Revue de Presse du 23 mai 2022

La COP15 s’achève à Abidjan, voici les conclusions
Les ambitions affichées visent la restauration de terres dégradées ou encore le renforcement des droits fonciers. La conférence des Nations unies sur la lutte contre la désertification et la sécheresse à Abidjan en Côte d’Ivoire s’est achevée après deux semaines de discussions et de négociations. A Abidjan, les pays et les institutions parties à la convention sur la désertification ont décidé d’affronter, dans le cadre d’une nouvelle stratégie, les risques croissants de catastrophes telles que la sécheresse, les tempêtes de sable et de poussière. … Parmi ces décisions, les délégués ont annoncé vouloir restaurer un milliard d’hectares de terres dégradées d’ici à 2030 ou encore promouvoir des emplois décents basés sur la terre pour les jeunes, et renforcer la participation des jeunes au processus de la convention. … Deux déclarations politiques ont été émises, à savoir l’Appel d’Abidjan, lancé par les chefs d’Etat et de gouvernement qui ont participé au sommet le 9 mai, et la déclaration d’Abidjan sur l’égalité des sexes pour une restauration réussie des terres, issue du caucus sur le genre. DW

Burkina Faso: 35 terroristes tués dans le nord du pays
L’armée a éliminé 35 terroristes à Bourzanga, dans le nord du pays, selon un nouveau bilan de l’état-major général des armées burkinabé. Cette opération a été réussie avec l’intervention de la force militaire française Barkhane. «Les opérations de sécurisation se sont poursuivies toute la journée du samedi 21 mai 2022 suite à l’attaque terroriste qui a visé le détachement militaire de Bourzanga», précise la même source dans un communiqué. Le bilan actualisé fait état de 5 soldats tués et 10 autres blessés, et 35 terroristes abattus. Un important lot de matériel a également été saisi (un véhicule blindé et 02 véhicules pick up armés, de l’armement individuel et collectif, des munitions, une quarantaine de motos, des moyens de communication, etc), selon le communiqué. En effet, l’intervention de l’hélicoptère Mi24 de l’Armée de l’air du Burkina Faso, ainsi qu’une patrouille de chasse Mirage 2000 de la Force Barkhane, qui a décollé de Niamey, ont permis l’interception de certains éléments qui tentaient de s’échapper. Sahel-Intelligence

Mali : une famille italienne et un Togolais enlevés par « des hommes armés »
Un couple d’Italiens et leur enfant, ainsi qu’un ressortissant togolais, ont été enlevés dans la nuit de jeudi à vendredi à Sincina, dans le sud-est du Mali. Une localité située à une centaine de kilomètres du Burkina Faso, pays où plusieurs Occidentaux ont été kidnappés ces dernières années. Un couple d’Italiens et leur enfant, ainsi qu’un ressortissant togolais, ont été enlevés « par des hommes armés » dans le sud-est du Mali, près de la frontière avec le Burkina Faso, a appris l’AFP vendredi 20 mai. « Des hommes armés ont procédé jeudi dans la nuit à l’enlèvement de trois ressortissants italiens et d’un Togolais (…) Nous faisons tout pour obtenir leur libération », a déclaré une source sécuritaire malienne qui a requis l’anonymat, précisant que l’enlèvement a eu lieu dans la localité de Sincina, dans le sud-est. « Ce sont des religieux. Nous faisons tout pour obtenir leur libération, et nous avons des contacts diplomatiques », a ajouté cette source. … La localité de Sincina est située à une centaine de kilomètres du Burkina Faso, pays où plusieurs Occidentaux ont été kidnappés ces dernières années. Les enlèvements sont courants au Mali et leurs motivations peuvent être diverses (crapuleuses, politiques, etc.). Dans la plupart des cas, les conditions et circonstances de libération des otages ne sont jamais connues ou clairement établies. France24

Mali: le Bénin se prépare à retirer ses troupes de la Minusma
Le gouvernement du Bénin se prépare à retirer ses troupes qui interviennent au Mali, sous l’égide de la Minusma (Mission de l’ONU au Mali). Une note verbale du ministère béninois des Affaires étrangères est parvenue au secrétariat des Nations unies à New-York, fin avril. Elle formule une demande de retrait de deux unités, une compagnie d’infanterie et une unité de police. Les autorités béninoises souhaitent renforcer la sécurité sur leur propre territoire, notamment face aux attaques terroristes enregistrées, ces derniers mois, dans le nord du pays. Une note verbale du ministère des Affaires étrangères est donc parvenue au secrétariat de l’ONU à New York. RFI a pu se procurer une copie de cette note. … C’est la situation sécuritaire inquiétante dans le nord du Bénin qui justifie cette décision, le gouvernement le dit clairement : la requête affirme qu’il faut déployer toutes les compétences béninoises pour faire face. RFI

