Revue de Presse du 24 août 2022

L’exploitation forestière illégale en Afrique et ses implications en matière de sécurité
On estime que les pays africains perdent chaque année 17 milliards de dollars à cause de l’exploitation illégale des forêts. Cela fait partie d’un marché mondial dont la valeur économique se situe entre 30 et 150 milliards de dollars. Le bénéfice net du seul commerce illégal du charbon de bois en Afrique est estimé à 9 milliards de dollars, « à comparer aux 2,65 milliards de dollars d’héroïne et de cocaïne vendus dans la rue dans la région ». Les espèces de bois de grande valeur font l’objet d’une immense demande mondiale, l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) indiquant que la part de l’Afrique dans les exportations de bois de rose vers la Chine est passée de 40 % en 2008 à 90 % en 2018. L’exploitation forestière illégale amplifie également les effets du changement climatique en aggravant la déforestation et en réduisant la biodiversité. Ce phénomène est particulièrement visible dans le bassin du Congo et les tourbières, qui constituent l’un des plus grands puits de carbone au monde. Si elles sont perturbées, elles pourraient libérer l’équivalent de 20 ans d’émissions de combustibles fossiles des États-Unis. … L’exploitation forestière illégale fait partie d’un cercle vicieux de gouvernance opaque, d’exploitation et d’insécurité qui privilégie la recherche du profit par certains fonctionnaires et acteurs étrangers. Ces schémas réduisent la légitimité du gouvernement dans son ensemble, ce qui contribue à l’instabilité et à la violence. Centre d’études stratégiques de l’Afrique

L’Angola élit son président dans un scrutin serré, les liens avec Moscou en jeu
Les législatives de mercredi en Angola, qui décideront du prochain président, s’annoncent les plus serrées de l’histoire du pays. Le parti au pouvoir du chef de l’État sortant est défié par une opposition qui promet des réformes socio-économiques et qui pourrait réexaminer les relations étroites entretenues jusqu’ici avec la Russie. … Les bureaux de vote seront ouverts de 7 h du matin (6 h GMT) à 18 h (17 h GMT) pour les 14 millions d’inscrits. Huit partis politiques sont en lice au total. Le candidat du parti vainqueur aux législatives sera investi chef d’État. Les résultats sont attendus quelques jours après la tenue du scrutin mais le délai peut être allongé en cas de contestation. Au pouvoir depuis l’indépendance du pays de l’empire portugais en 1975, le Mouvement populaire pour la libération de l’Angola (MPLA) part favori, selon les pronostics. Le président sortant Joao Lourenço, 68 ans, brigue un second mandat. Le score que réalisera une opposition revigorée ces dernières années par son leader, Adalberto Costa Junior, 60 ans, surnommé « ACJ », sera particulièrement observé. À la tête de l’Unita, premier parti d’opposition, ACJ a mené sa campagne sur des promesses de réformes, de lutte contre la pauvreté et contre la corruption. France24 avec AFP et Reuters

Invasion de l’Ukraine: pourquoi les pays africains prônent-ils le non-alignement?
Mercredi 2 mars, l’Assemblée générale de l’ONU avait adopté, par une très large majorité, une résolution exigeant que la Russie cesse immédiatement de recourir à la force contre l’Ukraine. Si le texte a été approuvé par 141 pays, 35 s’étaient abstenus. Plus de la moitié de ces derniers étaient des pays africains. … « Il s’agit de répondre à la question : « dans quel système international est-ce que nous voulons vivre ? » Dans ce sens, je m’oriente vers les textes fondateurs de l’Union africaine, notamment la charte qui justement défend les principes d’intangibilité des frontières, de règlement pacifique des conflits, de l’inviolabilité de la souveraineté, autant de principes que la Russie est en train d’enfreindre », commente le chercheur à l’Institut d’études de sécurité. « Je ne pense pas qu’il soit dans l’intérêt des pays africains de cautionner un ordre international où le plus fort remettrait en question la souveraineté du plus faible. On pourrait d’ailleurs se poser la question de savoir quelle serait la réaction de pays africains, et même de l’Union africaine, si un grand pays africain envahissait un pays de plus petite importance. On serait dans un cas Russie-Ukraine dans l’espace africain, qui mettrait à mal la cohésion panafricaine prônée par l’Union africaine. » RFI

