Revue de Presse du 17 Février 2021

Nouveau rapt d’élèves au Nigeria: le président ordonne une opération de sauvetage
Le président nigérian a ordonné mercredi une opération pour sauver 42 personnes, dont 27 élèves, victimes d’un nouvel enlèvement par un groupe armé dans un pensionnat du pays, deux mois après le rapt massif de 344 adolescents dans une région voisine qui avait provoqué un émoi mondial. Des hommes armés ont attaqué le collège-lycée gouvernemental de Kagara, un pensionnat situé dans l’Etat du Niger. « Les bandits ont attaqué l’école vers 2H00 mercredi. En tout, ils ont enlevé 42 personnes », a déclaré mercredi à l’AFP Muhammad Sani Idris, commissionnaire à l’information du gouvernement local. « Au moment de l’attaque, il y avait 650 élèves dans l’école. Ils ont emmené 27 élèves avec trois enseignants. Un élève a été tué. Ils ont également enlevé 12 membres des familles des enseignants », a-t-il ajouté. « C’est le dernier bilan que nous avons établi après des vérifications », a-t-il précisé. AFP

Macron annonce vouloir « décapiter » les groupes liés à Al-Qaïda en marge du sommet G5 Sahel
Le président français Emmanuel Macron a insisté mardi, en s’adressant au sommet du G5 Sahel de N’Djamena, sur la nécessité de renforcer à la fois la lutte contre les groupes jihadistes affiliés à Al-Qaïda et le retour de l’Etat dans les territoires délaissés de la région. Il a appelé ce mardi à « décapiter » les groupes djihadistes affiliés à Al-Qaïda qui constituent toujours une menace au Sahel, et exhorté les pays de la région au « sursaut » politique et à un retour de l’Etat dans les territoires délaissés. Un an après le sommet de Pau (sud-ouest de la France), « nous avons réussi à obtenir de véritables résultats dans la zone des trois frontières », entre le Mali, le Niger et le Burkina Faso, et le principal groupe visé, l’organisation Etat islamique au grand Sahara (EIGS), « a perdu son emprise et subi de nombreuses pertes », a salué le président français lors d’une intervention en visioconférence depuis Paris. Mais les organisations affiliées à Al-Qaïda, le GSIM (Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans) et la katiba Macina, « dont la plus haute hiérarchie continue à nourrir un agenda djihadiste », constituent toujours une menace au Sahel, a souligné Emmanuel Macron en promettant « une action renforcée » pour « essayer d’aller décapiter ces organisations ». AFP

Nigeria: violences ethniques à Ibadan, un marché totalement ravagé
Dans la ville d’Ibadan, au sud-ouest du Nigeria, un marché a été totalement ravagé après plusieurs jours d’affrontement meurtriers entre habitants de l’ethnie yoruba et de l’ethnie haoussa. Selon le gouvernement, plusieurs personnes ont perdu la vie, mais il n’y a pas encore de bilan précis. Le président Muhammadu Buhari a lui-même réagi et appelé à l’apaisement à Ibadan, où les communautés vivaient jusque-là en harmonie. … Une odeur de pourriture plane sur les ruines du marché de Shasha, en périphérie de la ville d’Ibadan. Sur le sol glissant, il y a des tomates, des oignons en décomposition, entre les piles de débris et les bouts de métal calcinés. Depuis vendredi et durant tout le week-end, des membres de l’ethnie haoussa armés de couteaux et d’armes à feu ont semé le chaos et la destruction dans le quartier, selon ce jeune homme yoruba : « Ils ont tout brûlé. Même ceux qui étaient nos locataires nous ont attaqué car ils étaient plus nombreux que nous. » RFI

Dans le golfe de Guinée, les pirates se professionnalisent
Le Mozart se trouvait à 320 kilomètres des côtes du Nigeria, lorsque les pirates ont lancé leur assaut, leur bateau filant à travers les eaux du golfe de Guinée pour dépasser le porte-conteneur. Des hommes armés ont grimpé à bord laissant à peine le temps à l’équipage turc de s’enfermer à double tour dans leur « citadelle », un espace sécurisé prévu en cas d’attaques. Durant six heures, les pirates ont utilisé des outils trouvés sur le navire pour forcer la porte de sécurité. Une fois la « citadelle » assiégée, ils ont tué un des matelots et en ont kidnappé quinze, qu’ils ont ramenés sur la terre ferme en vue d’obtenir une rançon. Cette attaque, survenue en janvier, n’est qu’une parmi les nombreuses qui sont enregistrées chaque mois au large des côtes nigérianes. AFP

