Print Friendly, PDF & Email

Les flux de réfugiés montrent que la crise du Burundi s’aggrave

Par le Centre d’études stratégiques de l’Afrique

18 avril 2017

Cliquez sur une image pour accéder à la version PDF imprimable

 

Deux ans après que Pierre Nkurunziza ait annoncé son intention de poursuivre un troisième mandat contesté en tant que président, la crise du Burundi continue de s’aggraver. Malgré les allégations du gouvernement selon lesquelles la situation s’est normalisée, les faits sur le terrain laissent penser autrement.

  • Le nombre de réfugiés enregistrés en provenance du Burundi a doublé au cours des 18 derniers mois, y compris 100 000 nouveaux réfugiés au cours des six derniers mois seulement.
  • Presque toutes les régions du Burundi continuent d’éprouver des niveaux élevés de déplacement. Cela reflète les rapports de violence accrue dans tout le pays.
  • Les augmentations les plus importantes des flux de réfugiés se sont produites dans les provinces orientales du Burundi. Cela correspond à une augmentation de l’activité (y compris des patrouilles, des barrages routiers, du recrutement et des attaques) par la milice Imbonerakure dans les provinces le long de la frontière tanzanienne.
  • La Tanzanie est le pays qui accueille le plus de réfugiés enregistrés de tous les pays limitrophes. La grande majorité de ces réfugiés sont des Hutu, souvent considérés comme l’ethnie majoritaire du gouvernement, soulignant la nature multiethnique de l’opposition au parti au pouvoir.
  • Alors que le Burundi est un petit pays, sa crise politique non résolue crée des coûts et des tensions permanents importants pour toute la région des Grands Lacs.
Cliquez sur une image pour accéder à la version PDF imprimable

 

Cliquez sur une image pour accéder à la version PDF imprimable

 

En plus:   DemocratisationIdentité et ConflitsBurundiKenyamigrationOugandainfographics