Le désarmement au centre des préoccupations au Tchad
Au Tchad, plus de deux semaines après la signature de l’accord de paix entre la junte militaire et les politico-militaires à Doha, au Qatar, la question du désarmement est au centre du dialogue national qui vient de s’ouvrir. Si ce processus est prévu dans l’accord de Doha, sa mise en œuvre semble encore incertaine et pour cause : les mouvements rebelles signataires ne sont pas ceux qui possèdent le plus d’hommes et d’armements. Cet accord de paix prévoit un cessez-le-feu général, la mise en place d’un programme de désarmement, démobilisation et réinsertion. Mais aussi, l’adoption et l’application d’une loi d’amnistie ainsi que la libération réciproque des prisonniers de guerre. Cependant, plus de deux semaines après, le processus de désarmement n’a toujours pas été entamé. Les leaders des mouvements rebelles signataires se sont contentés de revenir au Tchad pour prendre part au dialogue national, tout en conservant leurs troupes et équipement militaires intacts. DW

Au Togo, nouvelle attaque « terroriste » repoussée dans le nord du pays, affirme l’armée
L’armée togolaise a affirmé mardi 23 août avoir repoussé une attaque menée lundi soir par des « groupes armés terroristes » ayant fait « quelques blessés » dans le village de Blamonga, dans l’extrême-nord du pays. Il s’agit de la cinquième attaque perpétrée depuis novembre 2021 dans cette partie du Togo, en proie à des incursions des groupes djihadistes présents de l’autre côté de sa frontière, au Burkina Faso. « Lundi vers 22 heures GMT, les forces de défense et de sécurité de l’opération Koundjoaré ont été une fois encore victimes d’une attaque complexe sur une patrouille qui a sauté sur une mine artisanale dans le village de Blamonga », a déclaré mardi sur la radio privée Kanal FM le lieutenant-colonel Samah Soussou, chef du bureau de la communication à l’état-major. Les membres de « groupes armés terroristes » ont ensuite ouvert le feu sur les soldats togolais, qui « ont riposté de façon rigoureuse, ce qui a obligé l’ennemi à battre en retraite. Malheureusement, nous avons enregistré quelques blessés qui sont pris en charge par des services compétents », a-t-il souligné, sans toutefois donner de bilan précis. Le Monde avec AFP

Somalie : le président promet une « guerre totale » contre les islamistes chabab
Le président somalien Hassan Cheikh Mohamoud a promis mardi 23 août « une guerre totale » pour éliminer les islamistes radicaux chabab, dans sa première déclaration à la nation depuis la sanglante attaque d’un hôtel à Mogadiscio ayant fait au moins 21 morts et 117 blessés. « Je sais que le peuple somalien est fatigué des condoléances et du deuil sans fin, je sais que vous perdez des gens respectables dans chaque attaque menée par les terroristes », a déclaré le président Mohamoud. « Je vous invite donc à vous préparer à une guerre totale contre ces gens sans pitié qui sont hostiles à notre paix », a-t-il ajouté dans un communiqué publié par la présidence. L’attaque du week-end dernier est la plus meurtrière dans la capitale depuis l’élection mi-mai du président Hassan Cheikh Mohamoud et la prise de fonction du gouvernement début août. Le chef de l’Etat a convoqué mardi une réunion du comité de la sécurité nationale, en présence du premier ministre, du ministre de l’intérieur et du ministre des affaires étrangères, ainsi que des chefs des services de sécurité du pays. Le Monde avec AFP

RDC: des miliciens maï-maï attaquent la base de la Monusco à Butembo
Théâtre fin juillet de violentes manifestations contre les casques bleus de la Monusco, la ville de Butembo, dans l’est de la République démocratique du Congo, a été attaquée ce mardi 23 août par des miliciens issus des Maï-Maï. Les hommes armés s’en sont pris à un site de la force onusienne, dont le personnel a été redéployé à l’extérieur de la ville. L’armée congolaise a riposté, tuant deux assaillants et en capturant quatre autres, lors des échanges des tirs survenus dans un quartier populaire de Butembo. « Ils sont partis au centre-ville, là où se trouvait la position de la Monusco, explique le capitaine Anthony Mwalushay, porte-parole de l’armée dans la région, au micro de Pascal Mulegwa. Il n’y avait personne, ils ont commencé à tirer dans le vide. Les forces armées sont arrivées sur place et ont riposté vigoureusement. L’ennemi a pris la direction de la cellule Furu, c’est un milieu connu pour être le berceau de mouvements, de groupes maï-maï qui sont vraiment aux alentours de la ville. C’est là où il y a eu échanges et face à face. » RFI

