Print Friendly

L’évolution des activités des groupes islamistes militants en Afrique 2010-2016

Par le Centre d’études stratégiques de l’Afrique

15 février 2017

Africa's Active Militant Islamist Groups animated

Télécharger des cartes individuelles en format PDF:
2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015 | 2016all maps (.zip)

Les grandes lignes

    • L’étendue géographique et la fréquence des attaques de groupes islamistes militants en Afrique a évolué de manière régulière depuis 2010, culminant en 2015. Huit pays africains font aujourd’hui régulièrement face à des attaques par divers groupes islamistes militants.
    • L’Afrique du Nord a subi une forte poussée d’épisodes impliquant des groupes islamistes militants, en Tunisie (depuis 2012), en Égypte (depuis 2013) et en Libye (depuis 2015), différents groupes militants se détachant dans chaque pays. L’Algérie et la Tunisie ont également connu une augmentation des activités de militants non affiliés, ce qui laisse suggérer que les groupes locaux ont moins besoin de prouver un lien avec le mouvement djihadiste global.
    • En Afrique, les activités des groupes islamistes militants ont diminué en 2016 par rapport à l’année précédente. Hormis al Shabaab, les pertes humaines liées à chaque groupe islamiste militant est également en déclin, Boko Haram ayant connu la plus forte diminution (de 11 519 en 2015 à 3 455 en 2016).
    • Boko Haram, le groupe islamiste militant africain ayant causé les plus grandes pertes humaines, est de plus en plus confiné dans une région couvrant le Nigeria, le Niger, le Tchad et le Cameroun.
    • Les attaques de la plupart des groupes islamistes militants sont concentrées dans une zone géographique définie, soulignant la concentration locale de ces groupes. AQMI est l’exception qui ne se rattache pas à une base géographique unique et qui a progressivement étendu ses opérations dans plusieurs pays du Sahel.

More on:  Contrecarrer l’extrémismeal-ShabaabBoko Haramextrémisme