Revue de Presse du 15 juin 2021

Somalie: au moins 15 morts dans un attentat-suicide contre un camp militaire
Au moins 15 personnes ont été tuées mardi matin dans un attentat-suicide contre un centre d’entraînement de l’armée de la capitale somalienne Mogadiscio, a annoncé à l’AFP un officier présent sur place. Un kamikaze, “déguisé en soldat”, s’est fait exploser devant des recrues “qui faisaient la queue devant le camp” militaire General Dhegobadan, dans l’est de la ville, a déclaré Mohamed Adan, affirmant avoir “compté une quinzaine de nouvelles recrues qui ont été tuées dans l’explosion”. “Le nombre de morts peut être plus élevé”, a-t-il ajouté. “Le kamikaze a visé les nouvelles recrues qui faisaient la queue (…), c’était horrible”, a confirmé un autre officier, le colonel Ahmed Ismail. Ce bilan provisoire est un des plus lourds enregistrés depuis un an et demi dans la capitale somalienne, régulièrement secouée par des attaques des islamistes shebab, affiliés à Al-Qaïda, qui ont juré la perte du gouvernement fédéral soutenu par la communauté internationale. Ces attaques, menées par des kamikazes ou à la voiture piégée, visent souvent des cibles sécuritaires (checkpoints et bases de l’armée et de la police). AFP

Les corps de 25 migrants retrouvés au large du Yémen
Des pêcheurs ont retrouvé lundi au moins 25 corps de migrants qui tentaient apparemment d’atteindre le Yémen dans l’espoir de rejoindre les riches Etats du Golfe, a annoncé un responsable local yéménite à l’AFP. “Les pêcheurs ont retrouvés 25 corps dans la mer”, près du détroit de Bab al-Mandeb et de Djibouti, a indiqué Jalil Ahmed Ali, ajoutant que le bateau s’était “renversé il y a deux jours et transportait entre 160 et 200 personnes”. Le sort des autres personnes n’est pas connu. L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a confirmé à l’AFP le naufrage d’une embarcation dans cette zone, précisant que les circonstances exactes de l’accident n’étaient pas claires. Le bateau a coulé près des côtes de Ras al-Ara, dans la région de Lahj (sud), une zone surnommée “l’enfer” des migrants par les ONG. VOA

Une “dizaine de terroristes neutralisés” au Burkina, après le massacre de Solhan
Une “dizaine de terroristes” ont été “neutralisés” lors d’opérations de ratissage entre le 7 et le 13 juin, après le massacre d’au moins 132 personnes dans le village de Solhan, a annoncé lundi soir l’état-major des armées du Burkina dans un communiqué. “Du 7 au 13 juin, les opérations de sécurisation et de ratissage se sont poursuivies dans les environs de Solhan. Les unités déployées ont effectué des reconnaissances offensives et des opérations de bouclage et de fouille qui ont permis de neutraliser (tuer, ndlr) une dizaine de terroristes”, selon l’état major. Ces opérations ont également permis de “détruire des plots logistiques. Des moyens roulants (véhicules et motos), du carburant et divers autres matériels ont été saisis”, précise le texte. “Un engin explosif improvisé a également été découvert dans les environs de Solhan, (et) neutralisé par les équipes spécialisées du génie militaire”, selon l’armée qui précise que “les opérations sont toujours en cours”. La Libre