Des milliers d’Algériens manifestent en Kabylie pour l’anniversaire du Hirak
Des milliers de personnes ont manifesté, mardi 16 février, dans l’est de l’Algérie à Kherrata, le berceau du Hirak, à l’occasion du deuxième anniversaire de ce soulèvement populaire contre le régime en place dans le pays. C’est dans cette ville, à 300 kilomètres de la capitale Alger, qu’une première mobilisation spontanée avait réunie, le 16 février 2019, des milliers de personnes opposées à un cinquième mandat présidentiel d’Abdelaziz Bouteflika, au pouvoir depuis vingt ans. Une semaine plus tard, le 22 février, la contestation avait gagné la capitale, puis le reste du pays, donnant naissance à un mouvement inédit, réclamant « le démantèlement du système » en place depuis 1962. Brandissant des drapeaux algériens et amazighs (berbères), les manifestants ont scandé des slogans connus du Hirak : « Pour l’indépendance de l’Algérie », « [le président] Tebboune est arrivé par la fraude, placé par les militaires » ou encore « Les généraux à la poubelle ». Le Monde avec AFP

Dix ans après la révolution, l’inextricable bourbier libyen
Une décennie après le début du soulèvement contre Mouammar Kadhafi le 17 février 2011, la Libye est exsangue, minée par les conflits armés, rongée par la mainmise des puissances étrangères et les divisions du Conseil de sécurité des Nations unies. Le 17 février 2011, à Benghazi, suite à deux jours de manifestations qui réclament la libération de l’avocat et militant des droits de l’homme, Fathi Terbel, une foule de 600 personnes se rassemble devant le poste de police principal de la ville. Les manifestants sont violement réprimés. Cela n’arrête pas la protestation qui s’élargit et se poursuit pour devenir quotidienne. La police quitte la ville et le régime de Kadhafi, depuis Tripoli, promet de punir Benghazi. Très vite, la rébellion gagne plusieurs villes de l’est libyen. Des renforts sont envoyés de Tripoli à l’est mais sont stoppés à Ras Lanouf, dans le croissant pétrolier, à quelque 600 kilomètres de Benghazi. Des combats y opposent pendant plusieurs semaines l’armée et les rebelles. À Misrata aussi, des combats opposent les forces du régime et les révolutionnaires qui ont pris les armes. RFI

Présidentielle au Bénin: l’opposition veut une modification des règles de parrainages
Grosse polémique au Bénin depuis que la Commission électorale (Céna) a invalidé les candidatures majeures de l’opposition. Disqualifiés pour défaut de parrainages, tous accusent le président Patrice Talon de les avoir privés de parrains pour leur dossier. Joël Aïvo, candidat de la plateforme de l’opposition, ne désarme pas. Il demande au gouvernement de faire sauter en urgence ce verrou. « Si la Céna n’a pas retenu son dossier, c’est la faute aux parrainages et la faute à l’auteur des réformes politiques ». Joël Aïvo parle de Patrice Talon. Dans une évaluation de son bilan aux allures de pamphlet, il qualifie sa gestion de gouvernance très controversée. L’opposant fait ses comptes et affirme qu’on va vers la troisième élection sans l’opposition. … La requête de Joël Aïvo reste sans réponse pour l’instant. Ce mercredi 17 février, la Cour constitutionnelle statue sur les recours formulés par les autres candidats recalés.

