Revue de Presse du 2 juillet 2020

Le nombre de déplacés de force en Afrique atteint le chiffre record de 29 millions [Infographie]
Suite au conflit et à la gouvernance répressive, 4 millions d’Africains supplémentaires ont êtes forcés de quitter leur domicile au cours de l’année passée, continuant une tendance à la hausse depuis 2011. En Afrique, 29 millions de personnes ont été déplacées de force (déplacés internes, réfugiés, demandeurs d’asile). La reprise des hostilités et l’augmentation de la violence en République démocratique du Congo (RDC), en République centrafricaine (RCA), en Ethiopie et au Sahel sont la cause de cette augmentation. … Pour résoudre la crise de déplacement en Afrique et en renverser la tendance, il faudra en résoudre non seulement les symptômes mais aussi les principaux facteurs, c’est à dire le conflit et la gouvernance répressive. Centre d’études stratégiques de l’Afrique

44 pays auront besoin d’une aide alimentaire extérieure, la majorité sont en Afrique (FAO)
Plus d’une quarantaine de pays dans le monde auront besoin d’une aide alimentaire extérieure, a alerté jeudi l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Dans un rapport sur les Perspectives de récolte et situation alimentaire, l’agence onusienne a ainsi listé ces 44 pays dont 34 se situent en Afrique… Pour Bangui, l’agence onusienne met en avant le conflit et les mouvements de populations. Or selon la dernière analyse de la classification intégrée de la phase de sécurité alimentaire (IPC), le nombre de personnes en situation de grave insécurité alimentaire dans ce pays (phase 3 de l’IPC : « crise » et au-delà) est estimé à 2,4 millions pendant la période de soudure (mai-août 2020). Il s’agit d’une augmentation de 15 % par rapport aux 2,1 millions prévus avant la pandémie de Covid-19. ONU Info

Au Mali, le M5 propose une transition démocratique
Les leaders du M5-RFP exigent, entre autres, la dissolution de l’Assemblée nationale, la mise en place d’un organe législatif de transition et le renouvellement intégral des membres de la Cour constitutionnelle. Dans un mémorandum, les leaders du mouvement du 05 juin-Rassemblement des Forces Patriotiques dessinent les contours de la refondation de l’État Malien. Parmi les neuf mesures proposées par les partisans de l’imam Mahmoud Dicko, il y a donc la fixation des objectifs et de la durée d’une transition démocratique ou encore la tenue de concertations nationales pour faire l’état de la nation. Le détachement des services exécutifs de l’État de la présidence de la République fait également partie des mesures annoncées. DW

G5 Sahel: le problème des exactions contre les populations civiles
Lors du sommet du G5 Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad) et de la France à Nouakchott mardi dernier, les chefs d’Etats ont abordé la question des exactions dont sont victimes les populations civiles. Emmanuel Macron a même déclaré que « les communautés peules ne sont l’ennemi de personne ». Les propos du président français ont été bien accueillis par des organisations de la société civile comme le Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés au Burkina Faso. Selon cette association, c’est un premier pas dans la lutte contre le terrorisme et la protection des civils qui voient leur espace de sécurité se réduire de plus en plus. RFI

Niger: neuf agents humanitaires libérés dans l’ouest du pays
L’annonce de leur libération a été confirmée par le gouverneur de la région de Tillabéry et le représentant du PAM, au Niger. Les neuf humanitaires locaux de l’ONG APIS sont libres de leurs mouvements. Ils avaient été enlevés il y a une semaine, alors qu’ils étaient en mission de recensement des populations vulnérables dans l’ouest du Niger en vue d’une aide alimentaire lorsque des jihadistes à moto les ont enlevés. De source sécuritaire dans la zone, un agent du PAM dont le nom n’a pas été révélé, était mercredi matin dans le village de Boni, pour accueillir ses camarades. RFI

