Ansar al-Din fighters in Timbuktu 1000x500

L’EI en Afrique : Implications de Syrie et d’Irak

Fin 2016, Abu Bakr al-Baghdadi, leader de l’État islamique en Irak et en Syrie, annonçait que le groupe avait « étendu et orienté une part de notre commandement, nos moyens et nos richesses sur l’Afrique ».

Destination des refugies burundais 1000x500

Les flux de réfugiés montrent que la crise du Burundi s’aggrave

Deux ans après que Pierre Nkurunziza ait annoncé son intention de poursuivre un troisième mandat contesté en tant que président, la crise du Burundi continue de s’aggraver. Malgré les allégations du gouvernement selon lesquelles la situation s’est normalisée, les faits sur le terrain laissent penser autrement.

Photos of Genocide Victims, Genocide Memorial Centre, Kigali. (Photo: Adam Jones.)

Questions-Réponses : Leçons sur la prévention de génocides en Afrique depuis le génocide du Rwanda

Tandis que les atrocités de masse ne cessent de se répéter en Afrique, Samantha Lakin, chercheuse, examine les leçons à retenir des 23 années écoulées depuis le génocide du Rwanda ; ces leçons pourraient contribuer à éviter de futures atrocités.

Sujet à la une: Contrecarrer l’extrémisme
A market in Mombasa

L’expansion de l’idéologie salafiste en Afrique orientale a disputé le terrain avec les normes de tolérance et de coopération interconfessionnelle longtemps établi dans la région. Ceci est le résultat d’une combinaison de facteurs internes et externes. D’une part, les efforts des fondations religieuses venues d’Arabie Saoudite et d’autres pays du Golfe, à promulguer des interprétations ultraconservatrices de l’islam dans les mosquées, les madrasas de l’Afrique de l’Est, et auprès de la jeunesse musulmane dans les divers centres culturels. Enracinée dans une identité culturelle arabe particulière, cette idéologie a favorisé les relations religieuses plus exclusives et polarisatrices dans cette région, ce qui a contribué à une augmentation des attaques violentes. D’autre part, ces tensions ont été amplifiées par les inégalités socio-économiques et les réponses brutales des gouvernements qui sont souvent accusés de répression  de communautés entières pour punir les actions de quelques-uns. Pour soulever ces défis, il faudra des stratégies durables pour reconstruire la tolérance et la solidarité au niveau national, ainsi que limiter l’influence extérieure de l’idéologie extrémiste et de ses acteurs.

A Somali refugee camp

L’extrémisme violent se manifeste de multiples façons tout au long de la Corne de l’Afrique, mais certains facteurs couvrent la région de façon plus vaste. Les problèmes à long terme de la marginalisation socio-économique, du chômage et de l’insuffisance des infrastructures s’ajoutent à aux évolutions démographiques, des flux de réfugiés et de la dégradation de l’environnement rend une grande partie de la population vulnérable aux messages extrémistes. La corruption systémique aliène également les citoyens de leurs institutions de gouvernance. Pour renforcer la résistance aux messages radicaux, les pays d’Afrique orientale doivent construire des solutions sur mesure en partenariat avec le secteur privé qui contient des éléments qui pourraient apparaître disparates tels que les prestations de services, l’engagement communautaire et le renforcement de l’alphabétisation.