Tchad: 35 morts dans des affrontements entre éleveurs et cultivateurs
Au moins 35 personnes ont été tuées, dont un militaire, dans des affrontements entre éleveurs et cultivateurs dans le sud du Tchad, en proie à des conflits meurtriers entre ces communautés, a indiqué mercredi à l’AFP le secrétaire général de la province. Des cultivateurs « ont été attaqués par des coupeurs de route. Cette attaque a fait un mort et deux blessés », a indiqué Mara Maad. En représailles, les cultivateurs, qui accusent les éleveurs d’être responsables, « ont attaqué lundi une zone où vivent les éleveurs » dans la province du Salamat, dans le sud-est du Tchad. Au total, « ces affrontements intercommunautaires ont fait 35 morts dont un militaire », a-t-il déclaré. Des forces de l’ordre ont été déployées dans la province. Le retour au calme est intervenu lundi après-midi. AFP

Ebola : six pays placés en « alerte urgente » après l’apparition de foyers en RDC et en Guinée (OMS)
L’Organisation mondiale de la santé (OMS) veut éviter le spectre d’une autre crise épidémique et a placé mardi six pays en état « d’alerte urgente », à la suite d’une résurgence du virus mortel d’Ebola en République démocratique du Congo (RDC) et en Guinée. « Nous avons déjà alerté les six pays voisins, y compris bien sûr la Sierra Leone et le Liberia (pays voisins de la Guinée), et ils agissent très rapidement pour se préparer et être prêts et pour rechercher toute infection potentielle », a déclaré Margaret Harris, porte-parole de l’OMS, lors d’une conférence de presse virtuelle depuis Genève. La Dre Harris n’a pas précisé les autres pays, en plus de Freetown et Monrovia. La RDC est frontalière de huit pays : l’Angola, le Burundi, l’Ouganda, la République centrafricaine, la République du Congo, le Rwanda, le Soudan du Sud et la Zambie. De son côté, la Guinée a cinq frontières terrestres : la Côte d’Ivoire, la Guinée-Bissau, le Mali, le Sénégal, ainsi que le Libéria et la Sierra Leone, les deux pays les plus proches de la Guinée forestière. ONU Info

RDC : le HCR alarmé par les atrocités des groupes armés dans l’est du pays
L’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) s’est alarmée, mardi, par les atrocités commises par les groupes armés dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), « qui s’inscrivent dans un schéma systématique visant à perturber la vie des civils, à susciter la peur et à créer des ravages ». Après une année dramatique, les meurtres et les enlèvements ont continué en 2021 au Nord-Kivu, où les attaques ont également été dirigées contre les civils déplacés. Le 24 janvier, un groupe armé a tué deux hommes et gravement blessé six autres lors d’une incursion dans un site de personnes déplacées de force dans le territoire de Masisi au Nord-Kivu. « En 2020, les partenaires du HCR ont enregistré un record de plus de 2 000 civils tués dans les trois provinces orientales (1.240 en Ituri, 590 au Nord-Kivu et 261 au Sud-Kivu) », a déclaré Babar Baloch, porte-parole du HCR lors d’un point de presse à Genève, ajoutant que « la majorité de ces attaques ont été attribuées à des groupes armés ». ONU Info

RDC: crise économique, réformes électorales… Les défis du Premier ministre Lukonde
Le nouveau Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde est très attendu sur plusieurs dossiers, parmi lesquels figure la préparation des élections prévues en 2023. Mais en premier chef, il devra constituer un gouvernement. Première mission à accomplir avant la session parlementaire du 15 mars : former un gouvernement restreint et le faire accepter à une coalition élargie… Quand, du côté de la présidence, on vante l’importance de renouveler les visages, de choisir les profils, dans les rangs de l’opposition, on dénonce un nouveau partage de gâteau qui va se faire au détriment des intérêts de la population. Or, la RDC a besoin d’un nouveau gouvernement très vite pour faire face à une crise économique persistante, c’est le deuxième défi. L’État dispose l’équivalent en devises de deux semaines d’importations de biens et services, c’est très peu. … Troisième défi : la sécurité des populations.

Tanzanie: décès du vice-président de Zanzibar, atteint du Covid-19
Le vice-président de la région semi-autonome de Zanzibar, Seif Sharif Hamad, est décédé, ont annoncé mercredi les autorités, trois semaines après la révélation de son hospitalisation en raison du Covid-19. La Tanzanie se disait jusqu’à récemment « libérée du Covid », mais la contestation grandit sur place face à une augmentation du nombre de morts, officiellement en raison de « pneumonies ». L’infection au coronavirus et l’hospitalisation à Zanzibar de M. Hamad, 77 ans, leader de l’opposition locale depuis plus de 30 ans, avait été rendue publique le 31 janvier par son parti, l’ACT Wazalendo. « Hamad est mort ce matin à l’hôpital national Muhimbili, à Dar es Salaam, où il était hospitalisé depuis le 9 février de cette année », a déclaré mercredi à la télévision officielle Ali Hassan Mwinyi, président de Zanzibar. AFP