Le décès d’un chanteur populaire ravive les tensions en Éthiopie
L’arrestation de l’opposant Jawar Mohammed ajoutée à l’assassinat du chanteur Hachalu Hundessa aggravent les tensions en Ethiopie. Plus de 50 morts sont enregistrés. Le chanteur Hachalu Hundessa était une des voix fortes de l’ethnie Oromo durant les années de manifestations qui ont permis au Premier ministre Abiy Ahmed d’accéder au pouvoir en 2018. Si le mobile de son meurtre reste encore flou, la police assure que des suspects ont déjà été arrêtés. Mais les violences déclenchées par l’annonce de sa mort ont poussé le gouvernement à couper internet dans la capitale Addis Abeba. Cette situation déjà tendue est aggravée par l’interpellation de l’opposant Jawar Mohammed, qui avec certains de ses partisans auraient tenté d’empêcher que la dépouille du chanteur soit ramenée dans sa ville natale pour y être inhumée. Ces évènements n’augurent pas de lendemains paisibles, estime le chercheur Gérard Prunier qui craint une aggravation des tensions ethniques. DW

Bénin: rumeurs d’une tentative de coup d’Etat avortée, des militaires arrêtés
Des rumeurs et les réseaux sociaux ont fait état d’une tentative de coup d’Etat qui aurait échoué dans la nuit du 25 au 26 juin. Des informations contradictoires ont circulé sur le sujet et pour la première fois le ministre porte-parole s’est prononcé officiellement mercredi 1er juillet. Il a reconnu qu’il y a eu des arrestations pour des « actes contraires à la paix ». Le ministre porte-parole reconnaît que « plus d’une dizaine de personnes ont été déférés pour des actes susceptibles de revêtir la qualification d’acte terroriste », mais il précise que, « rien ne confirme que ces individus s’apprêtaient à perpétrer ce qui se dit ». Et ce qui se dit, c’est qu’il y aurait eu une tentative de coup d’Etat avortée. RFI

RDC: un rapport révèle comment Dan Gertler a essayé d’échapper aux sanctions
C’est une nouvelle enquête sur le milliardaire israélien Dan Gertler. Depuis décembre 2017, il est sous sanctions des États-Unis, accusé par le Trésor américain d’avoir servi d’intermédiaire dans la vente d’actifs miniers en RDC et ce qui aurait coûté au pays près d’un milliard et demi de dollars entre 2010 et 2012. Le nouveau rapport de Global Witness et PLAAFF, la plateforme de lanceurs d’alerte d’Afrique, explique comment Dan Gertler a essayé d’échapper à ces sanctions. RFI

RDC: les chefs religieux mettent la pression sur la coalition au pouvoir
Depuis plusieurs semaines, le ton monte entre la plateforme présidentielle Cach et le FCC de l’ancien chef de l’État Joseph Kabila autour de la réforme de la justice et de la désignation du président de la commission électorale. l’Eglise catholique et de l’Eglise du Christ au Congo, le plus grand regroupement protestant de la RDC, ont profité du 60e anniversaire de l’indépendance du pays pour demander la fin de l’alliance entre l’ancien et le nouveau président de la République. Le cardinal Ambongo a haussé le ton lors de son homélie prononcée ce mardi à l’occasion des 60 ans de l’indépendance du Congo. Ce haut personnage de l’Église catholique a demandé la fin de la coalition au pouvoir. Il a évoqué un désamour entre Cach et le FCC, un problème de confiance entre les coalisés, l’impunité pour les grands et la pauvreté de la population. RFI

Tshisekedi réduit la peine d’Eddy Kapend, condamné pour l’assassinat de l’ex-président Laurent-Désiré Kabila
La condamnation de l’ex-aide de camp de l’ancien président a longtemps été décriée par beaucoup qui le considéraient comme un bouc émissaire. Le président de la République démocratique du Congo (RDC), Félix Tshisekedi, a annoncé mercredi des commutations de sentences et des grâces collectives pour des centaines de prisonniers. La mesure, qui intervient à l’occasion des 60 ans de l’indépendance de la RDC, s’applique à titre exceptionnel aux personnes condamnées pour l’assassinat de l’ancien président Laurent-Désiré Kabila, père de son prédécesseur Joseph Kabila. Ainsi le colonel Eddy Kapend et ses co-condamnés, jugés coupables devant un tribunal militaire en 2001, sont parmi les bénéficiaires de la mesure du président Tshisekedi. VOA

