Profil d’une ancienne participante : Biola Shotunde, Nigéria

Alumni photo-Shotunde vertBiola Shotunde est membre de l’amicale des anciens du Centre de l’Afrique depuis 2008, année où elle a participé au Programme de lutte contre le financement du terrorisme en Afrique du Nord et de l’Ouest et à la Conférence de 2009 sur le leadership communautaire. Plus récemment, elle a obtenu sa maîtrise ès Etudes stratégiques sur la sécurité et le diplôme de l’Ecole de guerre en 2015 par une bourse reçue de dix mois assidus pour la lutte internationale contre le terrorisme au College des affaires internationales en matière de sécurité à la National Defense University de Washington, D.C. Elle est par ailleurs titulaire de plusieurs diplômes du Nigéria.

Elle occupe aujourd’hui le poste de commissaire et directrice de la division chargée de l’analyse stratégique pour la cellule du renseignement financier (FIU) au sein de la Commission nigérienne contre les délits économiques et financiers, avec la mission centrale d’éradiquer « les délits économiques, la corruption, le blanchiment de fonds et le financement du terrorisme au Nigéria et de contribuer à renforcer la sécurité nationale du Nigéria afin d’amener rapidement la croissance au rang enviable où l’Afrique est supposée se tenir », a annoncé Shotunde. « La cellule FIU est le référentiel central de toute donnée financière…. [Elle] diffuse les renseignements désirés à toutes les parties prenantes concernées au sein de la communauté du maintien de l’ordre public au Nigéria et travaille avec d’autres cellules FIU nationales d’environ 140 pays par un échange actif du renseignement ». Le travail de la cellule FIU est fondamentalement de nature interinstitutions et est amélioré par la coopération internationale : deux thèmes principaux récurrents dans la planification de tous les programmes du Centre de l’Afrique.

Aux futurs responsables du secteur de la sécurité en Afrique, Shotunde leur dispense ce conseil : « Les dirigeants du secteur de la sécurité en Afrique doivent tirer profit de l’expérience de la communauté américaine en matière de la sécurité. La sécurité, selon la perspective des Etats-Unis est une approche « publique » holistique. Mais en Afrique la tendance est plus sur la note de « c’est notre mandat exclusif ». Jusqu’à ce que les dirigeants africains commencent à assimiler les pratiques exemplaires de leurs homologues des Etats-Unis et du monde, les problèmes de sécurité en Afrique demeureront une tâche herculéenne à surmonter ».

Biola Shotunde est membre de l’amicale des anciens du CESA au Nigéria, dont la création remonte au 9 mars 2005 et qui regroupe environ 217 membres, ce qui la place à la deuxième amicale la plus importante sur le continent.