Revue de Presse du 12 janvier 2021

L’Ouganda aux urnes jeudi après une campagne électorale violente
Les Ougandais votent jeudi lors d’élections présidentielle et législatives tendues où le président sortant Yoweri Museveni, depuis 35 ans au pouvoir, affronte l’opposant Bobi Wine, 38 ans, une ancienne star de la chanson surnommée le « président du ghetto ». Devenu député en 2017, Bobi Wine s’est imposé comme le principal adversaire de Museveni, 76 ans, un ancien guérillero qui a dirigé l’Ouganda sans discontinuer depuis 1986. Quelque 18 millions d’électeurs sont inscrits sur les listes électorales pour ce scrutin qui vient couronner une campagne électorale bien plus violente que les précédentes. Des candidats de l’opposition ont été arrêtés et empêchés de faire campagne. Leurs supporters ont été visés par des gaz lacrymogène et parfois par des balles réelles. Journalistes couvrant l’opposition, critiques du régime ou encore organisations d’observation des élections ont de diverses manières été empêchés de travailler, suscitant des craintes pour l’équité et la transparence de l’élection. Bobi Wine a troqué ses costumes ajustés et son béret rouge pour un gilet pare-balle et un casque. AFP

Somalie : un chef d’Al Shabab et huit de ses gardes tués par l’armée
L’armée nationale somalienne a annoncé jeudi avoir éliminé un chef terroriste du groupe djihadiste d’Al-Shebab ainsi que huit de ses gardes du corps. L’armée somalienne est intervenue sur la base de renseignements faisant état d’une attaque imminente d’un groupe armé d’Al-Shabab contre une base militaire du district de Diinsoor, dans la région de Bay, au sud-ouest de la Somalie. Selon Mohamed Sheikh Abdullahi, commandant de la 60ème division de l’armée somalienne, l’attaque d’Al-Shebab a été déjouée à temps. « Nous avons tué le commandant d’al-Shabab pour la région de Bay, Mukhtar Nurow, et huit de ses gardes du corps au cours de l’opération d’aujourd’hui. Sahel-Intellligence

A la frontière camerounaise, les rebelles centrafricains imposent un blocus de Bangui
La mitrailleuse du blindé pointe en direction de la Centrafrique. Au poste-frontière camerounais de Garoua Boulaï, en « état d’alerte maximale », les gendarmes sont aux aguets, au milieu de centaines de camions de marchandises bloqués et de réfugiés centrafricains fuyant leur pays. De l’autre côté, la Centrafrique, ravagée par huit années d’une guerre civile, vit un nouveau drame: dix jours avant la présidentielle du 27 décembre, les plus puissants des groupes armés qui se partagent deux tiers du territoire ont lancé une offensive contre le régime du président Faustin Archange Touadéra, finalement réélu. Si s’emparer de Bangui semble difficile face à une armée renforcée par des milliers de Casques bleus de l’ONU, de militaires et de paramilitaires étrangers lourdement équipés, les groupes armés sèment la terreur parmi les civils à des centaines de kilomètres de la capitale. AFP

Facebook désactive des faux comptes ougandais à l’approche de la présidentielle
A l’approche de l’élection présidentielle en Ouganda ce jeudi, Facebook a annoncé lundi avoir démantelé un réseau de faux profils lié au ministère de l’information. Selon le géant américain des réseaux sociaux, ces comptes étaient destinés à diffuser des messages propagandistes. Le président Yoweri Museveni fait face à 10 candidats, dont le député et musicien célèbre Bobi Wine. « Étant donné l’imminence des élections en Ouganda, nous avons agi rapidement pour enquêter et démanteler ce réseau », a déclaré Facebook dans un communiqué. « Nous avons découvert que ce réseau était lié au Government Citizens Interaction Center du ministère des technologies de l’information et des communications en Ouganda ». « Ils ont utilisé des faux comptes et des comptes dupliqués pour gérer des pages, faire des commentaires, se faire passer pour des utilisateurs, re-partager des messages dans des groupes », a déclaré Facebook. VOA

Mali : les experts de la CEDEAO en visite à Bamako
Une délégation d’experts de la CEDEAO conduite par l’ancien président nigérian Goodluck Jonathan séjourne depuis le week-end dernier dans la ville de Bamako où elle fera le point du processus de transition avec les autorités maliennes. Cette mission qui durera deux jours permettra à cette délégation d’échanger avec les autorités maliennes sur la situation politique. Parmi les points focaux qui doivent participer aux échanges se trouvent, les acteurs chargés de l’organisation des élections présidentielle et législatives sans oublier les autorités en charge du suivi du processus de transition, ainsi que les représentants des formations politiques. Selon le communiqué de la CEDEAO, cette mission intervient peu après les cent jours de la prestation de serment du président et vice-président de transition au Mali. Adiac-Congo

