Revue de Presse du 14 mai 2020

Un communiqué de l’armée burkinabè a fait état mercredi,d’affrontement entre ses éléments et ceux d’une bande armée à la frontière avec le Niger. Selon l’armée, des soldats du détachement militaire de Sebba en patrouille sont tombés dans une embuscade tendue par des hommes armés non identifiés à Kankanfogouol à la frontière nigérienne. Ces individus armés se trouvaient sur un site d’orpaillage à l’entrée du village souligne le communiqué. Huit soldats ont été tués dans les combats précise l’État major général des armées qui indique qu’une vingtaine d’assaillants ont été aussi neutralisés dans la riposte. Cette attaque intervient au moment où des responsables de la société civile et des responsables politiques dénoncent l’abandon de la lutte contre l’insécurité au profit du covid-19. BBC

Vingt-cinq personnes ont été interpellées dans la nuit de lundi à mardi pour « suspicion de faits de terrorisme », mais douze d’entre elles ont trouvé la mort dans leur cellule, selon le procureur de Fada N’Gourma, dans l’est du Burkina Faso. Douze personnes interpellées pour « suspicion de faits de terrorisme » ont été retrouvées mortes dans leurs cellules de détention au poste de gendarmerie de Tanwalbougou, dans l’est du Burkina Faso, a annoncé, mercredi 13 mai, le procureur de Fada N’Gourma. « Vingt-cinq personnes ont été interpellées dans la nuit du 11 au 12 mai par les forces de défense et de sécurité à Tanwalbougou, pour suspicion de faits de terrorisme. Malheureusement douze d’entre elles ont trouvé la mort au cours de la même nuit dans les cellules où elles étaient détenues », a déclaré dans un communiqué le procureur Judicael Kadéba. France24 avec AFP

C’était le 18 mars, le gouvernement burkinabé organisait son premier « point de situation » sur l’évolution du Covid-19 face à la presse. Ce jour-là, rares sont ceux à porter un masque. L’heure est encore à l’insouciance. « Nous avons enregistré dans la nuit le décès d’une patiente de 62 ans, diabétique, qui était sous réanimation », annonce le professeur Martial Ouédraogo, le coordonnateur national de la réponse à la pandémie du nouveau coronavirus. L’annonce fait l’effet d’un électrochoc. Le Burkina Faso, qui n’enregistre alors que 27 cas positifs à cette date, devient le premier pays à compter ses morts du coronavirus en Afrique subsaharienne. Le même jour, on apprendra que la patiente décédée est Rose Marie Compaoré, une députée de l’opposition et deuxième vice-présidente de l’Assemblée nationale. Or, près de deux mois après les faits, la polémique enfle autour des circonstances de sa mort. La députée était-elle vraiment atteinte du Covid-19 ? Son décès aurait-il pu être évité ? Les révélations se multiplient et mettent au jour des failles dans la gestion de l’épidémie. Le Monde

Le 14 février, l’Afrique enregistrait en Egypte son premier cas de coronavirus. Loin des projections alarmistes, le continent n’a, trois mois après, pas connu le cataclysme redouté, mais la prudence reste de mise sur l’évolution d’une pandémie qui pourrait progresser lentement et longtemps. Le continent compte, selon le dernier bilan de mercredi, un peu plus de 70.000 cas, soit 1,6% du total mondial alors qu’il représente 17% de la population mondiale. Le virus y a causé la mort de quelque 2.500 personnes. Autre motif de satisfaction, l’Afrique subsaharienne enregistre une plus faible létalité (moins de 3% des cas, selon des estimations) de la maladie par rapport à l’Europe. La communauté scientifique, partagée, avance de nombreuses hypothèses, mais deux grandes explications se détachent: la précocité des mesures barrières et la jeunesse de la population. … « Malheureusement on voit que notre région a vu le nombre de cas doubler en deux semaines. Dans certains pays, le nombre de cas a été multiplié par cinq ou six », alerte le Dr Boureima Hama Sambo, de l’OMS en Ethiopie. « Nous restons prudents. On espère que le pire est derrière nous mais nous ne sommes pas encore à ce niveau ». AFP

Le Lesotho a enregistré mercredi son premier cas de COVID-19, selon une déclaration du ministère de la santé. Le royaume enclavé devient ainsi le dernier pays d’Afrique australe et orientale à être touché par le virus. Les autorités ont dit avoir effectué 81 tests pour le COVID-19 sur des voyageurs venus d’Afrique du Sud et d’Arabie Saoudite et c’est parmi eux que le cas positif a été détecté. L’Afrique du Sud, son voisin, a déjà enregistré plus de 10 000 cas. La maladie s’abat sur le royaume à un moment d’incertitude politique. En début de semaine, le Premier ministre Thomas Thabane avait perdu le soutien de sa coalition au Parlement. Le parti qui dirige la coalition au pouvoir, le All Basotho Convention, dont M. Thabane est le fondateur, a choisi l’actuel ministre des finances, Moeketsi Majoro, comme prochain Premier ministre. AFP