L’inflation sud-africaine à 7,8%, taux record depuis 13 ans
« L’inflation sur un an des prix à la consommation a atteint un nouveau sommet en 13 ans, passant de 7,4% en juin à 7,8% en juillet », a annoncé l’agence nationale des statistiques, StatsSA, dans un communiqué. L’inflation a atteint son plus haut niveau depuis des décennies dans de nombreux pays, alimentée notamment par la guerre en Ukraine et la reprise économique consécutive à l’assouplissement des restrictions liées à la pandémie mondiale de Covid. La première puissance industrielle du continent avait déjà connu une accélération de la hausse des prix à la consommation en juin, à 7,4% sur un an. Les produits de base comme l’alimentation, les boissons, l’électricité ou encore les médicaments, sont les plus touchés: « l’inflation annuelle pour les biens non durables est à deux chiffres, à 14,4% », souligne StatsSA. AFP

Comment une vidéo d’un festival de feu au Ghana a engendré de la désinformation au Kenya, en RD Congo et au Nigeria
Une vidéo filmée lors d’un festival de feu Bugum Chugu au Ghana le 8 août 2022 a été utilisée pour diffuser de la désinformation au Kenya, en RD Congo et au Nigeria. Au Kenya, un Twitto a partagé la vidéo le 11 août 2022 qui montre des centaines de personnes avec des torches allumées dans les rues d’une ville la nuit, avec la légende « Scènes inacceptables Kisumu. La Terre est partie ! ». D’autres utilisateurs de Twitter ont également partagé la vidéo, un Twitto suggére qu’elle montre des personnes célébrant la victoire de Raila Odinga. Alors que la vidéo a été utilisée à des fins de désinformation politique au Kenya, en République démocratique du Congo, un utilisateur de Twitter a tweeté la vidéo avec la légende « Butembo mobilisé pour le départ immédiat de la @MONUSCO » le 12 août. BBC

Sécheresse : des millions d’enfants au bord de la catastrophe au Sahel et dans la Corne de l’Afrique – UNICEF
À moins de recevoir une aide d’urgence, « un nombre catastrophique d’enfants de la Corne de l’Afrique et du Sahel risquent de mourir » en raison des effets combinés de la malnutrition sévère et du risque de maladies transmises par l’eau, a averti mardi le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) à l’occasion de la Semaine mondiale de l’eau. Au cours des cinq derniers mois, le nombre de personnes n’ayant pas à l’eau potable en Éthiopie, au Kenya et en Somalie est passé de 9,5 millions à 16,2 millions, tandis que les enfants de la région du Sahel sont confrontés à de très hauts niveaux de vulnérabilité hydrique. Les enfants victimes de l’extrême sécheresse dans certaines régions d’Afrique sont « au bord de la catastrophe », alerte l’UNICEF. Dans les zones les plus touchées par la sécheresse, de nombreuses familles n’ont plus l’argent nécessaire pour acheter de l’eau. ONU Info

Dix choses à savoir sur le général Michael Langley, commandant de l’armée américaine en Afrique
Le 6 août, le lieutenant-général Langley est devenu le premier général quatre étoiles noir en 246 ans d’histoire des Marines. Après 37 ans passés dans ce corps d’élite, il vient de prendre la tête du commandement militaire américain pour l’Afrique. La nomination de Michael Langley à la tête de l’Africom, le commandement militaire américain pour l’Afrique, s’accompagne de sa promotion au rang de général quatre étoiles, la plus haute distinction chez les Marines. Il est le premier Afro-Américain de l’histoire du corps d’élite à accéder à ce grade. Michael Langley ne sera que le deuxième chef noir de l’Africom. Basée à Stuttgart, en Allemagne, le commandement militaire américain pour l’Afrique peut être conduit à opérer sur tout le continent, sauf en Égypte, qui relève de la compétence du Central Command pour le Moyen-Orient. Jeune Afrique



Photo: Adam Jones