« Motivations et promesses creuses » : paroles des anciens combattants de Boko Haram et des jeunes nigériens

A school in Maiduguri now being used as an IDP camp

Depuis 2009, le mouvement Boko Haram du nord-est du Nigéria a tué environ 17 000 personnes et en a déplacé presque 2,2 millions dans sa recherche d’instaurer un califat islamique. Pourtant, les interviews avec des anciens membres des milices de jeunes suggèrent que nombre d’entre eux ont initialement rejoint le mouvement pour des raisons stratégiques et non religieuses. Les anciens membres présentaient des données démographiques diverses et souvent avaient rejoint le mouvement incités par des amis ou des collègues afin d’obtenir un soutien à leur entreprise ou à cause d’un sentiment de frustration vis-à-vis de l’inadéquation des actions du gouvernement. Alors que le mouvement Boko Haram devenait de plus en plus violent, corrompu et hypocrite, les témoignages qui lui servaient d’outils de recrutement ont été régulièrement neutralisés et l’opportunité s’est présentée au gouvernement de revendiquer une plus grande légitimité.

Télécharger le rapport (PDF)

Sujets de sécurité : Contrecarrer l’extrémisme