Les rebelles du M23 accusés d’avoir attaqué des Casques bleus en RDC
Les Nations unies ont accusé dimanche les rebelles du M23 d’avoir « délibérément » attaqué des Casques bleus dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), où les combats entre cette rébellion et l’armée congolaise avaient repris jeudi. La représentante spéciale du secrétaire général de l’ONU en RDC, Bintou Keita, « condamne avec la plus grande fermeté les attaques du Mouvement du 23 mars (M23) contre les Forces armées de la RDC (FARDC) et contre les Casques bleus de la Monusco ce matin dans la zone de Shangi », dans le territoire de Rutshuru, dans la province du Nord-Kivu, indique dans un communiqué la Monusco, force des Nations unies en RDC. … Le M23 est une ancienne rébellion tutsi vaincue en 2013 par les forces armées de RDC et réapparue en fin d’année dernière, qui reproche aux autorités de Kinshasa de ne pas avoir respecté des engagements sur la démobilisation de ses combattants. VOA

Nigeria: la police saisit un arsenal et des explosifs à Kano
La psychose monte dans la ville de Kano, au nord du Nigeria, où la police vient de confirmer avoir intercepté un arsenal et du matériel pouvant servir à fabriquer une bombe artisanale. Cette saisie a eu lieu jeudi dernier, quelques jours après une explosion qui a fait 9 morts dans la grande ville musulmane, le mardi 17 mai. La police avait déclaré qu’il s’agissait d’une explosion au gaz, mais la cause accidentelle a été remise en cause par la population locale. La voiture suspecte a été interceptée jeudi en fin d’après midi dans la grande banlieue de la ville de Kano, après une course poursuite avec la police. Des explosifs, plusieurs armes automatiques et un grand nombre de munitions ont été saisies dans la voiture en provenance de l’Etat de Jigawa, a déclaré samedi l’un des chefs de la police de Kano. Ces révélations ravivent les suspicions entourant la cause réelle de l’explosion qui a fait 9 morts deux jours auparavant dans la grande ville du Nord du Nigeria. Mardi 17 mai au matin, un immeuble a été soufflé à proximité d’une école, dans un quartier densément peuplé de la ville. RFI

Un élu nigérian porté disparu a été décapité
La police nigériane a découvert la tête coupée d’un législateur de l’État qui a disparu la semaine dernière dans l’État d’Anambra, dans le sud-est du pays, où le gouvernement accuse les séparatistes d’avoir perpétré une série de meurtres et d’enlèvements, a annoncé dimanche la police. Okechukwu Okoye, un législateur de l’assemblée de l’État d’Anambra et son assistant ont disparu le 15 mai. Sa tête a été retrouvée samedi soir dans un parc de la zone du gouvernement local de Nnewi sud, a déclaré le porte-parole de la police de l’État d’Anambra, Tochukwu Ikenga. « Le législateur a été tué. Sa tête a été retrouvée le long de la route de Nnobi. Il n’y a pas encore de suspect en garde à vue », a déclaré Ikenga. Le gouverneur de l’État d’Anambra a offert une récompense de 10 millions de nairas, soit envitron 24 000 dollars, pour des informations sur les tueurs. … Le sud-est du Nigeria est secoué par l’insécurité et les violences, alors que les enlèvements contre rançon sont courants dans le nord-ouest. VOA

