Revue de presse du 20 octobre 2022

Tchad : au moins 30 morts dans des affrontements entre policiers et manifestants
Une trentaine de personnes, dont une dizaine de membres des forces de sécurité, ont été tuées, jeudi, au Tchad, selon les autorités, lors d’affrontements opposant police et manifestants. Des centaines de personnes se sont réunies à l’appel de l’opposition contre la prolongation de deux ans de la transition par le pouvoir du président Mahamat Idriss Déby. … Ces affrontements se déroulent après la prolongation pour deux ans de la « transition » qui devait s’achever ce jeudi. Mais fin septembre, Mahamat Idriss Déby a finalement été maintenu à la tête de l’État jusqu’à des élections libres et démocratiques, censées se tenir à l’issue d’une deuxième période de transition et auxquelles il pourra se présenter. Ce maintien, à l’issue d’un Dialogue national inclusif et souverain (DNIS) boycotté par une grande partie de l’opposition, a achevé de braquer les oppositions politiques et armées. Il embarrasse aussi la communauté internationale qui avait pourtant adoubé Mahamat Idriss Déby il y a un an et demi. … « Ils nous tirent dessus. Ils tuent notre peuple. Les soldats du seul général qui a refusé d’honorer sa parole et aujourd’hui c’est la fin des 18 mois, voilà comment il entend installer la dynastie en tuant le peuple », a déclaré dans un message sur Twitter Succès Masra, l’un des principaux opposants du parti Les Transformateurs, qui avait lancé mercredi un appel à manifester pacifiquement. France24 avec AFP

Guinée: Conakry – Une nouvelle journée de tension s’annonce dans la capitale guinéenne
Le FNDC appelle à manifester ce jeudi dans tout Conakry. Cette fois c’est pour exiger la libération de ses responsables en détention depuis plusieurs mois. Comme d’habitude, cette nouvelle manifestation risque de provoquer des scènes de violences dans la ville, surtout sur l’axe le Prince. En plus, elle coïncidence avec la présence du médiateur de la CEDEAO dans le pays, Yaya Bony. Bien que dissout par la junte au pouvoir, le FNDC ne baisse pas les bras. Le retour à l’ordre constitutionnel dans le pays dans un délai raisonnable et obtenir la libération des siens, semblent non négociables pour cette organisation anti-troisième mandat. Sa manifestation prévue pour ce jeudi le prouve à suffisance. A la tête du pays depuis plus d’un an, le CNRD n’a toujours pas précisé si les 34 mois qu’il a établis comme durée de la transition courent déjà ou pas. C’est ce qui constitue d’ailleurs sa principale discorde avec à la fois le FNDC et les ténors de la classe politique. Aminata

L’Algérie double son budget militaire pour rattraper son retard technologique
Le budget militaire algérien pour l’année 2023 sera de 22,7 milliards de dollars. C’est la somme proposée par les autorités pour la loi-finance 2023. Elle sera votée par le Parlement fin novembre, et cela, sans débat, comme souhaité par le président Tebboune pour tous les dossiers relatifs à la défense. Depuis 2004, le budget militaire algérien s’élevait en moyenne à 10 milliards de dollars annuels, c’est donc une augmentation de plus de 110% en une seule année pour un budget qui figurait déjà parmi les plus élevés en Afrique. Cette hausse est aussi historique pour ce pays, classé parmi les trente premiers au monde en matière de dépenses militaires. La rupture des relations diplomatiques entre Rabat et Alger, il y a plus de deux ans, a entraîné des tensions qui font peser les risques d’un conflit entre les deux voisins maghrébins. Depuis, la course à l’armement s’est d’autant plus intensifiée dans les deux pays qui ont décidé de durcir leur politique de défense. Selon plusieurs experts, l’armée algérienne cherche alors à se moderniser et à augmenter ses capacités en renseignements militaires. De son côté, le Maroc a augmenté son budget militaire à 4,3 milliards de dollars et s’est allié avec Israël en signant un accord de sécurité. RFI

Le Burkina Faso lance un recrutement exceptionnel de 3 000 soldats pour combattre les djihadistes
Le Burkina Faso a lancé une campagne de recrutement exceptionnel de 3 000 militaires pour renforcer les rangs de son armée dans la lutte contre les djihadistes qui ensanglantent ce pays depuis sept ans, selon un communiqué du ministère de la défense transmis mercredi 19 octobre à l’Agence France-Presse (AFP). Cette campagne survient près de deux semaines après un coup d’Etat mené le 30 septembre par le capitaine Ibrahim Traoré… Le Monde avec AFP

