Revue de Presse du 17 mars 2020

Premiers cas de coronavirus en Tanzanie et Somalie, la région se ferme

La Tanzanie et la Somalie ont enregistré lundi leur premier cas de coronavirus tandis que leurs voisins d’Afrique de l’Est prenaient de nouvelles mesures de fermeture des frontières ou des écoles face à la progression du nombre de cas dans la région. La ministre tanzanienne de la Santé Ummy Mwalimu a indiqué lundi qu’une Tanzanienne de 46 ans avait été testée positive au coronavirus après être revenue d’un séjour en Belgique le 15 mars. La quadragénaire a été hospitalisé à Arusha (nord). La ministre a précisé que la patiente, qui avait côtoyé une personne infectée en Belgique, s’était présentée d’elle-même aux autorités sanitaires, le contrôle à l’aéroport n’ayant pas décelé de température élevée. … La Somalie a également annoncé son premier cas lundi et décidé dans la foulée d’interdire tous les vols internationaux (y compris pour les avions cargo) au départ et à l’arrivée du pays, à compter de mercredi. Les vols humanitaires ne sont pas concernés. C’est un Somalien qui a été testé positif, parmi quatre personnes placées à l’isolement après être revenues de pays touchés par l’épidémie, a expliqué la ministre de la Santé Fowzia Abikar Nur. AFP

Coronavirus en Afrique : le Cameroun sur la brèche

Le Cameroun a signalé mardi cinq nouveaux cas de Covid-19, portant à dix le nombre total de contaminations, selon un tweet du ministre camerounais de la Santé publique Manaouda Malachie sans donner plus de détails. Plus tôt dans la journée, le Premier ministre camerounais a présidé une réunion d’urgence avec les ministres pour faire face à la pandémie. Résultat : l’inquiétude monte chez les Camerounais. En effet, il y a de quoi être troublé puisque pour le cas du Cameroun on ne peut pas dire que l’exemple vient des autorités. En pleine crise sanitaire, l’ancien président de l’Assemblée nationale Cavaye Yeguie Djibril, évacué sanitaire en France depuis plusieurs semaines, a fait un retour en trombe dans son pays juste avant la campagne pour la présidence du nouveau bureau de l’hémicycle. Sauf qu’il le fait au moment où le gouvernement camerounais a appelé les personnes venant des pays touchés par la pandémie du coronavirus à observer une quarantaine de 14 jours avant toute activité. L’homme de 80 ans, préoccupé par sa candidature, n’a pas respecté la décision et a été accueilli par un tonnerre d’applaudissements par ses pairs sans que personne ne se soucie de son état de contamination. Le Point

La mission de la Cédéao en Guinée reportée sine die à cause du coronavirus

La mission de haut niveau de la Communauté des États d’Afrique de l’ouest qui devait se rendre à Conakry ce mardi 17 mars pour une médiation avec le président Alpha Condé a été reportée sine die en raison de l’épidémie. Il n’y a pourtant qu’un seul cas déclaré, remarquent certains. Quatre chefs d’États devaient faire le déplacement : le Nigérian Muhammadu Buhari, l’Ivoirien Alassane Ouattara, le Nigérien Mouhamadou Issoufou et Nana Akufo Addo, le président du Ghana. Leur but : évoquer les conditions des élections de dimanche, deux scrutins contestés par l’opposition et la société civile. À travers cette mission, la Cédéao voulait une nouvelle fois insister sur deux points : assainir le fichier électoral et inclure l’opposition politique au double scrutin de dimanche. Avec en arrière-pensée, une ligne rouge à ne pas franchir : briguer un éventuel troisième mandat. Tout était prêt : les autorisations de survol et d’atterrissage sur la capitale guinéenne. Mais l’expansion de l’épidémie du coronavirus a refroidi les ardeurs des présidents ghanéens et ivoiriens, qui ont tous deux décidé de renoncer, à la dernière minute, à ce projet. RFI

