Revue de Presse du 21 septembre 2020

Quel président pour la transition au Mali ? Le collège chargé de le désigner entre en conclave
Le groupe chargé de nommer le président qui dirigera le Mali au cours des prochains mois après le putsch du 18 août doit se réunir lundi. Ce collège institué par la junte militaire désormais au pouvoir se réunira à un moment où celle-ci est sous la pression de la Communauté des États ouest-africains (Cedeao) pour désigner rapidement le président et le Premier ministre qui conduiront les affaires pendant la période de transition de plusieurs mois censée ramener les civils à la tête du pays. Le collège devrait comprendre cinq représentants de la junte, deux du Mouvement du 5-Juin, deux religieux et deux membres de la société civile, selon une source au sein du processus pour sa mise en place. … On ignore si le collège choisira un président de transition lundi, veille du 60e anniversaire de l’indépendance du Mali. Jeune Afrique avec AFP

L’imam Mahmoud Dicko, faiseur et tombeur de rois au Mali
Un homme travaillant au bonheur de ses concitoyens, n’aspirant qu’à retourner conduire la prière dans sa mosquée située, comme par une facétie de l’histoire, rue Gamal Abdel Nasser, le dirigeant égyptien qui tenta d’empêcher l’entrée de l’islam dans le jeu politique. C’est ainsi que Mahmoud Dicko se présente au monde. Dans les faits, l’imam du quartier de Badalabougou, à Bamako, est aujourd’hui au centre de la vie politique malienne. Un faiseur et tombeur de rois comme l’ancien président Ibrahim Boubacar Keïta (« IBK »), son « ami », son « frère », en a fait la douce puis amère expérience. … Depuis 2009, il a fait lever des foules contre une réforme du code de la famille qui donnait davantage de droits aux femmes, contre les massacres qui ensanglantent le centre du pays, contre les forces françaises et de l’ONU ou bien encore contre des manuels scolaires faisant « la promotion de l’homosexualité ». Le Monde

Éthiopie: les leaders d’opposition poursuivis auront-ils droit à un procès équitable?
L’Éthiopie a annoncé samedi des poursuites contre plusieurs leaders d’opposition, notamment pour terrorisme et incitation à la violence. Après le meurtre fin juin de Hachalu Hundessa, un chanteur oromo très populaire, entre 178 et 239 personnes avaient trouvé la mort au cours de violences. Les forces de l’ordre avaient procédé à des arrestations de masse. De vives critiques avaient été formulées à cause de l’ampleur de la réaction du gouvernement d’Abiy Ahmed. Sur Facebook, le bureau du procureur général a finalement annoncé samedi des poursuites contre 24 personnes. Parmi lesquelles figurent Jawar Mohammed et Bekele Gerba, membres du parti Congrès fédéral oromo. Pour le chercheur de l’International Crisis Group William Davidson, il est possible que ce procès augmente encore les tensions dans la région. RFI

Présidentielle en Côte d’Ivoire: Bédié appelle à la « désobéissance civile »
L’ex-président ivoirien Henri Konan Bédié a appelé dimanche, au nom de l’opposition, à la « désobéissance civile » face à la « forfaiture » de la candidature controversée à un troisième mandat du chef de l’Etat Alassane Ouattara à l’élection présidentielle du 31 octobre. « Face à la forfaiture, un seul mot d’ordre: la désobéissance civile », a déclaré M. Bédié en conclusion d’une réunion des principaux partis de l’opposition à Abidjan, a constaté un journaliste de l’AFP. « Nous sommes ici pour exprimer notre farouche opposition à cette violation de la Constitution », a insisté M. Bédié, sans donner davantage de détails. L’opposition n’a pas appelé à un boycott du scrutin présidentiel, une hypothèse qui avait été évoquée. La situation politique est tendue en Côte d’Ivoire à un peu plus d’un mois de la présidentielle. Belga