Coronavirus au Congo : « nous perdons souvent des patients à cause du manque d’électricité »
Samedi dernier à l’hôpital général de Kisangani, un patient atteint du Covid 19, est décédé faute d’oxygène pour faire fonctionner son respirateur. Il s’agit du dernier décès en date survenu dans cet hôpital, selon le Docteur Maurice Kongoto, médecin directeur de cet établissement de santé, joint au téléphone par Pamela Amunazo, correspondante de la BBC à Kinshasa, la capitale de la République Démocratique du Congo. « Le samedi nous avions connu un patient avec détresse respiratoire qui devrait bénéficier nécessairement d’oxygène, fort malheureusement il n’y avait pas d’électricité et le temps de s’apprêter pour transférer, le patient nous a quitté. Il fallait appeler par-ci par-là, on nous a quand même donné le courant l’après-midi mais le patient était déjà décédé », raconte le médecin. BBC

« La moitié de la population centrafricaine a besoin d’aide »
Rosaria Bruno, responsable du bureau OCHA en République centrafricaine revient sur les conditions de vie difficiles de la population alors que la pays est classé en zone rouge. Les alertes de la communauté internationales se multiplient depuis plusieurs semaines en Centrafrique. Alertes après de nouveaux combats en décembre dans le pays. Un pays déjà ravagé par huit années de guerre civile, dans lequel, dix jours avant la présidentielle du 27 décembre, les plus puissants des groupes armés qui se partagent deux tiers du territoire ont lancé une offensive contre le régime du président Faustin Archange Touadéra. DW

Congo-Kinshasa: Le parc des Virunga, théâtre d’un conflit sanglant
Une embuscade a fait au moins six morts dans le parc national des Virunga, théâtre d’un conflit sanglant entre les gardes du parc, les locaux et des rebelles. Le parc des Virunga se trouve dans l’Est de la République Démocratique du Congo. L’attaque s’est produite dimanche 10 janvier. L’Institut congolais pour la conservation de la nature a fait savoir que six rangers du parc ont été tués par des miliciens Maï-Maï. L’incident s’est passé sur l’axe Nyamitwitwi et Nyamilima, dans le territoire de Rutshuru. Le convoi des gardes du parc est tombé dans une embuscade. DW

Ituri : 5 morts dans les combats entre deux factions de CODECO à Ritsi
Cinq personnes ont été tuées au cours de violents combats qui ont opposé lundi 11 janvier des éléments du groupe armé Union de révolutionnaires pour la défense du peuple congolais (URDPC/CODECO) à une autre faction dénommée la Force de défense contre la balkanisation du Congo (FDBC) à Gamangilo, dans le groupement Ritsi situé dans le territoire de Djugu. Selon des sources locales, les deux parties se rejettent la responsabilité d’avoir provoqué les hostilités. Ce mardi matin, des crépitements de balles sont de nouveau entendus au village Shadda dans la même région. Les mêmes sources renseignent que les combats entre ces deux factions ont éclaté vers 8 h 30 locales. Des éléments de la Force de défense contre la balkanisation du Congo dont le quartier général se trouve à Petsi, ont attaqué la position des assaillants de l’Union des révolutionnaires pour la défense du peuple congolais URDPC/CODECO basés au village Ritsi dans le groupement Tsili en secteur de Walendu Djatsi. Radio Okapi

Covid-19 en Afrique : les Seychelles, premier pays à vacciner sa population
Ce dimanche 10 janvier, les Seychelles ont commencé à vacciner leur population. Le premier sur les rangs était le président. Les Seychelle est le premier pays en Afrique à vacciner sa population avec le vaccin chinois Sinopharm ; 50 000 doses ont été offertes par les Emirats arabes unis. 50 000 autres doses du vaccin AstraZeneca devraient arriver bientôt. L’archipel est beaucoup moins touché que l’Afrique du Sud, frappée de plein fouet par une vague de contaminations et devant faire face à plusieurs variantes plus virulentes. TV5Monde

Création d’une réserve mondiale de vaccin contre Ebola
Une réserve d’urgence mondiale de 500.000 doses de vaccin contre le virus Ebola sera créée pour répondre rapidement à de futures épidémies, a annoncé mardi l’Alliance des vaccins Gavi, un partenariat entre les secteurs public et privé qui a contribué à immuniser la moitié des enfants de la planète contre des maladies parmi les plus meurtrières. Les pays à faibles ou moyens revenus pourront accéder gratuitement à cette réserve, a indiqué l’organisation internationale basée à Genève. Ces pays bénéficieront aussi d’un soutien pour les coûts opérationnels de l’organisation d’un programme de vaccination. « En créant un stock de 500.000 doses de vaccin contre Ebola, accessibles à tous les pays, nous pouvons contribuer à prévenir des décès et mettre fin rapidement à des épidémies à l’avenir », a déclaré Seth Berkley, directeur général de Gavi. Les doses seront stockées à Bâle, en Suisse. AFP