Togo: Agbéyomé Kodjo perd son immunité parlementaire

Par cet acte des députés, Agbéyomé Kodjo devient un citoyen ordinaire et la justice pourra le poursuivre pénalement pour des propos qu’il a tenu durant la période électorale de février 2020. Le procureur de la République peut désormais poursuivre l’opposant, explique Yawa Tségan, présidente de l’Assemblée nationale.  … Il devra répondre des chefs d’accusation de « troubles aggravés à l’ordre public, de diffusion de fausses nouvelles, de dénonciation calomnieuse et d’atteinte à la sécurité intérieure de l’État ». … La Réaction du camp d’Agbéyomé ne s’est pas faite attendre. L’archevêque émérite de Lomé, Mgr Philippe Fanoko Kpodzro, l’un de ses soutiens principaux, appelle à une mobilisation générale pour empêcher les autorités togolaises d’arrêter le député et ancien président de l’Assemblée nationale. « En tout cas, c’est sur mon cadavre qu’ils marcheront pour arrêter notre nouveau président Agbéyomé Kodjo. Je suis dans sa maison ». Mgr Philippe Fanoko Kpodzro reconnaît tout de même que ses précédents appels à la mobilisation n’ont pas eu un écho favorable mais appelle cette fois-ci à une résistance citoyenne. « Comment devons-nous faire cette résistance? Nous n’avons pas les armes, on ne veut pas d’effusion de sang. Mais faites du bruit, sonnez les cloches des églises, des casseroles pour casser les oreilles à tous », a lancé l’archevêque émérite de Lomé. DW

Niger : 50 combattants de Boko Haram « neutralisés » dans le sud-est

Cinquante combattants du groupe jihadiste Boko Haram ont été « neutralisés » au cours d’un combat dans la nuit du 15 au 16 mars à Toummour, dans le sud-est du Niger, a annoncé lundi soir le gouvernement. « Des éléments terroristes de Boko Haram lourdement armés venus à bord d’une vingtaine de véhicules ont attaqué le poste militaire de reconnaissance de Toummour (région de Diffa). La riposte spontanée de nos forces de défense et de sécurité a permis de repousser l’ennemi », a déclaré le ministère nigérien de la Défense dans un communiqué. « Le bilan provisoire est de : côté ami, un blessé. Côté ennemi : cinquante combattants de Boko Haram neutralisés (tués) ». Après l’attaque, des renforts du Bataillon d’intervention spéciale de l’armée nigérienne ont « aussitôt engagé une poursuite contre l’ennemi jusque dans son retranchement, à la rive du Lac Tchad ». Les militaires nigériens ont capturé « plusieurs suspects » et saisi « deux véhicules et plusieurs armes ». African News

Egypte : six jihadistes présumés tués par la police dans le Sinaï

Six jihadistes présumés ont été tués par des policiers lors d’échanges de tirs dans le nord de la péninsule du Sinaï, en proie à une insurrection islamiste depuis plusieurs années, a annoncé lundi le ministère égyptien de l’Intérieur. Dans un communiqué, ce ministère a indiqué avoir mené un assaut sur une « cache » de jihadistes présumés à Bir el-Abed, à l’ouest du chef-lieu de la province du Nord-Sinaï, al-Arich. Les combattants « se cachaient dans une maison en chantier » et « six membres (du groupe) sont morts lors des échanges de tirs », selon la même source. Des armes automatiques ainsi que des explosifs ont été retrouvés. En février, l’organisation Etat islamique (EI), très active dans cette péninsule du nord-est de l’Egypte, avait revendiqué plusieurs attentats, dont une attaque sur un gazoduc à 80 km à l’est d’al-Arich. Africa News

Burkina Faso: grève contre l’élargissement de l’impôt unique sur les traitements et salaires

Au Burkina Faso, depuis le 16 mars et jusqu’au vendredi 20, plusieurs syndicats observent une grève pour protester contre la baisse du pouvoir d’achat des travailleurs, à la suite de l’élargissement de l’impôt unique sur les traitements et salaires (IUTS). Le gouvernement défend, quant à lui, la correction d’une injustice, car les travailleurs du secteur privé sont déjà soumis aux mêmes impôts. C’est le service minimum dans plusieurs secteurs d’activité, comme ici à la direction générale du trésor public. Seuls les salaires et les allocations familiales sont payés. Certains guichets restent fermés. « Je suis venu pour acheter des timbres fiscaux. Je pensais que les caisses étaient fermées. » Dehors, sur le parking, ce n’est pas l’ambiance des jours ordinaires, nous dit Pascal Yameogo, l’un des gérants. « C’est le silence, c’est le calme. Sur 100 personnes, il peut y en avoir qu’une ou deux place de libre. Il n’y a pas de place pour garer les véhicules. Ne parlons pas des motos. » Face à la propagation du coronavirus, les syndicats ont dû modifier leur stratégie de lutte. RFI