Est de la RDC : dix civils et un soldat tués dans « le triangle de la mort »
Dix civils et un soldat ont été tués dimanche soir dans une zone surnommée « le triangle de la mort » dans l’Est de la République démocratique du Congo lors d’une attaque attribuée au groupe armé des Forces démocratiques alliées (ADF), a indiqué lundi un responsable local. « La nuit d’hier (dimanche à lundi), l’ennemi est entré de l’est vers l’ouest. Il est arrivé à 400 mètres du bureau de secteur de Mbau où il a tué dix personnes et un militaire », a déclaré à l’AFP Donat Kibwana, l’administrateur du territoire de Beni. » L’ennemi, ce sont les ADF », a-t-il ajouté, indiquant que « trois autres personnes sont blessées et plusieurs personnes (sont portées) disparues ». Parmi les dix personnes tuées, « il y a deux hommes et huit femmes », a déclaré de son côté le président de la société civile de Mbau, Omar Kalikia, qui a évoqué « un bilan provisoire ». Belga

Guinée : début de la campagne et interdiction de manifester
Malgré la Covid-19, les candidats à la présidentielle du 18 octobre ont le droit d’organiser des meetings populaires. Mais pas le Front national de la défense de la Constitution, qui boycotte le scrutin. … Elle s’achèvera le samedi 17 octobre prochain. Douze candidats sont en compétition, dont Alpha Condé, le président sortant, ainsi que Cellou Dalein Diallo, le chef de file de l’opposition. Le Front national de défense de la Constitution (FNDC) « invite le peuple de Guinée à se mobiliser massivement le mardi 29 septembre pour « faire barrage au coup d’Etat du président Alpha Condé qui brigue un troisième mandat. « Notre mouvement citoyen appelle les populations de Conakry et ses alentours à une série de marches pacifiques qui débutent le mardi 29 septembre 2020 pour exiger le départ de M. Alpha Condé », a indiqué Abdourahmane Sanoh, le coordinateur national du FNDC. Mais la manifestation a été interdite. DW

Nigeria: l’État d’Edo bascule dans l’opposition sans violence
Jusque-là seul État pétrolier du sud à être sous contrôle de l’APC, le parti du président Muhammadu Buhari, l’État d’Edo est désormais entre les mains du principal parti d’opposition nigérian, le PDP. Des dissensions internes au parti majoritaire avaient poussé le gouverneur sortant – qui a donc été réélu dimanche – à rejoindre l’opposition. En début de semaine dernière, l’ambassade des Etats-Unis au Nigeria a émis un avertissement sévère contre tout débordement de violence en marge de ces élections. … Mais l’élection de ce week-end a finalement été « un succès » selon la Commission électorale nigériane. Le président Muhammadu Buhari a lui-même salué la réélection du gouverneur passé à l’opposition et souligné son engagement personnel pour « des élections libres et justes ». RFI

Explosion au Nigeria: une enquête de la BBC apporte de nouvelles preuves
Contrairement à l’annonce faite par les autorités plusieurs erreurs ont été revélées par la BBC sur l’explosion de mars dernier qui a fait 23 tués au Nigeria. La BBC a obtenu de nouvelles preuves qui contredisent l’explication officielle de la cause d’une explosion au Nigeria, en mars de cette année. L’incident de Lagos a tué 23 personnes et détruit un internat de filles.  La Nigerian National Petroleum Corporation, une entreprise publique, a toujours affirmé que l’explosion était le résultat d’un camion qui a heurté des bouteilles de gaz près d’un de ses pipelines. Mais l’enquête indépendante diligentée par BBC Africa Eye a trouvé une vidéo, tournée avant l’explosion, qui montre une fuite importante de liquide vaporisé. BBC

Incertitudes sur la tenue de la présidentielle fin décembre en Centrafrique
Amoins de quatre mois des élections présidentielle et législatives, c’est l’incertitude en Centrafrique: la guerre civile entamée en 2013, même de basse intensité, sévit toujours, les tensions politiques s’avivent et l’organisation du scrutin prévu le 27 décembre a pris du retard. Le président Faustin Archange Touadera devrait, en toute logique, briguer un second mandat mais doit composer avec le retour en force de François Bozizé, le chef de l’Etat renversé en 2013 à l’issue d’un putsch de milices à majorité musulmane coalisées au sein de la Séléka. M. Bozizé a annoncé sa candidature. La question est aussi de savoir si on peut tenir des élections crédibles dans un pays encore aux deux tiers aux mains de groupes armés rebelles, qui risquent de monnayer au prix fort leurs soutiens aux candidats, ou d’empêcher le vote sur de larges portions du territoire. AFP

