Revue de Presse du 24 janvier 2022

Les élections complexes de 2022 en Afrique : Rétablir les processus démocratiques
Les élections prévues en Afrique en 2022 n’ont rien d’ordinaire. Avec de multiples élections sensées relancer les processus démocratiques et la gouvernance constitutionnelle, les élections africaines de 2022 seront bien distinctes de ce que le continent a connu ces dernières années. La Libye, la Somalie, le Mali, la Guinée et le Tchad devraient organiser des élections qui ont été retardées ou interrompues par des coups d’État ou des conflits. Les paramètres de ces processus électoraux doivent encore être finalisés et la date à laquelle ils se dérouleront reste incertaine. Les élections africaines de 2022 seront donc dynamiques et complexes. Étant donné l’autorité de légitimation qu’un processus électoral crédible peut apporter, c’est la manière dont ces élections sont gérées, plus que leurs résultats spécifiques, qui sera importante pour façonner le paysage de gouvernance et de sécurité du continent. Voici quelques-uns des facteurs clés à surveiller dans chaque contexte et leurs implications pour le développement démocratique et la sécurité de l’Afrique. Centre d’étude stratégiques de l’Afrique

Burkina Faso : le président Roch Kaboré serait détenu par l’armée
Le président du Burkina Faso, Roch Kaboré, aurait été arrêté par des soldats qui se sont mutinés. Certaines troupes de ce pays d’Afrique de l’Ouest ont exigé le limogeage des chefs militaires et davantage de ressources pour lutter contre les militants islamistes. Des coups de feu ont été entendus pendant la nuit près du palais présidentiel et dans des casernes de la capitale, Ouagadougou. Le gouvernement a toutefois démenti toute suggestion de coup d’État militaire ou d’arrestation du président. Un tweet posté sur le compte Twitter officiel du président vers 14 heures, heure locale, lundi, se lit comme suit : « Notre Nation vit des moments difficiles. Nous devons en ce moment précis sauvegarder nos acquis démocratiques. J’invite ceux qui ont pris les armes à les déposer dans l’intérêt Supérieur de la Nation. C’est par le dialogue et l’écoute que nous devons régler nos contradictions.RK » Selon les médias étrangers, le président Kaboré serait détenu dans un camp militaire par des soldats qui se sont mutinés. Des soldats ont également encerclé le siège de la télévision d’État. BBC

Burkina Fasso : Lieutenant-colonel Issac Zida, actuel “Homme fort” de Ouagadougou
Le régime du président Roch Marc Christian Kaboré est renversé. Place à Issac Zida, Lieutenant-colonel, actuel Chef de l’État, non moins Chef de la Transition. Le nouvel “Homme fort” du Burkina Fasso a lui même fait la déclaration à la télévision nationale, ce jour lundi 24 janvier 2022. “En attendant de définir de manière consensuelle, avec l’ensemble des partis politiques et des organisations de la société civile, les contours et le contenu de cette transition démocratique apaisée, j’assume désormais, à partir d’aujourd’hui, les responsabilités de Chef de cette transition et de Chef de l’État pour assurer la continuité de l’État“, a déclaré Issac Zida. Sud Quotidien

Burkina Faso: le mécontentement des soldats en première ligne dans la lutte contre les jihadistes
Au Burkina Faso, le président de la République a instauré hier, dimanche 23 janvier, un couvre-feu nocturne sur toute l’étendue du territoire en réaction aux mutineries qui ont eu lieu dans plusieurs casernes militaires du pays ce dimanche. Toute la nuit, rumeurs et contre-rumeurs de coup d’État ont circulé. Les mutins demandent au gouvernement plus de moyens pour lutter contre le terrorisme et des changements au sein de l’état-major. Décryptage. Certains des mutins se sont entretenus, jusque tard dimanche soir, avec le ministre des Armées, le général Barthélémy Simporé. Siaka Coulibaly, juriste et analyste politique, est directeur du Centre de suivi et d’analyses citoyen des politiques publiques. Selon lui, au micro de Gaëlle Laleix, de la rédaction Afrique, ces mutineries ne sont pas vraiment une surprise : « Cela fait déjà pas mal d’années que le Burkina vit sous une tension sécuritaire extrême. Immanquablement, cela finit par entraîner des tensions à l’intérieur du corps militaire. Trop de défaites subies, de morts… Il y avait un fond général de mécontentement ou des tensions à l’intérieur de l’armée. » RFI