Au Soudan du Sud, le long combat des femmes pour se faire une place en politique
Conférences, célébrations, débats parfois houleux dans les médias et sur les réseaux sociaux… Au Soudan du Sud, la Journée internationale des droits des femmes, le 8 mars, et l’actualité institutionnelle du pays se sont avérées propices aux discussions sur la place des femmes dans la société et sur leur participation en politique. Le pays met actuellement en œuvre un accord de paix pour sortir du conflit qui a éclaté en décembre 2013 entre les partisans du président, Salva Kiir, et ceux de son vice-président, Riek Machar. Cet accord, signé en 2018 après l’échec d’un premier accord en 2016, prévoit notamment que 35 % des postes gouvernementaux soient occupés par des femmes, à tous les niveaux de l’Etat. Ce quota, fruit de la persévérance des associations de femmes pour se faire une place au sein du processus de paix, est la mesure la plus progressiste que le pays ait connue à ce jour… mais sa mise en œuvre n’est pas assurée. Le Monde

Soudan/Darfour : un rapport conjoint ONU-UA préconise une mission politique

Un rapport conjoint ONU-Union africaine sur le Soudan et le Darfour, rendu public lundi, préconise de remplacer fin octobre l’opération de paix Minuad par une mission politique, suscitant la crainte de l’ONG Human Rights Watch de voir les civils perdre toute protection. Le Conseil de sécurité des Nations unies est appelé le 26 mars à décider ou non d’un retrait graduel d’ici fin octobre des quelque 7.800 Casques bleus qui assurent encore aujourd’hui cette protection. Il devait en discuter mercredi, mais en raison du coronavirus qui affecte l’activité du siège de l’ONU à New York, la Chine a décidé d’annuler cette session. Concernant la protection des civils, « cette responsabilité incombe au Soudan. Le mécanisme successeur de la Minuad pourrait fournir aux autorités (…) un soutien consultatif », mais si un mandat de « protection physique des civils » lui était demandé, « cela nécessiterait un déploiement très large, proportionnel à la taille de la zone d’opérations », relève le rapport. Sans ce mandat, « il ne faudrait donc pas attendre de lui qu’il le fasse », met en garde le document. AFP

Le Soudan propose d’être médiateur dans le dossier du barrage de la Renaissance

Cette infrastructure unique en Afrique, construite par l’Éthiopie sur les eaux du Nil, inquiète les pays voisins situés en aval du fleuve, notamment le Soudan et l’Égypte. Une tentative de médiation américaine lancée en mai est bloquée. En attendant, le numéro 2 du Conseil souverain soudanais, Hemetti, a passé deux jours au Caire. Il a proposé que le Soudan rapproche les points de vue. Depuis quelques jours, plusieurs déplacements officiels montrent un réchauffement entre l’Égypte et le Soudan. Pour autant, rien ne dit que Le Caire acceptera une médiation de Khartoum… En effet, les Égyptiens se sont toujours méfiés de leurs voisins, qui depuis longtemps sont favorables au projet éthiopien. En effet, le barrage devrait changer le flot du Nil, et réduire la sédimentation. Ce qui permettrait au Soudan d’économiser des millions de dollars dépensés chaque année pour nettoyer la vase de ses terres. Un flot mieux régulé permettrait une meilleure irrigation, plusieurs récoltes par an et une meilleure productivité. Or les Soudanais disposent d’un immense potentiel agricole qui ne demande qu’à être exploité. Plusieurs pays comme la Turquie ou les nations du Golfe s’intéressent d’ailleurs à ces réserves pour leur propre sécurité alimentaire. RFI

Elections au Burundi : l’ONU et ses partenaires plaident pour une plus grande participation des femmes