Le Bundestag discute depuis mercredi (13.05.20) de la prolongation du mandat des soldats allemands au sein de la mission de formation militaire de l’armée malienne (EUTM), ainsi que de l’augmentation de leur contingent. Ce débat survient au parlement allemand alors que sur le terrain, l’armée malienne est toujours confrontée aux attaques des groupes terroristes. Dimanche (10.05.20), trois soldats de la mission des Nations unies au Mali (Minusma) ont ainsi été tués. Le chef de la Minusma, Mahamat Saleh Annadif, a déclaré que les responsables de ces attaques terroristes seront arrêtés puis traduits en justice. Depuis 2012, des milliers de civils ont perdu la vie et des centaines de milliers d’entre eux ont dû fuir le Mali. Selon Boubacar Salif Traoré, expert en sécurité dans l’espace G5 Sahel, l’amélioration de la sécurité dans le pays passe par la formation. DW

Jusqu’ici l’armée algérienne se concentrait exclusivement sur la défense du territoire national. Mais dans l’avant-projet de la nouvelle Constitution algérienne, divulgué la semaine dernière, elle aurait désormais la possibilité d’intervenir hors des frontières nationales. Un changement constitutionnel et militaire de taille qui suscite le débat. Plusieurs observateurs s’accordent à dire que l’article 95 de l’avant-projet de la nouvelle Constitution algérienne est le plus important parmi les amendements proposés. Il stipule que « le chef de l’État décide de l’envoi des troupes à l’étranger après approbation à la majorité des deux tiers par le Parlement. » Pour beaucoup d’Algériens, cette proposition de l’article 95 marque un changement de la doctrine militaire. RFI

Il s’agit du Dr Walter Kazadi Mulombo, représentant de l’OMS au Burundi, de deux employés de l’OMS, le Dr Jean-Pierre Mulunda Nkata, coordinateur de la riposte contre le coronavirus au Burundi et le Dr Ruhana Mirindi Bisimwa, chargé du programme contre les maladies transmissibles, et d’un consultant, le Pr Daniel Tarzy, un expert en biologie moléculaire. « C’est toute l’équipe de l’OMS chargée d’appuyer le Burundi dans sa riposte contre le Covid-19. » Ils sont expulsés alors que le ministre de la Santé a exclu totalement l’OMS de celle-ci en l’accusant d’ingérence inacceptable dans sa gestion du coronavirus », a expliqué à AFP un responsable burundais, sous couvert d’anonymat. Il y a un mois, le ministère burundais des Affaires étrangères avait déjà engagé la même procédure contre les quatre fonctionnaires. DW

Un pasteur est mort lors de l’attaque d’une boutique lundi soir. L’incident a eu lieu à Muyumbu, dans le district de Rwamagana, à l’est de Kigali. L’opposition interne non reconnue assure cependant que c’est un membre du parti Dalfa Umurinzi, le nouveau parti de Victoire Ingabire, qui était visé. Selon le New Times, un journal pro-gouvernemental, une dizaine hommes armés a fait irruption dans un bâtiment dans la zone de Muyumbu aux alentours 19h30 lundi soir. Le pasteur Théoneste Bapfakurera, présent sur les lieux, a été poignardé à mort lors de l’attaque. « Il semble que les assaillants ne soient pas venus pour voler mais seulement pour tuer cet homme car ils ont épargné les autres personnes présentes », explique un représentent du district cité par le journal. RFI

L’administrateur du territoire de Moba dans la province du Tanganyika, Didier Mumbere, a affirmé mercredi 13 mai que les FARDC semble avoir opté cette fois pour une présence dans toutes les localités frontalières avec la Zambie. Depuis le début de leur déploiement au mois d’avril 2020, les FARDC continuent de prendre position dans la quasi-totalité des villages frontaliers avec la Zambie. « Nous sommes en train de déployer des militaires, renforcer la sécurité totale au niveau de nos limites frontalières congolaises et zambiennes, déployer les militaires au niveau de Moliro, et à Kalubamba, à Libondwe, à Kibanga, voire même à Kapingu, à Mwange et à Musosa, voire même Kabondwe du côté de Pweto, que notre population ne puisse pas vivre (avec) la peur au ventre », a indiqué Didier Mumbere. Radio Okapi