Mali: les soldats de la Minusma appréhendent le retrait de Barkhane
Au Mali, le mandat de la mission onusienne doit être renouvelé d’ici à la fin du mois, on ne s’attend à aucun changement dans le format de cette opération de maintien de la paix, mais l’annonce de la fin de l’opération française Barkhane est dans toutes les têtes. La Minusma n’a pas réagi à l’annonce de la fin de Barkhane, officiellement la mission indique toujours « évaluer les éventuelles conséquences » de ce retrait. Mais hors micro, les soldats de la paix ne cachent pas leur inquiétude. « Dans certaines zones, la simple présence de Barkhane est dissuasive, explique un responsable militaire onusien, et quand on subit de grosses attaques, ce sont eux qui nous défendent. » En avril, lorsque le camp d’Aguelhoc dans la région de Kidal est assailli par une centaine de jihadistes, c’est l’intervention des avions français qui renverse la tendance. Et les exemples ne manquent pas, rappelle ce gradé basé à Tombouctou et qui, sans dénigrer sa propre maison, explique que « la puissance, la réactivité, le professionnalisme et la cohésion » de la force française sont des recours précieux qui manqueront en cas d’urgence. RFI

Bassin du Lac Tchad : plus de 5 millions de personnes menacées par la faim
Quelque “5,1 millions de personnes luttent contre la faim” et “400 000 enfants souffrent de malnutrition sévère” dans le bassin du lac Tchad, théâtre d’atrocités des groupes djihadistes, selon l’ONU. Ce chiffre de plus de cinq millions de personnes représente “la pire augmentation pour la première fois depuis quatre ans”, affirme un rapport du Bureau des affaires humanitaires de l’ONU (Ocha) reçu lundi par l’AFP. “Dans tout le bassin du lac Tchad, 10,2 millions de personnes ont besoin d’une aide humanitaire”, principalement dans l’Extrême-Nord du Cameroun, dans la région du lac au Tchad et dans la région de Diffa (Sud-Est du Niger), ainsi que dans trois Etats du Nigeria, Adamawa, Borno et Yobe, selon Ocha. AfricaNews/AFP

L’Ethiopie se prépare aux élections sur fond de famine au Tigré
L’Ethiopie, deuxième pays le plus peuplé d’Afrique, se prépare à des élections législatives cruciales et d’ores et déjà incomplètes le 21 juin, avec en toile de fond la famine qui sévit dans la région en guerre du Tigré. Le Premier ministre Abiy Ahmed a fait de ce scrutin, dont il est favori, une priorité: désigné à son poste en 2018 par la coalition au pouvoir, le prix Nobel de la paix 2019 entend obtenir l’onction populaire qui lui fait défaut. Lundi, quelque 37 millions d’électeurs seront appelés à élire leurs députés, lesquels désigneront le Premier ministre. Dès sa nomination, dans la foulée d’un important mouvement de contestation antigouvernemental, le Premier ministre quadragénaire avait fait libérer des centaines de prisonniers politiques, annoncé la modernisation d’une économie dirigiste à bout de souffle et opéré un spectaculaire rapprochement avec l’Erythrée voisine, qui lui vaudra son prix Nobel. AFP

Déplorant des dérives, les autorités sénégalaises veulent réguler les réseaux sociaux
Après la sortie du président sénégalais Macky Sall sur les dérives émanant des réseaux sociaux, le ministre de l’économie numérique a annoncé des mesures pour éradiquer ce que les autorités considèrent comme un fléau. La régulation des réseaux sociaux est devenue un enjeu majeur pour les autorités sénégalaises qui comptent faire des efforts considérables pour y arriver. Cependant le ministre de l’Économie numérique, Yankhoba Diattara, estime qu’il faut une approche inclusive et participative. “La régulation du secteur des réseaux sociaux est une problématique mondiale”, reconnaît d’emblée l’autorité. Pour lui, le gouvernement du Sénégal est “conscient des enjeux mais également, mais étant soucieux de la protection des citoyens, de leur dignité et de leur liberté a entamé une réflexion pour réfléchir ensemble sur un cadre d’harmonisation et de régulation du secteur”, explique-t-il. VOA