La voie est ouverte pour que les femmes profitent de s’engager massivement dans le processus électoral au Burundi, ont déclaré lundi le Bureau de l’Envoyé spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour la région des Grands Lacs et ses partenaires à l’issue d’une mission dans le pays. La mission, composée du Bureaud e l’Envoyé spécial, du Conseil consultatif pour les femmes, paix et sécurité dans la région des Grands Lacs, d’ONU-femmes, de la CIRGL et du Forum régional des Femmes etde  COCAFEM-GL, avait pour objectif de soutenir les femmes burundaises pour qu’elles « participent effectivement et en grand nombre » aux processus électoraux, présidentiel et législatif, prévus en mai de cette année. Au cours de son séjour à Bujumbura, du 2 au 4 mars, la mission a rencontré plusieurs responsables gouvernementaux dont l’Ombudsman ; le ministre des affaires étrangères ; le ministre des droits de la personne humaine, des affaires sociales et du genre ; et le ministre de la justice. Elle a également rencontré le Forum national des Femmes, ainsi que les femmes leaders burundaises dans le cadre d’une session interactive d’échanges sur les questions de participation électorale des femmes, mais également du rôle que les femmes peuvent jouer dans les instances économiques et sécuritaires. ONU Info

Crédit Suisse poursuivi aux Etats-Unis pour surfacturation au Mozambique

Les procureurs américains qui enquêtent sur le rôle du groupe bancaire Crédit Suisse dans une affaire de corruption de 2 milliards de dollars au Mozambique pensent avoir des preuves de la culpabilité du créancier suisse, selon l’agence de presse Reuters. L’année dernière, trois anciens banquiers de Crédit Suisse avaient plaidé coupable de malversations, écrit Reuters, qui cite deux sources. Les procureurs estiment que Crédit Suisse peut être tenu pénalement responsable des délits de ses employés s’ils ont été commis dans le cadre de leurs fonctions et si la banque a bénéficié de leurs actions d’une manière quelconque. C’est en février que les procureurs de New York ont contacté Crédit Suisse pour l’informer des procédures en cours. « Crédit Suisse continue de coopérer avec toutes les autorités d’enquête », a déclaré un porte-parole de la banque. L’affaire découle de prêts que Credit Suisse a facilités entre 2013 et 2016 pour des projets de défense côtière et la pêche au thon au Mozambique. AFP

Au Gabon, les ventes de pangolin flanchent avec le Covid-19

L’animal, considéré par des ONG de protection de l’environnement comme le plus victime de braconnage au monde, est en effet soupçonné par une équipe de chercheurs chinois d’avoir transmis le Covid-19 à l’homme, sur un autre marché de gibier, à quelque 11 000 kilomètres de Libreville, à Wuhan, en Chine. Résultat inattendu de la pandémie qui ébranle le monde entier : sur les marchés gabonais, les vendeuses ont perdu leurs meilleurs clients. Plusieurs d’entre elles affirment que des acheteurs chinois venaient à l’ouverture du marché pour rafler toute leur offre, mais qu’ils ont désormais disparu. … Au Gabon, trois des quatre espèces africaines de pangolins vivent dans les forêts qui recouvrent 88 % du pays. Des normes strictes de protection de la faune ont été adoptées, et le pays a œuvré activement pour que le pangolin géant soit classé en 2016 comme l’une des espèces les plus menacées au monde et son commerce international interdit, affirme le ministre des eaux et forêts, Lee White. « Nous faisons de la surveillance aux frontières avec des équipes de chiens renifleurs » qui détectent les écailles, mais également l’ivoire des éléphants ou les peaux de panthère, détaille-t-il. Le Monde avec AFP

Coronavirus : Smockey sensibilise aux gestes de prevention

Longtemps préservé par le coronavirus, le Covid-19, le continent africain doit affronter aujourd’hui cette pandémie. Les pays essaient de s’adapter en prenant des mesures pour éviter plus de contamination. … Le Burkina Faso a annoncé cinq nouveaux cas de coronavirus, portant le nombre total de personnes infectées à 20. Dans le même temps 59 passagers d’un avion en provenance de la Chine ont été mis en confinement après la détection à bord de cas suspects. Pour éviter la propagation du virus, des mesures de sécurité sont à prendre. Le rappeur burkinabé Smockey, alias Serge Bambara, a accepté de prêter sa voix pour expliquer ces mesures. … DW



Photo: Adam Jones