Si les victimes deviennent bourreaux: Facteurs contribuant à la vulnérabilité et à la résilience à l’extrémisme violent au Sahel central

Les jeunes Fulani marginalisés du centre du Mali, du Burkina Faso et du Niger se comportent différemment face à l’extrémisme violent. Des données issues de 36 groupes de discussion tenus dans quatre villages dans chacun des trois pays montrent que ce qui détermine leur soutien aux groupes extrémismes est d’avoir vécu la corruption et les abus du gouvernement, ou de le percevoir comme tel. Par ailleurs, le bon fonctionnement de mécanismes de résolution des conflits, en particulier concernant l’accès à l’eau pour l’agriculture ou le pâturage est aussi essentiel. Si la justice djihadiste est perçue comme rapide, même si elle est parfois inhumaine, certain jeunes qui considèrent l’armée et les milices ethniques comme complices, voient les groupes extrémistes comme leur seule défense.

Lire le Rapport

Sujets de sécurité : Contrecarrer l’extrémisme   Identité et Conflits   Prévention ou atténuation des conflits   Tendances de l’Afrique en matière de sécurité