Print Friendly

Interview: Perspectives de paix en RDC

Par le Centre d’études stratégiques de l’Afrique

24 février 2017

John Katunga, conseiller principal sur les processus de paix en RDC, discute de l’importance d’un engagement soutenu tant des citoyens que des acteurs extérieurs pour que les négociations aboutissent à une transition stable.

 *    *    *

Transcription

Nous recevons aujourd’hui, au Centre d’études stratégiques de l’Afrique, John Katunga qui va nous présenter un exposé de la situation en RDC ainsi que les perspectives de paix dans le pays.

John Katunga participe depuis de nombreuses années à la consolidation de la paix dans la région des Grands Lacs et a œuvré sur de multiples processus de paix. Il est actuellement conseiller technique principal pour la consolidation de la paix pour l’organisation Catholique « Catholic Relief Service » où il y supervise les activités de consolidation de la paix.

John, nous sommes vraiment très heureux de vous accueillir au Centre d’études stratégiques de l’Afrique.

JOHN KATUNGA : Merci.

En ce qui concerne l’accord qui a été négocié en décembre par l’Église catholique entre le président Kabila et l’opposition. Où en est-on de ce processus ? Et quelle issue envisagez-vous?

JOHN KATUNGA : Merci pour la question. L’accord en lui-même reposait en réalité sur une entente précédente négociée le 18 octobre, avec le soutien de l’Union africaine et de la communauté internationale.

Comme il s’agit d’une entente cumulative, l’accord du 31 décembre constitue une amélioration de l’entente du 18 octobre, et il a l’avantage d’être plus inclusive que la première entente. Il cristallise le processus pour établir un nouveau gouvernement qui dirigera la transition durant les 12 mois qui ont été convenus.

Aujourd’hui, cet accord est toujours en vigueur. La discussion porte maintenant sur des clauses spéciales qui accompagneront l’accord. L’accord offrait un cadre entre tous les partis politiques et tous les acteurs, y compris la société civile. C’était un large consensus, dont les détails n’étaient pas établis, et vous savez que le diable est dans les détails. Les détails – ce qu’ils appellent des arrangements spéciaux – sont ce qui met en mouvement la mise en œuvre de l’accord. Nous sommes donc à ce niveau.

Les discussions entre les politiciens sont en cours sur la meilleure façon de mettre en œuvre chaque clause unique de l’accord lui-même. Bien sûr, cela a été interrompu maintenant par la mort d’Étienne Tshisekedi. Sa mort a mis un terme à tout le processus de discussion. Ils veulent l’enterrer avant de poursuivre la discussion. D’autres disent oui, le comité peut continuer à discuter de cet arrangement pendant que la cérémonie funéraire est organisée, c’est ce que je peux dire en ce moment.

Vous avez parlé du niveau élevé de sensibilisation en République démocratique du Congo et de la réaction de la population à ces différents événements politiques. Pourriez-vous nous en dire plus sur le sujet?

Les congolais ont investi tellement d’espoir dans ce processus pour avoir l’occasion d’élire leurs dirigeants et d’avoir enfin un gouvernement qu’ils considèrent comme responsable devant eux.

JOHN KATUNGA : La population du Congo est extrêmement consciente des discussions qui se déroulent entre les politiciens. Ils sont très sensibles sur le suivi de ces discussions et tout cela vient de la chance. Cela vient du fait que les gens ont vraiment souffert et qu’ils souffrent en ce moment. Et c’est sur ce processus où leurs espoirs s’appuient.

Ils ont investi tellement d’espoir dans ce processus pour avoir l’occasion d’élire leurs dirigeants et d’avoir enfin un gouvernement qu’ils considèrent comme responsable devant eux. C’est le plus grand espoir auquel les gens aspirent. Même dans les villes,  les villages, partout, les gens regardent ce processus, cet accord que les politiciens ont signé.

Ils sont impatients de le voir mis en œuvre afin qu’ils puissent avoir l’occasion de voter pour leurs dirigeants ; maintenant, qui les mènera ? Parce que la souffrance est si grande. L’inflation est très élevée, Les prix des produits de base ont énormément augmenté, Les salaires sont maigres, donc les difficultés sociales auxquelles les gens sont confrontés sont exponentielles. C’est un terrain fertile pour toute explosion qui peut se produire, donc ce processus de paix a été une sorte de zone tampon à cette explosion. Les gens ont investi tellement dans ce processus, qu’ils veulent le voir aboutir. Ils ont l’espoir qu’à la fin de celui-ci, la plupart de leurs problèmes serons résolus.

