Revue de Presse du 23 mars 2020

Le coronavirus se répand en Afrique
La pandémie du coronavirus se propage rapidement depuis son arrivée en Afrique. Cette série chronologique montre la dissémination du Covid-19 à travers le continent. L’Afrique a annoncé son premier cas du nouveau coronavirus, ou Covid-19, le 15 février 2020, deux mois après qu’il soit identifié pour la première fois en Chine. Depuis son arrivée sur le continent, le virus s’est répandu en moins d’un mois dans plus de 30 pays. L’Afrique du Nord a connu le plus grand nombre d’infections jusqu’à présent, même si plus de pays d’Afrique de l’Ouest sont atteints que toute autre région du continent. Alors que le nombre de cas en Afrique augmente à un taux d’environ 26% par jour, il n’y a pas de temps à perdre si l’Afrique veut éviter les pires effets de la pandémie. Si les deux tiers des pays africains affectés n’ont jusqu’à présent qu’annoncé des infections importées, ralentir l’expansion exponentielle du virus dépendra de plus en plus de la réduction des transmissions à l’intérieur des pays eux-mêmes. Cette carte sera mise à jour régulièrement. Centre d’études stratégiques de l’Afrique

COVID-19 : l’Angola, l’Érythrée et l’Ouganda confirment les premiers cas
L’Angola, l‘Érythrée et l’Ouganda ont confirmé leurs premiers cas de coronavirus, tandis que l‘île Maurice a enregistré son premier décès alors que le virus se répand en Afrique malgré les mesures prises par les gouvernements pour le contenir. L’Afrique subsaharienne a enregistré ses premiers décès dus au coronavirus. Après un départ lent, le nombre de cas a plus que triplé en l’espace d’une semaine. “En Angola, deux personnes de sexe masculins rentrés du Portugal les 17 et 18 mars ont été testés positifs” a déclaré samedi la ministre angolaise de la santé Silvia Lutucuta, tandis que l’Erythrée a déclaré que son premier cas était un ressortissant de 39 ans arrivé de Norvège. Le premier cas en Ouganda a été annoncé tôt dimanche par la ministre de la Santé Jane Ruth Aceng. Elle a déclaré que l’homme était arrivé de Dubaï par avion samedi et que son état de santé était stable. AfricaNews

Coronavirus en RDC : premier décès à Kinshasa, sept nouveaux cas
La République démocratique du Congo a fait état ce samedi d’un premier décès lié au coronavirus à Kinshasa, le troisième en Afrique subsaharienne, où le Rwanda, le Congo-Brazzaville et l’Angola ont annoncé des fermetures de frontières. « L’INRB a confirmé la nuit dernière 7 nouveaux cas de COVID19. dont 3 ont séjourné en Europe et 4 ont contracté la maladie localement. Le nombre des cas passe de 23 à 30 », a déclaré ce samedi matin sur Twitter le ministre de la Santé, Eteni Longondo. La RDC a enregistré au total 30 cas depuis le 10 mars. Les deux premiers décès en Afrique subsaharienne avaient été annoncés au Burkina Faso mercredi et au Gabon vendredi. RTBF

Coronavirus en Afrique : « la récession sera bien plus grande que la crise économique de 2008 »
La crise sanitaire mondiale liée au coronavirus s’accompagne d’ores et déjà de graves conséquences économiques. En Afrique, marqué par la chute des exportations de matières premières comme le pétrole, la crise pourrait entraîner une récession semblable à celle de 2008 à laquelle le continent avait pourtant échappé. France 24 a interrogé l’économiste franco-béninois Lionel Zinsou à ce sujet. Après la Chine, l’Europe, l’Afrique est à son tour confrontée à la pandémie du coronavirus. Sur le continent, 1 134 cas de Covid-19 dont 37 décès ont pour l’heure été recensés. Les pays ont pris des mesures drastiques allant de la fermeture des frontières au confinement total des populations et les gouvernements redoutent déjà son impact sur les économies. France24