Le héros du film « Hôtel Rwanda » pensait se rendre au Burundi avant d’être arrêté
Paul Rusesabagina, dont l’histoire pendant le génocide des Tutsi en 1994 a inspiré le film « Hôtel Rwanda » et qui a été arrêté fin août à Kigali, pensait se rendre au Burundi pour participer à des offices religieux, a-t-il déclaré dans une interview au New York Times. « Je suis arrivé ici – c’est une surprise », a-t-il déclaré « avec un petit sourire » au quotidien américain, qui a publié vendredi 18 septembre une longue enquête.Fin août, la police rwandaise avait annoncé, à la surprise générale, l’arrestation dans des circonstances troubles de Paul Rusesabagina, en exil aux États-Unis et en Belgique depuis 1996 et qui, selon sa famille, ne serait jamais retourné de lui-même au Rwanda. France24 avec AFP

L’opposant camerounais Maurice Kamto appelle à des manifestations mardi
Maurice Kamto, principal opposant politique au président camerounais Paul Biya, a appelé vendredi avec d’autres opposants « les Camerounais à sortir très nombreux » mardi, réclamant un cessez-le-feu dans les régions anglophones et la réforme du système électoral. Si ces « deux objectifs républicains ne sont pas satisfaits » après des marches pacifiques organisées mardi 22 septembre, les co-signataires de ce communiqué affirment que d’autres « manifestations pacifiques appelant au départ de M. Paul Biya seront organisées ». M. Kamto, qui était officiellement arrivé deuxième à la présidentielle de 2018, avait été arrêté en janvier 2019 à l’issue d’une marche contestant le résultat du scrutin. Il avait été libéré par M. Biya neuf mois plus tard, après une forte mobilisation internationale. AFP

Dépôt d’une plainte en France contre les autorités camerounaises
Dans sa plainte, le Réseau Respondere advocatus évoque trois événements qui se sont déroulés l’an dernier au Cameroun : les manifestations du 26 janvier et du 1er juin, organisées par le parti d’opposition, le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), ainsi que la mutinerie du 22 juillet, à la prison centrale de Yaoundé. L’association affirme que pendant ou après ces événements des tortures et des traitements inhumains et dégradants ont été infligés à des citoyens camerounais. « Ce régime utilise la force, l’armée, la police pour réprimer toute expression démocratique », estime maître Amédée Touko, juriste et secrétaire général de l’association. RFI

Belgique: la longue histoire de la dent de Patrice Lumumba
Près de soixante ans après son arrestation et sa mort au Katanga, le 17 janvier 1961, aux mains d’un escadron de policiers belges, Patrice Emery Lumumba, dont le corps a été disloqué et brûlé dans de l’acide, devrait enfin avoir une sépulture au Congo. Deux de ses dents, conservées comme un trophée de chasse par un commissaire de police belge qui officia longtemps au Congo, sont réclamées par la famille depuis 2011. Et ce, dans le cadre d’un procès intenté en Belgique par les enfants de Lumumba contre dix Belges impliqués dans le meurtre. Les restes de Patrice Lumumba n’ont été saisis par le parquet fédéral qu’en 2016, lequel a « consenti », selon la presse belge, à les restituer le 10 septembre dernier aux « ayants droit » de Patrice Lumumba. RFI

En Ouganda, l’une des plus vieilles universités d’Afrique ravagée par un incendie
Un important incendie a détruit une partie du bâtiment principal de l’université Makerere, l’une des plus prestigieuses et plus vieilles d’Afrique, a annoncé dimanche 20 septembre la police ougandaise. … « C’est une très sombre matinée pour l’université Makerere. Notre emblématique bâtiment administratif a pris feu et la destruction est invraisemblable », a écrit sur Twitter Barnabas Nawangwe, professeur d’architecture et vice-président de l’université. « Mais nous sommes déterminés à restaurer le bâtiment dans son état historique le plus rapidement possible », écrit-il également. Sur Twitter, l’université a publié des vidéos montrant d’immenses flammes ravageant, en pleine nuit, le côté droit puis le côté gauche du bâtiment. Le Monde avec AFP



Photo: Adam Jones