En Ouganda, libération de proches de l’opposant Bobi Wine
En Ouganda, 18 militants du parti de Bobi Wine, dont trois très proches de l’opposant, ont été libérés sous caution ce lundi 14 juin, après près de six mois passés en prison. Arrêtés pendant la campagne électorale en décembre dernier, l’opposition et de nombreuses associations de défense des droits humains appelaient à leur libération. Bobi Wine a accueilli au siège de son parti les dix-huit militants libérés sous caution ce lundi. Parmi eux, Dan Magic, producteur du chanteur devenu opposant, Nubian Li, artiste connu pour son engagement, et Eddie Mutwe, garde du corps personnel de Bobi Wine. Les militants avaient été arrêtés le 30 décembre dernier pendant un meeting très mouvementé, durant lequel l’opposant avait été héliporté par les forces de l’ordre jusqu’à son domicile. RFI

Casamance : l’armée sénégalaise prend le contrôle de bases rebelles
L’armée sénégalaise a indiqué lundi avoir pris une série de postes et camps de la rébellion en Casamance lors d’une opération lancée il y a deux semaines pour renforcer le contrôle de la frontière avec la Guinée-Bissau au sud. L’opération a fait deux blessés dans les rangs de l’armée, un officier qui a sauté sur une mine antipersonnel et un soldat atteint par balles, a dit un commandant local, le lieutenant-colonel Mathieu Diogaye Sene, à des journalistes à Ahinga, à quelques kilomètres de la frontière. Il n’a rien dit sur les pertes éventuelles chez l’adversaire. Cette offensive est la dernière en date destinée à sécuriser la Casamance et permettre le retour des populations sur les terres dont elles ont été chassées par le conflit. AfricaNews/AFP

L’armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces d’occupation marocaines
Les unités de l’Armée populaire de libération sahraouie (APLS) ont mené de nouvelles attaques contre les positions des forces de l’armée d’occupation marocaine le long du mur du sable, a indiqué lundi un communiqué du ministère sahraoui de la Défense. Selon le 215e communiqué rapporté par l’agence de presse sahraouie (SPS), “les unités de l’APLS ont bombardé dimanche les positions des forces d’occupation dans la région d’Arkiz dans le secteur d’El Kelta”. “Les unités de l’APLS ont également exécuté, lundi, des bombardements contre les positions de retranchement des forces de l’armée marocaine dans la région de Ross Fadra Laghrab relevant du secteur de Hawza et dans la région de Ross Essabti dans le secteur de Mahbes”, ajoute la même source. APS

Kinshasa : services paralysés dans les hôpitaux publics par la grève des infirmiers et du personnel administratif
Les infirmiers et agents de l’administration dans le secteur de la santé de Kinshasa ont poursuivi leur grève sèche lundi 14 juin 2021, paralysant ainsi certains services sanitaires. Par exemple, deux dépouilles ont passé plus de 4 heures de temps dans les véhicules venus les déposer à la morgue de la Clinique Kinoise, le syndicat du personnel administratif du secteur de la santé ayant interdit à ses membres commis à la morgue de travailler. La tension est montée devant la morgue de la Clinique Kinoise, pendant des heures. Finalement, l’un des responsables de la Clinique a ouvert la morgue et reçu les deux dépouilles, au grand soulagement des familles. En effet, le personnel administratif du secteur de la santé a décidé de passer à une grève sèche à partir du samedi 12 juin. Cette décision a été prise après avoir constaté, selon eux, que le ministre de la Santé, Jean-Jacques Mbungani, n’avait pas porté leurs revendications au conseil des ministres de vendredi dernier, comme promis. Radio Okapi

En visite à Goma, Félix Tshisekedi estime que l’état de siège “n’a pas de temps limité”
En RD Congo, Félix Tshisekedi souhaite prolonger l’état de siège dans les deux provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri. Le président congolais s’est exprimé sur le sujet alors qu’il était en déplacement dans la région. Dans ce journal, nous serons en direct de Kinshasa avec Pierre Boisselet, le coordinateur du Baromètre sécuritaire du Kivu. France24