Coronavirus: les chercheurs questionnent la pertinence des mesures pour l’Afrique
Alors que l’épidémie gagne du terrain sur le continent, avec la multiplication de cas endogènes, se pose de plus en plus la pertinence des mesures annoncées par les gouvernements, avec des mises en quarantaines plus ou moins respectées, la suspension des vols des pays réputés comme infectés, mais pas de fermeture des frontières. Et cela inquiète les acteurs de terrain comme les chercheurs. Le docteur Olivier Kana est médecin chez MSF, de retour dans son pays, la RDC après une mission à l’étranger, il s’inquiète du retard et de la faiblesse des mesures annoncées sur le continent. Avec son ONG Gardiens de vie, il a commencé la sensibilisation. Car en cas de propagation massive, les services de santé, eux, ne sauront pas faire face. RFI

Guinée : « au moins 10 morts » dans des violences liées aux référendum constitutionnel (opposition)
“Au moins dix personnes” ont été tuées dimanche à Conakry au cours de violences le jour d’un référendum et de législatives boycottés par l’opposition, a affirmé dans un communiqué le collectif de l’opposition et de la société civile guinéennes opposé à un éventuel troisième mandat du président Alpha Condé. Les manifestants anti-Condé ont “bravé les balles des forces de l’ordre qui ont arrêté massivement, tiré aveuglément, molesté cruellement, tuant au moins 10 personnes et blessant par balle plusieurs dizaines” de personnes, a indiqué le FNDC, le collectif réunissant les partis de l’opposition et des organisations de la société civile. Les autorités n‘étaient pas joignables pour commenter ce bilan qui n’a pu être confirmé de source indépendante. AfricaNews

Incidents à la frontière entre armées de RDC et de Zambie
Depuis une semaine, des combats opposent des soldats de Zambie et de RDC à la frontière des deux pays. Au centre du conflit, le village de Kibanwa, que revendique la Zambie. La diplomatie s’active pour éviter l’escalade. La diplomatie congolaise est mise en branle pour élucider les causes de ce conflit. Marie Ntumba Nzeza, la ministre congolaise des Affaires étrangères, a fait un aller-retour à Lusaka jeudi. Le gouverneur du Tanganyika s’est lui rendu le même jour à Kibanwa, le village disputé. Pour Zoé Kabila, la solution à ce problème pourra être trouvée par des voies diplomatiques Les affrontements ont débuté il y a plusieurs jours lorsque des militaires zambiens ont investi le village Kibanwa, y implantant le drapeau zambien en remplacement des couleurs de la RDC. Les unités des forces lacustres des deux pays sont ensuite entrées dans la danse, suivies de l’aviation zambienne qui, à plusieurs reprises, a fait des incursions dans le ciel congolais. RFI

RDC : Au Moins 36 Civils Tués À La Machette À Beni
Au moins 36 civils ont été tués à la machette dans des massacres, portant la signature du groupe armé des Forces démocratiques alliées (ADF), qui ont eu lieu dans la nuit de mardi à mercredi à Béni, à l’est de la République démocratique du Congo (RDC). Selon des observateurs, les ADF se vengeraient après une offensive lancée à partir du 30 octobre dernier par les Forces armées congolais (FARDC) contre leurs bases dans la forêt et la jungle autour de Beni. L’armée s’était félicitée d’avoir conquis le QG de ce groupe et tué cinq de ses six chefs. Les ADF ont ainsi repris leurs violences meurtrières sur les civils depuis novembre passé et sont accusées d’avoir déjà tué près de 300 personnes, selon des comptages effectués par des organisations locales de la société civile. Depuis octobre 2014, ils auraient massacré plus de 1.000 civils dans la même région de Beni. Le Griot

Législatives au Cameroun: un retour aux urnes sous tension dans les zones anglophones
Environ 400 000 électeurs des régions anglophones du Cameroun étaient appelés aux urnes dimanche 22 mars pour des législatives partielles. 13 sièges de députés en jeu sur 180, dans 11 circonscriptions, du Nord-Ouest et du Sud-Ouest anglophone, en proie à un conflit depuis plus de 3 ans et où les résultats du scrutin du 9 février ont été annulées par le Conseil constitutionnel. Un scrutin dans un contexte sécuritaire toujours tendu. Cette fois encore les séparatistes avaient appelé aux boycott et menacé de représailles quiconque sortirait de chez lui pour aller voter. Dans ce contexte tendu, « les élections ont pu se tenir mais dans plusieurs localités des violences ont été signalées », assure Gabriel Nonetchoupo, de la Commission nationale des droits de l’homme. RFI

