ACSS Senior Leaders Seminar: “Professional Security Education”

By Africa Center for Strategic Studies
Updated: 07/06/2012

(Note du rédacteur : Citant la recommandation du stratégiste classique Sun Tzu selon laquelle la guerre doit être soigneusement étudiée, le lieutenant-général Njuki Mwaniki a présenté une discussion en plénière sur « l’éducation professionnelle dans le secteur de la sécurité », le 22 juin 2012, lors du 14e Séminaire pour hauts responsables organisé chaque année par le Centre d’études stratégiques de l’Afrique. Le lieutenant-général Mwaniki est commandant du National Defence College du Kenya. Du 18 au 29 juin, le séminaire a réuni à Arlington (Virginie), 70 professionnels du secteur de la sécurité et d’autres dirigeants de gouvernements de 40 pays africains. Les discussions se sont déroulées conformément à la stricte politique de non-attribution en vigueur au CESA pour permettre une discussion libre et ouverte. Plusieurs intervenants ont cependant autorisé l’enregistrement de certaines parties de leur présentation afin de promouvoir une compréhension plus élargi des sujets.)

Lors d’une séance plénière du Séminaire pour hauts responsables organisé par le Centre d’études stratégiques de l’Afrique, le lieutenant-général Njuki Mwaniki, commandant du National Defence College du Kenya, a évoqué l’éducation professionnelle dans le secteur de la sécurité en Afrique. Citant l’enseignement de Sun Tzu selon lequel la guerre doit être soigneusement étudiée, le général Mwaniki a expliqué combien il est important pour les dirigeants du secteur de la sécurité de recevoir une éducation de haut niveau.

Le lieutenant-général Mwaniki a déclaré que la majeure partie de l’éducation militaire a, par le passé, été axée sur la préservation de la sécurité du pays tout en traitant les menaces extérieures. Selon lui, toutefois, les défis les plus importants de l’environnement international actuel consistent à protéger la sécurité humaine et à se prémunir contre les menaces externes. En ce qui concerne la sécurité humaine, le lieutenant-général Mwaniki a déclaré que « la capacité d’un être humain à penser est un droit, et le droit le plus important ». Les efforts visant à préserver la liberté de la société et la liberté de pensée sont favorisés par la réalisation d’autres besoins fondamentaux tels que la nourriture, l’eau et la santé. Il a affirmé, par exemple, que durant les dix dernières années, l’armée de son propre pays a investi plus d’argent dans des bulldozers pour creuser des puits que dans des blindés. Souvent, a-t-il ajouté, après l’établissement des libertés et des droits de l’homme, les autres formes de sécurité se mettent en place. Reconnaissant la diversité des pays, plus de 40 nations étant représentées au séminaire, le général Mwaniki a préféré porter son attention sur la philosophie de l’éducation en matière de leadership stratégique plutôt que sur des cas spécifiques. Selon lui, les dirigeants de chaque pays doivent évaluer leur situation stratégique du moment, puis identifier les menaces auxquelles leur pays se trouve confronté, telles que la pauvreté, le terrorisme ou le commerce illicite de la drogue. Ils devraient alors reconnaître les faiblesses de leur société et de leur gouvernement qui permettent à ces menaces de se maintenir. Il a encouragé les dirigeants à faire preuve de réalisme et d’honnêteté quant à ces faiblesses, citant notamment une mauvaise gouvernance, la médiocrité des infrastructures ou la porosité des frontières, afin de pouvoir les traiter directement. Faisant à nouveau référence à Sun Tzu, il a rappelé aux participants que pour trouver la victoire, il était essentiel de connaître l’ennemi et de se connaître soi-même. Il convient alors d’utiliser la conclusion précise et honnête de l’évaluation stratégique, en matière de menaces et de faiblesses, afin d’orienter les exigences du secteur de la sécurité en terme d’éducation. Il a ajouté qu’un ajustement des exigences et des programmes éducatifs à l’intention des professionnels de la sécurité leur permettra effectivement d’aborder avec efficacité les problèmes auxquels leur pays se trouve confronté. Le lieutenant-général Mwaniki a félicité les dirigeants de leurs travaux et de leur dévouement et exprimé l’espoir de voir les enseignements tirés du Séminaire pour hauts responsables appliqués à leur propre avantage et à celui de leur pays. Il a aussi fait l’éloge du Centre d’études stratégiques de l’Afrique pour sa création d’un marché actif favorisant l’échange des idées entre collègues africains.

Synthèse rédigée par Eric Severson. M. Severson prépare un M.S. en Défense et Études stratégiques à l’Université d’État du Missouri et est employé-étudiant de l’été 2012 au Centre d’études stratégiques de l’Afrique.

Visitez la Gallerie Photo