Algérie : des caciques de l’ère Bouteflika lourdement punis pour corruption
L’oligarque algérien Ali Haddad et d’ex-ministres ont été condamnés mercredi 1er juillet à Alger à de lourdes peines de prison à l’issue d’un procès qui a de nouveau dévoilé la corruption du régime du président déchu Abdelaziz Bouteflika et de son clan. Ali Haddad, ex-dirigeant de la principale organisation patronale algérienne, le Forum des chefs d’entreprises (FCE), a été condamné à 18 ans ferme. Incarcéré depuis mars 2019, il était poursuivi pour « obtention de privilèges, d’avantages et de marchés publics en violation de la législation, dilapidation de deniers publics, abus de fonction, conflit d’intérêts et corruption dans la conclusion de marchés publics ». Le Monde avec AFP

Algérie: Karim Tabbou, figure emblématique de la contestation, va être libéré, selon son avocat
Karim Tabbou, figure emblématique du mouvement de contestation en Algérie, va être relâché jeudi après le feu vert de la cour d’Alger à une demande de liberté provisoire, a indiqué son avocat à l’AFP. « La demande de liberté provisoire a été acceptée. Tabbou va être libéré jeudi », a déclaré Maître Abdelghani Badi. Karim Tabbou, emprisonné depuis le 26 septembre 2019, avait été condamné en appel le 24 mars dernier à un an de prison ferme pour « atteinte à l’intégrité du territoire national ». Il est également poursuivi pour « atteinte au moral de l’armée » dans le cadre d’une autre affaire, dont le procès a été reporté au 14 septembre. Les ONG de défense des droits de l’Homme se sont félicitées de la décision de la justice algérienne. AFP

Au Botswana, des centaines d’éléphants meurent dans des conditions mystérieuses
Au moins 275 éléphants sont morts récemment dans des conditions mystérieuses au Botswana, dans la région du delta de l’Okavango (nord), très prisée des touristes, a-t-on appris jeudi 2 juillet de sources concordantes. « Nous avons reçu un rapport sur la mort de 356 éléphants dans le nord du delta de l’Okavango, et jusqu’à présent nous avons confirmé la mort de 275 pachydermes », a déclaré à l’AFP le directeur des parcs nationaux et de la faune du Botswana, Cyril Taolo : « La cause de la mortalité est en train d’être déterminée. Nous avons envoyé des échantillons en Afrique du Sud, au Zimbabwe et au Canada pour des analyses. L’anthrax [ou maladie du charbon] est exclu. On ne soupçonne pas non plus des braconniers, puisque les animaux ont été retrouvés avec leurs défenses. » Le Monde avec AFP

Tunisie : à Tataouine, la protestation se conjugue aussi au féminin
L’espace public est aussi à elles. Moins visibles que les jeunes hommes qui, plusieurs jours durant, ont tenu tête à la police et l’ont affrontée, les femmes de Tataouine ont aussi investi la rue pour écrire une page d’histoire du lieu. A leur façon. A 500 kilomètres de Tunis, au sud du pays, dans ce lieu traditionnel où les caravanes ont longtemps fait étape, la place des femmes n’est pas vraiment au cœur des rues. Sabrine Wafi le sait, elle qui milite pour que leurs droits égalent ceux des hommes. Et pourtant, pendant les quelques jours de violences qu’a connus le lieu durant le mois de juin, elle était là aux côtés des protestataires à distribuer du lait pour soulager les yeux irrités. Le Monde



Photo: Adam Jones