Mali: le Conseil de transition examine le projet de militarisation de la police
Quatre articles et douze lignes, soit un texte court, mais le changement est profond : le projet de loi stipule que « les fonctionnaires de police et de la protection civile sont régis par le statut général des militaires », et que « les modalités et conditions » de leur intégration dans l’armée feront l’objet d’une relecture des textes actuellement en vigueur. Salaires, armement, formation, transposition des grades : les interrogations des policiers sont nombreuses. Dans un communiqué publié à la veille de l’examen du texte par le Conseil national de transition (CNT), qui fait office d’assemblée législative pour la période de transition, la Synergie des syndicats de la police nationale malienne déplore un projet « porté de manière unilatérale », « sans faire » l’objet « de discussion ». RFI

Conflit au Tigré : pourparlers de paix le 24 octobre en Afrique du Sud
Le gouvernement éthiopien participera le 24 octobre en Afrique du Sud à des pourparlers organisés par l’Union africaine (UA) pour tenter de mettre fin au conflit au Tigré, dans le nord de l’Ethiopie, a annoncé jeudi un conseiller du Premier ministre éthiopien. La Commission de l’UA « nous a informés que les pourparlers de paix sont fixés au 24 octobre en Afrique du Sud. Nous avons reconfirmé notre engagement à participer », écrit Redwan Hussein, conseiller à la sécurité nationale du Premier ministre Abiy Ahmed. La Commission de l’UA, dont le siège est à Addis Abeba, n’a pas répondu dans l’immédiat aux demandes de confirmation de l’AFP. Les autorités rebelles de la région septentrionale du Tigré, qu’un conflit armé oppose au gouvernement fédéral depuis début novembre 2020, n’ont pas non plus indiqué dans l’immédiat si ils participeraient. AfricaNews avec AFP

Maurice: le probable meurtre d’un militant de la coalition au pouvoir agite le pays
Les conclusions d’une enquête judiciaire sur le probable assassinat d’un militant d’un parti au pouvoir provoquent de vives critiques envers la police et embarrassent grandement le pouvoir à Maurice. Des révélations médiatiques, cette semaine, sur cette affaire connue comme les « Kistnen Papers » agitent le pays. Les partis d’opposition ont tenu, mardi, une manifestation devant le Parlement. Ils dénoncent « un assassinat politique » et estiment qu’une « ligne rouge a été franchie » car de telles pratiques sont étrangères à la culture du pays. RFI

Inondations au Tchad: Mahamat Idriss Déby Itno décrète l’état de catastrophe naturelle
Au Tchad, dans un message à la nation diffusé mercredi soir à la télévision nationale, le président de transition Mahamat Idriss Déby Itno a décrété un état de catastrophe naturelle. De graves inondations menacent la capitale et plusieurs villes longeant les fleuves Logone et Chari, les deux principaux cours d’eau du pays. RFI

COP27 : des revues scientifiques et médicales lancent un appel à l’aide climatique pour l’Afrique
Les pays les plus riches, principaux responsables du réchauffement de la Terre, doivent augmenter leur soutien aux nations africaines, où la crise climatique provoque chaque année la maladie et la mort de centaines de milliers de personnes, selon un appel dévoilé mercredi 19 octobre par quelque 250 revues scientifiques et médicales. Les dégâts déjà provoqués par le réchauffement climatique « devraient être une préoccupation suprême pour toutes les nations » du monde, affirment les signataires de cet appel rédigé par seize rédacteurs en chef de revues médicales africaines de premier plan. « Il est profondément injuste que les nations les plus touchées aient le moins contribué aux émissions mondiales cumulées, qui sont à l’origine de la crise climatique et de ses effets de plus en plus graves », indique l’éditorial commun, publié à quelques semaines des négociations climat des Nations unies (la COP27, du 5 au 18 novembre). Le texte doit paraître dans 50 titres scientifiques africains et des revues médicales internationales comme The BMJ, The Lancet, le New England Journal of Medicine et le National Medical Journal of India. Le Monde



Photo: Adam Jones