Le président sénégalais devrait se rendre en Russie et en Ukraine au nom de l’Union africaine
Le président sénégalais Macky Sall a indiqué dimanche qu’il se rendrait prochainement en Russie et en Ukraine au nom de l’Union africaine dont il assume actuellement la présidence. M. Sall a déclaré lors d’une conférence de presse commune avec le chancelier allemand Olaf Scholz qu’il avait reçu mandat de l’Union africaine pour effectuer ce voyage. La Russie avait adressé une invitation en ce sens, a-t-il dit. Le déplacement, initialement prévu le 18 mai, n’a pu avoir lieu « pour des raisons de calendrier », et il a proposé de nouvelles dates, a-t-il rapporté. « Dès que c’est fixé, je me rendrai naturellement à Moscou, et aussi à Kiev, et nous avons aussi accepté de réunir l’ensemble des chefs d’Etat, qui le souhaitent, de l’Union africaine, avec le président (ukrainien Volodymyr) Zelensky, qui avait exprimé le besoin de communiquer avec les chefs d’Etat africains », a-t-il dit. « Cela aussi sera fait dans les semaines à venir », a-t-il ajouté. … Le Sénégal, aux relations fortes avec les pays occidentaux, avait surpris le 2 mars en s’abstenant lors d’un vote de l’Assemblée générale de l’ONU en faveur d’une résolution qui exigeait « que la Russie cesse immédiatement de recourir à la force contre l’Ukraine ». Le Sénégal avait en revanche voté le 24 mars une seconde résolution exigeant de la Russie un arrêt immédiat de la guerre. RTBF

La contestation se poursuit toujours au Soudan, dans l’impasse politique
Les forces de l’ordre ont à nouveau violemment réprimé ce week-end des manifestations contre le coup d’État militaire. Le comité central des médecins soudanais a annoncé qu’un manifestant avait été tué samedi et plus de 90 blessés, plusieurs par balles, d’autres renversés par les véhicules des forces de l’ordre. Mohammed Khalis, 20 ans, est mort d’une balle dans la poitrine tirée par les forces de l’ordre. Immédiatement après son enterrement samedi soir, de nombreux quartiers se sont embrasés dans des manifestations nocturnes. La mission de l’ONU pour la transition soudanaise s’est dite profondément préoccupée par la poursuite de la répression excessive à l’égard des manifestants. Ces violences ne créent pas un climat favorable à une solution politique. Des négociations tripartites engagées sous la houlette de l’ONU, de l’Union africaine et de l’Igad sont censées entrer prochainement dans une deuxième phase de consultations, mais aucune avancée concrète ne se profile. La mission de l’ONU est régulièrement la cible de la junte qui pourrait bien ne pas renouveler son mandat. De leur côté, les comités de résistance, qui refusent de s’asseoir à une table de négociation avec les putschistes, ont annoncé une nouvelle « escalade révolutionnaire » pour cette semaine. Dimanche, des barricades se sont levées dans plusieurs quartiers de la ville. Lundi, une manifestation se tiendra dans à Oumdurman, la ville voisine de Khartoum, en mémoire du 96e martyr de la révolution. Une nouvelle « milionya » (marche du million) se tiendra jeudi à l’appel des comités de résistance à travers le pays. RFI

L’Afrique du Sud de nouveau frappée par de sévères inondations
L’Afrique du Sud, touchée par des inondations meurtrières sans précédent en avril, a une nouvelle fois été frappée par de fortes intempéries sur la côte est, forçant quelques centaines de personnes à quitter leur foyer dimanche 22 mai, selon les autorités. Aucune victime n’a été signalée pour l’instant mais d’importantes destructions ont été constatées, principalement dans l’agglomération de Durban, capitale de la province du Kwazulu-Natal. « Au fur et à mesure que les informations nous parviennent, un constat inquiétant se dessine », a déclaré le ministre en chef de la province, Sihle Zikalala, lors d’une conférence de presse. Des pluies diluviennes avaient tué fin avril près de 450 personnes dans des crues et des glissements de terrain. Des survivants étaient restés une dizaine de jours sans accès à l’eau potable. Le président Cyril Ramaphosa avait déclaré l’état de catastrophe nationale. Le Monde

Afrique du Sud : la vaccination contre le covid-19 dans les zones rurales
En Afrique du Sud, le focus est mis sur les zones rurales où le taux de vaccination contre le Covid-19 est le plus faible. Une équipe de l’agence américaine Usaid était mercredi à l’école primaire de Lundini afin de vacciner les enfants qui fréquentent l’établissement Vuyelwa Lubando. Sur place, les agents de santé ont dû faire face à la réticence de ces derniers. Nous avons tous sous-estimé le niveau de méfiance, les craintes provoqués par l’utilisation des réseaux sociaux chez les jeunes. Mais si vous faites parvenir les vaccins aux populations, il est probable qu’elles se feront vacciner. Ainsi, en Afrique du Sud, nous constatons que le taux d’acceptation est plus élevé dans les zones rurales que dans les zones urbaines. Parce que ces populations ont un accès inégal, voire inexistant, à la vaccination. Et maintenant que les populations y ont accès, on peut voir des gens faire la queue pour se faire vacciner. On ne voit presque plus cela dans les zones urbaines d’Afrique du Sud, explique Heena Brahmbhatt, conseillère principale pour l’Usaid. AfricaNews