 
L’Afrique du Sud propose ses vaccins AstraZeneca à l’Union africaine
Les autorités sud-africaines s’impatientent face à un encombrant stock de vaccins AstraZeneca – dont l’efficacité a été mise en doute contre le variant local du virus – dont elles voudraient bien se débarrasser. Après avoir émis le souhait de les vendre, la solution pourrait venir de l’Union africaine. Une semaine après avoir reporté sa campagne de vaccination contre le Covid-19, le pays va peut-être proposer le million de doses en sa possession à l’organisation panafricaine. « Les doses que nous avons achetées ont été proposées à l’Union africaine pour être distribuées aux pays qui ont déjà exprimé un intérêt pour l’acquisition du stock », a déclaré ce mardi au Parlement le ministre de la Santé, Zweli Mkhize. Ainsi, « il n’y aura pas d’argent gâché », a-t-il assuré. Le Point avec AFP

Crise du Tigré en Éthiopie : « j’ai perdu ma main quand un soldat a essayé de me violer »
Cette jeune fille de 18 ans, que nous ne citons pas, est hospitalisée depuis plus de deux mois dans la région du Tigré, au nord de l’Éthiopie, pour se remettre de son épreuve. Le conflit du Tigré, qui a éclaté début novembre 2020 lorsque le Premier ministre Abiy Ahmed a lancé une offensive pour évincer le parti TPLF au pouvoir dans la région après que ses combattants eurent pris les bases militaires fédérales, a détruit ses rêves et ceux de nombre de ses camarades de classe. La plupart d’entre eux, ainsi que d’autres familles de leur ville, ont fui vers les montagnes – même après que M. Abiy, prix Nobel de la paix, ait déclaré la victoire suite à la prise de la capitale du Tigré, Mekelle, par les forces fédérales le 29 novembre. En effet, les forces de sécurité ont lancé une opération pour traquer les membres du TPLF qui refusaient de se rendre, ce qui a donné lieu à des allégations de graves violations des droits de l’homme commises à l’encontre des habitants du Tigré. Les autorités nient ces accusations. L’écolière et son grand-père sont restés chez eux dans la ville d’Abiy Addi, à environ 96 km à l’ouest de Mekelle, parce qu’il leur était difficile de voyager loin. BBC

Au Kenya, le retour dévastateur du criquet pèlerin
Ils ne pèsent que quelques grammes mais ravagent tout sur leur passage : redoutés depuis des siècles, les criquets pèlerins sont à l’origine d’une nouvelle et spectaculaire propagation dans la Corne de l’Afrique. Neuf pays d’Afrique de l’Est souffrent depuis mi-2019 (essentiellement Kenya, Éthiopie et Somalie, mais aussi Érythrée, Soudan, Tanzanie, Djibouti…). Car les criquets pèlerins se déplacent en essaims dévastateurs de plusieurs millions, voire milliards, d’insectes qui parcourent jusqu’à 150 km par jour, ravageant les cultures sur leur passage. Les criquets pèlerins sont une espèce de sauterelle originellement solitaire et inoffensive qu’on trouve dans les régions désertiques ou semi-désertiques, sur une bande s’étendant de la Mauritanie jusqu’à l’Inde. Leur reproduction s’accélère sous l’effet de pluies abondantes. C’est quand leur nombre devient important que leur comportement se modifie : ils se regroupent en essaims voraces pouvant se déplacer, au gré des vents dominants, sur de grandes distances, dévorant la végétation sur leur passage. Le Point avec AFP

Un an de Covid-19 en Afrique : politiques, artistes, sportifs… Ceux qui en sont morts, ceux qui l’ont vaincu
Le tout premier cas africain de contamination au Covid-19 – on parlait alors du « coronavirus » – a officiellement été recensé au Caire le 14 février 2020. Depuis, le virus a touché plus de 3,7 millions de personnes et fait près de 100 000 morts sur le continent. Parmi lesquels bon nombre de célébrités. Jeune Afrique



Photo: Adam Jones