont installés et la population est recensée pour évaluer précisément les besoins. » Le Monde

RDC : une loi en discussion pour venir en aide aux 13 millions de personnes handicapées du pays
Certains citoyens, comme Mafiki Mboyo, ont décidé depuis longtemps de ne compter que sur eux-mêmes. Mafiki Mboyo farfouille entre les piles de roues de vélos, d’outils, de vieilles chaises et de tuyaux en métal. Dans la cour de son atelier, une moto attend d’être transformée en tricycle motorisé et la structure d’un vélo se fait désosser par deux ouvriers en bleu de travail. Ici, à la fondation Mboyo, une petite trentaine de personnes fabrique et répare du matériel pour personnes vivant avec handicap. Le Monde



Photo: Adam Jones