Gabon : l’opposition remet la question de la santé d’Ali Bongo sur le tapis
La santé du président Ali Bongo revient dans le débat. Le parti d’opposition Union nationale a demandé ce lundi aux institutions de déclarer une vacance à la tête de l’Etat. Ali Bongo a été victime d’un AVC fin 2018. Diminué, il est toujours à la tête du Gabon. A la suite d’une tournée sur le terrain il y a quelques jours, l’Union Nationale juge cette situation « inadmissible, irresponsable et condamnable ». Selon le parti d’opposition, le président n’est plus en capacité de gérer les affaires du pays et la société civile doit se saisir de cette situation, estime le vice-président du mouvement, Jean Gaspard Ntoutoume Ayi. “La question de l’état de monsieur Ali Bongo n’est pas la question de la seule Union nationale. Quand on voit tous les bidouillages qui ont été faits sur la Constitution et les institutions depuis quatre ans, au sein du pouvoir, on a bien conscience de l’état de monsieur Ali Bongo et qu’on en a tiré toutes les conséquences. Le Gabon, tel qu’il est gouverné, laisse penser que notre pays est l’otage du pouvoir.” RFI

Le Cameroun célèbre 50 ans d’unité sur fond de division
La fête du 20 mai ne fait pas oublier le conflit en zone anglophone, dont souffrent les Camerounais de familles mixtes. Le pasteur camerounais Sinclair Gabriel Tchegyeu et son épouse Mbi Tchegyeu Nicole Abor sont un couple mixte francophone-anglophone. Ils sont une représentation de l’unité nationale dont le pays commémore le 50ème anniversaire ce 20 mai 2022. Pour autant, cette unité consacrée par le passage de la République fédérale à la République unie du Cameroun le 20 mai 1972, et proclamée entre les parties francophones et anglophones, est aujourd’hui en crise. Le pasteur Sinclair pense que les Camerounais s’opposent sur ce qui les divise plutôt que de s’enrichir sur ce qui les unit : « Si on avait cessé de se focaliser sur les difficultés pour plutôt faire un effort pour aller vers les opportunités, on n’en serait pas là. C’est ça le problème. Il faut qu’on essaie de ne pas voir le verre à moitié vide, mais à moitié plein. Je veux dire qu’il y a une grosse opportunité dans la minorité. » C’est cette opportunité qui a poussé le père francophone à laisser ses enfants se mouler dans la culture anglophone de leur mère. Le pasteur Sinclair et son épouse Nicole pensent que la guerre entre Camerounais, à cause d’une langue et d’une culture différentes, n’aurait jamais dû avoir lieu : « Comme mon mari l’a si bien dit, je pense que nous devons choisir nos combats dans la vie. Toutes les batailles ne sont pas nécessaires. Nous devons toujours regarder les avantages et les inconvénients de toute action que nous voulons poser. Et nous devrions regarder cela en relation avec le futur. » DW

Somalie: Hassan Cheikh Mohamoud prend la tête de l’Etat
La Somalie est officiellement présidée depuis ce lundi par un nouveau chef de l’État. La cérémonie de passation de pouvoirs a eu lieu dans la matinée. Mohamed Farmajo a transmis ses pouvoirs à Hassan Cheikh Mohamoud, élu le 15 mai 2022, au cours d’une cérémonie brève, solennelle et pacifique. Le protocole de la Villa Somalia avait fait les choses en grand pour cette passation de pouvoir très attendue : des tapis rouges, la fanfare présidentielle en uniforme rouge, les bérets rouges de la garde, et des pavoisements bleus, couleur du drapeau national, jusque sur le gilet pare-balles des soldats. Côte à côte, chacun devant un pupitre bleu, le président élu Hassan Cheikh Mohamoud et son prédécesseur ont prononcé tous les deux un bref discours. Le nouveau chef de l’État s’est montré amical, disant que le président sortant lui avait confié de nombreux dossiers qu’il avait parcouru « rapidement ». Il a ajouté qu’il les examinerait « lentement » et qu’il en appellerait à son « frère » Farmajo si nécessaire. RFI