Désiré Cashmir Eberande Kolongele a été nommé directeur de cabinet intérimaire de Félix Tshisekedi en raison de « l’empêchement circonstanciel » de Vital Kamerhe, dont le maintien en détention provisoire a été prononcé mardi. Il était jusqu’à présent l’un des adjoints de Vital Kamerhe, dont le procès pour détournements de deniers publics a commencé lundi à Kinshasa et à l’encontre duquel les juges ont prononcé le maintien en détention provisoire. Désiré Cashmir Kolongele Eberande assurera désormais les fonctions de directeur de cabinet intérimaire du chef de l’État congolais, compte tenu de l’« empêchement circonstanciel » de Vital Kamerhe à exercer ses fonctions. Jeune Afrique

Des mosquées fermées depuis fin mars en Guinée pour tenter d’endiguer la propagation du Covid-19 ont été rouvertes mercredi 13 mai de force, mais sans violence, par des fidèles musulmans, a-t-on appris auprès de témoins, de manifestants et d’un responsable local. Ces réouvertures sont intervenues au lendemain de la mort de sept personnes dans des manifestations de protestation contre des restrictions liées à l’état d’urgence, mais aussi contre les très nombreuses coupures d’électricité qui affectent ce pays pauvre d’Afrique de l’Ouest. Le Monde avec AFP

Depuis l’annonce du premier cas testé positif au Covid-19, le 2 mars, le pays a rapidement pris une batterie de mesures, sans instaurer de confinement. Une réponse graduée qui a permis de limiter la propagation de l’épidémie. La priorité : l’action préventive, pour éviter un débordement du système de santé. Mais alors que le nombre de cas ne cesse d’augmenter, le chef de l’Etat a annoncé un allègement des restrictions. aque matin, c’est le même rituel. À 10 heures, le point presse du ministère de la santé est retransmis en direct sur sa page Facebook. Nouveaux cas positifs. Cas contacts, communautaires. Guérisons. Décès. Rappel des mesures de préventions. RFI

Une plainte a été déposée ce mercredi, par un collectif d’Érythréens en exil, contre plusieurs institutions de l’Union européenne. En cause : le financement par l’UE, depuis l’année dernière, de la construction en Érythrée de routes pour lesquels sont employés, en toute connaissance de cause, des appelés du très controversé service militaire obligatoire. Les avocats de la Fondation droits de l’homme pour les Erythréens, basée aux Pays-Bas, avaient mis en garde l’Union européenne l’année dernière. Cette fois, face à l’indifférence des institutions de Bruxelles envers leurs arguments, ils sont passés à l’acte. Selon nos informations, une plainte d’une trentaine de pages a été déposée ce mercredi matin auprès du tribunal de grande instance d’Amsterdam. Cette plainte demande deux choses au tribunal : d’abord qu’il déclare le financement européen des chantiers de routes soutenus en Érythrée comme « illégal » ; ensuite, qu’il enjoigne l’Union européenne de le stopper. RFI

En Côte d’Ivoire, un engin spatial serait-il tombé du ciel ? En début de semaine, des objets géants se sont écrasés à Béoumi, dans le centre du pays. Les experts internationaux assurent qu’il s’agit des débris d’une fusée chinoise mise en orbite la semaine dernière. De leur côté, les autorités ivoiriennes ne confirment pas formellement et précisent que les enquêtes sont toujours en cours pour déterminer la nature et l’origine des objets. … Il était bel et bien prévu que des débris de l’appareil s’écrasent au large des côtes ouest-africaines, dans l’océan Atlantique. Mais quelques morceaux ont atterri dans le centre de la Côte ďIvoire. Fort heureusement dans des zones inhabitées. Donc ni victimes, ni dégats matériels. Les autorités ivoiriennes n’ont pas officiellement confirmé qu’il s’agissait de la fusée chinoise, mais selon le responsable de la communication du ministère de la Sécurité, Yves Zogbo, tout laisse à croire qu’il s’agit bien ďun engin spatial. L’Etat ivoirien, qui n’était pas au courant de l’opération, poursuit les enquêtes et n’exclut pas de demander des comptes à qui de droit. Ce sera visiblement la Chine. RFI

Que ce soit à l’OMS, au sein de l’UA ou à l’échelle nationale, ces personnalités œuvrent, pour l’heure avec succès, à contenir la propagation de la pandémie sur le continent. L’Afrique est pour l’heure le continent qui résiste le mieux à la pandémie liée au coronavirus. Ce continent, qui n’en est pas à sa première épidémie, a choisi pour faire face au Covid-19 des femmes et des hommes qui connaissent les virus et ont fait leurs preuves en santé publique. Portraits de onze personnalités qui ont élaboré des stratégies pour limiter « l’hécatombe » tant redoutée. Le Monde



Photo: Adam Jones