Print Friendly

Des boursiers de YALI participent à la simulation de sécurité au Centre de l’Afrique

Par le Centre d’études stratégiques de l’Afrique

1 août 2016

25 boursiers Mandela Washington de YALI ont participé à une simulation d'une journée axée sur la résolution des problèmes pressants de la sécurité en Afrique.

YALI 2016

Le mois dernier, le Centre d’études stratégiques de l’Afrique (CESA) a accueilli 25 boursiers Mandela Washington de l’Initiative pour les jeunes leaders africains (Young African Leaders Initiative, ou YALI) pour des activités de simulation d’une journée, axées sur la résolution des problèmes pressants de la sécurité en Afrique.

La simulation mettait en scène une insurrection continue faisant soudain l’objet d’une intensification dramatique de la violence, menaçant de propager le conflit non seulement dans tout le pays, mais même au-delà des frontières. L’insurrection et la réponse nationale exposent non seulement les faiblesses institutionnelles et les échecs de gouvernance qui remettent en question la capacité du pays à gérer la crise, mais également les liens religieux, historiques, culturels et sociaux avec des groupes d’insurgés à l’étranger, internationalisant ainsi le conflit.

Pour l’activité, les boursiers Mandela Washington ont été divisés en groupes représentant une communauté économique régionale, une organisation continentale et la communauté internationale. Dans leurs rôles, les boursiers ont informé un groupe d’experts, qui comprenait la directrice du Centre de l’Afrique, Kate Almquist Knopf, l’ancienne vice-présidente principale de la National Defense University, l’ambassadrice Wanda L. Nesbitt et l’ancien responsable du Bureau du Haut-Commissariat aux droits de l’homme des Nations Unies, Ibrahim Wani. Cette structure a permis aux boursiers de recevoir des commentaires réalistes sur leurs décisions et leurs processus de prise de décision, tout en s’engageant dans une discussion sur les nombreuses menaces qui pèsent sur la paix et la stabilité en Afrique.

YALI est une initiative présidentielle des États-Unis qui vise à investir dans la prochaine génération de leaders africains. Originaires de 19 pays, les participants à la simulation faisaient partie d’un groupe de 1 000 boursiers passant six semaines dans des universités et collèges des États-Unis. Le groupe qui a visité le Centre de l’Afrique poursuit des études sur le leadership civique. Les quatre programmes d’études proposés sont le leadership civique, les affaires et l’esprit d’entreprise, la gestion publique et l’énergie.