Un cas de poliovirus sauvage confirmé au Mozambique (OMS)
Les autorités sanitaires du Mozambique ont déclaré cette semaine une épidémie de poliovirus sauvage de type 1 après avoir confirmé qu’un enfant de la province de Tete, dans le nord-est du pays, avait contracté la maladie. Il s’agit du deuxième cas importé de poliovirus sauvage en Afrique australe cette année, après une épidémie au Malawi à la mi-février. « La détection d’un autre cas de poliovirus sauvage en Afrique est très préoccupante, même si elle n’est pas surprenante compte tenu de la récente épidémie au Malawi. Cependant, elle montre à quel point ce virus est dangereux et la rapidité avec laquelle il peut se propager », a déclaré la Directrice régionale de l’Organisation mondiale de la Santé pour l’Afrique, Dre Matshidiso Moeti. Jusqu’à présent, un seul cas a été détecté au Mozambique, le premier du pays depuis 1992. Le virus a été découvert chez un enfant qui a commencé à présenter des signes de paralysie à la fin du mois de mars. L’analyse du séquençage génomique indique que le cas nouvellement confirmé est lié à une souche qui avait circulé au Pakistan en 2019, similaire au cas signalé au Malawi plus tôt cette année. ONU

Le trafic de bois de rose entre la Chine et le Mali gagne de l’ampleur
Alimenté par la forte demande chinoise, le trafic du bois de rose impacte fortement l’Afrique. Au Mali, un pays qui a subi deux coups d’État depuis 2020, l’instabilité actuelle des institutions rend difficile la lutte contre l’exploitation illégale des forêts. Entre mai 2020 et mars 2022, la Chine a importé du Mali 220 000 arbres – soit 148 000 tonnes – d’un type de bois de rose connu sous le nom de kosso, et ce malgré l’interdiction de sa récolte et de son commerce dans ce pays d’Afrique de l’Ouest en proie à des troubles, selon un rapport publié mercredi par l’Agence d’investigation environnementale (EIA). Ce bois est utilisé pour fabriquer des meubles de style ancien très coûteux. Il est si populaire en Chine, où il est connu sous le nom de « hongmu », ou « bois rouge », que le pays draine quelque 90 % des exportations mondiales, selon Haibing Ma, spécialiste de la politique asiatique à l’EIA. Le Vietnam est également un acheteur clé de ce bois. VOA

Première tournée africaine pour Olaf Scholz
Le nouveau chancelier allemand, en poste depuis six mois, se rend successivement au Sénégal, au Niger et en Afrique du Sud. Olaf Scholz reprend là où Frank-Walter Steinmeier s’était arrêté. Le président allemand avait dû annuler en février son voyage prévu au Sénégal à cause de la guerre en Ukraine. C’est donc le chancelier Scholz qui reprend le flambeau et qui va démarrer sa première tournée africaine ce dimanche (22.05) à Dakar, où il doit rencontrer le chef de l’Etat Macky Sall et des acteurs économiques. Le Sénégal joue un rôle important dans une Afrique de l’Ouest en crise, sur les plans politique, sécuritaire et migratoire. Le pays assure en effet la présidence tournante de l’Union africaine et a été invité à participer au sommet du G7 organisé par l’Allemagne au mois de juin. Après le Sénégal, Olaf Scholz doit se rendre dimanche soir et lundi (23.05) au Niger, pays stratégique dans la région, que ce soit d’un point de vue militaire mais aussi migratoire, puisque le Niger est un important pays de transit. Le chancelier ira à la rencontre des soldats allemands qui forment les forces spéciales du Niger dans le cadre de l’opération Gazelle depuis 2018. … Depuis le putsch au Mali et le froid entre la junte au pouvoir à Bamako et plusieurs pays occidentaux, le Niger joue un rôle de plus en plus important dans le Sahel, en accueillant notamment les troupes étrangères qui ne sont plus les bienvenues au Mali. Le Niger jouit actuellement d’une stabilité politique avec un président démocratiquement élu, là où d’autres pays de la région – le Mali, la Guinée et le Burkina Faso – sont dirigés par des juntes militaires. DW



Photo: Adam Jones