Nigeria: des djihadistes kidnappent 20 enfants, tuent 2 personnes, selon des habitants
Des djihadistes ont tué deux personnes et ont enlevé 20 enfants, dans l’Etat de Borno, épicentre de l’insurrection islamiste au Nigeria, a-t-on appris auprès d’un responsable communautaire et d’habitants de la région. Des combattants du groupe Etat islamique en Afrique de l’Ouest (Iswap) ont envahi le village de Piyemi jeudi, tuant deux hommes et kidnappant 20 enfants, dont treize filles, ont indiqué ces sources. Cette attaque s’est déroulée non loin de la ville de Chibok, dont le nom reste associé à l’enlèvement en 2014 par le groupe islamiste Boko Haram de plus de 270 jeunes filles âgées de 12 à 17 ans, qui avait provoqué une énorme vague d’indignation internationale et une campagne baptisée #BringBackOurGirls pour leur libération. Près de la moitié d’entre elles sont toujours portées disparues, dont un bon nombre ont été mariées de force à des combattants djihadistes. RTBF

Cameroun : au moins 16 morts dans l’incendie d’une discothèque
Un incendie provoqué par des feux d’artifice a tué au moins 16 personnes dans la nuit de samedi à dimanche dans une discothèque d’un quartier huppé de Yaoundé, la capitale du Cameroun. Ce drame survient alors que le pays accueille la Coupe d’Afrique des Nations (CAN), la compétition-reine du football africain. Au Cameroun, les incendies ne sont pas rares dans les établissements de nuit, de même que les bousculades parfois mortelles, mais le bilan de celui-ci est le plus lourd de ces dernières années. L’incident est survenu au milieu de la nuit dans la salle principale du Liv’s Night Club, situé dans le quartier Bastos, qui abrite notamment de luxueuses maisons, des ambassades et des résidences de diplomates. … À Douala, la capitale économique dans le sud, ces six dernières années, au moins cinq discothèques ont été le théâtre d’incendies accidentels qui ont partiellement ou totalement détruit l’établissement. AfricaNews/AFP

Le général soudanais Daglo «Hemetti» en visite en Éthiopie
Le général soudanais Mohamed Hamdan Daglo, dit «Hemetti», était en visite en Éthiopie ce week-end. Le vice-président du Conseil de souveraineté y a notamment rencontré le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed. Cela faisait plus d’un an qu’un dirigeant soudanais ne s’était pas rendu en Éthiopie, et pour cause, les deux voisins s’affrontent sur différents dossiers, notamment un conflit territorial à leur frontière ainsi que sur le barrage éthiopien sur le Nil. C’est une visite inattendue qu’a effectué le numéro deux du pouvoir soudanais en Éthiopie. Officiellement, celui que l’on surnomme Hemetti s’est rendu à Addis-Abeba pour discuter de questions bilatérales, mais on pourrait plus facilement parler de questions frontalières. RFI

Un soldat français tué à Gao lors d’une attaque contre le camp de Barkhane
Un soldat français a été tué à Gao, au Mali, lors d’une attaque au mortier du camp militaire de Barkhane survenue samedi après-midi, a annoncé l’Élysée dans un communiqué. Il s’agit du 53e militaire français tué au combat au Sahel depuis 2013. … Le soldat est le 53e militaire français tué au combat au Sahel depuis 2013. Sa mort survient alors que mardi, quatre soldats français avaient été blessés au Burkina Faso lors de l’explosion d’un engin explosif improvisé (IED) au passage de leur véhicule. Il y avait eu en 2021 trois morts au combat et un mort par accident parmi les militaires français déployés au Sahel. France24

Le Mali veut porter plainte contre les sanctions de la Cédéao : comment ?
Le Mali va déposer plainte contre les sanctions de la Cédéao. Le gouvernement malien compte solliciter « les institutions compétentes sous-régionales, africaines et internationales », contre des sanctions économiques et financières jugées « illégales. » Depuis cette annonce, présentée comme l’une des principales mesures de « riposte » promises par les autorités, aucune précision n’a été donnée. À quoi pourrait ressembler cette offensive judiciaire ? A l’échelle sous-régionale, la Cour de justice de la Cédéao est une porte fermée pour Bamako, puisqu’elle a gelé toutes les procédures relatives au Mali en septembre dernier, après la suspension du pays des institutions de la Cédéao quatre mois plus tôt. RFI