Barrage sur le Nil: échec des pourparlers, selon Khartoum
Le Soudan a annoncé dimanche ne pas pouvoir poursuivre les « négociations illimitées » avec l’Egypte et l’Ethiopie au sujet du barrage controversé construit sur le Nil par Addis Abeba, après l’échec des derniers pourparlers. La semaine dernière, les trois pays concernés s’étaient mis d’accord pour tenir de nouvelles discussions dans l’espoir de parvenir à un accord sur la gestion et le remplissage du réservoir du Grand barrage de la Renaissance (Gerd). Le projet lancé en 2011 est destiné à devenir la plus grande installation hydroélectrique d’Afrique. Les derniers pourparlers, qui se sont tenus début novembre, s’étaient conclus sans avancée, les négociations étant dans l’impasse depuis plusieurs mois. Le Caire, mais aussi Khartoum, en aval du fleuve, souhaitent un accord légalement contraignant, notamment sur la gestion du barrage et le remplissage du réservoir. Addis Abeba, qui juge son barrage essentiel à son développement, y est réticente et soutient que l’approvisionnement en eau de ces pays ne sera pas affecté. VOA

Inquiétudes après la « disparition » d’une étudiante sénégalaise en France
Une enquête a été ouverte en France après la « disparition inquiétante » d’une étudiante sénégalaise, Diary Sow, élève dans un prestigieux établissement parisien, introuvable depuis le 4 janvier, provoquant l’inquiétude au Sénégal et en France. Diary Sow, 20 ans, connue comme « la meilleure élève du Sénégal », ne s’est pas présentée à la rentrée des vacances de Noël au lycée Louis-Le-Grand, où elle était en deuxième année de classe préparatoire. « C’est une élève ponctuelle, très sérieuse, et l’alerte a été donnée rapidement. Personne ne l’a vue, on ne l’a pas trouvée dans son appartement », dans une résidence universitaire à Paris, a indiqué à l’AFP Henry Sarr, membre d’une association d’étudiants sénégalais qui ont lancé des appels sur les réseaux sociaux. VOA

État civil : les enfants fantômes du Burkina Faso
Quand il y pense, Amado a encore le cœur lourd. Dans son village de Guirgho, à 70 km au sud de Ouagadougou, il était l’an dernier le seul élève de sa classe de CM2 à ne pas pouvoir passer son certificat d’études primaires (CEP). « Il a beaucoup pleuré quand il a vu ses camarades partir en sixième sans lui », se souvient son grand-père Koudaogo Ouédraogo. Sa naissance n’a jamais été déclarée par ses parents. Or sans acte de naissance, impossible de l’inscrire à l’examen, indispensable sésame pour poursuivre ses études. Amado a donc été contraint de redoubler, faute de mieux. Selon la Direction générale de la modernisation de l’état civil (­DGMEC), sur les 760 000 naissances en 2018, le taux d’enregistrement dans le délai légal de deux mois après la naissance s’élevait à 45,5 %. La condition sine qua non pour se voir remettre l’indispensable copie intégrale de l’acte de naissance. La Croix

Zimbabwe: un journaliste emprisonné dénonce une loi « inconstitutionnelle »
Le journaliste zimbabwéen Hopewell Chin’ono, emprisonné pour la troisième fois en six mois, a promis lundi de « combattre » pour la liberté d’expression au détriment de sa libération sous caution. Arrêté en juillet 2020 pour avoir soutenu sur les réseaux sociaux des manifestations interdites contre la corruption au sein de l’Etat, puis en novembre pour un tweet sur un trafic d’or impliquant des membres de l’élite politique, M. Chin’ono, 48 ans, est de nouveau incarcéré depuis la semaine dernière. Il lui est reproché d’avoir publié une vidéo montrant des policiers battant à mort un bébé. Devant le tribunal lundi, après un weekend passé dans une prison de haute sécurité, M. Chin’ono a remis à des journalistes un communiqué froissé, écrit au stylo bille bleu sur un carnet. « J’ai le choix aujourd’hui, de demander immédiatement ma liberté sous caution et de rentrer chez moi, ou de combattre la constitutionnalité de la loi utilisée pour m’inculper », y explique-t-il. AFP

La vie étonnante de Johnny Smythe, aviateur sierra-léonais capturé en Allemagne nazie
John Henry Smythe, un pilote de la RAF originaire de la Sierra Leone en Afrique de l’Ouest, a été capturé dans l’Allemagne nazie en 1943. La guerre avait éclaté quatre ans plus tôt, alors qu’il avait 25 ans, et Johnny s’était porté volontaire pour rejoindre la lutte contre le fascisme après un appel de la Grande-Bretagne à ses colonies pour des recrues. Encore et toujours, lui et ses camarades ont risqué leur vie dans le ciel de l’Europe occupée. Après avoir été libéré d’un camp de prisonniers de guerre, il devint officier à bord de l’Empire Windrush, puis un amateur si prometteur qu’il fut invité à suivre une formation d’avocat en Angleterre. BBC



Photo: Adam Jones