La sensibilisation est très forte à tous les niveaux. Dans la société civile et au sein même  du gouvernement, beaucoup ne sont plus vraiment en phase avec le gouvernement lui-même. Les fonctionnaires, toutes les couches de la population, les femmes, les jeunes. Les jeunes créent toutes sortes de groupes pour exprimer leurs préoccupations et ces groupes sont partout dans le pays. Ils recoupent les tendances politiques ou régionales. Ce sont là les dynamiques au Congo. Mais tout le monde cherche quoi? Voir ces discussions et l’accord qui a été signé le 31 décembre aboutir et ils veulent le voir mis en œuvre.

En fait, ils deviennent impatients parce que plus les gens retardent la mise en œuvre de l’accord, plus ils souffrent et deviennent impatients. Nous espérons donc après la mort de Tshisekedi qu’il y aura une accélération pour arriver enfin à la nomination du Premier ministre et voir son gouvernement à l’œuvre, en particulier dans la mise en œuvre du processus électoral jusqu’au mois de décembre si possible.

Vous dites que la population devient impatiente. Quel rôle devrait jouer les acteurs internationaux?

L’engagement de la communauté internationale devrait rester, sinon les acteurs politiques se sentiront libre de faire n’importe quoi et finir par tout gâcher.

JOHN KATUNGA : Les Congolais sont extrêmement sensibles à ce que les gens pensent d’eux. En d’autres termes, les Congolais peuvent travailler à l’intérieur et essayer de résoudre leurs propres problèmes comme nous le faisons maintenant parce que ce dialogue vraiment, vraiment être entre les Congolais sans aucune interférence extérieure. C’est ce même objectif, qu’intervient la Conférence des évêques catholiques dans sa médiation entre les différentes forces politiques au Congo. Les problèmes du Congo sont donc réglés par les Congolais eux-mêmes.

Mais cela peut être trompeur parce que les Congolais, comme je l’ai dit, accordent une très grande attention à ce que le reste du monde pense de ce qu’ils font. En d’autres termes, ils ont des amis aux États-Unis, en Belgique, à Paris, à Londres, dans de nombreuses capitales du monde à travers les nombreuses relations qu’ils ont construite. Ils peuvent discuter et obtenir des conseils de différentes sources à travers le monde. Donc, à la fin de la journée, ce n’est pas vraiment congolais parmi les congolais, mais c’est aussi congolais avec l’extérieur. Et il y a de nombreux pays qui sont amis avec le Congo, et les Congolais sont très reconnaissants de l’attention ces pays leur apportent.

Prenez Les États-Unis par exemple, les congolais apprécient l’engagement très encourageant et positif que les États-Unis d’Amérique ont pris au cours des discussions, y compris la sanction de certaines personnes au sein du gouvernement qui a été très appréciée par le peuple. Et nous pouvons dire qu’ils nous ont aidés à accélérer le processus à l’intérieur pour atteindre le compromis dont beaucoup de gens bénéficient aujourd’hui: les tensions ont été réduites et les gens ont de l’espoir dans le processus.

C’est une aide considérable, donc la communauté internationale devrait continuer de se mobiliser, tout particulièrement maintenant que Tshisekedi est mort car Tshisekedi allait à l’encontre du gouvernement. Son action était comme servait comme contrepoids avec l’action du gouvernement. Sa disparition peut créer un vide et le vide doit être comblé très rapidement. La nature a horreur du vide, vous savez. Le vide n’est pas utile et en politique, cela prend encore plus d’ampleur donc ce besoin doit être rempli très rapidement par l’engagement renouvelé de la communauté internationale.

Et j’ai imploré les États-Unis de prendre le leadership, non seulement parce que c’est le premier pays développé au monde mais c’est un ami du Congo depuis de nombreuses années et les Congolais apprécient les efforts que déploie le gouvernement américain, surtout récemment. Ils apportent le soutien, la présence du représentant spécial [Laurence Wohlers], un effort autour de la MONUSCO et l’aide aux différentes résolutions qui ont été faites. Ils apprécient vraiment le soutien de la conférence internationale sur la région des Grands Lacs, y compris le mécanisme Tripartite Plus. Cela a été absolument essentiel pour renforcer la confiance entre le Rwanda, le Congo, l’Ouganda et le Burundi et maintenir la stabilité dans la région en engageant ces différents acteurs du point de vue de la sécurité afin que chacun puisse se sentir à l’aise et ne pas suspecter l’autre. Cela a beaucoup contribué à créer un consensus qui a culminé plus tard avec l’accord signé que nous mettons en œuvre aujourd’hui.