Au Sénégal, la redoutable bataille pour la mairie de Dakar
Le combat est particulièrement rude dans la capitale, qui concentre plus de 20 % des 17 millions de Sénégalais et représente souvent un marchepied pour la présidence. De grandes affiches marron, vertes, bleues ou violettes aux effigies des candidats à la mairie de Dakar décorent les rues de la capitale du Sénégal. Tous les jours, jusque tard dans la nuit, des caravanes arpentent les différents quartiers. Les militants sifflent, tapent des mains, distribuent des prospectus aux passants. Les sonos crachent de la musique saturée. Difficile d’ignorer que les électeurs sénégalais sont appelés aux urnes dimanche 23 janvier pour élire leurs maires. Ce scrutin local—initialement prévu en novembre 2019 mais reporté plusieurs fois—prend un relief particulier en ouverture d’un calendrier électoral chargé. Outre les municipales (couplées aux départementales), les Sénégalais devraient choisir leurs députés à l’été 2022 avant la présidentielle au début de 2024. Le Monde

Le groupe Wagner suspecté par l’ONU d’avoir participé à un massacre en Centrafrique
Selon une source anonyme de l’AFP à l’ONU, cette dernière enquêterait sur un massacre présumé qui aurait causé la mort de plus de 30 civils en Centrafrique, près de Bria, à 600 km à l’est de la capitale Bangui. L’événement se serait passé lors d’une opération conjointe entre les forces armées et des mercenaires du groupe privé russe Wagner, les 16 et 17 janvier. L’action visait le groupe armé Unité pour la paix en Centrafrique (UPC), un des principaux groupes rebelles actifs dans l’est du pays, a précisé cette source onusienne selon laquelle certaines victimes auraient été atteintes par des balles perdues. La source a aussi évoqué la possibilité de pillages. … Le groupe Wagner est réputé proche du Kremlin, ce que Moscou dément. La Russie ne reconnaît officiellement que la présence d’un peu plus de 1 100 instructeurs non armés. Une affirmation démentie par les ONG sur le terrain, la France et l’ONU qui affirment au contraire qu’une partie de ces instructeurs appartiennent bel et bien à Wagner. Il y a quelques jours, l’armée américaine a par ailleurs confirmé la présence du même groupe au Mali, contrairement – là encore – aux dénégations de la junte au pouvoir à Bamako. La Croix

Joseph Kony veut obtenir la nationalité centrafricaine
Activement recherché par la Cour pénale internationale, Joseph Kony, le leader de l’Armée de résistance du Seigneur veut la nationalité centrafricaine. L’armée de la résistance du Seigneur (LRA) fait parler d’elle, en Centrafrique, depuis 2008. Ces principaux lieutenants sont basés à Zémio, dans le Haut-Mbomou. Cette présence a plongé la population de cette préfecture située dans le sud-est du pays dans l’horreur, avec d’innombrables meurtres, des viols, des enlèvements, de la torture et l’enrôlement d’enfants soldats. Désormais, le gouvernement centrafricain étudierait la demande de naturalisation du chef de la LRA, Joseph Kony, comme l’affirme Virginie Baïkoua, ministre de l’Action humanitaire … Cette demande de naturalisation de Joseph Kony et loin de faire l’unanimité. L’ancien ministre et directeur de publication du journal Medias Plus, Cyrus Emmanuel Sandy, s’oppose à cette idée … Les organisations des droits de l’homme se montrent imperturbables en dépit de la demande de Joseph Kony et de ses hommes. Elles continuent d’accompagner les victimes pour obtenir justice et réparation. DW

Israël fournit des armes à la police malgache
Pour moderniser sa police, Madagascar fait appel à Israël. L’État hébreu vient de fournir de l’armement aux policiers de la Grande Ile, confirment les autorités malgaches, qui souhaitent muscler le maintien de l’ordre en milieu urbain. Fusils d’assaut, armes de poing et pistolets mitrailleurs fournis par Israël, la police de Madagascar se voit enfin dotée d’armement neuf, reconnaît Lalatiana Rakotondrazafy, la porte-parole du gouvernement. … Avec 22 nouvelles directions régionales de la police, 30 nouveaux commissariats et ce nouvel arsenal dont le volume n’est pas précisé, ni s’il s’agit d’un don de la part d’Israël, les autorités entendent non seulement mieux assurer le maintien de l’ordre mais aussi, selon le chercheur Olivier Vallée, rééquilibrer les forces de sécurité dans le pays. RFI



Photo: Adam Jones