Plainte d’une ONG contre l’Etat burundais dans le cadre d’une affaire de torture
L’ONG Service international pour les droits de l’Homme (ISHR) a indiqué jeudi avoir déposé une plainte contre le Burundi auprès du Comité de l’ONU contre la torture au nom de quatre avocats burundais. Dans un communiqué, l’ONG explique qu’elle réclame « justice et réparations » pour ces quatre avocats burundais qui avaient été radiés et suspendus du barreau et menacés par les autorités après avoir communiqué en 2016 au Comité contre la torture des informations sur l’état des droits humains dans le pays. « De telles représailles constituent une violation de la Convention contre la torture », déclare Madeleine Sinclair, avocate auprès du ISHR, citée dans le communiqué. L’article 13 de ce texte garantit aux victimes de torture une protection contre les représailles lorsqu’elles soumettent des preuves au Comité contre la torture, selon l’ONG. VOA

Ce que le parc animalier de Nazinga nous dit de la situation du Burkina
Le sort actuel de la célèbre réserve animalière symbolise les dégâts collatéraux causés par la menace terroriste et la crise sanitaire du Covid-19. Les temps sont durs pour les pays du Sahel et, notamment, pour le Burkina Faso. Le terrorisme avait déjà conduit à la désertion des touristes et voilà que le Covid-19 vient en remettre une couche. Parmi les victimes de cette situation, les parcs naturels, dont celui de Nazinga, réserve animalière de 100 000 hectares qui a la particularité d’abriter encore deux des « Big Four », à savoir le buffle et l’éléphant. Le Point

Présidentielle en vue, Peter Mutharika nomme un nouveau gouvernement au Malawi
Le président du Malawi Peter Mutharika a nommé jeudi soir un nouveau gouvernement depuis Lilongwe, la capitale. Une annonce qui intervient seulement quelques jours après la formation d’une alliance politique en vue de la répétition très attendue de l’élection présidentielle, prévue pour mai. L’alliance a été conclue entre le Parti démocratique progressiste (DPP – pouvoir) du président Mutharika et le Front démocratique uni (UDF – opposition), dirigé par Atupele Muluzi. Fils de l’ancien président Bakili Muluzi (au pouvoir de 1994 à 2004), Atupele Muluzi s’est vu attribuer le poste de ministre de l’énergie. VOA

Mozambique : un an après le cyclone Idai, il faut continuer d’agir (PAM)
Un an après le passage du cyclone Idai qui a dévasté une grande partie du centre du Mozambique, les fonds limités pour la reconstruction essentielle empêchent de nombreuses personnes parmi les plus touchées de se remettre sur pied, selon le Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations Unies. Quelques 2,5 millions de personnes dépendent toujours de l’aide humanitaire dans le pays. Le mois dernier, le manque de financement a obligé le PAM à réduire de moitié les rations alimentaires de 525.000 personnes travaillant sur des projets de relèvement post-Idai dans la province de Sofala, la plus touchée par le cyclone. Ce mois-ci, ce soutien vital sera complètement interrompu si le PAM ne reçoit pas de fonds rapidement. Déborah Nguyen s’est rendue au Mozambique afin de participer à l’assistance suite aux ravages d’Idai. Elle est récemment retournée dans le pays pour constater de la situation. ONU

Coronavirus: en RDC, les musiciens donnent de la voix pour lutter contre l’épidémie
Si l’Europe est actuellement à l’épicentre de l’épidémie de coronavirus, l’Afrique commence aussi à être touchée. Des cas sont détectés dans plusieurs pays. Les stars de la musique congolaise Fally Ipupa et Koffi Olomidé ont choisi via twitter d’alerter et d’informer sur les bonnes pratiques à avoir pour faire barrage au virus. C’est un refrain qu’il va falloir se mettre en tête : se laver les mains avec du savon, se tenir à distance, rester à la maison… Le chanteur et musicien Fally Ipupa a pris sa guitare pour marteler le message : « Les bisous stop ! » Une star de la rumba congolaise Koffi Olomide apporte également sa contribution. « Terroriste sans cœur qui prend des vies ! Il se nomme coronavirus. Je le nomme, en bon Congolais, ‘collonavirus’. Il sévit partout ! La planète est effarée… Si nous ne changeons pas de comportement, mes compatriotes, mes chers frères et sœurs, qu’adviendra-t-il de mon pays, de notre pays ? » RFI



Photo: Adam Jones