Ainsi, l’engagement de la communauté internationale devrait rester, sinon les acteurs politiques se sentiront libre de faire n’importe quoi et finir par tout gâcher. Et les gens peuvent descendre dans la rue avant si les tensions deviennent incontrôlables.

Donc, John, ce que je vous entends dire, c’est que, contrairement à la vision conventionnelle selon laquelle les acteurs politiques au Congo sont imperméables à l’engagement international, ils ne sont pas insensibles à cet engagement extérieur. Les voisins de la RDC semblent avoir été très isolés de la communauté internationale. Vous semblez dire le contraire à l’égard des acteurs congolais.

JOHN KATUNGA : Oui, et je pense que ce sont parfois les erreurs que commet la communauté internationale. Elle suppose que les gens ne sont pas engagés, que les gens se désengagent parce que certains leaders ont été étiquetés d’une manière particulière. Alors l’isolement devient la question du jour plutôt que l’engagement. Et l’isolement devient le sujet principale – L’isolation, plutôt que d’apporter la paix, elle apporte radicalise  la position du leader, ce qui crée plus de souffrance pour le peuple.

Mais prenez le cas de nos voisins au Burundi. Pierre Nkurunziza était complètement isolé. La communauté internationale est venue, l’ONU en premier. Ban Ki-moon lui-même est venu visiter le Burundi. Les Congolais ne se sont pas engagés. L’Union africaine a envoyé sept présidents. Il ne s’est pas engagé. Les puissances régionales, les voisins de la région de l’Afrique de l’Est, ont eux-mêmes un intérêt personnel qui contredit la mission. Ils n’ont pas montré l’autorité morale qu’ils leur permettent d’influencer les déroulements des évènements au Burundi. Le résultat? Ils ont isolé le président, et des lors,  il n’avait aucune obligation de rendre compte à quiconque et finit  par faire tout ce qu’il veut à l’intérieur du pays.

En fait, ma peur est que Nkurunziza peut le changer dans la constitution et la ferraille limite de terme. C’est une possibilité parce qu’il n’y a personne qui l’engage de manière constructive. Il faut donc que l’engagement constructif demeure afin que la personne ne se sente pas complètement isolée et prenne des mesures plus radicales et plus nuisibles à la communauté qu’il sert. En gardant l’engagement, la personne estime aussi que «Je fais partie de la communauté internationale. Je peux écouter la communauté internationale.

C’est le cas au Congo. Ils ne pensent pas que la communauté internationale devrait venir leur dicter exactement quoi faire. Non. Ce n’est pas ce que je préconise. Je recommande que vous gardiez une communication avec les gens, les acteurs du pays afin qu’ils puissent écouter et que vous puissiez avoir une influence sur eux. Pas nécessairement leur dicter ce que vous voulez, mais pour leur donner un espace d’expression, leur offrir tous les conseils que vous pouvez leur donner, mais laissez-les interagir et filtrer le soutien que vous donnez afin qu’ils puissent parvenir à un compromis.

C’est ce que nous souhaitons réellement au Congo. Ne les isolez pas. Engagez-les et ils peuvent écouter. Ce sont des gens qui ont étudié aux États-Unis, en Grande-Bretagne, à Paris et dans d’autres capitales du monde. Ils ont cette touche sentimentale pour ces pays. Ils veulent pouvoir aller dans ces pays. Personne ne veut être sanctionné et, par conséquent, la communauté internationale exerce un effet de levier sur les personnes à l’intérieur du pays qui peuvent les aider à parvenir à un compromis bénéfique pour les communautés et la communauté internationale dans son ensemble.

Donc, plus d’engagement et d’interaction avec les acteurs politiques congolais.

JOHN KATUNGA : Absolument. C’est la clé. Cet engagement doit être maintenu.

Experts du CESA

En plus:   La sécurité des électionsMaintien de la paixPrévention ou atténuation des conflitsBurundi