Tchad : le Comité de sélection des membres du CNT contesté
Ils auront la charge de rédiger la nouvelle Constitution du Tchad au sein du Conseil national de transition qui fera office de Parlement pendant les 16 mois restants de la transition. Il s’agit des membre du Conseil national de Transition. Le 13 juin, le comité chargé de les sélectionner a été annoncé par décret. Mais la composition de ce Comité fait déjà l’objet de vives polémiques. Le Comité de sélection mis sur pied est même qualifié par le mouvement Wakit Tama de “complaisant”. … La présidence de ce Comité de sélection revient au général Djimadoum Tiraina. Fidèle parmi les fidèles du défunt président Idriss Déby Itno, il est également le vice-président du Conseil militaire de transition. DW

Après dix ans d’absence, Laurent Gbagbo de retour jeudi en Côte d’Ivoire
L’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo doit rentrer jeudi à Abidjan après dix ans d’absence, trois mois à peine après son acquittement définitif de crimes contre l’humanité par la justice internationale et le feu vert à son retour donné par son rival, le président Alassane Ouattara, au nom de la “réconciliation nationale”. Laurent Gbagbo, qui a dirigé le pays pendant dix ans jusqu’en 2011, sera accueilli au pavillon présidentiel à l’aéroport, comme l’a proposé le président Alassane Ouattara. C’est un “message fort” d’Alassane Ouattara, un geste en faveur de la réconciliation, a salué le parti de Laurent Gbagbo, le Front populaire ivoirien (FPI). L’avion en provenance de Bruxelles doit atterrir à l’aéroport d’Abidjan à 15H45 (heure locale et GMT). Une journée déjà qualifiée d'”historique”: elle marque le retour d’un homme de 76 ans, qui domine la politique ivoirienne depuis des décennies, comme opposant, président, prisonnier. Il revient, selon ses proches, sans esprit de vengeance, mais au contraire pour oeuvrer à la politique de “réconciliation nationale”. AFP

Au Soudan, le prix de l’essence augmente et les poches du peuple se vident
Au Soudan, la forte hausse du prix du gallon d’essence décidée par les autorités a conduit la population à bloquer des routes et à crier sa colère le 12 juin. Alors qu’avec la chute d’Omar El-Béchir, les Soudanais espéraient une vie meilleure, deux ans plus tard, la conjoncture économique est toujours aussi difficile, rapporte la presse. “Une politique de famine.” C’est ce que dénonçaient les Soudanais réunis par centaines dans les rues des trois villes les plus importantes du pays, Khartoum, Bahri et Omdurman, le 12 juin. L’annonce de la levée de subventions sur l’essence par les autorités a été celle de trop pour la population, déjà étouffée par “l’un des taux d’inflation les plus élevés au monde”, déplore Middle East Monitor. Courrier International

Grand Sud de Madagascar: des plans très ambitieux, mais des besoins immédiats
Samedi 15 juin, Andry Rajoelina a listé une série de grands projets à mettre en œuvre pour le développement des régions Anosy et Androy principalement. Deux régions sinistrées, enclavées, où sévissent régulièrement une sécheresse et de graves problèmes de malnutrition. « C’est une promesse solennelle que je fais afin de sortir le Grand Sud de la pauvreté », a déclaré le président malgache samedi dernier à l’issue du colloque régional sur l’émergence du Grand Sud de Madagascar, à Fort Dauphin, dans le sud de la Grande Île. … Or dans l’immédiat, ces deux régions sont dans un état critique en terme d’insécurité alimentaire. Cette année, deux personnes sur cinq, soit 1,13 millions de personnes sont en situation d’insécurité alimentaire sévère selon le Programme alimentaire mondial. Pour Bérengère Guais, responsable adjointe des urgences de Médecins sans frontières (MSF), actuellement présente à Ambovombe, la capitale de l’Androy, la situation humanitaire sur place est très grave. RFI



Photo: Adam Jones